Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiologie générale diagnostique > L'AFPPE change de gouvernance mais ne relâche pas ses efforts pour faire évoluer le métier de manipulateur

L'AFPPE change de gouvernance mais ne relâche pas ses efforts pour faire évoluer le métier de manipulateur

MERCREDI 06 JANVIER 2021 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Quelques semaines après sa prise de fonction de Président de l’AFPPE, Matthieu Caby nous accordé une longue interview. La pérennisation de l’association, les évolutions du métier de manipulateur d’électroradiologie scrutée par l’IGAS, la pénurie de professionnels, la formation initiale ou les tout nouveaux webinaires de l’AFPPE, il n’a éludé aucun sujet.

AFPPE

Thema Radiologie : Qui êtes-vous Matthieu Caby ?

Matthieu Caby : Je suis cadre supérieur de santé au CHU de Reims dont je pilote le Pôle imagerie depuis 2018. J’ai également été élu, le 10 octobre 2020, Président de l’Association Française du Personnel Paramédical d’Électroradiologie (AFPPE). Je suis adhérent depuis plusieurs années à l’association qui représente l’ensemble des manipulateurs d’électroradiologie de l’Hexagone, toutes spécialités confondues, mais également, des autres métiers paramédicaux rattachés au domaine de l’imagerie médicale diagnostique et thérapeutique.

T.R. : Quel est le projet de la nouvelle gouvernance de l’AFPPE qui, rappelons-le, comprend également Stéphanie Garec (CHU de Brest – vice-Présidente), Sandrine Bruneteau (CHU Poitiers – Secrétaire Générale) et Christophe Thouvenot (CHU Nancy – Trésorier) ?

M.C. : Tout d’abord je voudrais préciser que les noms que vous venez de citer constituent le noyau dur d’un panel de manipulateurs bénévoles qui forment un bureau national élargi comprenant les responsables des Commissions scientifiques et des antennes régionales de l’association. Tous participent aux discussions et aux décisions, conformément aux demandes des adhérents que nous avions réunis en séminaires en 2019. Notre projet est, dans un premier temps, d’assurer une continuité par rapport aux avancées qui ont été rendues possibles pour la profession par le bureau précédent. Il s’agit de poursuivre le développement de l’association, en lien avec les évolutions sociétales, à la fois au travers de l’évolution de la crise sanitaire, qui impacte fortement notre fonctionnement puisqu’il nous est impossible actuellement d’organiser nos formations en présentiel, mais également dans un environnement changeant et l’accélération des usages numériques.

"Nous allons poursuivre l'effort entrepris sur de nouveaux protocoles de coopération et sur les pratiques avancées"

T.R. : Quel sera le rôle de l’AFPPE dans l’évolution de la profession de manipulateur ?

M.C. : Nous allons poursuivre l’effort qui a été initié jusqu’à présent sur le thème de la promotion des spécialités entrant dans le champ de la profession, la proposition de nouveaux protocoles de coopération et, bien entendu, l’accès, pour les manipulateurs, aux pratiques avancées. Ils ont développé certaines compétences supérieures ces dernières années, notamment en échographie ou dans le suivi au long cours des patients en radiothérapie. Il s’agit d’un gros chantier, qui prendra surement du temps, mais nous avons l’ambition de concrétiser toutes ces évolutions. Sur la formation initiale également, nous avons un gros travail de communication à faire auprès du grand public, et en particulier des jeunes, pour pouvoir attirer plus d’étudiants dans les instituts, mais surtout pour que ces derniers aillent tous au bout du cursus de formation. L’enjeu est de pérenniser la profession et de faire reculer la pénurie de manipulateurs qui sévit dans certaines régions.

T.R. : Comment comptez-vous toucher ces éventuels nouveaux étudiants ?

M.C. : Nous allons lancer, pour cela, une campagne grand public courant 2021 et nous espérons obtenir le concours des sociétés savantes comme la SFR, la SFRO ou la SFMN, ainsi que de la FNMR dans cette démarche afin de lui donner plus d’impact. Les radiologues ont besoin des manipulateurs pour les accompagner dans leurs activités, ils sont donc concernés au premier chef par cette problématique. Concernant les étudiants enfin, dans le contexte de crise sanitaire, beaucoup d’infirmiers se plaignent de devoir passer leur temps se stage en soutien des professionnels de terrain, et ce au détriment de leur formation technique. Les étudiants manipulateurs sont également impactés, selon le territoire dans lequel ils exercent. Beaucoup d’étudiants ont été sollicités en ce sens, alors que d’autres pas du tout, c’est très aléatoire. Mais nous sommes vigilants, en coopération avec le Comité d’harmonisation des formations, que ces pratiques ne se généralisent pas.

"Nous avons de grosses attentes par rapport à la mission IGAS sur l'évolution de la profession"

T.R. : L’année 2019 a vu la création du Conseil National Professionnel des manipulateurs (CNPMEM). Comment son action se coordonnera-t-elle avec l’AFPPE ?

M.C. : L’AFPPE est intégrée au CNPMEM, elle y est majoritaire en termes de nombre d’adhérents et participe ainsi aux décisions qui y sont prises. Le CNPMEM est reconnu comme représentatif de l’ensemble de la profession vis-à-vis des tutelles, mais également auprès des sociétés savantes. Elle perpétue ainsi le travail de coopération instauré depuis 70 ans par l’AFPPE, mais de manière plus formelle, ce qui représente un atout supplémentaire dans les discussions à venir.

T.R. : Le Ségur de la Santé a rendu son verdict durant l’été 2020. Êtes-vous satisfait des mesures qui en ont été tirées ?

M.C. : Nous sommes à moitié satisfaits par ses conclusions, car les revalorisations salariales n’ont pas atteint le niveau demandé d’une part, bien qu’une avancée significative soit à souligner, et d’autre part les augmentations d’effectifs ne se sont pas encore traduites dans les faits, ni n’ont pas fait l’objet de dispositions concrètes pour les améliorer. Sur ce point, nous avons de grosses attentes par rapport à la mission IGAS lancée par le Ministre Olivier Véran pour évaluer le devenir de la profession de MERM et dont nous attendons les résultats pour le début de 2021. La pénurie de manipulateurs, qui était peu répandue jusqu’à maintenant, touche désormais tous les territoires et toutes les spécialités, puisque même les services de Médecine nucléaire et de radiothérapie sont touchés. Nous avons insisté, auprès des inspecteurs de la mission IGAS, sur le fait que les étudiants ne vont pas toujours au bout de leur cursus de formation et sur les actions mises en œuvre au sein des instituts pour mieux cibler les étudiants avant qu’ils ne débutent leur formation, au sortir de Pacoursup, en réalisant notamment des entretiens préalables notamment.

"Nos wébinaires "Les jeudis de l'AFPPE" nous permettent de rester en contact avec notre communauté"

T.R. : La campagne de communication que vous souhaitez lancer prendra la forme, par exemple, en 2021, de « La semaine du manipulateur ». De quoi s’agit-il ?

M.C. : Nous avons pour projet en effet, autour de la Journée internationale de la Radiologie (IDoR) qui est organisée chaque année le 8 novembre, de créer l’opération « La semaine du manipulateur » pour faire connaître le métier et lui donner de l’attractivité. Durant toute une semaine, nous souhaitons occuper le champ médiatique à travers des actions de communication, dans nos médias mais aussi, nous l’espérons, dans les plateformes d’information grand public qui voudront bien nous donner de l’audience.

T.R. :L’AFPPE, nous le discernons dans vos propos, se donne une image encore plus entreprenante. Les « Jeudis de l’AFPPE » entrent dans cette dynamique. Quels en sont les objectifs ?

Les « Jeudis de l’AFPPE » sont des wébinaires mensuels que nous avons créés en décembre 2020 et qui ont pour but de continuer à informer les MERM sur leur profession et sur ses évolutions, en attendant que nos journées de formation en présentiel ne redémarrent. Ils nous permettent, de plus, de garder le contact avec notre communauté, lui montrer que nous sommes toujours actifs, tant sur le champ scientifique qu’institutionnel. Ces wébinaires sont gratuits et consultables via un lien Zoom ou par Facebook Live. Le premier du nom, que nous avons diffusé le 10 décembre 2020, a été un franc succès ! Nous reprendrons, je l’espère, nos congrès en présentiel les 20 et 21 mai 2021 avec les Journées scientifiques de Reims, mais il est possible que les wébinaires perdurent même si le présentiel reprend.

T.R. :Pour finir, quelle est la position de l’AFPPE suite aux mouvements de grève qui ont été organisés durant l’année 2019 et 2020 et qui ont suscité quelques critiques vis-à-vis de l’association ?

M.C. : L’AFPPE est, comme l’a annoncé le past-Président Fabien Voix lors des Journées scanner de Nice en mars 2020, solidaire, la plupart du temps, des actions menées par les manipulateurs et les syndicats. L’AFPPE a été, ces dernières années en particulier, en première ligne pour faire avancer la profession sur le plan scientifique auprès des tutelles. Mais elle n’est pas un syndicat et, à ce titre, ne fait pas figure de proue lors des manifestations. Mais les MERM savent que nous sommes toujours en soutien lorsque les revendications nous semblent pertinentes. C’est ainsi que nous sommes très vigilants concernant le prochain rapport de l’IGAS, et notamment sur l’évolution des grilles indiciaires promises pour la fin 2021. Et en ce sens, l’AFPPE ne mérite en rien les critiques dont elle a pu faire l’objet l’année dernière.

Propos receuillis par Paco Carmine


toshiba

Une étude sur les fractures ulnaires provoquées par les violences conjugales
08/01/2021 : Selon une étude présentée lors du dernier congrès virtuel de la Radiological Society of North America (RSNA), près d’un tiers des femmes adultes qui subissent une fracture non déplacée de l’ulna peuvent être victimes de violence de leur compagnon. Les chercheurs expliquent qu’une chute, souvent évoquée par les patientes, provoque souvent fracture du radius.

L'AFPPE change de gouvernance mais ne relâche pas ses efforts pour faire évoluer le métier de manipulateur
06/01/2021 : Quelques semaines après sa prise de fonction de Président de l’AFPPE, Matthieu Caby nous accordé une longue interview. La pérennisation de l’association, les évolutions du métier de manipulateur d’électroradiologie scrutée par l’IGAS, la pénurie de professionnels, la formation initiale ou les tout nouveaux webinaires de l’AFPPE, il n’a éludé aucun sujet.

Comment mesurer l'impact de la radiologie dans les modèles de valorisation de la Santé ?
05/01/2021 : Plusieurs sociétés savantes internationales de radiologie ont contribué à l’élaboration d’un texte mettant en lumière la contribution de la spécialité à la valorisation des soins de Santé. Ce texte, publié dans le Journal Radiology, engage les acteurs de l’imagerie médicale à adopter les principes de la santé basée sur la valeur afin de contribuer à la pérennisation du système.

Comm'une opportunité pourrait faire reculer les déserts médicaux !
17/12/2020 : Avec la plateforme « Comm’une opportunité », les médecins et les territoires disposent d’un authentique outil de mise en relation spécifique. Celui pourrait faire reculer les déserts médicaux.

La HAS encadre l'exploration radiologique des cervicalgies
15/12/2020 : Des recommandations de bonne pratique en radiologie cervicale viennent d’être publiées par l’HAS après un travail réalisé en collaboration avec le G4. Si les cervicalgies non traumatiques ne nécessitent que rarement le recours à l’imagerie, les traumatiques ne sont pas toujours synonymes d’exploration radiologique.

Valorisation des forfaits techniques : l'article 99 refait surface dans le PLFSS 2021
02/12/2020 : Le PLFSS 2021, malgré les demandes d’abrogation des sénateurs, prévoit de rétablir l’article 99 relatif à la valorisation des forfaits techniques d’imagerie en coupe et de PET, les objectifs économiques n’ayant pas été atteints. La FNMR ne devrait pas tarder à réagir.

L'IA pour optimiser les flux de travail en radiologie conventionnelle
30/11/2020 : En lançant SmartXR, lors du RSNA 2020, Agfa Radiology Solution met à disposition des unités de radiologie conventionnelle un ensemble d’outils d’IA pour optimiser la qualité des acquisitions et améliorer les flux de travail des manipulateurs. Une vidéo permet d’apprécier les avantages de cette solution.

Prospective sur l'imagerie médicale à l'horizon 2023
25/11/2020 : Xerfi vient de publier une étude prospective du marché de l’imagerie médicale à l’horizon 2023. Diane Michaud, l’auteur de l’étude, commente ce travail dans une interview. Morceaux choisis…  

Plus qu'un fournisseur, Philips est un partenaire
18/11/2020 : Cette année 2020 a été marquée par une crise sanitaire inédite qui a bousculé l’ensemble des acteurs du domaine médical. Jérôme Chevillotte, responsable pôle Diagnostic de précision au sein des équipes Philips Commercial France, revient sur les actions concrètes des derniers mois.

Une revue exhaustive des manifestations multisystémiques du COVID-19
03/11/2020 : Deuxième volet de la revue exhaustive réalisée par la plateforme RadioGraphics sur les manifestations radiologiques du COVID-19. Une iconographie toujours aussi impressionnante des affections cardiaques, neurologiques, abdominales, pédiatriques ou musculo-squelettiques notamment, dues au virus.


Les vertébroplasties cervicales par abord transpédiculaire montrent leur efficacité
20/01/2021 : Pour réaliser une vertébroplastie cervicale, mieux vaut choisir un abord transpédiculaire postérieur. C’est ce qui ressort d’une étude strasbourgeoise publiée dans la Revue European Radiology.

Dépistage du cancer : des retards de prise en charge aux conséquences regrettables
19/01/2021 : Alors que les campagnes de dépistage du cancer ont pris du retard en 2020 pour cause de pandémie, il semble que les effets néfastes de ce délai de prise en charge ne se fassent sentir. Dans les Hauts-de-France comme partout sur le territoire on espère que la nouvelle année sera celle du retour des patients au centre de radiologie ou de cancérologie.

Inscrivez-vous au webinar dédié à l'hygiène en imagerie !
19/01/2021 : Ulrich Medical propose un webinar le 27 janvier 2020 sur le thème de l’hygiène au sein des centres d’imagerie médicale. Pour une évocation des principes qui régissent cette discipline, d’hier au Covid.

Scanner du COOVID-19 : deux systèmes de classification équivalents
18/01/2021 : Un nouvel article publié dans la revue Radiology: Cardiothoracic Imaging a révélé que la fréquence d'infection au COVID-19 était plus élevée chez les patients classés avec des catégories de classification CO-RADS et RSNA plus élevées. Les résultats peuvent être utiles pour déterminer la probabilité de COVID-19 et homogénéiser les pratiques sur la base du scanner thoracique, en plus des informations cliniques et de la RT-PCR.

La certification des logiciels d'IA/ML en tant que dispositifs médicaux est en marche aux USA
18/01/2021 : La certification des logiciels d’intelligence artificielle et machine learning (AI/ML) est en marche aux USA. Après un long travail collégial d’évaluation des risques pour le patient et un plan de contrôle des changements prédéterminés, la FDA vient de mettre en place un plan d’action en cinq parties pour évaluer les logiciels AI/ML en tant que dispositifs médicaux.

La plateforme de communication inter-hospotalière s'ouvre aux praticiens libéraux
16/01/2021 : La coopération ville hôpital peut désormais s’appuyer sur ROFIM, une start-up qui édite une solution de télémédecine, messagerie sécurisée et RCP s’ouvrant désormais aux praticiens libéraux.

Événement significatif en radioprotection dans un bloc opératoire de Brest
14/01/2021 : Un praticien d’une clinique de Brest a fait l’objet d’un événement significatif en radioprotection en octobre 2020. Les pratiques de prévention contre les rayonnements ionisants se sont avérées insuffisantes, ce qui explique le dépassement de dose observé sur ce praticien.

Les professionnels de Santé se prononcent sur leur vaccination anti-COVID
14/01/2021 : Medscape édition française a sondé ses lecteurs pour connaître leur opinion sur les vaccins anti-COVID. Si la majorité des médecins souhaitent se faire vacciner, les deux sortes de vaccins n’obtiennent pas le même succès.

Anomalies cardiaques décelées à l'IRM chez les patients guéris du COVID-19
13/01/2021 : Le volume extracellulaire dérivé de l'IRM et la souche longitudinale globale 2D pourraient servir de marqueurs de l'atteinte cardiaque chez des patients guéris du COVID-19, sans symptômes cardiaques ni signes cliniques de lésion myocardique. C’est le résultat d’une étude chinoise publiée dans la Revue Radiology.

La première télé-angioplastie coronaire européenne a été réalisée en Normandie
13/01/2021 : La première télé-angioplastie robotique en Europe vient d’être réalisée entre Caen et Rouen par la solution Robocath sur un modèle animal. Un espoir pour les patients résidant dans des déserts médicaux.


La certification des logiciels d'IA/ML en tant que dispositifs médicaux est en marche aux USA
18/01/2021 : La certification des logiciels d’intelligence artificielle et machine learning (AI/ML) est en marche aux USA. Après un long travail collégial d’évaluation des risques pour le patient et un plan de contrôle des changements prédéterminés, la FDA vient de mettre en place un plan d’action en cinq parties pour évaluer les logiciels AI/ML en tant que dispositifs médicaux.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

La plateforme de communication inter-hospotalière s'ouvre aux praticiens libéraux
16/01/2021 : La coopération ville hôpital peut désormais s’appuyer sur ROFIM, une start-up qui édite une solution de télémédecine, messagerie sécurisée et RCP s’ouvrant désormais aux praticiens libéraux.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Inscrivez-vous au webinar dédié à l'hygiène en imagerie !
19/01/2021 : Ulrich Medical propose un webinar le 27 janvier 2020 sur le thème de l’hygiène au sein des centres d’imagerie médicale. Pour une évocation des principes qui régissent cette discipline, d’hier au Covid.

Événement significatif en radioprotection dans un bloc opératoire de Brest
14/01/2021 : Un praticien d’une clinique de Brest a fait l’objet d’un événement significatif en radioprotection en octobre 2020. Les pratiques de prévention contre les rayonnements ionisants se sont avérées insuffisantes, ce qui explique le dépassement de dose observé sur ce praticien.

La Loi anti-cadeaux aux professionnels de Santé prend une tournure très restrictive
15/12/2020 : La Loi anti-cadeaux aux professionnels de Santé a pris, depuis le 1er octobre 2020, une orientation très restrictive. Ces derniers devront, pour la plupart, changer leurs habitudes quant à leur participation aux congrès scientifiques. Mais c’est pour les industriels que ces nouvelles mesures seront les plus pénalisantes.

Les JFR de printemps, c'est maintenant !
03/06/2020 : Le programme des JFR de printemps est annoncé. Cette session virtuelle proposera, les 4 et 5 juin 2020, des ateliers et des tables rondes sur des sujets d’actualité.