Je partage en partie cette analyse mais il me semble opportun de préciser que le radiologue réalisant les actes dispose, du choix des modalités diagnostiques (en fonction de la recherche à effectuer et de la clinique renseignée sur la demande d\'examen formulée par le médecin prescripteur), ainsi que de la procédure la plus adaptée fonction de la qualité des images qu\'il souhaite obtenir (procédure d\'optimisation qu\'il valide en associant ses prérogatives à celles formulée par la physique médicale). L\'esprit ALARA n\'est donc pas une contrainte mais un outil dont il faut exploiter les limites \"Aussi Honnêtement qu\'Humainement Possible\".
Message posté par Philippe (le lundi 16 octobre 2017 à 13:00:32

Répondre à ce commentaire