Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie de la femme > L'IRM abrégée pour mieux dépister les cancers des seins denses

L'IRM abrégée pour mieux dépister les cancers des seins denses

MARDI 10 NOVEMBRE 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Dans une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Oncology, l’IRM abrégée montre des résultats supérieurs à la tomosynthèse pour le dépistage du cancer chez les femmes aux seins denses. Le Gouverneur de Pennsylvanie a même pris un décret obligeant les assureurs à rembourser cette exploration complémentaire.

Journal Clinical Oncology

Une étude menée à la Perelman School of Medicine de l'Université de Pennsylvanie a souhaité explorer les procédures diagnostiques de dépistage effectuées sur des femmes asymptomatiques aux seins denses. Dans cette étude rétrospective, dont les résultats ont été publiés dans le Journal of Clinical Oncology, des patientes ayant fait l’objet d’une tomosynthèse négative au cours des 11 mois précédents ont passé une IRM abrégée des seins. Les chercheurs ont découvert que l’IRM détectait environ 27 cancers pour 1000 femmes dépistées. En comparaison, la tomosynthèse détecte environ quatre à cinq cancers sur 1000 femmes dépistées, en moyenne.

Une législation spécifique dans certains États pour le dépistage des patientes aux seins denses

« La mammographie est le meilleur outil dont nous disposons pour détecter le cancer du sein, mais ce n’est pas parfait, précise le Dr Susan Weinstein, professeur agrégé de radiologie à Penn et auteur principal de cette étude. Chez les femmes ayant des tissus adipeux, nous pouvons très facilement détecter le cancer. Mais chez les femmes aux seins très denses, la sensibilité peut être inférieure à 30 pour cent. Nous devons commencer à réfléchir à la manière de mieux dépister les femmes aux seins denses, et l’IRM abrégée est une option efficace et faisable. »

La tomosynthèse mammaire est devenue la nouvelle norme d’exploration pour le dépistage du cancer du sein depuis qu'elle a été approuvée par la FDA américaine en 2011, détectant en moyenne 25% de cancers supplémentaires pour 1000 femmes par rapport à la mammographie 2D. Pour sensibiliser aux limites de la mammographie dans les seins denses, une législation sur la notification de la densité mammaire a été adoptée dans 38 États américains et dans le district de Columbia, obligeant les médecins à informer les patientes aux seins denses. Elle subit alors l'examen de dépistage supplémentaire le plus courant, l'échographie, qui est facilement disponible dans la plupart des centres de radiologie. Mais l'échographie a des limites et de nombreuses études ont démontré un taux de détection du cancer significativement plus élevé avec l'IRM injectée par rapport à un dépistage par ultrasons.

 L’IRM abrégée, mieux que la tomosynthèse

Le défi est que l'IRM du sein est une ressource limitée et coûteuse. Il peut nécessiter de nombreuses acquisitions, ce qui peut prendre jusqu'à 40 minutes. L'IRM abrégée, en revanche, est une version plus récente et raccourcie du dépistage. Elle ne nécessite que trois séquences en moyenne, ce qui en fait une option plus accessible pour les 40% de femmes américaines aux seins denses. En 2016, le groupe multidisciplinaire de recherche sur le cancer ECOG-ACRIN a lancé un essai clinique auprès de 1444 femmes pour comparer l'IRM mammaire abrégée à la tomosynthèse. L'équipe de recherche, dirigée par le Dr Sloan Kettering et par le Pr Mitchell D.Schnall, président de radiologie à Penn Medicine, a constaté que parmi les femmes aux seins denses,l'IRM mammaire abrégée avait un taux significativement plus élevé de détection du cancer invasif que la tomosynthèse (JAMA - février 2020).

Alors que l'essai de recherche ECOG-ACRIN était en cours, le département de radiologie a décidé de commencer à offrir une IRM abrégée aux patientes de Penn Medicine comme option de dépistage supplémentaire pour celles qui ont des seins denses. Dans leur étude rétrospective des données de cette période, le Dr Weinstein et ses collègues ont trouvé, par IRM abrégée, 13 cancers chez 475 patients qui avaient une tomosynthèse négative.

De nouvelles recherches pour identifier les apports en espérance de vie

Actuellement, Penn Medicine est l'un des rares systèmes de santé du pays à proposer une IRM abrégée comme dépistage supplémentaire du cancer du sein pour les patientes présentant un tissu mammaire hétérogène ou extrêmement dense, avec une mammographie précédente négative au cours des 11 derniers mois. En Pennsylvanie, l'IRM abrégée n'était pas couverte par une assurance, mais en juillet 2020, le gouverneur Tom Wolf a signé le projet de loi 595 du Sénat, qui oblige les assureurs à couvrir les dépistages supplémentaires, y compris l'IRM, pour les femmes aux seins denses.

« Avec l’accumulation de données, il y aura beaucoup de débats sur la façon dont nous devrions dépister les femmes aux seins denses et comment nous devrions payer pour cela, conclut le Dr Weinstein. Il est important de garder à l’esprit que, bien que nous détections plus de cancers, nous ne connaissons pas les avantages à long terme, tels que les taux de survie. Avec de nouvelles recherches, nous aurons plus d'informations à l'avenir. »

Bruno Benque avec JCO


Le taux de cancer d'intervalle comme critère de pertinence de la tomosynthèse dans le dépistage du cancer du sein
06/04/2021 : Le dépistage du cancer du sein par tomosynthèse réduit le taux de cancers d'intervalle par rapport au dépistage par mammographie numérique, selon une étude publiée dans Radiology. L'étude s'ajoute à un ensemble croissant de preuves soutenant la tomosynthèse comme outil de choix pour le dépistage du cancer du sein mais l’analyse bénéfices-risques n’est pas encore bien établie.

Dépistage du cancer du sein : la fréquence des mammographies en question
02/03/2021 : La participation régulière à un dépistage du cancer du sein par mammographie réduit considérablement la mortalité, selon une vaste étude portant sur plus d'un demi-million de femmes, publiée dans la revue Radiology. Le manquement à un dépistage mammographique programmé avant un diagnostic de cancer du sein entrainerait un risque significativement plus élevé de mourir de ce cancer.

Aide à la décision en mammographie : le Resah choisit Arterys et iCAD
26/02/2021 : Arterys et iCAD viennent d’annoncer le référencement d’une offre commerciale commune auprès du Resah. Un plus pour l’aide à la décision en mammographie.

Mortalité par cancer du sein : les jeunes femmes américaines plus exposées que leurs ainées
09/02/2021 : Selon une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology, les taux de mortalité par cancer du sein ont cessé de baisser chez les femmes américaines de moins de 40 ans, contrairement à leurs ainées. Les chercheurs souhaitent désormais que la sensibilisation au cancer du sein cible aussi les femmes plus jeunes et que la recherche sur les causes de ce changement devienne prioritaire.

Dépistage du cancer : des retards de prise en charge aux conséquences regrettables
19/01/2021 : Alors que les campagnes de dépistage du cancer ont pris du retard en 2020 pour cause de pandémie, il semble que les effets néfastes de ce délai de prise en charge ne se fassent sentir. Dans les Hauts-de-France comme partout sur le territoire on espère que la nouvelle année sera celle du retour des patients au centre de radiologie ou de cancérologie.

Les apports de la tomosynthèse dans l'étude de Vérone dédiée au dépistage du cancer du sein
16/11/2020 : La tomosynthèse mammaire, en combinaison avec la mammographie synthétique, améliore la détection du cancer par rapport à la mammographie numérique seule, selon une étude italienne publiée dans la revue Radiology. Les résultats de l'étude ajoutent un soutien supplémentaire à l'utilisation du DBT dans les programmes de dépistage du cancer du sein en population.

L'IRM abrégée pour mieux dépister les cancers des seins denses
10/11/2020 : Dans une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Oncology, l’IRM abrégée montre des résultats supérieurs à la tomosynthèse pour le dépistage du cancer chez les femmes aux seins denses. Le Gouverneur de Pennsylvanie a même pris un décret obligeant les assureurs à rembourser cette exploration complémentaire.

IA et dépistage du cancer du sein : sensibilité accrue et temps de diagnostic raccourci
06/11/2020 : L'intelligence artificielle (IA) peut améliorer les performances des radiologues dans la lecture des mammographies de dépistage du cancer du sein, selon une étude publiée dans Radiology: Artificial Intelligence. Un logiciel de ce type a obtenu la validation de la FDA américaine en mars 2020.

La FNMR innove pour sa communication Octobre rose
07/10/2020 : Dans le cadre d’Octobre rose 2020, la FNMR cible cette année le duo mère-fille. Une campagne d’affichage et une carte interactive des centres de radiologie libérale sont également diffusés largement.

Prédire le risque de cancer du sein à partir d'un dépistage négatif
25/09/2020 : Prédire l’apparition prochaine d’un cancer du sein à partir d’une mammographie de dépistage négative, tel est le défi lancé dans une étude publié dans la Revue Radiology. Un logiciel de deep learning permet d’aboutir à des résultats sérieux.


GE conforte sa place sur le marché des radiopharmaceutiques
12/05/2021 : En faisant l’acquisition de Zionexa, GE Healthcare Pharmaceutical Diagnostics renforce sa position sur le marché des produits radiopharmaceutiques dédiés à l’oncologie. Cette transaction a été annoncée le 6 mai 2021.

Les nouveaux radiotraceurs pour la prostate au prochain webinaire ESHI
12/05/2021 : Pour sa troisième édition, le webinar de l’ESHI que présentera le Pr Matthias Eder se concentrera sur les nouveaux radiotraceurs qui permettront à terme d’obtenir un PSA à partir du TEP.

Identifier les défauts de connectivité de l'hippocampe grâce à l'IRM 7T
11/05/2021 : Grâce à la cartographie IRM 7T, des chercheurs américains ont réussi à mettre en évidence les différences de connectivité présentes au niveau de l’hippocampe de personnes atteintes de trisomie 21. Les résultats obtenus pourraient faire apparaître des marqueurs potentiels de l'efficacité médicamenteuse sur le cerveau.

La session d'été de l'ECR 2021 sera dédiée à la radiologie interventionnelle
11/05/2021 : L'ECR 2021Summer Edition est annoncé pour début juillet 2021, en ligne et peut-être en présentiel. Il sera consacré à la radiologie interventionnelle, à la neuroradiologie et à l’imagerie cardiovasculaire.

Exposition aux rayonnements : la RI pour le cristallin et la médecine nucléaire pour les extrémités
10/05/2021 : Dans son rapport annuel de l’exposition des travailleurs aux rayonnements ionisants en France, l’IRSN fait état d’un nombre d’acteurs suivis toujours plus nombreux pour des doses individuelles en baisse. Si l’interventionnel impacte plus le cristallin, c’est la médecine nucléaire qui irradie majoritairement les extrémités.

Radiographics a su évoluer avec son temps
10/05/2021 : La Radiological Society of North America (RSNA) célèbre le 40e anniversaire de sa revue RadioGraphics. Cette revue historique de formation en imagerie diagnostique fournit des supports de formation médicale continue (FMC) de haute qualité à la communauté radiologique du monde entier. Petit historique de la revue en quelques lignes.

Une fonction auriculaire cardiaque évaluée avec qualité par le ciné IRM compressed sensing
07/05/2021 : Le Compressed Sensing permet des acquisitions ciné IRM plus rapide qu’avec une technique conventionnelle. Mais la fonction auriculaire cardiaque est-elle évaluée de la même façon avec les deux techniques ? C’est ce que montre une étude publiée dans la Revue European Radiology.

L'ASN rappelle les bonnes pratiques du panoramique dentaire aux professionnels des cabinets dentaires
06/05/2021 : Les pratiques radiologiques en cabinet dentaire viennent de faire l’objet d’un rappel de bonnes pratiques de la part de l’ASN. Dans une note d’information, elle rappelle notamment les indications pouvant motiver la réalisation du panoramique dentaire.

La recherche clinique évalue un nouveau traitement interventionnel de l'insuffisance cardiaque
05/05/2021 : Un dispositif implantable via une procédure interventionnelle destiné à réhabiliter la fonction cardiaque fait l’objet de différentes études dans le monde. Ce système de cerclage du ventricule gauche permet de réduire la circonférence de l’anneau mitral dilaté de l’insuffisant cardiaque.

Les rayons X révèlent la grossesse d'une momie ancienne
04/05/2021 : La radiographie et le scanner pratiqués sur une ancienne momie égyptienne a révélé que cette dernière était enceinte au moment où elle a été embaumée. Il s’agit de la première découverte de ce type.


La session d'été de l'ECR 2021 sera dédiée à la radiologie interventionnelle
11/05/2021 : L'ECR 2021Summer Edition est annoncé pour début juillet 2021, en ligne et peut-être en présentiel. Il sera consacré à la radiologie interventionnelle, à la neuroradiologie et à l’imagerie cardiovasculaire.

Identifier les défauts de connectivité de l'hippocampe grâce à l'IRM 7T
11/05/2021 : Grâce à la cartographie IRM 7T, des chercheurs américains ont réussi à mettre en évidence les différences de connectivité présentes au niveau de l’hippocampe de personnes atteintes de trisomie 21. Les résultats obtenus pourraient faire apparaître des marqueurs potentiels de l'efficacité médicamenteuse sur le cerveau.

Identification binaire d'images d'IRM cérébrales normales ou anormales par l'IA
30/04/2021 : Selon une étude publiée dans Radiology : Artificial Intelligence, un algorithme de deep learning est entraîné automatiquement à identifier de façon binaire les images normales et anormales à l’IRM cérébrale. Ce système, qui pourrait être enrichi, fait l’objet d’une évaluation d’utilité clinique et de plus-value pour les radiologues.

L'ASN rappelle les bonnes pratiques du panoramique dentaire aux professionnels des cabinets dentaires
06/05/2021 : Les pratiques radiologiques en cabinet dentaire viennent de faire l’objet d’un rappel de bonnes pratiques de la part de l’ASN. Dans une note d’information, elle rappelle notamment les indications pouvant motiver la réalisation du panoramique dentaire.

PRODIGE 23, la nouvelle stratégie thérapeutique contre le cancer du rectum
21/04/2021 : Une nouvelle stratégie de traitement du cancer du rectum vient d’être validée par les résultats de l’étude PRODIGE 23 à laquelle ont participé 35 hôpitaux français, dont 12 CCLC. Il s’agit de la dispensation d’une chimiothérapie par FOLFIRINOX avant le protocole classique de chimio-radiothérapie suivie de chirurgie.

La recherche clinique évalue un nouveau traitement interventionnel de l'insuffisance cardiaque
05/05/2021 : Un dispositif implantable via une procédure interventionnelle destiné à réhabiliter la fonction cardiaque fait l’objet de différentes études dans le monde. Ce système de cerclage du ventricule gauche permet de réduire la circonférence de l’anneau mitral dilaté de l’insuffisant cardiaque.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Le système Radixact s’équipe de Synchrony pour des niveaux inégalés de précision dans le traitement des tumeurs mobiles par radiothérapie
29/04/2019 : Avec le lancement de sa nouvelle technologie de suivi des mouvements Synchrony® pour le système de radiothérapie Radixact, Accuray Incorporated hisse la précision des traitements à un niveau jamais atteint. Couplé aux systèmes de planification Accuray Precision® et de gestion des données patients iDMS®, le système Radixact améliore, depuis 2017, les capacités de traitement dans plusieurs centres de référence dans le monde. Aujourd’hui avec la mise à disposition de la technologie de synchronisation des mouvements Synchrony, le système Radixact peut procéder à la synchronisation du mouvement intra-fraction, permettant ainsi le suivi, la détection et la correction en temps réel du mouvement de la tumeur pendant le traitement, dans le but d’améliorer la précision de la dose délivrée et la durée de traitement en comparaison aux systèmes de radiothérapie conventionnelle.

Communication des médecins : bientôt la fin de l’interdiction des procédés publicitaires
18/09/2020 : Le Gouvernement a déposé, le 10 septembre 2020, un projet de décret modifiant l’article 19 du code de déontologie médicale. Désormais, la « libre communication et de publicité » succèdera bientôt à « l’interdiction générale et absolue de publicité » pour les médecins.