Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Scanner > Coronavirus au scanner : des images différentes selon le stade d'évolution

Coronavirus au scanner : des images différentes selon le stade d'évolution

VENDREDI 21 FéVRIER 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Dans une nouvelle recherche publiée le 20 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs du Mount Sinai Health System de New York ont démontré que les images scanographiques dans les cas de coronavirus 19 (COVID-19) sont liées à l'évolution de l'infection.

RSNA

Dans une étude rétrospective réalisée au Mount Sinai Health System de New York et publiée dans la Revue Radiology, des TDM thoraciques de 121 patients symptomatiques infectés par la maladie à coronavirus-19 (COVID-19) provenant de quatre centres en Chine du 18 janvier 2020 au 2 février 2020 ont été examinés. Cette étude s'appuie sur les travaux initiaux des premiers chercheurs au cours des premières semaines de l'épidémie en évaluant un plus grand nombre de patients ainsi qu'en examinant les imagers caractéristiques de la maladie dans la phase plus subaiguë et / ou à un stade plus précoce, avec une vigilance accrue pour la détection.

Une étude sur des patients venus de quatre régions de Chine

En plus de l'âge et du sexe, les informations cliniques recueillies comprenaient les antécédents de voyage et d'exposition (lorsqu'ils sont connus). Tous les patients étaient positifs au COVID-19 via des tests de laboratoire avec une réaction en chaîne de la polymérase transcriptase inverse en temps réel (rRT-PCR). De plus, le nombre de tests rRT-PCR effectués sur chaque patient a été comparé au nombre de jours entre le début des symptômes et la date du premier test positif. Vingt-deux patients venaient de Nanchang (province du Jiangxi) et ont été explorés au scanner sur des coupes de 8 mm d’épaisseur, soixante-neuf venaient de Zhuhai (province du Guangdong) et ont subi une TDM de 1mm d'épaisseur, vingt-deux patients venaient de Chengdu (province du Sichuan) et ont été explorés avec des coupes d’1mm d'épaisseur et enfin huit patients venaient de Guilin (province du Guangxi) et ont été imagés aussi avec des coupes d’1 mm d’épaisseur. Toutes les analyses ont été réalisées sans injection en décubitus dorsal et en inspiration.

Au total, 61 hommes et 60 femmes d’âge moyen de 45,3 ans (tranche d'âge 18 - 80 ans avec un écart type de 16 ans) ont été explorés. 27 (22%) n'avaient aucune opacité en verre dépoli et aucune consolidation au scanner thoracique. Sur les 94 patients présentant de telles opacités, 41 (34%) n'avaient que des opacités en verre dépoli (sans consolidation), et deux patients (2%) avaient une consolidation opacité en verre dépoli. Dix-huit patients (15%) avaient des opacités dans un lobe, 14 patients (12%) avaient deux lobes affectés, 11 patients (9%) avaient trois lobes affectés, 18 patients (15%) avaient quatre lobes affectés et 33 patients (27 %) avaient une maladie affectant les cinq lobes. Soixante-treize des 121 patients (60%) avaient une maladie pulmonaire bilatérale.

Des images scanographiques différentes selon le stade de la maladie

Le temps entre l'apparition initiale des symptômes et la TDM thoracique était connu pour 94 patients et estimé comme précoce (0-2 jours), intermédiaire (3-5 jours) ou tardif (6-12 jours). La fréquence des opacités et de la consolidation du verre dépoli était bien moindre dans le groupe précoce par rapport aux groupes intermédiaire et tardif. Une atteinte pulmonaire bilatérale a été observée chez 10 des 36 patients précoces (28%), 25 des 33 patients intermédiaires (76%) et 22 des 25 patients en retard (88%). Les opacités linéaires, un motif de pavage fou » et un signe de « halo inversé » étaient tous absents dans le premier groupe, mais étaient présents dans le dernier groupe. D’autre part, une distribution périphérique a été trouvée chez 8 des 36 patients précoces (22%), 21 des 33 patients intermédiaires (64%) et 18 des 25 des patients tardifs (72%).

Les chercheurs ont tout de même trouvé plusieurs limites à leur étude. Tout d’abord, certains patients n'ont pas pu être inclus dans l'évaluation en raison d'histoires cliniques incomplètes où le moment précis de l'apparition des symptômes était inconnu. Ensuite, certains patients peuvent avoir reçu une un traitement pour prévenir ou soigner une infection. Enfin, il peut y avoir eu un biais de sélection des patients explorés par TDM dans les établissements.

Écoutez le postcast du Rédacteur en chef de la Revue Radiology au sujet du COVID-19 ICI.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Identifier les zones de faible densité minérale osseuse lors d'un scanner cardiaque
15/07/2020 : Les examens de tomodensitométrie cardiaque effectués pour évaluer la santé cardiaque fournissent également un moyen efficace de dépister l'ostéoporose. Cette extrapolation pourrait accélérer le traitement des patients non diagnostiqués auparavant, selon une étude publiée dans Radiology.

Une étude teste un marqueur de récidive du CHC au scanner
24/06/2020 : Un biomarqueur non invasif de la fibrose hépatique à partir d’images tomodensitométriques devrait permettre d’éviter la biopsie pour évaluer le degré de récidive du CHC. C’est ce que montre une étude lancée par Median Technologies.

Un nouveau scanner au Centre cardiologique d'Évecquemont
17/06/2020 : Les Yvelines accueillent depuis le 2 juin 2020 une nouvelle modalité de scanner au Centre cardiologique d’Évecquemont. Cet équipement viendra compléter la structuration de l’offre de Santé sur ce territoire.

L'AP-HP lance une base de données portant sur le scanner COVID-19 pour un projet de recherche
16/06/2020 : Le Pr Marie-Pierre Revel lance un projet de recherche sur le scanner thoracique chez les patients suspectés de COVID-19. Une base de données sera mise à disposition par l’AP-HP et des industriels qui collaborent à cette initiative.

Les recommandations de la Société d'Imagerie Thoracique pour le déconfinement
11/05/2020 : Alors que le déconfinement a commencé et que les activités non-urgentes reprennent, la Société d’Imagerie Thoracique a émis ses recommandations de bonnes pratiques pour cette discipline.

Évaluer au scanner l'efficacité de la radiofréquence pour l'ablation de lésion de CHC
06/05/2020 : Pour évaluer l’efficacité du traitement du CHC par radiofréquence, des chercheurs de l’Université d’Innsbruck ont utilisé la marge ablative minimale comme indicateur. Dans un article paru dans la Revue European Radiology, ils expliquent comment la fusion d’images tomodensitométriques leur permet d’arriver à leurs fins.

Différentiation de la pneumonie à COVID-19: des performances améliorées à l'aide d'un modèle d'IA
30/04/2020 : Une étude publiée dans la Revue Radiology montre une amélioration des performances des radiologues lorsqu’ils sont aidés par l’IA, pour différentier la pneumonie à COVID-19 par rapport aux autres étiologies. Ce modèle sera bientôt intégré dans un workflow d’examens de routine pour l’évaluer.

Un compte rendu structuré dédié COVID-19 à partir du Smart Data
29/04/2020 : Le projet de compte rendu structuré dédié au COVID-19 élaboré par KEYDIAG, une plateforme soutenue par les télé-radiologues du groupe TELEDIAG, vient d’obtenir le référencement SESAM-VITALE du Ministère. Nous avons rencontré les promoteurs principaux de ce projet qui s’appuie sur une Smart Data enrichie au fil de l’eau par les radiologues eux-même.

Deux études françaises confirment l'embolie pulmonaire souvent associée au COVID-19
27/04/2020 : Une embolie pulmonaire aigüe est susceptible d’apparaître chez les patients atteints d’une pneumonie à COVID-19. Deux études françaises viennent confirmer ces résultats, l’une à Strasbourg, l’autre à Besançon.

Diagnostic et traitement des complications thrombotiques pulmonaires du COVID-19
23/04/2020 : Un article publié le 23 avril 2020 dans la revue Radiology décrit la prévention, le diagnostic et le traitement des complications liées aux thromboses apparaissant chez les patients atteints de COVID-19. Dans les cas les plus avancés, un angioscanner pulmonaire est préconisé.


Le large spectre de pathologies cérébrales liées au COVID-19
05/08/2020 : Une étude suédoise rapporte un large spectre de pathologies neurologiques liées au COVID-19. Dans la Revue Radiology, les chercheurs ont identifié des anomalies en majorité vasculaires et inflammatoires.

Les radiologues libéraux face au COVID
03/08/2020 : Pour débuter sa campagne de communication dédiée à la radiologie libérale face au COVID, la FNMR a publié deux vidéos faisant intervenir le Dr Jean-Charles Leclerc ainsi qu’une patiente atteinte de BPCO.

Les inscriptions au RSNA 2020 entièrement virtuel sont ouvertes
03/08/2020 : Le congrès de la RSNA 2020 sera entièrement virtuel. Des séances plénières, des questions-réponses ou des chat seront proposés pour des accès premium ou standard. Les inscriptions sont désormais ouvertes.

SystemX renforce sa position sur le marché RIS-PACS
29/07/2020 : SystemX vient d’annoncer son rapprochement avec Penaranda Informatique, une société qui conçoit des solutions RIS. Elle renforce ainsi sa présence sur le marché des solutions RIS-PACS.

Angioplastie coronaire : que faire lorsque le guide passe en sous-intimal ?
27/07/2020 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, un webinar illustrant différentes stratégies d’abord d’une lésion d’occlusion d’artère coronaire chronique lorsque le guide passe en sous-intimal.

ECR 2020 virtuel : un succès retentissant !
24/07/2020 : L’European Society of Radiology se réjouit du succès rencontré par le congrès ECR 2020 diffusé uniquement en ligne. Mais le congrès n’est pas encore fini puisque des « Highlight weeks » seront diffusés tout au long de l’année 2020.

Le dépistage du cancer du sein assuré jusque dans les régions saoudiennes reculées
22/07/2020 : En faisant l’acquisition de dix unités mobiles de mammographie autonomes plusieurs jours, le Ministère de la Santé d’Arabie Saoudite espère voir augmenter le taux de dépistage du cancer du sein. Un projet porté par Fujifil et Toutenkamion.

La radiologie privée fortement impactée par la pandémie aux USA
20/07/2020 : Les cabinets de radiologie ont été particulièrement durement touchées par la pandémie de COVID-19 aux USA, et les mesures qu'elles prennent pour atténuer l'impact de la pandémie sur leur pratique façonneront l'avenir de la radiologie. Une étude spéciale de la RSNA COVID-19 Task Force publiée dans la Revue Radiology détaille les déterminants de cette conjoncture.

Polyvalence, fiabilité et workflow amélioré pour les installations Canon Medical à l’ECR 2020
17/07/2020 : Le symposium organisé par Canon Medical lors de l’ECR virtuel 2020 a présenté les innovations majeures apportées par le constructeur japonais en tomodensitométrie et en imagerie interventionnelle. La soustraction d’image, l’imagerie spectrale et le deep learning reconstruction (DLR) AiCE ont été développées, ainsi que la salle d’imagerie interventionnelle multi-modalité Alphenix 4D CT.

Terumo se place sur le marché de la radiothérapie interne sélective
16/07/2020 : En faisant l’acquisition de la start-up hollandaise Quirem Medical, Terumo se place parmi les fournisseurs influents de matériels de radiothérapie interne sélective.


Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

L'IRM MIEUX QUE LA MAMMOGRAPHIE POUR QUALIFIER LES CANCERS AGRESSIFS
01/12/2015 : Les cancers du sein multicentriques ont des dimensions souvent plus importantes à l'IRM qu’à la mammographie. C’est ce que montre une étude italienne qui remarque que l’exploration par IRM est susceptible de faire changer de stratégie thérapeutique.    

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Scanner du COVID-19 : comprendre l'évolution des lésions à un mois
23/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology pourrait permettre de comprendre l’évolution des images COVID-19 au scanner. Un suivi des patients à un mois a en effet été réalisée dans ce travail.

Le large spectre de pathologies cérébrales liées au COVID-19
05/08/2020 : Une étude suédoise rapporte un large spectre de pathologies neurologiques liées au COVID-19. Dans la Revue Radiology, les chercheurs ont identifié des anomalies en majorité vasculaires et inflammatoires.

Les radiologues libéraux face au COVID
03/08/2020 : Pour débuter sa campagne de communication dédiée à la radiologie libérale face au COVID, la FNMR a publié deux vidéos faisant intervenir le Dr Jean-Charles Leclerc ainsi qu’une patiente atteinte de BPCO.

Un modèle de deep learning pour identifier le COVID-19 au scanner
08/04/2020 : Dans une étude publiée dans la Revue Radiology, un modèle de deep learning semble capable de réaliser un diagnostic différentiel de COVID-19 sur les examens de tomodensitométrie. Ce travail montre surtout que la spécificité du scanner semble améliorée comparativement aux autres études publiées sur ce thème.

Premier cas de lésions cérébrales dues au COVID-19 à l'IRM
01/04/2020 : Le premier cas d’encéphalopathie due au COVID-19 vient d’être décrit dans la Revue Radiology. Bien que le l’angioscanner ne montre pas d’anomalie, l’IRM objective des signes d’hémorragie dans les coupes de susceptibilité magnétique.