Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Affaires juridiques > Communication des professionnels de Santé : l'Europe à la rescousse !

Communication des professionnels de Santé : l'Europe à la rescousse !

MERCREDI 27 NOVEMBRE 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La France n’est pas le seul État de l’Union européenne à disposer d’une réglementation restrictive sur la communication des professionnels de santé. Mais le Conseil d’État a adopté le 3 mai 2018 une étude au terme de laquelle il a relevé que la réglementation leur interdisant la publicité directe ou indirecte était susceptible d’être affectée par l’évolution de la jurisprudence de la CJUE. Cette évolution ne représente-t-elle pas une aubaine pour les établissements de santé qui seront désormais en mesure de communiquer sur les activités de leurs praticiens ?

Me Omar Yahia

En France, c’est bien connu : déontologie et commerce ne font pas bon ménage. Il suffit de se reporter aux différents codes de déontologie des professionnels, insérés au code de la santé publique, pour s’en convaincre.

« La médecine ne doit pas être pratiquée comme un commerce. Sont interdits tous procédés directs ou indirects de publicité et notamment tout aménagement ou signalisation donnant aux locaux une apparence commerciale », nous indique l’article R.4127-19 du code de la santé publique (CSP). La profession dentaire ne doit pas l’être davantage (art. R.4127-215 CSP) et « Sont également interdites toute publicité, toute réclame personnelle ou intéressant un tiers ou une firme quelconque » (art. R.4127-225 CSP).

La primauté du droit communautaire sur le droit national

La France n’est pas le seul État de l’Union européenne à disposer d’une réglementation restrictive sur la communication des professionnels de santé.

Or, en application du principe de primauté du droit communautaire, consacré par l’ancienne Cour de justice des communautés européennes (devenue Cour de justice de l’Union européenne - CJUE) dans l’arrêt Costa c/ Enel du 15 juillet 1964, une administration, tout comme un juge national, est tenue d’écarter l'application de dispositions nationales qui ne seraient pas conformes au droit européen primaire ou dérivé (Ex.: CJCE, 22 juin 1989, Fratelli Costanzo SpA contre Comune di Milano., Aff. 103/88, EU:C:1989:256).

C’est par application de ce grand principe que la CJUE, saisie par un chirurgien-dentiste belge de la conformité de sa législation nationale, a jugé le 4 mai 2017 que l’interdiction générale et absolue de toute publicité relative à des prestations de soins buccaux et dentaires, y compris par voie électronique, contrevenait non seulement à la directive 2000/31/CE du Parlement européen et du Conseil du 8 juin 2000, sur le commerce électronique, mais également et surtout à l’article 56 du Traité fondateur de l’Union européenne, en ce qu’elle restreint la libre prestation de services (CJUE, 4 mai 2017, Vanderborght, C-339/15, EU:C:2017:335).

Elle a ajouté que cette restriction ne pouvait être justifiée par l’impératif de protection de la santé publique ou la dignité de la profession de dentiste, au motif que « les objectifs poursuivis par la législation en cause au principal pourraient être atteints au moyen de mesures moins restrictives encadrant, le cas échéant de manière étroite, les formes et les modalités que peuvent valablement revêtir les outils de communication utilisés par les dentistes, sans pour autant leur interdire de manière générale et absolue toute forme de publicité ».

Saisi par le Premier ministre, le Conseil d’État a adopté le 3 mai 2018 une étude au terme de laquelle il a relevé que la réglementation interdisant la publicité directe ou indirecte aux professions de santé était susceptible d’être affectée par l’évolution de la jurisprudence de la CJUE. De plus, l’encadrement strict des informations que les praticiens peuvent aujourd’hui rendre publiques ne paraît plus répondre totalement aux attentes d’un public demandeur de transparence sur l’offre de soins. Enfin, l’essor rapide de l’économie numérique a rendu obsolètes certaines des restrictions actuelles en matière d’information dans le domaine de la santé.

Toute interdiction générale et absolue est liberticide

Sur ces entrefaites, la CJUE, saisie par un chirurgien-dentiste français, a rendu une ordonnance du 23 octobre 2018 pour statuer sur la conformité de l’article R.4127-215 du code de la santé publique avec l’article 8 de la directive 2000/31 sur le commerce électronique, et elle a jugé que « (…) l’article 8 de la directive 2000/31 doit être interprété en ce sens qu’il s’oppose à une règlementation nationale, telle que celle en cause au principal, qui interdit de manière générale et absolue toute publicité des membres de la profession dentaire, en tant que celle-ci leur interdit tout recours à des procédés publicitaires de valorisation de leur personne ou de leur société sur leur site Internet » (CJUE, 23 octobre 2018, RG et SELARL cabinet dentaire du docteur RG., Aff. C-296/18, EU:C:2018:857).

L’Autorité de la concurrence en a tiré les conséquences par deux décisions, l’une relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur de la promotion par Internet d’actes médicaux (Décision n°19-D-01 du 15 janvier 2019), l’autre relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur de la promotion par Internet de soins dentaires (Décision n°19-D-02 du 15 janvier 2019).

Dernier épisode connu du feuilleton, un médecin français avait demandé au ministre de la Santé d’abroger l’article R.4127-19 du code de la santé publique, qui interdit toute publicité. Le refus implicite du ministère résultant de son silence a été déféré au Conseil d’État qui a fait droit à sa demande en ajoutant que :

« S'il incombe au pouvoir réglementaire de définir les conditions d'une utilisation, par les médecins, de procédés de publicité compatibles avec les exigences de protection de la santé publique, de dignité de la profession médicale, de confraternité entre praticiens et de confiance des malades envers les médecins, il résulte des stipulations de l'article 56 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, telles qu'interprétées par la Cour de justice de l'Union européenne, notamment dans son arrêt rendu le 4 mai 2017 dans l'affaire C-339/15, qu'elles s'opposent à des dispositions réglementaires qui interdisent de manière générale et absolue toute publicité, telles que celles qui figurent au second alinéa de l'article R. 4127-19 du code de la santé publique cité au point 1 ». (CE, 6 novembre 2019, n°416948)

Une déontologie euro-compatible reste à écrire

La balle est désormais dans le camp du Gouvernement qui doit revoir sa copie. Ce ne sera certainement pas open bar pour les professionnels de santé mais l’étau français va, à l’évidence, se desserrer, sous les fourches caudines de l’Europe. Cette évolution ne représente-t-elle pas une aubaine pour les établissements de santé qui seront désormais en mesure de communiquer sur les activités de leurs praticiens ? L’avenir nous le dira.

Il n’en reste pas moins que, au vu des dernières déclarations de l’ordre national des chirurgiens-dentistes, déontologie et commerce resteront sans doute incompatibles.

Me Omar YAHIA

SELARL YAHIA Avocats

Barreau de Paris

contact@yahia-avocats.fr

Me Omar Yahia


toshiba

Communication des professionnels de Santé : l'Europe à la rescousse !
27/11/2019 : La France n’est pas le seul État de l’Union européenne à disposer d’une réglementation restrictive sur la communication des professionnels de santé. Mais le Conseil d’État a adopté le 3 mai 2018 une étude au terme de laquelle il a relevé que la réglementation leur interdisant la publicité directe ou indirecte était susceptible d’être affectée par l’évolution de la jurisprudence de la CJUE. Cette évolution ne représente-t-elle pas une aubaine pour les établissements de santé qui seront désormais en mesure de communiquer sur les activités de leurs praticiens ?

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

Conditions d'exercice multi-sites: révolution ou simple évolution ?
18/06/2019 : Le décret du 23 mai 2019 assouplit les règles relatives à l'exercice libéral multi-sites. Les radiologues pourront désormais avoir le choix dans le nombre de leurs lieux d'exercice. Si toutefois ils ne sont pas déjà en suractivité…

Responsabilité d'un centre hospitalier suite à un examen IRM
22/05/2019 : Les patients porteurs d'une dérivation ventriculo-péritonéale doivent satisfaire à un contrôle de la valve lorsqu'ils ont fait l'objet d'un examen IRM. La Cour d'appel de Bordeaux nous le rappelle, qui a dû juger le cas d'une patiente victime d'effets secondaires le lendemain d'une exploration IRM du genou.

Autorisations des matériels lourds : comment faire ?
15/05/2019 : Le processus d'acquisition d'un nouveau matériel lourd en imagerie médicale est très formalisé et il est nécessaire d'en maîtriser les rouages. C'est la raison pour laquelle Forcomed propose une formation dédiée aux radiologues libéraux à Paris en septembre 2019.

Prolongation d'activité d'un médecin hospitalier: le Conseil d'État se prononce
07/05/2019 : Dans un récent arrêt, le Conseil d’Etat a eu l’occasion de se prononcer sur les conditions de la prolongation d’activité d’un médecin en milieu hospitalier. Ce cas a été étudié suite au refus d'un hôpital de prolonger un praticien.

Rappels réglementaires sur le remplacement en exercice libéral
26/03/2019 : Les modalités de remplacement des radiologues libéraux font l'objet d'un article du Code de la déontologie médicale. Il nous a semblé nécessaire de faire un point sur les dispositions prises dans ce texte et sur les conséquences à attendre d'un remplacement non conforme.

De la faute grave dans l'exécution d'un contrat d'exploitation d'un scanographe
12/02/2019 : Pour le premier volet de notre série d'articles juridiques, nous avons choisi de traiter le thème de la faute grave. Et le cas mis en lumière ne concerne pas les relations entre employeur et employé, mais un contrat d'exploitation d'un scanner en établissement privé.


La diversité, une des conditions de l'innovation et de l'excellence en imagerie médicale
10/12/2019 : En collaborant à une étude sur la condition de la femme dans le domaine de la radiologie, des membres éminents de la communauté scientifique radiologique européens et nord-américains ont donné suite au programme « Women in focus » qui avait été organisé lors de l’ECR 2019. Il en résulte une prise de position en faveur de la diversité, une des conditions de l’innovation et de l'excellence.

Le JT du RSNA du 7 décembre 2019
09/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, un numéro particulier depuis le consulat de France à Chicago. Retour ensuite sur les stands pour des interviews au sujet d’Azmed, Casis, DMS Imaging ainsi que pour des solutions d’e-santé.

Installer une salle interventionnelle ou une hybride ? L'ANAP a étudié la question
06/12/2019 : L’ANAP vient de publier un guide d’aide à la décision pour les promoteurs de salle hybride interventionnelle en établissement de Santé. Ce document montre comment le projet médico-soignant du secteur impacte le choix du matériel et la réussite du processus d’installation.

Le JT du RSNA du 5 décembre 2019
06/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les nouveaux algorithmes Terrarecon et le système de reconstruction Sitech Neuton. Le Dr Novellas et le Dr Delemar concluent en évoquant le contenu scientifique du congrès.

Le JT du RSNA du 4 décembre 2019
05/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, un numéro spécial Philips de nouveautés en IRM, scanner et échographie notamment.

Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome
04/12/2019 : Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Le JT du RSNA du 3 décembre 2019
04/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les nouveautés EOS, l’intelligence artificielle selon GE Healthcare, la situation de Guerbet et les interventions du Dr Dominique NGuyen et du Dr Victor Delemar.

Le JT du RSNA du 2 décembre 2019
03/12/2019 : Premier volet de notre série de comptes rendus du RSNA 2019, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui sont évoquées les solutions Canon Medical, Medexprim et Guerbet, suivies de la minute de Victor Delemar.

Optimiser l’accueil du patient : 3 programmes de formation au choix et ultraciblés pour les équipes de secrétariat
03/12/2019 : A partir de janvier 2020, Forcomed lance 3 nouveaux programmes spécialement conçus pour les équipes d’accueil et de secrétariat de centres d'imagerie médicale, deux en présentiel et une en e-learning.

Des modèles pertinents de deep learning pour la radiographie thoracique
03/12/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, le deep learning peut détecter des résultats de radiographie thoracique cliniquement significatifs aussi efficacement que des radiologues expérimentés. Les chercheurs rapportent que leurs résultats pourraient constituer une ressource précieuse pour le développement futur de modèles d’intelligence artificielle pour la radiographie thoracique.


Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome
04/12/2019 : Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Le retour du modificateur Z officialisé dans un arrêté !
28/08/2019 : Le modificateur Z devrait bientôt faire son retour dans la nomenclature des actes de radiologie. C'est en tout cas ce qui annoncé dans l''Arrêté du 14 août 2019 paru au Journal Officiel.

COMMENT PRÉVENIR LA RÉCIDIVE D'ANÉVRISME INTRA-CÉRÉBRAL ?
10/06/2015 : Des protocoles de suivi à 10 ans par angio-IRM pourraient s'avérer nécessaire afin de prévenir les récidives d'anévrisme intracrânien. C'est ce qui ressort d'une étude publiée dans Radiology.

Installer une salle interventionnelle ou une hybride ? L'ANAP a étudié la question
06/12/2019 : L’ANAP vient de publier un guide d’aide à la décision pour les promoteurs de salle hybride interventionnelle en établissement de Santé. Ce document montre comment le projet médico-soignant du secteur impacte le choix du matériel et la réussite du processus d’installation.

Les ravages de Zika sur le développement cérébral des fœtus
05/09/2016 : Un rapport spécial publié dans la revue Radiology relate les multiples anomalies pouvant subvenir sur des fœtus infectés par le virus Zika. Une étude rétrospective brésilienne montre que la plupart des bébé présentent une ou plusieurs malformations cérébrales.

Le CHU de Poitiers se dote de la première IRM 7T clinique de France
20/11/2019 : La première modalité IRM 7T à vocation clinique de France vient d’être inaugurée au CHU de Poitiers. Un investissement important a été mobilisé pour cette installation qui a fait l’objet de la construction d’un bâtiment spécifique et d’une salle d’examen surdimensionnée en dimensions et en blindage.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

La HAS étudie la pertinence de l'intégration de la tomosynthèse dans le dépistage
02/12/2019 : La tomosynthèse intégrée dans le dépistage organisé du cancer du sein chez les femmes à risque modéré fait l’objet d’une étude approfondie de la Haute Autorité de Santé (HAS). SA revue de la littérature internationale la pousse à aller plus loin dans son analyse pour éclaircir quelques points d’interrogation.

La radiologie française a-t-elle vraiment besoin du COFRAC ?
21/11/2018 : La radiologie française est très impliquée dans les processus qualité. Mais cela n'empêche pas le COFRAC de travailler sur un référentiel de certification ISO identique à celui des laboratoires de biologie. Le G4 monte au créneau pour affirmer son désaccord.

Le JT du RSNA du 7 décembre 2019
09/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, un numéro particulier depuis le consulat de France à Chicago. Retour ensuite sur les stands pour des interviews au sujet d’Azmed, Casis, DMS Imaging ainsi que pour des solutions d’e-santé.