Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > Le suivi IRM des joueurs de tennis en surpoids objective une dégénérescence cartilagineuse accrue des genoux

Le suivi IRM des joueurs de tennis en surpoids objective une dégénérescence cartilagineuse accrue des genoux

JEUDI 19 NOVEMBRE 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Les sports de raquette semblent accélérer la dégénérescence des articulations du genou chez les personnes en surpoids souffrant d'arthrose, selon une étude présentée lors du dernier congrès de la Radiological Society of North America (RSNA). Une surcharge articulaire nocive déclenchant un stress de contact accru sur le ménisque sont des pistes pour expliquer le phénomène.

RSNA

L'arthrose de l'articulation du genou est une cause majeure de douleur et d'invalidité dans le monde, touchant environ 14 millions de personnes rien qu’aux États-Unis. L'excès de poids corporel est un facteur de risque majeur.

Les sports de raquette plus nocifs pour les genoux que le jogging

L'activité physique est recommandée pour les personnes en surpoids, mais, selon le type d'exercice, les articulations du genou peuvent souffrir, ce qui a rarement été étudié par IRM. Dans une étude présentée au RSNA 2019, des chercheurs ont utilisé l’IRM pour évaluer le taux de dégénérescence de l'articulation du genou chez 415 patients en surpoids et/ou obèses, âgés en moyenne de 59 ans, tirés de l'Osteoarthritis Initiative, une cohorte soutenue par les National Institutes of Health, et souffrant d'arthrose légère à modérée.

Les participants à l'étude ont conservé des registres détaillés de leur pratique de six types différents d'activités physiques, notamment les sports de balle, le vélo, le jogging, le vélo elliptique, les sports de raquette et la natation. Les chercheurs ont réalisé des IRM de base, puis ont mesuré les changements dans les genoux des patients sur quatre ans en utilisant le score Whole-Organ Magnetic Resonance Imaging (WORMS) qui, plus il est élevé plus l’articulation dégénère.

Les patients participant régulièrement à des sports de raquette ont vu leur score WORMS augmenter de manière significative, par rapport aux patients utilisant régulièrement le vélo elliptique au cours de la période d'étude. Étonnamment, le score WORMS a également augmenté de manière significative dans le groupe des sports de raquette par rapport au groupe jogging. Les participants aux sports de raquette ont vu une dégénérescence significativement plus grande dans le compartiment du cartilage tibial médian.

Des mouvements latéraux qui peuvent accélérer la dégénescence des structures articulaires du genou

Les participants utilisant le vélo elliptique ont montré les plus petits changements de dégénérescence structurelle sur quatre ans. « Nous avons également constaté que les entraînements utilisant un vélo elliptique étaient associés à une réduction de la progression des défauts globaux de l'articulation du genou et du cartilage, remarque l'auteur principal de l'étude, le Dr Silvia Schirò, de l'Université de Californie à San Francisco et de l'Université de Parme en Parme (Italie). De plus, nos résultats ont montré qu'en comparant différentes activités à faible impact, telles que le vélo, le vélo elliptique et la natation, le vélo elliptique était associé à la plus faible augmentation des sous-scores WORMS en 48 mois. »

La dégénérescence plus rapide des articulations du genou chez les personnes qui ont pratiqué des sports de raquette est probablement due aux mouvements latéraux à grande vitesse inhérents à ces sports, d’après le Dr Schirò. Ces mouvements peuvent affecter le condyle fémoral et le ménisque. « Une grande force latérale exercée au niveau du pied pendant les mouvements latéraux peut entraîner de grands moments d'adduction du genou, qui confère des charges de compression élevées sur le tibia médial et le condyle fémoral », poursuit-elle.

Le badmington ou le tennis en double comme alternative

Les chercheurs théorisent que la mécanique des articulations est altérée chez les personnes en surpoids et obèses, avec une surcharge articulaire nocive déclenchant un stress de contact accru sur le ménisque. Les dommages au ménisque compromettent le coussin protecteur sur le cartilage du genou. « Une activité physique à fort impact avec une charge élevée et des forces de cisaillement élevées peut déclencher et accélérer ce processus, précise le Dr Schirò. De plus, les pratiquants de sports de raquette ont montré une dégénérescence méniscale beaucoup plus importante que le reste du groupe d'étude. »

Les données suggèrent que les personnes en surpoids qui continuent de pratiquer des sports de raquette pourraient ralentir la dégénérescence de leurs genoux en apportant des modifications à leurs activités, telles que le passage à des sports avec des charges de cisaillement moins rapides et plus élevées comme le badminton ou le tennis en double. Cependant, le Dr Schirò souligne que le processus dégénératif est complexe et que la mécanique des articulations est très variable selon le patient. « Il est possible que certaines personnes ayant une force et un contrôle moteur suffisants soient capables de pratiquer ces sports en toute sécurité, conclut-elle. Nos données suggèrent qu'en tant que groupe, les personnes en surpoids et obèses qui pratiquent des sports de raquette courent un risque plus élevé de progression de la maladie. »

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Le suivi IRM des joueurs de tennis en surpoids objective une dégénérescence cartilagineuse accrue des genoux
19/11/2020 : Les sports de raquette semblent accélérer la dégénérescence des articulations du genou chez les personnes en surpoids souffrant d'arthrose, selon une étude présentée lors du dernier congrès de la Radiological Society of North America (RSNA). Une surcharge articulaire nocive déclenchant un stress de contact accru sur le ménisque sont des pistes pour expliquer le phénomène.

Dispositifs implantables et IRM : une nouvelle évaluation des risques ?
26/10/2020 : Selon une étude publiée dans Radiology: Cardiothoracic Imaging, les examens d’IRM peuvent être effectués en toute sécurité chez les patients porteurs d'appareils cardiaques non compatibles IRM, notamment ceux qui dépendent d’un stimulateur cardiaque ou les sondes d'entrainement abandonnées.

Actualité du parc IRM français en septembre 2020
23/09/2020 : Dans notre série sur l’évolution des installations d’IRM en France, la presse régionale rapporte de nouvelles installations à Créteil, à Montpellier, à Romilly-sur-Seine et à Prades.

L'IRM cardiaque pour sécuriser la reprise des athlètes victimes de myocardite post COVID-19
21/09/2020 : Dans une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’État de l'Ohio (USA) et publiée en ligne dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) Cardiology, l’IRM cardiaque est efficace pour identifier une myocardite due au COVID-19 chez les athlètes et peut aider à déterminer leur reprise de compétition en toute sécurité.

Succès d'audience pour le premier cours d'automne ESOR
07/09/2020 : Ce sont plus de 300 personnes qui ont suivi le premier de la série de cours d’automne organisés en ligne par l’European School of Radiology (ESOR) sur l’IRM abdominale. Prochain numéro le 11 septembre 2020 consacré à) la neuroradiologie.

Exploration pré-TAVI : Angio-IRM sans injection ou Angioscanner ?
21/08/2020 : L’évaluation des dimensions des vaisseaux par angio-IRM sans contraste lors des examens pré-opératoires en vue de la pose d’un TAVI est relativement bien corrélée avec les mesures provenant d’un angioscanner. Une étude parue dans la Revue European Radiology le montre, les chercheurs observant qu’il s’agit d’un gain de chance pour les patients insuffisants rénaux.

Le large spectre de pathologies cérébrales liées au COVID-19
05/08/2020 : Une étude suédoise rapporte un large spectre de pathologies neurologiques liées au COVID-19. Dans la Revue Radiology, les chercheurs ont identifié des anomalies en majorité vasculaires et inflammatoires.

Évaluer les métastases hépatiques colorectales grâce à l'élastographie par résonance magnétique
23/06/2020 : L’élastographie par IRM est susceptible de donner des informations sur l’évolution de métastases hépatiques colorectales après chimioembolisation. Les différences d’élasticité et de taille des lésions peuvent ainsi être évaluées.

COVID-19 : une étude française recueille les signes cérébraux fréquents à l'IRM
18/06/2020 : Une nouvelle étude multi-institutionnelle française publiée dans la revue Radiology identifie les tendances des résultats anormaux d’IRM cérébrale chez les patients atteints de COVID-19. Des anomalies temporales et des lésions hémorragiques sont souvent constatées.

Les experts en imagerie urologique émettent des recommandations sur la qualité de l'IRM multiparamétrique de la prostate
04/06/2020 : Suite à leur travail sur la qualité des examens d’IRM multiparamétrique prostatique, des experts européens de la spécialité sont arrivés au consensus que les radiologues doivent être formés spécifiquement à la qualité de l’acquisition et du compte rendu. Cette étude a été publiée dans la Revue European Radiology.


Signature d'un partenariat pour la détection des AVC par IA à partir du scanner cérébral
19/11/2020 : En signant un partenariat avec Avicienna.AI, Canon Medical permet aux radiologues d’être alertés en cas d’AVC hémorragique ou ischémique lors d’un scanner cérébral.

Le suivi IRM des joueurs de tennis en surpoids objective une dégénérescence cartilagineuse accrue des genoux
19/11/2020 : Les sports de raquette semblent accélérer la dégénérescence des articulations du genou chez les personnes en surpoids souffrant d'arthrose, selon une étude présentée lors du dernier congrès de la Radiological Society of North America (RSNA). Une surcharge articulaire nocive déclenchant un stress de contact accru sur le ménisque sont des pistes pour expliquer le phénomène.

Plus qu'un fournisseur, Philips est un partenaire
18/11/2020 : Cette année 2020 a été marquée par une crise sanitaire inédite qui a bousculé l’ensemble des acteurs du domaine médical. Jérôme Chevillotte, responsable pôle Diagnostic de précision au sein des équipes Philips Commercial France, revient sur les actions concrètes des derniers mois.

Le Mois sans tabac ravive les besoins de scanner low dose pour le dépistage précoce du cancer du poumon
18/11/2020 : En ce mois sans tabac de sensibilisation au cancer du poumon, la FNMR souhaite interpeler les pouvoirs publics sur les avantages que pourrait apporter le scanner low dose pour le dépistage précoce de cette maladie.

Les apports de la tomosynthèse dans l'étude de Vérone dédiée au dépistage du cancer du sein
16/11/2020 : La tomosynthèse mammaire, en combinaison avec la mammographie synthétique, améliore la détection du cancer par rapport à la mammographie numérique seule, selon une étude italienne publiée dans la revue Radiology. Les résultats de l'étude ajoutent un soutien supplémentaire à l'utilisation du DBT dans les programmes de dépistage du cancer du sein en population.

Audiences records pour l'IDoR 2020
16/11/2020 : L’IDoR 2020 a connu un engouement sans précédent cette année. Le rôle majeur tenu par l’imagerie médicale dans le diagnostic et le traitement de la maladie à COVID-19 y a contribué grandement et les retours d’expérience feront l’objet d’un livre électronique.

Robocath s'ouvre au marché chinois
12/11/2020 : Afin d’adresser le marché de l’imagerie interventionnelle chinois, Robocath vient de créer, avec MedBot, une joint-venture. L’assemblage de la plateforme R-One et la fabrication de consommables seront réalisés sur place.

La Profession Médicale Intermédiaire sera pluridisciplinaire ou ne sera pas
12/11/2020 : Alors qu’une proposition de Loi souhaite créer une Profession Médicale Intermédiaire (PMI), les manipulateurs, comme les autres professionnels paramédicaux - hors infirmier – sont exclus des discussions. Ils contestent, de même que les cadres de santé, cette disposition et souhaitent faire entendre leur voix.

La radiothérapie intra-opératoire est de retour
11/11/2020 : La radiothérapie per-opératoire est de nouveau très utilisée de nos jours et ses indications sont bénéfiques pour les patients. C’est ce qu’a montré un récent webinar diffusé sur la plateforme Oncostream.

L'IRM abrégée pour mieux dépister les cancers des seins denses
10/11/2020 : Dans une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Oncology, l’IRM abrégée montre des résultats supérieurs à la tomosynthèse pour le dépistage du cancer chez les femmes aux seins denses. Le Gouverneur de Pennsylvanie a même pris un décret obligeant les assureurs à rembourser cette exploration complémentaire.


Les apports de la tomosynthèse dans l'étude de Vérone dédiée au dépistage du cancer du sein
16/11/2020 : La tomosynthèse mammaire, en combinaison avec la mammographie synthétique, améliore la détection du cancer par rapport à la mammographie numérique seule, selon une étude italienne publiée dans la revue Radiology. Les résultats de l'étude ajoutent un soutien supplémentaire à l'utilisation du DBT dans les programmes de dépistage du cancer du sein en population.

Gadolinium et grossesse: des risques significatifs d'exposition fœtale
06/09/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un nombre limité mais préoccupant de femmes sont exposées à un produit de contraste au gadolinium au début de leur grossesse. Les chercheurs suggèrent de mener des mesures efficaces de dépistage de la grossesse afin de réduire l'exposition par inadvertance à ces agents de contraste en début de grossesse.

Plus qu'un fournisseur, Philips est un partenaire
18/11/2020 : Cette année 2020 a été marquée par une crise sanitaire inédite qui a bousculé l’ensemble des acteurs du domaine médical. Jérôme Chevillotte, responsable pôle Diagnostic de précision au sein des équipes Philips Commercial France, revient sur les actions concrètes des derniers mois.

Un radiotraceur de l'épilepsie visible au TEP
22/01/2020 : Un radiotraceur qui se lie spécifiquement à une classe de récepteurs cérébraux lorsqu'il est injecté à des rats et à des humains vivants vient d’être mis au point par une équipe japonaise. Visible lors d’un examen de TEP, ce composé pourrait améliorer le diagnostic et le traitement de l’épilepsie.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Une revue exhaustive des manifestations multisystémiques du COVID-19
03/11/2020 : Deuxième volet de la revue exhaustive réalisée par la plateforme RadioGraphics sur les manifestations radiologiques du COVID-19. Une iconographie toujours aussi impressionnante des affections cardiaques, neurologiques, abdominales, pédiatriques ou musculo-squelettiques notamment, dues au virus.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

L'IRM abrégée pour mieux dépister les cancers des seins denses
10/11/2020 : Dans une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Oncology, l’IRM abrégée montre des résultats supérieurs à la tomosynthèse pour le dépistage du cancer chez les femmes aux seins denses. Le Gouverneur de Pennsylvanie a même pris un décret obligeant les assureurs à rembourser cette exploration complémentaire.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.