Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie de la femme > L'IRM abrégée pour mieux dépister les cancers des seins denses

L'IRM abrégée pour mieux dépister les cancers des seins denses

MARDI 10 NOVEMBRE 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Dans une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Oncology, l’IRM abrégée montre des résultats supérieurs à la tomosynthèse pour le dépistage du cancer chez les femmes aux seins denses. Le Gouverneur de Pennsylvanie a même pris un décret obligeant les assureurs à rembourser cette exploration complémentaire.

Journal Clinical Oncology

Une étude menée à la Perelman School of Medicine de l'Université de Pennsylvanie a souhaité explorer les procédures diagnostiques de dépistage effectuées sur des femmes asymptomatiques aux seins denses. Dans cette étude rétrospective, dont les résultats ont été publiés dans le Journal of Clinical Oncology, des patientes ayant fait l’objet d’une tomosynthèse négative au cours des 11 mois précédents ont passé une IRM abrégée des seins. Les chercheurs ont découvert que l’IRM détectait environ 27 cancers pour 1000 femmes dépistées. En comparaison, la tomosynthèse détecte environ quatre à cinq cancers sur 1000 femmes dépistées, en moyenne.

Une législation spécifique dans certains États pour le dépistage des patientes aux seins denses

« La mammographie est le meilleur outil dont nous disposons pour détecter le cancer du sein, mais ce n’est pas parfait, précise le Dr Susan Weinstein, professeur agrégé de radiologie à Penn et auteur principal de cette étude. Chez les femmes ayant des tissus adipeux, nous pouvons très facilement détecter le cancer. Mais chez les femmes aux seins très denses, la sensibilité peut être inférieure à 30 pour cent. Nous devons commencer à réfléchir à la manière de mieux dépister les femmes aux seins denses, et l’IRM abrégée est une option efficace et faisable. »

La tomosynthèse mammaire est devenue la nouvelle norme d’exploration pour le dépistage du cancer du sein depuis qu'elle a été approuvée par la FDA américaine en 2011, détectant en moyenne 25% de cancers supplémentaires pour 1000 femmes par rapport à la mammographie 2D. Pour sensibiliser aux limites de la mammographie dans les seins denses, une législation sur la notification de la densité mammaire a été adoptée dans 38 États américains et dans le district de Columbia, obligeant les médecins à informer les patientes aux seins denses. Elle subit alors l'examen de dépistage supplémentaire le plus courant, l'échographie, qui est facilement disponible dans la plupart des centres de radiologie. Mais l'échographie a des limites et de nombreuses études ont démontré un taux de détection du cancer significativement plus élevé avec l'IRM injectée par rapport à un dépistage par ultrasons.

 L’IRM abrégée, mieux que la tomosynthèse

Le défi est que l'IRM du sein est une ressource limitée et coûteuse. Il peut nécessiter de nombreuses acquisitions, ce qui peut prendre jusqu'à 40 minutes. L'IRM abrégée, en revanche, est une version plus récente et raccourcie du dépistage. Elle ne nécessite que trois séquences en moyenne, ce qui en fait une option plus accessible pour les 40% de femmes américaines aux seins denses. En 2016, le groupe multidisciplinaire de recherche sur le cancer ECOG-ACRIN a lancé un essai clinique auprès de 1444 femmes pour comparer l'IRM mammaire abrégée à la tomosynthèse. L'équipe de recherche, dirigée par le Dr Sloan Kettering et par le Pr Mitchell D.Schnall, président de radiologie à Penn Medicine, a constaté que parmi les femmes aux seins denses,l'IRM mammaire abrégée avait un taux significativement plus élevé de détection du cancer invasif que la tomosynthèse (JAMA - février 2020).

Alors que l'essai de recherche ECOG-ACRIN était en cours, le département de radiologie a décidé de commencer à offrir une IRM abrégée aux patientes de Penn Medicine comme option de dépistage supplémentaire pour celles qui ont des seins denses. Dans leur étude rétrospective des données de cette période, le Dr Weinstein et ses collègues ont trouvé, par IRM abrégée, 13 cancers chez 475 patients qui avaient une tomosynthèse négative.

De nouvelles recherches pour identifier les apports en espérance de vie

Actuellement, Penn Medicine est l'un des rares systèmes de santé du pays à proposer une IRM abrégée comme dépistage supplémentaire du cancer du sein pour les patientes présentant un tissu mammaire hétérogène ou extrêmement dense, avec une mammographie précédente négative au cours des 11 derniers mois. En Pennsylvanie, l'IRM abrégée n'était pas couverte par une assurance, mais en juillet 2020, le gouverneur Tom Wolf a signé le projet de loi 595 du Sénat, qui oblige les assureurs à couvrir les dépistages supplémentaires, y compris l'IRM, pour les femmes aux seins denses.

« Avec l’accumulation de données, il y aura beaucoup de débats sur la façon dont nous devrions dépister les femmes aux seins denses et comment nous devrions payer pour cela, conclut le Dr Weinstein. Il est important de garder à l’esprit que, bien que nous détections plus de cancers, nous ne connaissons pas les avantages à long terme, tels que les taux de survie. Avec de nouvelles recherches, nous aurons plus d'informations à l'avenir. »

Bruno Benque avec JCO


toshiba

Les apports de la tomosynthèse dans l'étude de Vérone dédiée au dépistage du cancer du sein
16/11/2020 : La tomosynthèse mammaire, en combinaison avec la mammographie synthétique, améliore la détection du cancer par rapport à la mammographie numérique seule, selon une étude italienne publiée dans la revue Radiology. Les résultats de l'étude ajoutent un soutien supplémentaire à l'utilisation du DBT dans les programmes de dépistage du cancer du sein en population.

L'IRM abrégée pour mieux dépister les cancers des seins denses
10/11/2020 : Dans une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Oncology, l’IRM abrégée montre des résultats supérieurs à la tomosynthèse pour le dépistage du cancer chez les femmes aux seins denses. Le Gouverneur de Pennsylvanie a même pris un décret obligeant les assureurs à rembourser cette exploration complémentaire.

IA et dépistage du cancer du sein : sensibilité accrue et temps de diagnostic raccourci
06/11/2020 : L'intelligence artificielle (IA) peut améliorer les performances des radiologues dans la lecture des mammographies de dépistage du cancer du sein, selon une étude publiée dans Radiology: Artificial Intelligence. Un logiciel de ce type a obtenu la validation de la FDA américaine en mars 2020.

La FNMR innove pour sa communication Octobre rose
07/10/2020 : Dans le cadre d’Octobre rose 2020, la FNMR cible cette année le duo mère-fille. Une campagne d’affichage et une carte interactive des centres de radiologie libérale sont également diffusés largement.

Prédire le risque de cancer du sein à partir d'un dépistage négatif
25/09/2020 : Prédire l’apparition prochaine d’un cancer du sein à partir d’une mammographie de dépistage négative, tel est le défi lancé dans une étude publié dans la Revue Radiology. Un logiciel de deep learning permet d’aboutir à des résultats sérieux.

Le dépistage du cancer du sein assuré jusque dans les régions saoudiennes reculées
22/07/2020 : En faisant l’acquisition de dix unités mobiles de mammographie autonomes plusieurs jours, le Ministère de la Santé d’Arabie Saoudite espère voir augmenter le taux de dépistage du cancer du sein. Un projet porté par Fujifil et Toutenkamion.

Un outil d'aide à la décision en mammographie
10/07/2020 : Dans une conférence de presse virtuelle, deux radiologues présentent les avantages de la solution ProFound AI™ pour l’aide à la décision en mammographie.

Un groupe de travail HAS pour évaluer l'intérêt l'angiomammogramme
22/06/2020 : La HAS lance un appel à candidature pour participer au groupe de travail d’évaluation de l’intérêt de l’angiomamogramme. La clôture des candidatures est fixée au 26 juin 2020.

Un suivi systématique à six mois serait préférable pour les lésions mammaires classées BI-RADS 3
20/05/2020 : Les femmes présentant des lésions mammaires classées BI-RADS 3 devraient systématiquement suivies à six mois. C’est ce que suggère une étude publiée dans la Revue Radiology en raison du risque faible mais non négligeable que ces lésions soient malignes.

Déconfinement : les activités de sénologie peuvent reprendre, mais il faudra prioriser
07/05/2020 : Un collège issu de six sociétés savantes a édité un recueil de recommandations pour la reprise des activités de mammographie à partir du 11 mai 2020. Ce document a été publié dans le Bulletin du Cancer.


Signature d'un partenariat pour la détection des AVC par IA à partir du scanner cérébral
19/11/2020 : En signant un partenariat avec Avicienna.AI, Canon Medical permet aux radiologues d’être alertés en cas d’AVC hémorragique ou ischémique lors d’un scanner cérébral.

Le suivi IRM des joueurs de tennis en surpoids objective une dégénérescence cartilagineuse accrue des genoux
19/11/2020 : Les sports de raquette semblent accélérer la dégénérescence des articulations du genou chez les personnes en surpoids souffrant d'arthrose, selon une étude présentée lors du dernier congrès de la Radiological Society of North America (RSNA). Une surcharge articulaire nocive déclenchant un stress de contact accru sur le ménisque sont des pistes pour expliquer le phénomène.

Plus qu'un fournisseur, Philips est un partenaire
18/11/2020 : Cette année 2020 a été marquée par une crise sanitaire inédite qui a bousculé l’ensemble des acteurs du domaine médical. Jérôme Chevillotte, responsable pôle Diagnostic de précision au sein des équipes Philips Commercial France, revient sur les actions concrètes des derniers mois.

Le Mois sans tabac ravive les besoins de scanner low dose pour le dépistage précoce du cancer du poumon
18/11/2020 : En ce mois sans tabac de sensibilisation au cancer du poumon, la FNMR souhaite interpeler les pouvoirs publics sur les avantages que pourrait apporter le scanner low dose pour le dépistage précoce de cette maladie.

Les apports de la tomosynthèse dans l'étude de Vérone dédiée au dépistage du cancer du sein
16/11/2020 : La tomosynthèse mammaire, en combinaison avec la mammographie synthétique, améliore la détection du cancer par rapport à la mammographie numérique seule, selon une étude italienne publiée dans la revue Radiology. Les résultats de l'étude ajoutent un soutien supplémentaire à l'utilisation du DBT dans les programmes de dépistage du cancer du sein en population.

Audiences records pour l'IDoR 2020
16/11/2020 : L’IDoR 2020 a connu un engouement sans précédent cette année. Le rôle majeur tenu par l’imagerie médicale dans le diagnostic et le traitement de la maladie à COVID-19 y a contribué grandement et les retours d’expérience feront l’objet d’un livre électronique.

Robocath s'ouvre au marché chinois
12/11/2020 : Afin d’adresser le marché de l’imagerie interventionnelle chinois, Robocath vient de créer, avec MedBot, une joint-venture. L’assemblage de la plateforme R-One et la fabrication de consommables seront réalisés sur place.

La Profession Médicale Intermédiaire sera pluridisciplinaire ou ne sera pas
12/11/2020 : Alors qu’une proposition de Loi souhaite créer une Profession Médicale Intermédiaire (PMI), les manipulateurs, comme les autres professionnels paramédicaux - hors infirmier – sont exclus des discussions. Ils contestent, de même que les cadres de santé, cette disposition et souhaitent faire entendre leur voix.

La radiothérapie intra-opératoire est de retour
11/11/2020 : La radiothérapie per-opératoire est de nouveau très utilisée de nos jours et ses indications sont bénéfiques pour les patients. C’est ce qu’a montré un récent webinar diffusé sur la plateforme Oncostream.

L'IRM abrégée pour mieux dépister les cancers des seins denses
10/11/2020 : Dans une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Oncology, l’IRM abrégée montre des résultats supérieurs à la tomosynthèse pour le dépistage du cancer chez les femmes aux seins denses. Le Gouverneur de Pennsylvanie a même pris un décret obligeant les assureurs à rembourser cette exploration complémentaire.


Les apports de la tomosynthèse dans l'étude de Vérone dédiée au dépistage du cancer du sein
16/11/2020 : La tomosynthèse mammaire, en combinaison avec la mammographie synthétique, améliore la détection du cancer par rapport à la mammographie numérique seule, selon une étude italienne publiée dans la revue Radiology. Les résultats de l'étude ajoutent un soutien supplémentaire à l'utilisation du DBT dans les programmes de dépistage du cancer du sein en population.

Gadolinium et grossesse: des risques significatifs d'exposition fœtale
06/09/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un nombre limité mais préoccupant de femmes sont exposées à un produit de contraste au gadolinium au début de leur grossesse. Les chercheurs suggèrent de mener des mesures efficaces de dépistage de la grossesse afin de réduire l'exposition par inadvertance à ces agents de contraste en début de grossesse.

Plus qu'un fournisseur, Philips est un partenaire
18/11/2020 : Cette année 2020 a été marquée par une crise sanitaire inédite qui a bousculé l’ensemble des acteurs du domaine médical. Jérôme Chevillotte, responsable pôle Diagnostic de précision au sein des équipes Philips Commercial France, revient sur les actions concrètes des derniers mois.

Un radiotraceur de l'épilepsie visible au TEP
22/01/2020 : Un radiotraceur qui se lie spécifiquement à une classe de récepteurs cérébraux lorsqu'il est injecté à des rats et à des humains vivants vient d’être mis au point par une équipe japonaise. Visible lors d’un examen de TEP, ce composé pourrait améliorer le diagnostic et le traitement de l’épilepsie.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Une revue exhaustive des manifestations multisystémiques du COVID-19
03/11/2020 : Deuxième volet de la revue exhaustive réalisée par la plateforme RadioGraphics sur les manifestations radiologiques du COVID-19. Une iconographie toujours aussi impressionnante des affections cardiaques, neurologiques, abdominales, pédiatriques ou musculo-squelettiques notamment, dues au virus.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

L'IRM abrégée pour mieux dépister les cancers des seins denses
10/11/2020 : Dans une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Oncology, l’IRM abrégée montre des résultats supérieurs à la tomosynthèse pour le dépistage du cancer chez les femmes aux seins denses. Le Gouverneur de Pennsylvanie a même pris un décret obligeant les assureurs à rembourser cette exploration complémentaire.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.