Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Scanner > Le thrombus, facteur de risque de rupture d'un anévrisme aortique ?

Le thrombus, facteur de risque de rupture d'un anévrisme aortique ?

LUNDI 27 JANVIER 2020 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La présence d'un caillot de sang sur la paroi de l'aorte chez les personnes atteintes d'anévrismes de l'aorte abdominale est associée à une croissance plus rapide et potentiellement dangereuse de l'anévrisme, selon une étude majeure publiée dans la revue Radiology. Ces résultats pourraient aider à identifier les patients qui ont besoin d'un traitement plus agressif et d'une imagerie de suivi plus fréquente après leur diagnostic initial.

RSNA

Les décisions de traiter chirurgicalement un anévrisme de l’aorte sont basées sur son diamètre. Les patients présentant des anévrismes de plus de 5,5 cm (cm) sont en général aiguillés vers la chirurgie, tandis que ceux de moins de 5,5 cm sont le plus souvent surveillés par imagerie à intervalles réguliers. L'échographie et l'imagerie en coupes tomodensitométriques ou IRM sont couramment utilisées.

Quelle influence du thrombus intraluminal sur le risque de rupture de l’anévrisme ?

Cependant, cette stratégie de gestion basée sur le diamètre a des limites, car un nombre considérable de petits anévrismes se rompent, selon le premier auteur d’une étude sur le sujet parue dans Radiology, le Dr Chengcheng Zhu, chercheur au Département de radiologie et d'imagerie biomédicale de l'Université de Californie à San Francisco. Le Dr Zhu et ses collègues ont concentré leur étude sur le thrombus intraluminal, situé sur la paroi de l'aorte à l'emplacement de l'anévrisme. Les thrombus intraluminaux sont présents dans la majorité des anévrismes proches du seuil de 5,5 cm, et dans un nombre considérable d'anévrismes plus petits. Malgré leur prévalence, l'influence de ces caillots sur la croissance des anévrismes de l'aorte abdominale et le risque de rupture n'est pas encore entièrement comprise.

Un nouveau facteur de risque que peut potentiellement signaler le radiologue

Pour en savoir plus, les chercheurs ont utilisé l'imagerie à haute résolution avec de scanner ou d’IRM pour évaluer 225 hommes atteints d'anévrisme de l'aorte abdominale. Le suivi a duré en moyenne plus de 3 ans. Un peu plus de la moitié des patients avaient un thrombus intraluminal. Les anévrismes de ceux qui avaient un thrombus intraluminal étaient plus gros au départ et ont augmenté de 2 millimètres (mm) par an, deux fois plus vite que le taux de croissance de 1 mm par an chez les personnes sans thrombus intraluminal.

"Un anévrisme avec thrombus se développe beaucoup plus rapidement qu'un anévrisme sans thrombus, remarque le Dr Zhu. Notre étude a examiné un grand nombre de patients avec un suivi relativement long pour confirmer que le thrombus est un nouveau facteur de risque qui peut être potentiellement signalé par les radiologues."

Des effets biochimiques sur la paroi artérielle

Bien que l'étude n'ait pas examiné les raisons pour lesquelles la présence d'un thrombus avait un impact si dramatique sur les anévrismes, le Dr Zhu a noté qu'il avait probablement des effets biochimiques nocifs sur la paroi vasculaire. "Lorsque la paroi du vaisseau est recouverte de thrombus, le manque d'oxygène affaiblit la paroi du vaisseau, ce qui rend l'anévrisme susceptible de croître plus rapidement et de se rompre", poursuit-il. Les résultats suggèrent que les calendriers de suivi d'imagerie pourraient devoir être ajustés pour les patients dont l'anévrisme comporte un thrombus. Les protocoles actuels d'imagerie de suivi sont basés sur la taille de l'anévrisme et ne tiennent pas compte de l'absence ou de la présence de celui-ci.

"Un patient à haut risque peut nécessiter une surveillance plus étroite, conclut le Dr Zhu. Si chez les patients atteints d'un thrombus, l'anévrisme croît deux fois plus vite, un raccourcissement de l'intervalle de surveillance pourrait être envisagé." Le Dr Zhu a déclaré enfin que davantage de recherches étaient nécessaires avant que la détection des thrombus ne soit intégrée dans les protocoles cliniques. Pour l'instant, les résultats fournissent une autre information à utiliser pour déterminer le pronostic des patients atteints de cette condition potentiellement dangereuse.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Une étude teste un marqueur de récidive du CHC au scanner
24/06/2020 : Un biomarqueur non invasif de la fibrose hépatique à partir d’images tomodensitométriques devrait permettre d’éviter la biopsie pour évaluer le degré de récidive du CHC. C’est ce que montre une étude lancée par Median Technologies.

Un nouveau scanner au Centre cardiologique d'Évecquemont
17/06/2020 : Les Yvelines accueillent depuis le 2 juin 2020 une nouvelle modalité de scanner au Centre cardiologique d’Évecquemont. Cet équipement viendra compléter la structuration de l’offre de Santé sur ce territoire.

L'AP-HP lance une base de données portant sur le scanner COVID-19 pour un projet de recherche
16/06/2020 : Le Pr Marie-Pierre Revel lance un projet de recherche sur le scanner thoracique chez les patients suspectés de COVID-19. Une base de données sera mise à disposition par l’AP-HP et des industriels qui collaborent à cette initiative.

Les recommandations de la Société d'Imagerie Thoracique pour le déconfinement
11/05/2020 : Alors que le déconfinement a commencé et que les activités non-urgentes reprennent, la Société d’Imagerie Thoracique a émis ses recommandations de bonnes pratiques pour cette discipline.

Évaluer au scanner l'efficacité de la radiofréquence pour l'ablation de lésion de CHC
06/05/2020 : Pour évaluer l’efficacité du traitement du CHC par radiofréquence, des chercheurs de l’Université d’Innsbruck ont utilisé la marge ablative minimale comme indicateur. Dans un article paru dans la Revue European Radiology, ils expliquent comment la fusion d’images tomodensitométriques leur permet d’arriver à leurs fins.

Différentiation de la pneumonie à COVID-19: des performances améliorées à l'aide d'un modèle d'IA
30/04/2020 : Une étude publiée dans la Revue Radiology montre une amélioration des performances des radiologues lorsqu’ils sont aidés par l’IA, pour différentier la pneumonie à COVID-19 par rapport aux autres étiologies. Ce modèle sera bientôt intégré dans un workflow d’examens de routine pour l’évaluer.

Un compte rendu structuré dédié COVID-19 à partir du Smart Data
29/04/2020 : Le projet de compte rendu structuré dédié au COVID-19 élaboré par KEYDIAG, une plateforme soutenue par les télé-radiologues du groupe TELEDIAG, vient d’obtenir le référencement SESAM-VITALE du Ministère. Nous avons rencontré les promoteurs principaux de ce projet qui s’appuie sur une Smart Data enrichie au fil de l’eau par les radiologues eux-même.

Deux études françaises confirment l'embolie pulmonaire souvent associée au COVID-19
27/04/2020 : Une embolie pulmonaire aigüe est susceptible d’apparaître chez les patients atteints d’une pneumonie à COVID-19. Deux études françaises viennent confirmer ces résultats, l’une à Strasbourg, l’autre à Besançon.

Diagnostic et traitement des complications thrombotiques pulmonaires du COVID-19
23/04/2020 : Un article publié le 23 avril 2020 dans la revue Radiology décrit la prévention, le diagnostic et le traitement des complications liées aux thromboses apparaissant chez les patients atteints de COVID-19. Dans les cas les plus avancés, un angioscanner pulmonaire est préconisé.

COVID-19 : des critères de gravité émergent au scanner pulmonaire
22/04/2020 : Une nouvelle étude venue d’Iran, l’un des pays les plus touchés par la pandémie de COVID-19, confirme les signes radiologiques permettant d’identifier la pneumonie spécifique à ce virus. Mais elle complète les connaissances relatives aux critères de gravité de la maladie.


Les usages du PET dans les indications d'infections articulaires péri prothétiques
08/07/2020 : En aval de la Conférence CHILI sur l’imagerie hybride, le Pr Jean-Noël Talbot a répondu à des questions ciblées sur les usages du PET dans les indications d’infections articulaires péri-prothétiques.

Recommandations relatives aux ré-irradiations en radiothérapie
07/07/2020 : Le nouveau numéro de « Sécurité du patient », publié régulièrement par l’ASN,  pour objet les ré-irradiations en radiothérapie. 29 ESR dus à cette pratique ont été répertoriés au cours des dix dernières années.

Un impact factor croissant pour les revues de l'ESR
06/07/2020 : L’European Society of Radiology (ESR) vient d'annoncer les résultats de la récente publication d'Impact Factor 2019 pour ses revues scientifiques. L'ascension de la Revue European Radiology, au-delà de la barre des 4.0, ainsi que la première fulgurante d'Insights into Imaging directement dans le tiers supérieur du classement, soulignent l'excellence des revues ESR et leur rôle important au niveau européen, mais également mondial, de la radiologie.

Un DU de recherche clinique dédié aux manipulateurs d'électroradiologie médicale
02/07/2020 : Les manipulateurs disposent désormais d’un DU de recherche clinique adapté à leur pratique. C’est la Faculté de médecine de Montpellier, soutenue par le CERF, qui vient de créer ce cursus.

Pôle imagerie de l'AP-HM : les fournisseurs d'équipements sont connus pour les douze prochaines années
01/07/2020 : Les attributaires du projet IAM-APHM sont désormais connus. Ils assureront le renouvellement du parc d’imagerie médicale et de médecine nucléaire de l’AP-HM durant les douze prochaines années.

Un nouveau modèle de signes radiologiques pour le MIS-C pédiatrique
29/06/2020 : Au cours des dernières semaines, une affection hyperinflammatoire multisystémique est apparue chez les enfants en association avec une exposition ou une infection antérieure au SRAS-CoV-2. Une nouvelle série de cas publiée dans la revue Radiology examine le spectre des résultats d'imagerie chez les enfants atteints de l'inflammation post-COVID-19 connue aux États-Unis comme syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants (MIS-C).

La plateforme Odys Téléradiologie couvre désormais tout le Grand Est
24/06/2020 : Dans le prolongement de la plateforme historique T-Lor, Odys téléradiologie assure désormais la continuité de la prise en charge radiologique dans le Grand Est. Vingt-trois établissements, publics et privés, collaborent à ce projet et l’utilisent au quotidien.

Une étude teste un marqueur de récidive du CHC au scanner
24/06/2020 : Un biomarqueur non invasif de la fibrose hépatique à partir d’images tomodensitométriques devrait permettre d’éviter la biopsie pour évaluer le degré de récidive du CHC. C’est ce que montre une étude lancée par Median Technologies.

Save the date : le CTO Live Aid World Tour
23/06/2020 : Les acteurs de la prise en charge de l’occlusion chronique coronaire percutanée se retrouveront bientôt pour un événement caritatif en ligne. À cette occasion, 13 procédures seront diffusées en direct en 14h de temps.

Évaluer les métastases hépatiques colorectales grâce à l'élastographie par résonance magnétique
23/06/2020 : L’élastographie par IRM est susceptible de donner des informations sur l’évolution de métastases hépatiques colorectales après chimioembolisation. Les différences d’élasticité et de taille des lésions peuvent ainsi être évaluées.


Pôle imagerie de l'AP-HM : les fournisseurs d'équipements sont connus pour les douze prochaines années
01/07/2020 : Les attributaires du projet IAM-APHM sont désormais connus. Ils assureront le renouvellement du parc d’imagerie médicale et de médecine nucléaire de l’AP-HM durant les douze prochaines années.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Un impact factor croissant pour les revues de l'ESR
06/07/2020 : L’European Society of Radiology (ESR) vient d'annoncer les résultats de la récente publication d'Impact Factor 2019 pour ses revues scientifiques. L'ascension de la Revue European Radiology, au-delà de la barre des 4.0, ainsi que la première fulgurante d'Insights into Imaging directement dans le tiers supérieur du classement, soulignent l'excellence des revues ESR et leur rôle important au niveau européen, mais également mondial, de la radiologie.

Un DU de recherche clinique dédié aux manipulateurs d'électroradiologie médicale
02/07/2020 : Les manipulateurs disposent désormais d’un DU de recherche clinique adapté à leur pratique. C’est la Faculté de médecine de Montpellier, soutenue par le CERF, qui vient de créer ce cursus.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Les usages du PET dans les indications d'infections articulaires péri prothétiques
08/07/2020 : En aval de la Conférence CHILI sur l’imagerie hybride, le Pr Jean-Noël Talbot a répondu à des questions ciblées sur les usages du PET dans les indications d’infections articulaires péri-prothétiques.

Un modèle de deep learning pour identifier le COVID-19 au scanner
08/04/2020 : Dans une étude publiée dans la Revue Radiology, un modèle de deep learning semble capable de réaliser un diagnostic différentiel de COVID-19 sur les examens de tomodensitométrie. Ce travail montre surtout que la spécificité du scanner semble améliorée comparativement aux autres études publiées sur ce thème.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

La recherche sur l'IA en imagerie avance avec le Data Challenge
25/10/2019 : Le Pr Nathalie Lassau, Professeur de Radiologie à l'Université Paris Sud et Co-Directrice du laboratoire d Imagerie IR4M (UPSUD/ CNRS) à l'Institut Gustave Roussy, est la responsable du Data Challenge dont la première édition a été organisée aux JFR 2018. Nous l'avons rencontrée pour une évocation des améliorations apportées, en 2019, à cette compétition.