Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Congrès et événements > Tout sur les pratiques radiologiques d'avenir au Symposium MDCT 2020

Tout sur les pratiques radiologiques d'avenir au Symposium MDCT 2020

MARDI 17 DéCEMBRE 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le Pr Alain Blum, co-organisateur du XIème Symposium Scanner volumique (MDCT), nous a octroyé quelques minutes dans son agenda pour nous parler de cet événement qui se tiendra les 7 et 8 février 2020 à Nancy. Il y sera question des applications de l’intelligence artificielle, d’imagerie interventionnelle et des PIMM notamment. Sans oublier les matches entre radiologues.

Symposium Scanner volumique

Thema Radiologie : Le symposium Scanner volumique (MDCT) fêtera sa neuvième édition en février 2020. Comment s’annonce l’organisation de cet événement et qu’en attendez-vous ?

Pr Alain Blum : Il s’annonce sous les meilleurs auspices, avec des orateurs internationaux de renom qui ont une nouvelle fois fait preuve de disponibilité, un niveau d’inscriptions à la hausse et des industriels qui ont répondu présent. J’attends de cette session qu’elle apporte des enseignements à l’auditoire, mais aussi qu’elle aide à anticiper les nouvelles pratiques. Sur le champ de l’intelligence artificielle par exemple, les industriels communiqueront sur ce qu’il est possible de faire aujourd’hui réellement. On insiste pour que le discours soit moins conceptuel que d’habitude lors des congrès et de rentrer dans le vif du sujet pour des applications au quotidien.

« L’intelligence artificielle sera particulièrement utile pour maîtriser les flux »

T.R : La première journée du Symposium sera justement entièrement consacrée à l’IA. Celle-ci n’est-elle pas trop présente se nos jours dans le domaine de l’imagerie médicale ?

Pr A.B. : Elle est en effet très présente dans les communiqués, dans la presse, dans les congrès, mais dans la réalité des pratiques, elle est peu présente. Elle peine à s’imposer dans la vraie vie car les outils d’IA sont mono-tâches qui ne couvrent pas les besoins. Les tâches d’ordre interprétatif sont nécessaires, mais les applications organisationnelles seront les plus utiles à moyen terme. Elles couvrent notamment, avec des algorithmes DLR de reconstruction, l’amélioration de la qualité des images au scanner, comme en IRM d’ailleurs, ainsi que l’analyse des organisations et des pratiques.

T.R : En quoi l’IA peut-elle améliorer les organisations et les pratiques ?

Pr A.B. : Les nouveaux algorithmes dédiés à l’organisation seront particulièrement utiles pour améliorer le système de Santé. Par exemple, dans un service d’urgences, les différents maillons de la chaîne que sont les urgentistes, les brancardiers, les acteurs de la biologie, les disponibilités du scanner, les antécédents du patient à récupérer génèrent des flux ralentis, des examens non pertinents, des irradiations inutiles, etc. On est ici dans la pertinence des actes et dans la gestion de flux. Si les urgences sont si exsangues aujourd’hui, c’est dû au déficit d’organisation et à la maîtrise des flux d’informations dans un contexte d’augmentation du nombre de passages dans ces unités.

« La formation des internes doit être adaptée à l’évolution de l’imagerie interventionnelle »

T.R : Dans ce contexte, que pensez-vous du protocole de coopération permettant aux infirmiers des urgences de réaliser certaines demandes d’examens d’imagerie ?

Pr A.B. : Mais c’est déjà le cas dans certaines structures ! Le niveau de désorganisation est tel que de telles pratiques apparaissent. L’infirmière fait la demande de scanner, l’examen est réalisé et, dans un troisième temps, le médecin fait l’examen clinique ce qui provoque souvent une demande d’examens complémentaires, ce qui ajoute au désordre ambiant ! Pour résumer, si un patient a une symptomatologie qui évolue depuis six mois ou depuis une heure, peu importe, du moment que le scanner est fait. On ne fait plus de la médecine mais de la gestion de flux. L’IA aura dans ce cadre, c’est certain, un rôle primordial à jouer dans un futur proche.

T.R : Pour revenir au Symposium, une séance de DPC consacrée à l’imagerie interventionnelle sera organisée le matin du deuxième jour. Quels seront les thèmes phares de cette session ?

Pr A.B. : Nous assistons aujourd’hui à une extension du champ de l’imagerie interventionelle et, par conséquent, à une évolution des pratiques dans les techniques de guidage ce qui donne beaucoup d’audace dans le traitement e certaines pathologies. On voir apparaitre, par exemple, des outils de robotique et d’IA qui permettront, à court terme de réaliser des procédures à distance, ce qui modifiera certainement le positionnement du radiologue dans la salle interventionnelle. Dans notre unité du CHU de Nancy, l’interventionnel occupe près de 50% de notre activité, ce qui pose la question de la formation des internes aujourd’hui. Je ne suis pas sûr que l’internat soit adapté aux futures pratiques. On a récemment ajouté une année d’internat pour ces pratiques, mais dans un nombre très limité car les besoins ne sont pas évalués de façon pertinente.

« Les PIMM et la téléradiologie sont deux notions complémentaires »

T.R : Quelles seront les autres thématiques abordées lors du Symposium ?

Pr A.B. : L’après-midi du deuxième jour sera consacré aux Plateaux d’Imagerie Médicale Mutualisés (PIMM). Il s’agit d’un thème d’actualité majeur car beaucoup de postes de radiologues sont vacants dans les hôpitaux périphériques et même dans les CHU. Le développement des PIMM, qui mixent les activités publiques et privées, où les médecins hospitaliers pourraient avoir une rémunération liée à l’activité, est un vrai sujet qui pourrait changer l’organisation de la prise en charge radiologique en France, notamment la façon dont les jeunes praticiens vont s’installer dans un futur proche. Nous aurons d’ailleurs un plateau très complet pour en parler, des médecins publics et privés, un représentant de l’ARS, ainsi que Maître Houdart, un avocat spécialiste de ces questions.

T.R : Les PIMM et les organisations de téléradiologie seront-ils concurrents dans ce changement d’organisation ?

Pr A.B. : Ils sont clairement complémentaires. L’objectif des PIMM est tout d’abord de lutter contre les praticiens intérimaires trop chers pour les structures publiques, contre les plateformes de télédiagnostic qui ne donnent pas forcément satisfaction. Ils ont également un rôle primordial pour la réalisation d’actes pour lesquels la présence du radiologue est obligatoire.

T.R : Pour finir, et parce que l’on ne change pas une formule qui a fait ses preuves, vous allez reconduire les matches entre praticiens sur des sujets ciblés, comme lors des sessions précédentes. Pourquoi ces moments sont-ils si appréciés ?

Pr A.B. : Je crois que, comme dans un match de boxe, l’attrait pour ces controverses vient du fait que leur résultat est imprévisible. Certains sujets débattus s’annoncent comme neutres, voire ennuyeux, et ce sont ceux qui s’avèrent les plus intéressants, par la personnalité des orateurs ou par les arguments scientifiques ou technologiques qui sont développés. Ce qui est sûr, c’est que l’on va les chauffer à blanc, comme d’habitude, et que les arbitres seront évidemment partiaux et auront pour mission de déstabiliser les orateurs ! Sans oublier le caricaturiste qui se moquera gentiment de ces derniers.

J’espère que les participants ce symposium apprécieront notre démarche et qu’ils en repartiront plein d’idées pour leurs pratiques futures. En tout cas, Marc Zins et moi-même nous nous sommes fait plaisir en l’organisant. Rendez-vous les 7 et 8 février 2020 Au Centre de congrès Prouvé à Nancy !

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

ECR 2020 : des conférences plénières sur des thématiques résolument innovantes
07/01/2020 : Le prochain European Congress of Radiology proposera trois conférences données par des personnalités scientifiques de premier rang. Il s’agit du Pr Ralph Weissleder, du Dr Bernd Montag et du Pr Nenad Šestan qui traiteront de sujets résolument innovants.

Tout sur les pratiques radiologiques d'avenir au Symposium MDCT 2020
17/12/2019 : Le Pr Alain Blum, co-organisateur du XIème Symposium Scanner volumique (MDCT), nous a octroyé quelques minutes dans son agenda pour nous parler de cet événement qui se tiendra les 7 et 8 février 2020 à Nancy. Il y sera question des applications de l’intelligence artificielle, d’imagerie interventionnelle et des PIMM notamment. Sans oublier les matches entre radiologues.

Le JT du RSNA du 16 décembre 2019
17/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les outils d’intelligence augmentée Agfa Healthcare, l’aide au diagnostic apporté par Avicenna ou Gleamer, sans oublier la minute du Dr Delemar.

Le JT du RSNA du 14 décembre 2019
13/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les nouveaux écrans Barco, l’aide au diagnostic en mammographie de Curemetrix et les rapports standardisés Icometrix, sans oublier la minute du Dr Delemar.

Le JT du RSNA du 10 décembre 2019
11/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les outils d’IA d’Hologic et Intrasense les solutions de financement et de valorisation Verso Healthcare, ainsi qu’une interview du Dr Jean-Philippe Masson.

La diversité, une des conditions de l'innovation et de l'excellence en imagerie médicale
10/12/2019 : En collaborant à une étude sur la condition de la femme dans le domaine de la radiologie, des membres éminents de la communauté scientifique radiologique européens et nord-américains ont donné suite au programme « Women in focus » qui avait été organisé lors de l’ECR 2019. Il en résulte une prise de position en faveur de la diversité, une des conditions de l’innovation et de l'excellence.

Le JT du RSNA du 7 décembre 2019
09/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, un numéro particulier depuis le consulat de France à Chicago. Retour ensuite sur les stands pour des interviews au sujet d’Azmed, Casis, DMS Imaging ainsi que pour des solutions d’e-santé.

Le JT du RSNA du 5 décembre 2019
06/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les nouveaux algorithmes Terrarecon et le système de reconstruction Sitech Neuton. Le Dr Novellas et le Dr Delemar concluent en évoquant le contenu scientifique du congrès.

Le JT du RSNA du 4 décembre 2019
05/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, un numéro spécial Philips de nouveautés en IRM, scanner et échographie notamment.

Le JT du RSNA du 3 décembre 2019
04/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les nouveautés EOS, l’intelligence artificielle selon GE Healthcare, la situation de Guerbet et les interventions du Dr Dominique NGuyen et du Dr Victor Delemar.


Traitement de l'occlusion chronique de coronaire en vidéo
16/01/2020 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, deux procédures de traitement endovasculaire de l’occlusion chronique coronaire. Ces live cases sont rythmés par des discussions didactiques.

L'Institut de cancérologie Lucien Neuwirth mis en demeure par l'ASN
15/01/2020 : L’institut de cancérologie Lucien Neuwirth (42) montre des signes significatifs d’insuffisances dans l’organisation de la radioprotection dans son service de radiothérapie et de curiethérapie. L’ASN, après plusieurs visites, le met en demeure de mettre en place les solutions appropriées dans une Décision.

La sécurité des données de Santé bafouée dans le monde entier
14/01/2020 : Un média américain chiffre à plusieurs millions les cas de fuite de données de Santé librement accessibles sur internet dans le monde. Alors ce phénomène est connu depuis des années et que le risque d’utilisations malveillantes est majeur, le gouvernement a desserré l’étreinte juridique dans ce domaine. Heureusement en France, nous avons la certification HDS…

Deux nouvelles modalités pour le Centre de radiothérapie de Ris-Orangis
14/01/2020 : Fort de l’installation de deux accélérateurs supplémentaires, le Centre de Radiothérapie de Ris-Orangis fait désormais partie des établissements de ce type les mieux dotés. Les patients peuvent d’autre part coupler la radiothérapie avec la chimiothérapie dans la clinique Pasteur voisine.

Explorer les pathologies hépatiques avec la spectroscopie par résonance magnétique
13/01/2020 : L’exploration des pathologies hépatiques a désormais un nouvel outil en préparation : la spectroscopie par résonnance magnétique. Cette technologie permet d’obtenir des données qualitatives et quantitatives à partir de la localisation de la fréquence d’un composé par rapport à celle de l’eau.  

Fujifilm et DMS Imaging se rapprochent pour la radiologie conventionnelle et interventionnelle
10/01/2020 : Fujifilm Europe va compléter sa gamme de tables télécommandées grâce à un accord de partenariat conclu avec DMS Imaging. Les premières ventes sont prévues au premier trimestre 2020.  

Récidive du cancer de la prostate: des résultats significatifs pour la SBRT
09/01/2020 : Une nouvelle étude conforte la stratégie thérapeutique utilisant le CyberKnife® pour traiter par SBRT les récidives de cancer de la prostate. Les résultats sont très encourageants par rapport aux autres traitements.

La protection des sources non scellées monte en puissance dans un Arrêté
08/01/2020 : De nouvelles dispositions relatives au contrôle des sources non scellées viennent d’être éditées dans un Arrêté du Ministère des Solidarités et de la Santé. Ce document vise à mieux protéger ces sources contre les actes malveillants.

ECR 2020 : des conférences plénières sur des thématiques résolument innovantes
07/01/2020 : Le prochain European Congress of Radiology proposera trois conférences données par des personnalités scientifiques de premier rang. Il s’agit du Pr Ralph Weissleder, du Dr Bernd Montag et du Pr Nenad Šestan qui traiteront de sujets résolument innovants.

USA : un réseau d'échange d'images médicales au niveau national
07/01/2020 : Les plus hautes instances de la radiologie américaine sont impliquées dans la mise en place d’un réseau d’échange d’images médicales. Un guide a été publié afin de préciser les prérequis techniques et la norme IHE a été affinée afin d’améliorer l’interopérabilité et étendre le réseau sur tout le territoire.


La sécurité des données de Santé bafouée dans le monde entier
14/01/2020 : Un média américain chiffre à plusieurs millions les cas de fuite de données de Santé librement accessibles sur internet dans le monde. Alors ce phénomène est connu depuis des années et que le risque d’utilisations malveillantes est majeur, le gouvernement a desserré l’étreinte juridique dans ce domaine. Heureusement en France, nous avons la certification HDS…

Le nouvel Arrêté relatif aux PCR, OCR et conseiller en radioprotection est paru !
06/01/2020 : Un nouvel Arrêté vient d’encadrer les nouvelles dispositions relatives à la gestion du risque ionisant en milieu de Santé. Les notions de PCR, d’OCR ou de conseiller en radioprotection y sont expliqués.  

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

L'Institut de cancérologie Lucien Neuwirth mis en demeure par l'ASN
15/01/2020 : L’institut de cancérologie Lucien Neuwirth (42) montre des signes significatifs d’insuffisances dans l’organisation de la radioprotection dans son service de radiothérapie et de curiethérapie. L’ASN, après plusieurs visites, le met en demeure de mettre en place les solutions appropriées dans une Décision.

Explorer les pathologies hépatiques avec la spectroscopie par résonance magnétique
13/01/2020 : L’exploration des pathologies hépatiques a désormais un nouvel outil en préparation : la spectroscopie par résonnance magnétique. Cette technologie permet d’obtenir des données qualitatives et quantitatives à partir de la localisation de la fréquence d’un composé par rapport à celle de l’eau.  

Les nouveaux traitements endovasculaires de l'occlusion coronaire chronique
06/07/2016 : Le traitement de l’occlusion chronique totale des artères coronaires (CTO) fait désormais l’objet d’un congrès spécifique, le ML-CTO, destiné à former les praticiens aux nouvelles techniques et aux nouveaux matériels mis à leur disposition. Nous avons rencontré le Dr Max Amor, co-organisateur de cet événement, ainsi que du site Incathlab, pour une revue de détail de cette discipline.

Deux nouvelles modalités pour le Centre de radiothérapie de Ris-Orangis
14/01/2020 : Fort de l’installation de deux accélérateurs supplémentaires, le Centre de Radiothérapie de Ris-Orangis fait désormais partie des établissements de ce type les mieux dotés. Les patients peuvent d’autre part coupler la radiothérapie avec la chimiothérapie dans la clinique Pasteur voisine.

Le retour du modificateur Z officialisé dans un arrêté !
28/08/2019 : Le modificateur Z devrait bientôt faire son retour dans la nomenclature des actes de radiologie. C'est en tout cas ce qui annoncé dans l''Arrêté du 14 août 2019 paru au Journal Officiel.

Radioprotection du patient: quelques modifications publiées dans un Arrêté
07/10/2019 : Les dispositions prises par l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) dans sa Décision du 11 juin 2019 viennent de faire l'objet d'un Arrêté su Ministère. La fréquence des formations à la radioprotection du patient, les professionnels concernés e les méthodes pédagogiques sont notamment concernés par ce document.