Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Congrès et événements > Tout sur les pratiques radiologiques d'avenir au Symposium MDCT 2020

Tout sur les pratiques radiologiques d'avenir au Symposium MDCT 2020

MARDI 17 DéCEMBRE 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le Pr Alain Blum, co-organisateur du XIème Symposium Scanner volumique (MDCT), nous a octroyé quelques minutes dans son agenda pour nous parler de cet événement qui se tiendra les 7 et 8 février 2020 à Nancy. Il y sera question des applications de l’intelligence artificielle, d’imagerie interventionnelle et des PIMM notamment. Sans oublier les matches entre radiologues.

Symposium Scanner volumique

Thema Radiologie : Le symposium Scanner volumique (MDCT) fêtera sa neuvième édition en février 2020. Comment s’annonce l’organisation de cet événement et qu’en attendez-vous ?

Pr Alain Blum : Il s’annonce sous les meilleurs auspices, avec des orateurs internationaux de renom qui ont une nouvelle fois fait preuve de disponibilité, un niveau d’inscriptions à la hausse et des industriels qui ont répondu présent. J’attends de cette session qu’elle apporte des enseignements à l’auditoire, mais aussi qu’elle aide à anticiper les nouvelles pratiques. Sur le champ de l’intelligence artificielle par exemple, les industriels communiqueront sur ce qu’il est possible de faire aujourd’hui réellement. On insiste pour que le discours soit moins conceptuel que d’habitude lors des congrès et de rentrer dans le vif du sujet pour des applications au quotidien.

« L’intelligence artificielle sera particulièrement utile pour maîtriser les flux »

T.R : La première journée du Symposium sera justement entièrement consacrée à l’IA. Celle-ci n’est-elle pas trop présente se nos jours dans le domaine de l’imagerie médicale ?

Pr A.B. : Elle est en effet très présente dans les communiqués, dans la presse, dans les congrès, mais dans la réalité des pratiques, elle est peu présente. Elle peine à s’imposer dans la vraie vie car les outils d’IA sont mono-tâches qui ne couvrent pas les besoins. Les tâches d’ordre interprétatif sont nécessaires, mais les applications organisationnelles seront les plus utiles à moyen terme. Elles couvrent notamment, avec des algorithmes DLR de reconstruction, l’amélioration de la qualité des images au scanner, comme en IRM d’ailleurs, ainsi que l’analyse des organisations et des pratiques.

T.R : En quoi l’IA peut-elle améliorer les organisations et les pratiques ?

Pr A.B. : Les nouveaux algorithmes dédiés à l’organisation seront particulièrement utiles pour améliorer le système de Santé. Par exemple, dans un service d’urgences, les différents maillons de la chaîne que sont les urgentistes, les brancardiers, les acteurs de la biologie, les disponibilités du scanner, les antécédents du patient à récupérer génèrent des flux ralentis, des examens non pertinents, des irradiations inutiles, etc. On est ici dans la pertinence des actes et dans la gestion de flux. Si les urgences sont si exsangues aujourd’hui, c’est dû au déficit d’organisation et à la maîtrise des flux d’informations dans un contexte d’augmentation du nombre de passages dans ces unités.

« La formation des internes doit être adaptée à l’évolution de l’imagerie interventionnelle »

T.R : Dans ce contexte, que pensez-vous du protocole de coopération permettant aux infirmiers des urgences de réaliser certaines demandes d’examens d’imagerie ?

Pr A.B. : Mais c’est déjà le cas dans certaines structures ! Le niveau de désorganisation est tel que de telles pratiques apparaissent. L’infirmière fait la demande de scanner, l’examen est réalisé et, dans un troisième temps, le médecin fait l’examen clinique ce qui provoque souvent une demande d’examens complémentaires, ce qui ajoute au désordre ambiant ! Pour résumer, si un patient a une symptomatologie qui évolue depuis six mois ou depuis une heure, peu importe, du moment que le scanner est fait. On ne fait plus de la médecine mais de la gestion de flux. L’IA aura dans ce cadre, c’est certain, un rôle primordial à jouer dans un futur proche.

T.R : Pour revenir au Symposium, une séance de DPC consacrée à l’imagerie interventionnelle sera organisée le matin du deuxième jour. Quels seront les thèmes phares de cette session ?

Pr A.B. : Nous assistons aujourd’hui à une extension du champ de l’imagerie interventionelle et, par conséquent, à une évolution des pratiques dans les techniques de guidage ce qui donne beaucoup d’audace dans le traitement e certaines pathologies. On voir apparaitre, par exemple, des outils de robotique et d’IA qui permettront, à court terme de réaliser des procédures à distance, ce qui modifiera certainement le positionnement du radiologue dans la salle interventionnelle. Dans notre unité du CHU de Nancy, l’interventionnel occupe près de 50% de notre activité, ce qui pose la question de la formation des internes aujourd’hui. Je ne suis pas sûr que l’internat soit adapté aux futures pratiques. On a récemment ajouté une année d’internat pour ces pratiques, mais dans un nombre très limité car les besoins ne sont pas évalués de façon pertinente.

« Les PIMM et la téléradiologie sont deux notions complémentaires »

T.R : Quelles seront les autres thématiques abordées lors du Symposium ?

Pr A.B. : L’après-midi du deuxième jour sera consacré aux Plateaux d’Imagerie Médicale Mutualisés (PIMM). Il s’agit d’un thème d’actualité majeur car beaucoup de postes de radiologues sont vacants dans les hôpitaux périphériques et même dans les CHU. Le développement des PIMM, qui mixent les activités publiques et privées, où les médecins hospitaliers pourraient avoir une rémunération liée à l’activité, est un vrai sujet qui pourrait changer l’organisation de la prise en charge radiologique en France, notamment la façon dont les jeunes praticiens vont s’installer dans un futur proche. Nous aurons d’ailleurs un plateau très complet pour en parler, des médecins publics et privés, un représentant de l’ARS, ainsi que Maître Houdart, un avocat spécialiste de ces questions.

T.R : Les PIMM et les organisations de téléradiologie seront-ils concurrents dans ce changement d’organisation ?

Pr A.B. : Ils sont clairement complémentaires. L’objectif des PIMM est tout d’abord de lutter contre les praticiens intérimaires trop chers pour les structures publiques, contre les plateformes de télédiagnostic qui ne donnent pas forcément satisfaction. Ils ont également un rôle primordial pour la réalisation d’actes pour lesquels la présence du radiologue est obligatoire.

T.R : Pour finir, et parce que l’on ne change pas une formule qui a fait ses preuves, vous allez reconduire les matches entre praticiens sur des sujets ciblés, comme lors des sessions précédentes. Pourquoi ces moments sont-ils si appréciés ?

Pr A.B. : Je crois que, comme dans un match de boxe, l’attrait pour ces controverses vient du fait que leur résultat est imprévisible. Certains sujets débattus s’annoncent comme neutres, voire ennuyeux, et ce sont ceux qui s’avèrent les plus intéressants, par la personnalité des orateurs ou par les arguments scientifiques ou technologiques qui sont développés. Ce qui est sûr, c’est que l’on va les chauffer à blanc, comme d’habitude, et que les arbitres seront évidemment partiaux et auront pour mission de déstabiliser les orateurs ! Sans oublier le caricaturiste qui se moquera gentiment de ces derniers.

J’espère que les participants ce symposium apprécieront notre démarche et qu’ils en repartiront plein d’idées pour leurs pratiques futures. En tout cas, Marc Zins et moi-même nous nous sommes fait plaisir en l’organisant. Rendez-vous les 7 et 8 février 2020 Au Centre de congrès Prouvé à Nancy !

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

Édito - Les MERM, des soignants en première ligne pour le diagnostic du COVID-19
01/04/2020 : Alors que leurs collègues français ne sont pas forcément reconnus par les populations, les manipulateurs d’électroradiologie médicale ont publié une vidéo de haute facture pour partager leur quotidien en pleine pandémie de COVID-19. Un grand merci à eux pour leur implication et leur courage.

Webinar - Prise en charge radiologique des patients atteints de COVID-19 à Parme
31/03/2020 : L’ESR a organisé un webinar dédié à la prise en charge radiologique des patients admis pour un COVID déclaré dans la région de Parme. Le Pr Sverzellati explique notamment la stratégie mise en place pour gérer les workflows d’examens.

Les Journées scientifiques de l'AFPPE sont reportées !
10/03/2020 : Comme nombre de congrès et rassemblements devant regrouper un nombre important de personnes, les Journées scientifiques de l’AFPPE sont reportées. Elles se tiendrint en novembre 2020.

L'épidémie de coronavirus a eu raison de l'ECR 2020
03/03/2020 : Les responsables de l’European Society of Radiology ont décidé, ce 3 mars 2020, de reporter l’ECR qui devait se tenir la semaine prochaine. Ils répondent en cela aux recommandations des autorités de Santé autrichienne dans un contexte d’épidémie de coronavirus.

Coronavirus : Une session spéciale organisée lors de l'ECR 2020
25/02/2020 : Devant l’ampleur mondiale de l’épidémie de coronavirus (COVID-19), la session de l’ECR 2020 dédiée à cette maladie sera accessible gratuitement pour les congressistes sur place mais également pour les internautes sur ESR Connect.

Une évocation de l'imagerie médicale de demain au MDCT 2020
12/02/2020 : Le scanner spectral, la radiologie interventionnelle et l’intelligence artificielle ont constitué les thématiques majeures développées lors du 9ème Symposium Scanner volumique. Un événement qui a laissé entrevoir ce que pourrait être l’imagerie médicale diagnostique et thérapeutique à moyen terme.

Coronavirus : un impact économique fort à travers le monde
05/02/2020 : L’épidémie de coronavirus qui sévit à travers le monde est une urgence sanitaire majeure. Mais elle génère un ralentissement économique en Chine qui, bien que le gouvernement chinois ait pris des mesures de soutien de son économie, devrait avoir des impacts au niveau international.

Lancement du nouveau Groupement d'Intérêt Économique de radiologues SERENICE
28/01/2020 : Des radiologues hospitaliers et libéraux se regroupent dans un GIE appelé SERENICE, co-fondé avec nehs, partenaire minoritaire.  Ces derniers pourront, entre autres, bénéficier de l’infrastructure de services de nehs et d’autres partenaires, tels que KPMG.

Les manipulateurs reçus au Haut Conseil de Professions Paramédicales
21/01/2020 : Une délégation de manipulateurs a été reçue, en ce jour de grève, par le Haut Conseil des Professions Paramédicales. La déclaration liminaire ci-après.

Un discours qui renforce la position de l'AFPPE
20/01/2020 : Les mouvements de contestation des manipulateurs en cette période de crise hospitalière ont généré quelques débordements sur les réseaux sociaux, notamment à l’encontre de l’AFPPE. Le Président Fabien Voix a souhaité faire une mise au point lors des dernières journées francophones de scanner afin de clarifier l’action de l’association et renforcer sa position au sein de la communauté radiologique.


Session didactique de radiothérapie moderne en vidéo
02/04/2020 : Quelles sont les différentes formes de radiothérapie dans la pratique moderne ? Le Dr Patrick Ezri, radiothérapeute, nous en fait une présentation didactique en vidéo.

COVID-19 : participez au projet national organisé par la SFR avec NEHS DIGITAL
02/04/2020 : La Société Française de Radiologie (SFR), en partenariat avec NEHS DIGITAL, met en place une base de données nationale des scanners thoraciques devant des suspicions de COVID-19 ou des cas confirmés. Elle permet de rassembler le plus grand nombre de scanners afin de mieux connaitre la sémiologie diagnostique, mais également de déterminer des biomarqueurs pronostiques.

Premier cas de lésions cérébrales dues au COVID-19 à l'IRM
01/04/2020 : Le premier cas d’encéphalopathie due au COVID-19 vient d’être décrit dans la Revue Radiology. Bien que le l’angioscanner ne montre pas d’anomalie, l’IRM objective des signes d’hémorragie dans les coupes de susceptibilité magnétique.

Édito - Les MERM, des soignants en première ligne pour le diagnostic du COVID-19
01/04/2020 : Alors que leurs collègues français ne sont pas forcément reconnus par les populations, les manipulateurs d’électroradiologie médicale ont publié une vidéo de haute facture pour partager leur quotidien en pleine pandémie de COVID-19. Un grand merci à eux pour leur implication et leur courage.

Webinar - Prise en charge radiologique des patients atteints de COVID-19 à Parme
31/03/2020 : L’ESR a organisé un webinar dédié à la prise en charge radiologique des patients admis pour un COVID déclaré dans la région de Parme. Le Pr Sverzellati explique notamment la stratégie mise en place pour gérer les workflows d’examens.

NEHS DIGITAL facilite le travail des praticiens contre le COVID-19
30/03/2020 : En cette période troublée, NEHS DIGITAL met à disposition des établissements de Santé ses solutions de téléconsultation et de télé-expertise. Sa plateforme de téléradiologie facilite ainsi la prise en charge des patients COVID-19.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Les sociétés savantes américaines collaborent autour d'un CR structuré de scanner lié au COVID-19
27/03/2020 : Dans un souci d’efficience dans l’annonce de la pathologie de COVID-19 et de réduction de l’anxiété des correspondants et des patients, les principales sociétés savantes américaines ont élaboré un document de consensus. Un modèle de compte rendu structuré a fait l’objet d’un consensus.

Données de Santé : une nouvelle approche pour assurer la confidentialité
25/03/2020 : La sécurité des données de Santé et la protection de la vie privée des patients est une préoccupation majeure pour les tutelles sanitaires. Un Rapport publié dans la Revue Radiology suggère de considérer les données comme n’appartenant à personne et de cibler l’éthique des prestataires d’IA.  

COVID-19 : les radiologues Vidi solidaires et mobilisés dans la guerre sanitaire
25/03/2020 : Alors que certains cabinets de radiologie ont dû fermer par manque de moyens de protection contre le COVID, les radiologues du Groupe Vidi se mettent à la disposition de leurs confrères. Ils se montrent solidaires et mobiliser pour aider à gagner la guerre sanitaire.


Premier cas de lésions cérébrales dues au COVID-19 à l'IRM
01/04/2020 : Le premier cas d’encéphalopathie due au COVID-19 vient d’être décrit dans la Revue Radiology. Bien que le l’angioscanner ne montre pas d’anomalie, l’IRM objective des signes d’hémorragie dans les coupes de susceptibilité magnétique.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Les recommandations de la Société Française de Radiologie dans un contexte de COVID-19
13/03/2020 : La Société d’Imagerie Thoracique a publié un Point sur l’imagerie dans un contexte de COVID-19. Les types d’examens à réaliser, la conduite à tenir pour les professionnels et les images significatives sont ainsi détaillés.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

L'embolie pulmonaire aigüe comme complication du COVID-19
19/03/2020 : L’embolie pulmonaire aigüe est une cause de détérioration clinique des pneumonies virales. Un article paru dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging rapporte deux cas d’embolie pulmonaire consécutive au COVID-19.

Scanner du COVID-19 : comprendre l'évolution des lésions à un mois
23/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology pourrait permettre de comprendre l’évolution des images COVID-19 au scanner. Un suivi des patients à un mois a en effet été réalisée dans ce travail.

Coronavirus au scanner : des images différentes selon le stade d'évolution
21/02/2020 : Dans une nouvelle recherche publiée le 20 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs du Mount Sinai Health System de New York ont démontré que les images scanographiques dans les cas de coronavirus 19 (COVID-19) sont liées à l'évolution de l'infection.

Nouveau cas de pneumonie par COVID-19 décrit au scanner
10/03/2020 : Un nouveau cas clinique lié au COVID-19 a été décrit dans la Revue Radiology. Le scanner montre les images caractéristiques de la pneumonie provoquée par le virus et montre une légère résorption au 9ème jour d‘hospitalisation après traitement.