Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Affaires juridiques > Communication des professionnels de Santé : l'Europe à la rescousse !

Communication des professionnels de Santé : l'Europe à la rescousse !

MERCREDI 27 NOVEMBRE 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La France n’est pas le seul État de l’Union européenne à disposer d’une réglementation restrictive sur la communication des professionnels de santé. Mais le Conseil d’État a adopté le 3 mai 2018 une étude au terme de laquelle il a relevé que la réglementation leur interdisant la publicité directe ou indirecte était susceptible d’être affectée par l’évolution de la jurisprudence de la CJUE. Cette évolution ne représente-t-elle pas une aubaine pour les établissements de santé qui seront désormais en mesure de communiquer sur les activités de leurs praticiens ?

Me Omar Yahia

En France, c’est bien connu : déontologie et commerce ne font pas bon ménage. Il suffit de se reporter aux différents codes de déontologie des professionnels, insérés au code de la santé publique, pour s’en convaincre.

« La médecine ne doit pas être pratiquée comme un commerce. Sont interdits tous procédés directs ou indirects de publicité et notamment tout aménagement ou signalisation donnant aux locaux une apparence commerciale », nous indique l’article R.4127-19 du code de la santé publique (CSP). La profession dentaire ne doit pas l’être davantage (art. R.4127-215 CSP) et « Sont également interdites toute publicité, toute réclame personnelle ou intéressant un tiers ou une firme quelconque » (art. R.4127-225 CSP).

La primauté du droit communautaire sur le droit national

La France n’est pas le seul État de l’Union européenne à disposer d’une réglementation restrictive sur la communication des professionnels de santé.

Or, en application du principe de primauté du droit communautaire, consacré par l’ancienne Cour de justice des communautés européennes (devenue Cour de justice de l’Union européenne - CJUE) dans l’arrêt Costa c/ Enel du 15 juillet 1964, une administration, tout comme un juge national, est tenue d’écarter l'application de dispositions nationales qui ne seraient pas conformes au droit européen primaire ou dérivé (Ex.: CJCE, 22 juin 1989, Fratelli Costanzo SpA contre Comune di Milano., Aff. 103/88, EU:C:1989:256).

C’est par application de ce grand principe que la CJUE, saisie par un chirurgien-dentiste belge de la conformité de sa législation nationale, a jugé le 4 mai 2017 que l’interdiction générale et absolue de toute publicité relative à des prestations de soins buccaux et dentaires, y compris par voie électronique, contrevenait non seulement à la directive 2000/31/CE du Parlement européen et du Conseil du 8 juin 2000, sur le commerce électronique, mais également et surtout à l’article 56 du Traité fondateur de l’Union européenne, en ce qu’elle restreint la libre prestation de services (CJUE, 4 mai 2017, Vanderborght, C-339/15, EU:C:2017:335).

Elle a ajouté que cette restriction ne pouvait être justifiée par l’impératif de protection de la santé publique ou la dignité de la profession de dentiste, au motif que « les objectifs poursuivis par la législation en cause au principal pourraient être atteints au moyen de mesures moins restrictives encadrant, le cas échéant de manière étroite, les formes et les modalités que peuvent valablement revêtir les outils de communication utilisés par les dentistes, sans pour autant leur interdire de manière générale et absolue toute forme de publicité ».

Saisi par le Premier ministre, le Conseil d’État a adopté le 3 mai 2018 une étude au terme de laquelle il a relevé que la réglementation interdisant la publicité directe ou indirecte aux professions de santé était susceptible d’être affectée par l’évolution de la jurisprudence de la CJUE. De plus, l’encadrement strict des informations que les praticiens peuvent aujourd’hui rendre publiques ne paraît plus répondre totalement aux attentes d’un public demandeur de transparence sur l’offre de soins. Enfin, l’essor rapide de l’économie numérique a rendu obsolètes certaines des restrictions actuelles en matière d’information dans le domaine de la santé.

Toute interdiction générale et absolue est liberticide

Sur ces entrefaites, la CJUE, saisie par un chirurgien-dentiste français, a rendu une ordonnance du 23 octobre 2018 pour statuer sur la conformité de l’article R.4127-215 du code de la santé publique avec l’article 8 de la directive 2000/31 sur le commerce électronique, et elle a jugé que « (…) l’article 8 de la directive 2000/31 doit être interprété en ce sens qu’il s’oppose à une règlementation nationale, telle que celle en cause au principal, qui interdit de manière générale et absolue toute publicité des membres de la profession dentaire, en tant que celle-ci leur interdit tout recours à des procédés publicitaires de valorisation de leur personne ou de leur société sur leur site Internet » (CJUE, 23 octobre 2018, RG et SELARL cabinet dentaire du docteur RG., Aff. C-296/18, EU:C:2018:857).

L’Autorité de la concurrence en a tiré les conséquences par deux décisions, l’une relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur de la promotion par Internet d’actes médicaux (Décision n°19-D-01 du 15 janvier 2019), l’autre relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur de la promotion par Internet de soins dentaires (Décision n°19-D-02 du 15 janvier 2019).

Dernier épisode connu du feuilleton, un médecin français avait demandé au ministre de la Santé d’abroger l’article R.4127-19 du code de la santé publique, qui interdit toute publicité. Le refus implicite du ministère résultant de son silence a été déféré au Conseil d’État qui a fait droit à sa demande en ajoutant que :

« S'il incombe au pouvoir réglementaire de définir les conditions d'une utilisation, par les médecins, de procédés de publicité compatibles avec les exigences de protection de la santé publique, de dignité de la profession médicale, de confraternité entre praticiens et de confiance des malades envers les médecins, il résulte des stipulations de l'article 56 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, telles qu'interprétées par la Cour de justice de l'Union européenne, notamment dans son arrêt rendu le 4 mai 2017 dans l'affaire C-339/15, qu'elles s'opposent à des dispositions réglementaires qui interdisent de manière générale et absolue toute publicité, telles que celles qui figurent au second alinéa de l'article R. 4127-19 du code de la santé publique cité au point 1 ». (CE, 6 novembre 2019, n°416948)

Une déontologie euro-compatible reste à écrire

La balle est désormais dans le camp du Gouvernement qui doit revoir sa copie. Ce ne sera certainement pas open bar pour les professionnels de santé mais l’étau français va, à l’évidence, se desserrer, sous les fourches caudines de l’Europe. Cette évolution ne représente-t-elle pas une aubaine pour les établissements de santé qui seront désormais en mesure de communiquer sur les activités de leurs praticiens ? L’avenir nous le dira.

Il n’en reste pas moins que, au vu des dernières déclarations de l’ordre national des chirurgiens-dentistes, déontologie et commerce resteront sans doute incompatibles.

Me Omar YAHIA

SELARL YAHIA Avocats

Barreau de Paris

contact@yahia-avocats.fr

Me Omar Yahia


toshiba

Publicité des professionnels de Santé : le Conseil d'État une nouvelle fois saisi !
02/03/2020 : Alors que la législation française interdit toute publicité pour les professionnels de Santé, le Cabinet Di Vizio saisit le Conseil d’État pour que la Loi européenne, qui l’autorise, soit enfin appliquée.

Les manipulateurs obtiennent la Prime dite des "Urgences" !
16/12/2019 : Les manipulateurs d’électroradiologie ont, en ce 16 décembre 2019, obtenu une reconnaissance de leur travail. Ils ont obtenu en effet du Ministère l’attribution de la prime dite « urgences » qui était dévolue jusqu’à présent aux seuls infirmiers. L’action de l’AFPPE n’est pas étrangère à cette évolution.

Communication des professionnels de Santé : l'Europe à la rescousse !
27/11/2019 : La France n’est pas le seul État de l’Union européenne à disposer d’une réglementation restrictive sur la communication des professionnels de santé. Mais le Conseil d’État a adopté le 3 mai 2018 une étude au terme de laquelle il a relevé que la réglementation leur interdisant la publicité directe ou indirecte était susceptible d’être affectée par l’évolution de la jurisprudence de la CJUE. Cette évolution ne représente-t-elle pas une aubaine pour les établissements de santé qui seront désormais en mesure de communiquer sur les activités de leurs praticiens ?

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

Conditions d'exercice multi-sites: révolution ou simple évolution ?
18/06/2019 : Le décret du 23 mai 2019 assouplit les règles relatives à l'exercice libéral multi-sites. Les radiologues pourront désormais avoir le choix dans le nombre de leurs lieux d'exercice. Si toutefois ils ne sont pas déjà en suractivité…

Responsabilité d'un centre hospitalier suite à un examen IRM
22/05/2019 : Les patients porteurs d'une dérivation ventriculo-péritonéale doivent satisfaire à un contrôle de la valve lorsqu'ils ont fait l'objet d'un examen IRM. La Cour d'appel de Bordeaux nous le rappelle, qui a dû juger le cas d'une patiente victime d'effets secondaires le lendemain d'une exploration IRM du genou.

Autorisations des matériels lourds : comment faire ?
15/05/2019 : Le processus d'acquisition d'un nouveau matériel lourd en imagerie médicale est très formalisé et il est nécessaire d'en maîtriser les rouages. C'est la raison pour laquelle Forcomed propose une formation dédiée aux radiologues libéraux à Paris en septembre 2019.

Prolongation d'activité d'un médecin hospitalier: le Conseil d'État se prononce
07/05/2019 : Dans un récent arrêt, le Conseil d’Etat a eu l’occasion de se prononcer sur les conditions de la prolongation d’activité d’un médecin en milieu hospitalier. Ce cas a été étudié suite au refus d'un hôpital de prolonger un praticien.

Rappels réglementaires sur le remplacement en exercice libéral
26/03/2019 : Les modalités de remplacement des radiologues libéraux font l'objet d'un article du Code de la déontologie médicale. Il nous a semblé nécessaire de faire un point sur les dispositions prises dans ce texte et sur les conséquences à attendre d'un remplacement non conforme.

De la faute grave dans l'exécution d'un contrat d'exploitation d'un scanographe
12/02/2019 : Pour le premier volet de notre série d'articles juridiques, nous avons choisi de traiter le thème de la faute grave. Et le cas mis en lumière ne concerne pas les relations entre employeur et employé, mais un contrat d'exploitation d'un scanner en établissement privé.


Les sociétés savantes américaines collaborent autour d'un CR structuré de scanner lié au COVID-19
27/03/2020 : Dans un souci d’efficience dans l’annonce de la pathologie de COVID-19 et de réduction de l’anxiété des correspondants et des patients, les principales sociétés savantes américaines ont élaboré un document de consensus. Un modèle de compte rendu structuré a fait l’objet d’un consensus.

Données de Santé : une nouvelle approche pour assurer la confidentialité
25/03/2020 : La sécurité des données de Santé et la protection de la vie privée des patients est une préoccupation majeure pour les tutelles sanitaires. Un Rapport publié dans la Revue Radiology suggère de considérer les données comme n’appartenant à personne et de cibler l’éthique des prestataires d’IA.  

COVID-19 : les radiologues Vidi solidaires et mobilisés dans la guerre sanitaire
25/03/2020 : Alors que certains cabinets de radiologie ont dû fermer par manque de moyens de protection contre le COVID, les radiologues du Groupe Vidi se mettent à la disposition de leurs confrères. Ils se montrent solidaires et mobiliser pour aider à gagner la guerre sanitaire.

Les recommandations de la SFMN pour l'organisation de la médecine nucléaire en environnement COVID-19
24/03/2020 : Afin d’assurer une bonne prise en charge des patients en médecine nucléaire pendant l’épidémie de COVID-19, la SFMN a publié des recommandations spécifiques pour une bonne organisation des services traitant de cette spécialité.

Une nouvelle application de compte rendu structuré mis à disposition des radiologues
24/03/2020 : Comme certains de ses concurrents, la plateforme Keydiag met à disposition des radiologues gratuitement son application de comptes rendus structurés en tomodensitométrie pulmonaire. Un joli geste de solidarité dans le contexte épidémique actuel.

Scanner du COVID-19 : comprendre l'évolution des lésions à un mois
23/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology pourrait permettre de comprendre l’évolution des images COVID-19 au scanner. Un suivi des patients à un mois a en effet été réalisée dans ce travail.

Lancement du Réseau de veille sanitaire COVID-19 Imagerie SFR
23/03/2020 : La Société Française de Radiologie et le G4 lancent le Réseau COVID-19 Imagerie SFR, une plateforme de veille sanitaire nationale sur le COVID-19. Basée sur quatre indicateurs spécifiques, elle se veut complémentaire de la base de données scanographiques déjà ouverte dans ce cadre.

L'embolie pulmonaire aigüe comme complication du COVID-19
19/03/2020 : L’embolie pulmonaire aigüe est une cause de détérioration clinique des pneumonies virales. Un article paru dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging rapporte deux cas d’embolie pulmonaire consécutive au COVID-19.

Recommandations contre le COVID-19 pour les centres de radiothérapie
18/03/2020 : Les personnels médicaux et paramédicaux des centres de radiothérapie sont appelés à suivre les recommandations que vient de publier la SFRO dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de COVID-19. Ce texte est appelé à évoluer dans le temps.

Un compte rendu structuré gratuit pour le diagnostic de COVID-19
18/03/2020 : Afin de participer à l’effort mondial contre l’épidémie de COVID-19, la start-up Smart Reporting donne accès gratuitement aux comptes rendus structurés pour le diagnostic de cette pathologie.


Les recommandations de la Société Française de Radiologie dans un contexte de COVID-19
13/03/2020 : La Société d’Imagerie Thoracique a publié un Point sur l’imagerie dans un contexte de COVID-19. Les types d’examens à réaliser, la conduite à tenir pour les professionnels et les images significatives sont ainsi détaillés.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Scanner du COVID-19 : comprendre l'évolution des lésions à un mois
23/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology pourrait permettre de comprendre l’évolution des images COVID-19 au scanner. Un suivi des patients à un mois a en effet été réalisée dans ce travail.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

L'embolie pulmonaire aigüe comme complication du COVID-19
19/03/2020 : L’embolie pulmonaire aigüe est une cause de détérioration clinique des pneumonies virales. Un article paru dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging rapporte deux cas d’embolie pulmonaire consécutive au COVID-19.

Coronavirus au scanner : des images différentes selon le stade d'évolution
21/02/2020 : Dans une nouvelle recherche publiée le 20 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs du Mount Sinai Health System de New York ont démontré que les images scanographiques dans les cas de coronavirus 19 (COVID-19) sont liées à l'évolution de l'infection.

Nouveau cas de pneumonie par COVID-19 décrit au scanner
10/03/2020 : Un nouveau cas clinique lié au COVID-19 a été décrit dans la Revue Radiology. Le scanner montre les images caractéristiques de la pneumonie provoquée par le virus et montre une légère résorption au 9ème jour d‘hospitalisation après traitement.

L'ACR remet en cause la spécificité du scanner pour diagnostiquer le COVID-19
16/03/2020 : Alors que des études récentes présentaient le scanner comme l’examen de base pour le dépistage du COVID-19, l’American College of Radiology vient de publier des recommandations qui modèrent ces premiers résultats. La spécificité de cet examen semble en effet inférieure aux test viraux de biologie.

COVID-19 : le scanner 3D d'une patiente infectée
06/03/2020 : Les images reconstruites du scanner effectué sur une patiente infectée par le COVID-19 montrent bien une prédominance d’images en verre dépoli dans les zones péri-hilaire et sous-pleurale.