Vous êtes dans : Accueil > Actualités > SIH et téléradiologie > DX Image : un RIS ergonomique qui optimise les workflows des services d'imagerie médicale

DX Image : un RIS ergonomique qui optimise les workflows des services d'imagerie médicale

MERCREDI 02 DéCEMBRE 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le logiciel de RIS DX Image est déployé depuis quelques années au sein du CHU de Montpellier (CHUM). Pierre-Paul Romann, Responsable des suites logicielles à la Direction du numérique de cet établissement, que nous avons rencontré, revient sur les apports de cette solution pour les acteurs de l’imagerie médicale du CHUM et sur sa valeur ajoutée pour leur pratique quotidienne.

Dedalus France

Thema Radiologie : Le CHU de Montpellier a choisi DX Image comme solution RIS pour les pôles d’imagerie de l’établissement. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?

Pierre-Paul Romann : En 2012, la politique du CHU de Montpellier, dont j’assure, au sein de la Direction du numérique en Santé, la responsabilité des suites logicielles pour les plateaux techniques, était de renouveler le Dossier Patient Informatisé (DPI) qui était devenu obsolète. Après un appel d’offres, le DPI DX Care de Dedalus a fait l’objet d’un consensus au niveau de l’établissement et a été déployé. L’appel d’offre global comprenait également le RIS, DX Image, développé par le même éditeur. Il a donc été intégré dans la transaction.

T.R. : Le RIS a donc fait partie d’une réflexion globale. Mais comment passer d’un RIS ancienne génération à un logiciel aussi riche que DX Image ?

P-P. R. : La première contrainte, dans ces cas-là est la migration depuis l’ancien logiciel, Q-Doc d’Agfa, vers le nouveau logiciel. Nous avons trouvé rapidement une valeur ajoutée évidente dans la pratique quotidienne. Ensuite, il faut que chaque utilisateur, secrétaire, manipulateur d’électroradiologie et radiologue, prenne l’outil en main et l'adopte, chacun dans son domaine. Et je dois dire sur ce point que les consultants Dedalus ont été très efficaces pour les paramétrages et la formation des personnels sur site. Rappelons que le RIS a dû être déployé dans d’autres services que l’imagerie, notamment en cardiologie et en gynécologie – obstétrique où l’échographie est largement utilisée. Enfin, la dernière contrainte majeure est la migration des données et des rendez-vous dans la nouvelle plateforme. Là aussi, nous n’avons pas rencontré de problème majeur.

T.R. : Quels sont les apports spécifiques de DX Image par rapport au RIS précédent ?

P-P. R. : Même si les fonctionnalités sont les mêmes, à savoir les rendez-vous, les cotations, la dictée numérique avec la reconnaissance vocale, la solution Dedalus s’est montrée plus ergonomique, avec notamment une présentation en onglets qui facilite le travail des professionnels au quotidien. Mais c’est son intégration avec DX Care qui semble le progrès le plus reconnu par l’ensemble des acteurs. Il est possible en effet d’activer les fonctionnalités de prescription connectée dans DX Care, qui renseigne ensuite le RIS dans lequel le radiologue valide la prescription afin d'insérer dans le planning d’examens ladite prescription. J’ajoute que DX Image est aussi une solution « Stand Alone » qui peut être déployée hors solutions appartenant à la famille DX de Dedalus[1].

T.R. : Quels sont les retours d’expérience des professionnels pour les usages de DX Image ?

P-P. R. : Au niveau du secrétariat, les nouvelles pratiques ont vite été assimilées, la caractéristique semi-automatique n’étant pas pour déplaire. Pour les manipulateurs également, qui doivent renseigner les cotations d’examens, la saisie automatique des actes est proposée pour plus d’efficience et la dose reçue par le patient est directement intégrée au compte rendu. J’ajoute que DX Image peut renseigner le cumul de doses pour un même patient. Quant aux radiologues, ils sont très satisfaits de l’outil de dictée et reconnaissance vocale (RV) proposé par cette solution, avec la liberté de choisir d’utiliser la RV ou pas.

T.R. : Comment le RIS est-il appréhendé au niveau du GHT dont le CHU de Montpelier est l’établissement support ?

P-P. R. :  LE DPI DX Care est en cours de déploiement au sein de certaines structures du GHT. Il n’en est pas de même pour le RIS pour l’instant. Par ailleurs, l’infrastructure est prête à recevoir les données des établissements extérieurs puisque l’archivage est aujourd’hui hébergé par Orange, bien que, physiquement, les serveurs se situent dans nos locaux.

T.R. : Au final, et avec un peu de recul, comment jugez-vous l’aide apportée par DX Image aux professionnels de l’imagerie médicale au CHU de Montpellier ?

P-P. R. : Ce logiciel est globalement satisfaisant pour la pratique de l’imagerie, même dans les services utilisateurs tiers. L’intégration avec DX Care, l’ergonomie de travail et les fonctionnalités semi-automatiques proposées par DX Image en font un atout pour améliorer les workflows d’examens et la qualité du service rendu au patient.

[1] DX Image est utilisé en « stand alone » aux Hospices civils de Lyon.

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

La plateforme de communication inter-hospotalière s'ouvre aux praticiens libéraux
16/01/2021 : La coopération ville hôpital peut désormais s’appuyer sur ROFIM, une start-up qui édite une solution de télémédecine, messagerie sécurisée et RCP s’ouvrant désormais aux praticiens libéraux.

Publication de la première base de données MIDRC-RECORD COVID-19
04/01/2021 : La recherche en imagerie du COVID-19 dispose désormais, avec la base de données images scanographiques RECORD hébergée par la National Cancer Institute américain, d’un outil ouvert pour faire évoluer les savoirs dans ce domaine et élaborer des algorithmes de deep learning dédiés. La base devrait bientôt s’enrichir d’images scanner COVID-négatives et d’images radiologiques thoraciques COVID+.

Plus de peur que de mal après la cyberattaque sur Dedalus
07/12/2020 : Suite à une cyberattaque, le Groupe Dedalus France a vu quelques fichiers de partage et quelques machines internes endommagées. Mais rien sur les données clients de la firme.  

DX Image : un RIS ergonomique qui optimise les workflows des services d'imagerie médicale
02/12/2020 : Le logiciel de RIS DX Image est déployé depuis quelques années au sein du CHU de Montpellier (CHUM). Pierre-Paul Romann, Responsable des suites logicielles à la Direction du numérique de cet établissement, que nous avons rencontré, revient sur les apports de cette solution pour les acteurs de l’imagerie médicale du CHUM et sur sa valeur ajoutée pour leur pratique quotidienne.

Les mammographies bénéficient d'une deuxième lecture à St-Pierre-et-Miquelon
01/12/2020 : Grâce à un processus de relecture à distance, le Centre hospitalier de St-Pierre-et-Miquelon sécurise l’interprétation des mammographies réalisées sur l’archipel.

Une offre complète de services et de logiciels pour accompagner les radiologues
30/10/2020 : Avec l’acquisition de l’activité logicielle d’Agfa et celle en cours de la branche santé de DXC Technology, Dedalus conforte sa position de leader européen des systèmes d’information de Santé. Son offre de services, qui couvre la totalité des besoins, permet aux radiologues publics ou libéraux de se concentrer sur leur cœur de métier et de gagner en productivité.

La Bretagne se dote d'une plateforme de téléradiologie publique - privée
26/10/2020 : Deeplink Medical / Imadis et CGTR ont été choisis pour apporter leurs solutions techniques au projet de téléradiologie publique-privée en Bretagne.

Le Ségur numérique en radiologie est en marche !
20/10/2020 : Le Ségur du numérique en radiologie a abouti à la mise en place d’un groupe de travail impliquant les responsables de toutes les entités du secteur. Il s’agit de proposer une stratégie de conduite du changement en élaborant les indicateurs et incitatifs nécessaire à l’évolution des pratiques et des moyens.

Dedalus dévoile la dynamique de son offre en imagerie, centrée sur les usages des radiologues
02/10/2020 : Dedalus, qui a acquis l’activité logiciels d’Agfa HealthCare IT le 5 mai 2020, présente son offre complète en imagerie, couvrant tous les besoins du radiologue. Flexible, conçue pour s’adapter aux différents usages métier, accessible à partir d’un écran unique, elle réunit un RIS de la prise de RDV à la diffusion des résultats, un PACS, répondant aux enjeux de mutualisation des données, un viewer et une solution d’archivage neutre (VNA), d’aide à la décision et plus largement l’accès au télédiagnostic dans un contexte de crise sanitaire.

Dedalus s'engage pour la feuille de route du numérique en Santé
29/09/2020 : Le groupe Dedalus a confirmé, le 14 septembre 2020, son engagement envers la feuille de route du numérique en santé.Acteur important du numérique en santé en France depuis de nombreuses années, le groupe était naturellement actif sur toutes les évolutions règlementaires et stratégiques de l’e-santé́.


Valorisation des forfaits techniques : le Ministère n'a pas tenu ses engagements selon le G4
25/01/2021 : En guise de vœux pour la nouvelle année, le législateur a décidé de remettre en service le fameux Article 99 encadrant les tarifs des actes d’imagerie lourde, estimant que les objectifs de la pertinence des actes n'avaient pas été atteints. Le G4 vient de réagir pour dénoncer le non-respect des engagements pris par le Ministère.

Les vertébroplasties cervicales par abord transpédiculaire montrent leur efficacité
20/01/2021 : Pour réaliser une vertébroplastie cervicale, mieux vaut choisir un abord transpédiculaire postérieur. C’est ce qui ressort d’une étude strasbourgeoise publiée dans la Revue European Radiology.

Dépistage du cancer : des retards de prise en charge aux conséquences regrettables
19/01/2021 : Alors que les campagnes de dépistage du cancer ont pris du retard en 2020 pour cause de pandémie, il semble que les effets néfastes de ce délai de prise en charge ne se fassent sentir. Dans les Hauts-de-France comme partout sur le territoire on espère que la nouvelle année sera celle du retour des patients au centre de radiologie ou de cancérologie.

Inscrivez-vous au webinar dédié à l'hygiène en imagerie !
19/01/2021 : Ulrich Medical propose un webinar le 27 janvier 2020 sur le thème de l’hygiène au sein des centres d’imagerie médicale. Pour une évocation des principes qui régissent cette discipline, d’hier au Covid.

Scanner du COOVID-19 : deux systèmes de classification équivalents
18/01/2021 : Un nouvel article publié dans la revue Radiology: Cardiothoracic Imaging a révélé que la fréquence d'infection au COVID-19 était plus élevée chez les patients classés avec des catégories de classification CO-RADS et RSNA plus élevées. Les résultats peuvent être utiles pour déterminer la probabilité de COVID-19 et homogénéiser les pratiques sur la base du scanner thoracique, en plus des informations cliniques et de la RT-PCR.

La certification des logiciels d'IA/ML en tant que dispositifs médicaux est en marche aux USA
18/01/2021 : La certification des logiciels d’intelligence artificielle et machine learning (AI/ML) est en marche aux USA. Après un long travail collégial d’évaluation des risques pour le patient et un plan de contrôle des changements prédéterminés, la FDA vient de mettre en place un plan d’action en cinq parties pour évaluer les logiciels AI/ML en tant que dispositifs médicaux.

La plateforme de communication inter-hospotalière s'ouvre aux praticiens libéraux
16/01/2021 : La coopération ville hôpital peut désormais s’appuyer sur ROFIM, une start-up qui édite une solution de télémédecine, messagerie sécurisée et RCP s’ouvrant désormais aux praticiens libéraux.

Événement significatif en radioprotection dans un bloc opératoire de Brest
14/01/2021 : Un praticien d’une clinique de Brest a fait l’objet d’un événement significatif en radioprotection en octobre 2020. Les pratiques de prévention contre les rayonnements ionisants se sont avérées insuffisantes, ce qui explique le dépassement de dose observé sur ce praticien.

Les professionnels de Santé se prononcent sur leur vaccination anti-COVID
14/01/2021 : Medscape édition française a sondé ses lecteurs pour connaître leur opinion sur les vaccins anti-COVID. Si la majorité des médecins souhaitent se faire vacciner, les deux sortes de vaccins n’obtiennent pas le même succès.

Anomalies cardiaques décelées à l'IRM chez les patients guéris du COVID-19
13/01/2021 : Le volume extracellulaire dérivé de l'IRM et la souche longitudinale globale 2D pourraient servir de marqueurs de l'atteinte cardiaque chez des patients guéris du COVID-19, sans symptômes cardiaques ni signes cliniques de lésion myocardique. C’est le résultat d’une étude chinoise publiée dans la Revue Radiology.


Les signes radiologiques abdominaux qui pourraient être induits par le COVID-19
12/05/2020 : En plus des affections pulmonaires, les patients atteints de COVID-19 peuvent présenter certaines anomalies intestinales. Une étude publiée dans la Revue Radiology objective une ischémie intestinale allant jusqu’à la nécrose ou des collections aériques porte ou dans la paroi intestinale.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Valorisation des forfaits techniques : le Ministère n'a pas tenu ses engagements selon le G4
25/01/2021 : En guise de vœux pour la nouvelle année, le législateur a décidé de remettre en service le fameux Article 99 encadrant les tarifs des actes d’imagerie lourde, estimant que les objectifs de la pertinence des actes n'avaient pas été atteints. Le G4 vient de réagir pour dénoncer le non-respect des engagements pris par le Ministère.

Inscrivez-vous au webinar dédié à l'hygiène en imagerie !
19/01/2021 : Ulrich Medical propose un webinar le 27 janvier 2020 sur le thème de l’hygiène au sein des centres d’imagerie médicale. Pour une évocation des principes qui régissent cette discipline, d’hier au Covid.

La certification des logiciels d'IA/ML en tant que dispositifs médicaux est en marche aux USA
18/01/2021 : La certification des logiciels d’intelligence artificielle et machine learning (AI/ML) est en marche aux USA. Après un long travail collégial d’évaluation des risques pour le patient et un plan de contrôle des changements prédéterminés, la FDA vient de mettre en place un plan d’action en cinq parties pour évaluer les logiciels AI/ML en tant que dispositifs médicaux.

Scanner du COOVID-19 : deux systèmes de classification équivalents
18/01/2021 : Un nouvel article publié dans la revue Radiology: Cardiothoracic Imaging a révélé que la fréquence d'infection au COVID-19 était plus élevée chez les patients classés avec des catégories de classification CO-RADS et RSNA plus élevées. Les résultats peuvent être utiles pour déterminer la probabilité de COVID-19 et homogénéiser les pratiques sur la base du scanner thoracique, en plus des informations cliniques et de la RT-PCR.

Les nouveaux territoires de la radiologie débattus par ceux qui la font évoluer
06/01/2021 : C’est à une session très didactique que nous a convié Ortus avec sa web émission « Nouveau territoires de la radiologie ». La recherche, les parcours de soins, la place de l’imagerie dans celui-ci, l’imagerie hybride ou l’intelligence artificielle ont été notamment évoqués.

L'étude NELSON promeut le dépistage du cancer du poumon par scanner
10/02/2020 : Le New England Journal of Medicine a publié, dernièrement les résultats de l’étude NELSON sur le dépistage du cancer du poumon chez les fumeurs. Il semble que le scanner low dose puisse significativement réduire le taux de mortalité de ces populations.

Lésions pulmonaires provoquées par le vapotage : un modèle scanographique identifié
01/09/2020 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology : Cardiothoracic Imaging, les pathologies pulmonaires causées par le vapotage entrainent des imafges scanographiques caractéristiques. Ces modèles pourraient aider les médecins à poser des diagnostics précis et à réduire les biopsies inutiles.

Dépistage du cancer : des retards de prise en charge aux conséquences regrettables
19/01/2021 : Alors que les campagnes de dépistage du cancer ont pris du retard en 2020 pour cause de pandémie, il semble que les effets néfastes de ce délai de prise en charge ne se fassent sentir. Dans les Hauts-de-France comme partout sur le territoire on espère que la nouvelle année sera celle du retour des patients au centre de radiologie ou de cancérologie.