Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie cardiovasculaire diagnostique > Journée de dépistage échographique de l’anévrisme de l’aorte abdominale

Journée de dépistage échographique de l’anévrisme de l’aorte abdominale

MERCREDI 20 NOVEMBRE 2013 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

CHU NICE, le Jeudi 21 novembre 2013,  désignée journée de dépistage échographique de l’anévrisme de l’aorte abdominale, mobilisera les professionnels de santé autour «l’Opération Vésale 2013», vaste campagne de prévention à l’échelle nationale, visant à  sensibiliser les médecins généralistes et le grand public aux risques de dilatation silencieuse de la principale artère de leur corps. Un dépistage est organisé Hôpital St Roch, Service de chirurgie vasculaire du Pr Hassen-Kodja (consultations, rez-de-chaussée) - Jeudi 21 novembre 2013 de 8h30 à 17h30

Anevrisme

 

Un anévrisme dépisté peut être traité en corrigeant des facteurs de risques cardio vasculaires. Son risque de rupture sera minimisé.

Repéré à temps, l’anévrisme peut être traité et le risque de rupture écarté. Cette grande cause de santé publique est portée par la Société Française de Médecine Vasculaire.

Site internet dédié : http://sfmv-vesale.fr/

L’échographie abdominale ne prend que 5 minutes, le temps pour le médecin vasculaire de visualiser l’aorte et de la mesurer.

En France, la Haute Autorité de Santé s’oriente vers un dépistage opportuniste, c'est-à-dire recommandé lors de la consultation médicale de patients cibles : personnes âgées, fumeurs et adultes traités pour une hypertension après 50 ans.


En savoir plus sur l’anévrisme de l’aorte

Qu’est ce qu’un anévrisme de l’aorte abdominale ? L’aorte est la grosse artère qui amène le sang du cœur aux organes et aux membres. L’aorte abdominale est le dernier segment de l’aorte, elle se divise à hauteur de l’ombilic. Ses bords sont parallèles, son diamètre est régulier (18 à 22 mm chez l’homme, 16 à 18 mm chez la femme). L’anévrisme se définit par un élargissement de l’aorte, les bords ne sont plus parallèles et le diamètre est alors augmenté de plus de 50 %. La plupart des artères peuvent être le siège d’un anévrisme. Un anévrisme de l’aorte abdominale peut ainsi être associé à un anévrisme de l’aorte thoracique ou d’autres artères des membres inférieurs (iliaque, fémorale, poplitée).

Est-ce que l’anévrisme de l’aorte abdominale est une affection grave ? La complication majeure de l’anévrisme de l’aorte abdominale est liée à son risque de rupture, le plus souvent mortelle. Le risque de rupture d’anévrisme de l’aorte abdominale devient très significatif pour les anévrysmes de grande taille (diamètre  > 50 mm). La rupture d’anévrysme est une cause fréquente de mortalité chez l’adulte de plus de 65 ans. L’autre complication possible est le risque d’embolie dans les artères de jambe pouvant être responsable de gangrène et  d’amputations des orteils.

Pourquoi le dépistage est-il important ? Parce que l’anévrysme de l’aorte abdominale est le plus souvent  silencieux avant qu’il ne se complique. Le dépistage permet de découvrir les petits anévrysmes qui bénéficieront de mesures médicales ralentissant leur évolution, et les gros anévrysmes pour lesquels un traitement réparateur sera proposé. L’outil de dépistage est l’échographie. 

Qui est à risque ? En quoi ce dépistage me concerne-t-il ? Les principaux facteurs de risque d’avoir un anévrysme de l’aorte abdominale sont  l’âge, le sexe masculin, le tabagisme et le terrain familial.
• La fréquence des anévrysmes de l’aorte abdominale augmente régulièrement avec l’âge (de 0,5% à 60 ans à 5% à 75 ans)
• L’homme est 5 à 10 fois plus souvent concerné que la femme
• Par rapport au non-fumeur, un long passé de tabagisme actif multiplie par 6 à 7 le risque d’avoir un anévrysme ; un long passé de tabagisme stoppé  le multiplie par 1,5 à 3,5
• Le risque d’être porteur d’un anévrysme de l’aorte abdominale augmente aussi avec l’existence d’anévrysme de l’aorte chez les proches parents (père, mère, frères et sœurs) et avec un passé d’hypertension artérielle.


Ainsi, le dépistage d’anévrysme de l’aorte abdominale s'adresse  à
tous les hommes de plus de 60 ans ; le dépistage est recommandé chez les fumeurs, conseillé chez les non-fumeurs. Il n’est  pas-indiqué chez les sujets de plus de 75 ans qui présentent une altération de l’état  général.

Chez les femmes le dépistage est conseillé dans les situations suivantes : - 60 à 75 ans tabagiques ou hypertendues. - plus de 75 ans tabagiques en assez bonne santé apparente (dépistage conseillé).

Les hommes et les femmes de plus de 50 ans ayant une histoire familiale d’anévrysme de l’aorte abdominale (parents ou collatéraux au 1er degré) et ce d’autant plus que plusieurs parents ou collatéraux ont été ou sont concernés.

Comment se déroule ce dépistage ? A l’aide d’un examen échographique, examen non invasif, simple, ne demandant aucune préparation ni injection. Le médecin va poser sur votre abdomen la sonde d’échographie afin de visualiser l’aorte et la mesurer.

3 résultats possibles

1/ Votre aorte est normale
 : vous repartez rassuré. La plupart des personnes qui participeront à ce dépistage auront un examen normal.
2/ Vous présentez un petit anévrisme : une lettre est adressée à votre médecin traitant que vous reverrez. Celui-ci prendra toutes les mesures pour le suivi de cet anévrisme, notamment suivi échographique régulier, et les mesures médicales nécessaires.
3/ Vous présentez un anévrisme important : une lettre est adressée à votre médecin traitant que vous reverrez : celui-ci prendra toutes les mesures médicales et nécessaires et vous confiera à une équipe médico chirurgicale expérimentée.

Existe-t-il un traitement médical de l’anévrisme de l’aorte ? Il n’y a pas actuellement de traitement médicamenteux de l’anévrysme. Par contre, la correction de TOUS VOS FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRE a un effet favorable sur la progression de l’anévrysme en particulier la suppression du tabac. Les traitements médicamenteux et les conseils d’hygiène de vie impliqués dans la correction des facteurs de risque cardiovasculaire seront prescrits. Votre Médecin Généraliste est le mieux placé pour mettre en route ces recommandations qui sont valables quelle que soit la taille de votre anévrisme.

Qu’est ce qui arrive en cas de découverte d’un petit anévrisme ? Un suivi échographique est nécessaire car les anévrismes de l’aorte augmentent de taille lentement mais sûrement, d’où la nécessité de cette surveillance. Selon le diamètre de l’aorte, une échographie tous les ans est nécessaire.

Qu’est ce qui arrive en cas de découverte d’un gros anévrisme ? Votre médecin généraliste vous confiera à une équipe médico-chirurgicale d’expérience afin que vous soyez dans les meilleures conditions pour traiter cet anévrisme : chirurgie directe (remplacement prothétique de l’aorte anévrysmale) ou mis en place d’une endoprothèse aortique par voie fémorale.

C’est l’équipe qui vous prendra en charge qui décide de l’une ou l’autre de ces techniques. La décision se prendra en fonction de plusieurs critères, dont notamment la morphologie de vos vaisseaux.

Pourquoi intervient-on à partir de 50 mm de diamètre ? Parce qu’à partir de cette taille le risque de rupture de l’aorte devient important : 3 à 15% par an pour les anévrysmes de 50-60 mm et plus encore au-delà de 60 mm.

Finalement ce dépistage, est-ce une chance pour moi ? OUI, car l’anévrisme ne provoque le plus souvent aucun symptôme, et dans une population ciblée, notamment les hommes de plus de 65 ans et fumeurs ou anciens fumeurs, le risque de présenter un anévrisme est bien présent. Et même s’il n’existe pas de traitement médical propre aux anévrismes, la correction stricte des facteurs de risque cardiovasculaire est un acte médical majeur qui  permettra de ralentir l’évolution de l’anévrisme vous rendra service.

Le dépistage est aussi important que le dépistage du cancer du sein ou du colon. La mise en place d’une surveillance adaptée permettra de diminuer de façon très importante le risque de complications graves et de programmer le cas échéant une intervention dans les meilleures conditions possibles.

 

Contacts presse

Martine Rajzman

Directeur de la communication

Tél 04 92 03 41 08

06 86 59 36 69

Geneviève Robiquet

Attachée de presse

Tél 04 92 03 41 04

06 88 46 52 12

 

Thema Radiologie


toshiba

Un nouveau modèle pour évaluer le risque cardiovasculaire à partir du coroscanner
25/06/2019 : Pour évaluer le risque cardiovasculaire d'une personne à partie du coroscanner, la méthode la plus appropriée aujourd'hui est le machine learning. C'est le résultat d'une étude publiée dans la Revue Radiology, qui montre que cette méthode est supérieure au score CAD-RADS par exemple.

Le Rédacteur en chef de la prochaine revue Cardiothoracic Imaging est connu
30/04/2018 : Le conseil d'administration de la Radiological Society of North America (RSNA) a annoncé le 25 avril 2018 la nomination du Dr Suhny Abbara, comme Rédacteur en chef de la nouvelle revue en ligne, Radiology: Cardiothoracic Imaging. Le journal sera lancé au printemps 2019.

Pathologies cardiovasculaires : un travail de recherche explique pourquoi elles surviennent le plus souvent le matin
09/11/2017 : Un travail de recherche effectué par une équipe lilloise et publié dans The Lancet a mis à jour le rôle d'un récepteur nucléaire pour expliquer l'incidence des pathologies cardiovasculaires à une certaine période de la journée.

Pathologies cardiaques: privilégier l'approche non invasive
14/03/2017 : L'angioscanner et l'imagerie de perfusion peuvent aider à prédire quels patients sont susceptibles de souffrir d'une crise cardiaque ou autre pathologie cardiovasculaire, selon une nouvelle étude apparaissant en ligne dans la revue Radiologie. L'approche non invasive donne en effet des résultats équivalents à la coronarographie couplée au SPECT.

Un contraste iodé concentré à 350 pour un coroscanner de qualité
11/01/2017 : La qualité d’un coroscanner est désormais indépendante de la concentration de produit de contraste injecté pour cette procédure. C’est ce qui résulte d’une étude menée en Allemagne et publiée dans la revue European Radiology, où les produits concentrés à 350mg/ml ne sont pas inférieurs aux autres.

De nombreuses réponses au quizz du SRES
30/03/2016 : Les organisateurs du SRES ont sollicité les jeunes praticiens de façon originale, avec un quizz sur un cas clinique. Voici les résultats de cette consultation à laquelle ils ont été très nombreux à répondre.

SURE SUBSTRACTION, POUR SURMONTER LES DÉFIS CLINIQUES
29/09/2015 : Ne souhaiteriez-vous pas réduire le temps nécessaire au diagnostic des examens vasculaires tout en augmentant leur précision par la même occasion? Et si vous pouviez identifier précisément des lésions osseuses grâce au scanner, sans avoir recours à d'autres examens comme l'IRM ou la médecine nucléaire ? Seriez-vous plus confiant si vous interprétiez les résultats d'une angiographie pulmonaire à l'aide d'une carte de perfusion?

CORONAROGRAPHIE: LA VOIE EST LIBRE POUR LA FFR
27/04/2015 : La FFR, complément diagnostic à la coronarographie, a reçu un avis favorable de la HAS quant à son remboursement par les caisses d'assurance maladie. Elle est donc appelée à être mise en pratique plus souvent pour les lésions pluritronculaires et intermédiaires.

CONTROVERSE SUR L'IMAGERIE CARDIAQUE
10/03/2015 : Qui du scanner, du PET ou de l'IRM est-il le mieux à même d'étudier les maladies cardiaques ? C'est ce qu'ont tenté d'identifier les Prs Sami Kajander, Hatem Alkhadi et Marco Francone lors d'une session de l'ECR 2015.

Relations entre la santé cognitive et les plaques d'athérosclérose asymptomatiques
26/11/2014 : La présence de plaques d'athérosclérose dans toutes les régions du corps est annonciatrice de troubles cognitifs légers. C'est ce qui ressort d'une étude américaine, menée sur près de 2000 adultes texans asymptomatiques, montrant des relations entre la présence de plaques et l'hypersignal sur la substance blanche à l'IRM.


Les experts en imagerie urologique émettent des recommandations sur la qualité de l'IRM multiparamétrique de la prostate
04/06/2020 : Suite à leur travail sur la qualité des examens d’IRM multiparamétrique prostatique, des experts européens de la spécialité sont arrivés au consensus que les radiologues doivent être formés spécifiquement à la qualité de l’acquisition et du compte rendu. Cette étude a été publiée dans la Revue European Radiology.

Les JFR de printemps, c'est maintenant !
03/06/2020 : Le programme des JFR de printemps est annoncé. Cette session virtuelle proposera, les 4 et 5 juin 2020, des ateliers et des tables rondes sur des sujets d’actualité.

Un cas d'AVC pédiatrique imputable au COVID-19
03/06/2020 : La Revue Radiology rapporte le cas d’un enfant présentant une artériopathie focale cérébrale identifiée en IRM. La découverte d’une infection au COVID-19 a amené les chercheurs à imputer cet AVC au virus.

Un spectre de signes radiologiques multimodal pour le COVID-19
02/06/2020 : L’IRM, le TEPScan et l’échographie peuvent, chacun dans son domaine, apporter des informations pertinentes dans le diagnostic ou le suivi des pathologies dues au COVID-19. C’est ce qui ressort d’une étude publiée dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging qui tente d’établir un spectre de signes radiologiques multimodal.

Le congrès RSNA 2020 se transforme en une web conférence intégrale
27/05/2020 : Le congrès RNA 2020 n’aura pas lieu, du moins sous sa forme habituelle. La Société savante vient d’annoncer en effet que l’édition 2020 sera entièrement proposée en ligne, du 31 novembre au 5 décembre 2020.

Le SRES 2020 aura bien lieu à la rentrée
26/05/2020 : Le SRES 2020 a été reporté à la rentrée et se déroulera, comme prévu, à Porto Vecchio. Consultez le programme de cette session ci-dessous.

Qualification de dispositif médical : quoi de nouveau sous le soleil ?
25/05/2020 : Deux récentes décisions des juridictions administratives retiennent l’attention en la matière. L'une concerne les activimètres servant à évaluer une dose de rayonnements ionisants, l'autre se penche sur un logiciel de compression d'images médicales.

Un suivi systématique à six mois serait préférable pour les lésions mammaires classées BI-RADS 3
20/05/2020 : Les femmes présentant des lésions mammaires classées BI-RADS 3 devraient systématiquement suivies à six mois. C’est ce que suggère une étude publiée dans la Revue Radiology en raison du risque faible mais non négligeable que ces lésions soient malignes.

La technologie Synchrony®, conçue par Accuray pour le système Radixact®, désignée « meilleure solution globale parmi les dispositifs médicaux » aux MedTech Breakthrough Awards 2020
19/05/2020 : L’organisme indépendant MedTech Breakthrough, récompensant au niveau mondial les entreprises et technologies pour leur excellence dans le domaine de la Santé et des technologies médicales, a sélectionné la technologie de suivi et de correction du mouvement en temps réel Synchrony®, conçue par Accuray pour le système Radixact®, comme gagnante du prix « meilleure solution globale parmi les dispositifs médicaux » lors de la quatrième édition annuelle du programme des MedTech Breakthrough Awards. « Nous sommes heureux de décerner le prix de la "meilleure solution globale parmi les dispositifs médicaux" à l’entreprise Accuray, pour sa technologie révolutionnaire qui vient renforcer et élargir l’éventail de solutions de lutte contre le cancer » a déclaré James Johnson, directeur général de MedTech Breakthrough.

Web conférence ECR 2020 : le programme scientifique est paru !
19/05/2020 : Le programme complet de l’ECR 2020, qui se tiendra sous la forme d’une web conférence, vient d’être publié. Vous pouvez télécharger le Book of Abstract ci-dessous pour vous en faire une idée.


Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Les JFR de printemps, c'est maintenant !
03/06/2020 : Le programme des JFR de printemps est annoncé. Cette session virtuelle proposera, les 4 et 5 juin 2020, des ateliers et des tables rondes sur des sujets d’actualité.

Le congrès RSNA 2020 se transforme en une web conférence intégrale
27/05/2020 : Le congrès RNA 2020 n’aura pas lieu, du moins sous sa forme habituelle. La Société savante vient d’annoncer en effet que l’édition 2020 sera entièrement proposée en ligne, du 31 novembre au 5 décembre 2020.

Qualification de dispositif médical : quoi de nouveau sous le soleil ?
25/05/2020 : Deux récentes décisions des juridictions administratives retiennent l’attention en la matière. L'une concerne les activimètres servant à évaluer une dose de rayonnements ionisants, l'autre se penche sur un logiciel de compression d'images médicales.

Les experts en imagerie urologique émettent des recommandations sur la qualité de l'IRM multiparamétrique de la prostate
04/06/2020 : Suite à leur travail sur la qualité des examens d’IRM multiparamétrique prostatique, des experts européens de la spécialité sont arrivés au consensus que les radiologues doivent être formés spécifiquement à la qualité de l’acquisition et du compte rendu. Cette étude a été publiée dans la Revue European Radiology.

Pourquoi les radiologues adoptent rapidement la reconnaissance vocale dans le Cloud de Nuance
14/05/2020 : Lancée en décembre dernier, Dragon Medical One, la solution de reconnaissance vocale de Nuance basée sur un Cloud, connaît un fort succès auprès des imageurs. Nuance a d’ailleurs créé pour eux, dans le contexte du COVID-19, des commandes spécifiques pour les TDM thoraciques. Un CHU est en train d’équiper ses radiologues, tandis que les partenaires de Nuance du domaine de la radiologie ont choisi eux aussi de proposer cette solution à leurs utilisateurs. Une adoption rapide par les radiologues qui tient à plusieurs facteurs. Explications avec Pierre Meyblum, Business Development Manager de la division Santé de Nuance Communications en France.

L'ISRRT publie un guide COVID-19 pour les MERM du monde entier
06/05/2020 : L’ISRRT, en collaboration avec l’EFRS, a publié un guide international de bonnes pratiques destiné aux manipulateurs radio en environnement COVID-19. Ce document couvre de nombreux domaines de compétences des manipulateurs.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Prime COVID pour les soignants : des critères d'éligibilité incohérents
18/05/2020 : Comme il l’avait annoncé dernièrement, le Premier Ministre a décrété l’instauration d’une prime pour les soignants ayant œuvré dans la lutte contre le COVID-19. Si l’intention est louable, le périmètre d’éligibilité à cette prime semble trop étendu et quelque peu discriminant. Il ne reflète pas, en tout cas, le niveau de risque auquel ce sont exposés certains soignants, parmi lesquels beaucoup de manipulateurs radio.