Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Intelligence Artificielle, Machine Learning > L'intelligence artificielle au révélateur de l'imagerie oncologique

L'intelligence artificielle au révélateur de l'imagerie oncologique

MARDI 12 NOVEMBRE 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Dans notre série d’articles dédiés au prochain symposium Scanner volumique, nous allons à la rencontre des orateurs qui animeront cet événement. Aujourd’hui, le Pr Pierre-Jean Valette évoque pour nous l’intelligence artificielle appliquée à l’imagerie oncologique, un thème qu’il abordera lors du symposium.

Symposium Scanner volumique

L’Intelligence Artificielle (IA) est une notion désormais omniprésente dès lors que l’on évoque l’imagerie médicale. Elle est déclinée à toutes les sauces, souvent porteuse de réelles promesses mais aussi parfois de perspectives abusives. Il en sera question lors du IXème Symposium Scanner volumique qui se tiendra les 7 et 8 janvier 2019 à Nancy.

Pour le Pr Pierre-Jean Valette, spécialisé en imagerie diagnostique et interventionnelle digestive, il s’agit dès à présent d’un outil qu’il utilise dans le cadre de projets de recherche. « Je participe à un travail collaboratif de recherche, avec la société Philips notamment, dont l’objectif est de permettre l’identification de lésions, de métastases ou de polykystose hépatiques au travers d’un algorithme d’IA, précise-t-il. Nous sommes ainsi en passe d’élaborer des systèmes capables d’assurer un suivi RECIST automatique de métastases hépatiques sous traitement médical. Nous envisageons également des travaux sur la texture des tissus dans lequel le scanner spectral pourrait trouver une application intéressante ».

Quatre manières d’aborder l’intelligence artificielle appliquée à l’imagerie oncologique

Le Pr Valette a une vision un peu décalée de l’IA appliquée à la médecine. Il voit en effet quatre manières d’aborder cette thématique. L’approche technique tout d’abord, qui reste une affaire d’informaticiens, l’approche scientifique ensuite, par laquelle on étudie comment et à quel point l’IA pourrait devenir un outil collaboratif efficace pour les activités de routine ou de recherche en imagerie. Il évoque par ailleurs l’approche pratique, ou comment le métier des radiologues va évoluer avec le développement de l’IA, et enfin l’approche philosophique, qui est sans doute la plus intéressante pour lui, car elle conduit à se poser la question des limites de l’IA.

L’intelligence artificielle dépassera l’humain dans certains domaines mais ne pourra pas le remplacer

La grande force de l’IA vient certes, selon le Pr Valette, du fait qu’elle travaille vite, sans relâche et nourrie d’une mémoire infaillible. Mais les algorithmes sont entrainés de façon ciblée, par exemple pour repérer un type de lésion en oncologie, et ils trouvent rapidement leurs limites devant la diversité des diagnostics alternatifs possibles. Il convient également de considérer les particularités de l’IA du point de vue des théories de la connaissance. Les algorithmes peuvent être puissants, ils sont capables d’apprentissage, mais ils ne créent pas de savoir proprement dit. Les algorithmes raisonnent en effet de manière empirique et les raisons de leur décision restent impossibles à connaître, ce que certains désignent sous le terme de « boîte noire ».

Reste enfin, en pratique clinique, la comparaison entre l’intelligence humaine et l’IA en termes de processus décisionnel. « On entend, ça et là, des observateurs annoncer la disparition des radiologues, remarque le Pr Valette. Mais où cela nous mènera-t-il ? Un système sera sans doute capable d’identifier et d’analyser des lésions hépatiques, et ce faisant d’identifier un cancer du foie à partir d’images scanographiques ou d’IRM, mais la machine sera incapable de réaliser l’ensemble des activités humaines pour assurer un diagnostic de certitude. Les dimensions éthiques, esthétiques, émotionnelles, l’intuition du praticien, restent exclusivement humaines. Je prétends que le diagnostic du cancer du foie est le résultat d’images pathologiques, mais également des informations données par le patient, de son histoire, de ses antécédents. »

Le Pr Valette interviendra le vendredi 7 février 2020 lors du symposium Scanner volumique organisé au Centre de congrès Prouvé de Nancy. Les inscriptions sont accessibles ICI.

Le Programe:

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

Des modèles pertinents de deep learning pour la radiographie thoracique
03/12/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, le deep learning peut détecter des résultats de radiographie thoracique cliniquement significatifs aussi efficacement que des radiologues expérimentés. Les chercheurs rapportent que leurs résultats pourraient constituer une ressource précieuse pour le développement futur de modèles d’intelligence artificielle pour la radiographie thoracique.

Assembler plusieurs modèles de machine learning pour affiner les résultats
27/11/2019 : La combinaison de plusieurs modèles de machine learning peut s’apparenter à une interprétation avec plusieurs avis de radiologues. Une étude publiée dans la Revue Radiology : Intelligence Artificielle décrit des résultats en ce sens. Un chalenge sur les hémorragies cérébrales explorées par scanner sera organisé au RSNA 2019.

Un réseau de neurones profonds pour améliorer le diagnostic de cancer du poumon
13/11/2019 : Selon des recherches publiées dans la revue Radiology, les radiologues assistés par un logiciel basé sur le deep learning étaient plus en mesure de détecter les cancers du poumon malins sur radiographies du thorax.

L'intelligence artificielle au révélateur de l'imagerie oncologique
12/11/2019 : Dans notre série d’articles dédiés au prochain symposium Scanner volumique, nous allons à la rencontre des orateurs qui animeront cet événement. Aujourd’hui, le Pr Pierre-Jean Valette évoque pour nous l’intelligence artificielle appliquée à l’imagerie oncologique, un thème qu’il abordera lors du symposium.

La recherche sur l'IA en imagerie avance avec le Data Challenge
25/10/2019 : Le Pr Nathalie Lassau, Professeur de Radiologie à l'Université Paris Sud et Co-Directrice du laboratoire d Imagerie IR4M (UPSUD/ CNRS) à l'Institut Gustave Roussy, est la responsable du Data Challenge dont la première édition a été organisée aux JFR 2018. Nous l'avons rencontrée pour une évocation des améliorations apportées, en 2019, à cette compétition.

Une plateforme dédiée pour choisir un moteur d'IA pertinent
03/10/2019 : Acteur historique de l'informatique de Santé, Softway Medical propose une offre d'intelligence artificielle tout à fait originale. À partir d'un catalogue de moteurs d'IA, le radiologue pourra choisir celui qui répondra précisément à ses besoins. Rendez-vous aux JFR 2019 pour découvrir cette nouvelle offre.

L'hémorragie cérébrale, thème du RSNA IA challenge 2019
17/09/2019 : La Radiological Society of North America (RSNA) vient de lancer son troisième défi annuel sur l'intelligence artificielle (IA): le défi RSNA de détection et de classification des hémorragies intracrâniennes.

La Data science en Santé se développe à l'Université
13/08/2019 : L'Intelligence artificielle en Santé fera l'objet de plusieurs cursus de formation dans les Universités françaises à la rentrée. C'est notamment le cas à l'Université Paris Descartes.

RSNA 2019 : 3 700 m2 dédiés à l'intelligence artificielle
09/08/2019 : Le RSNA 2019 AI Showcase proposera un plus grand espace dédié à l'intelligence artificielle. Des démonstrations et des salles de classe permettront aux fournisseurs de solutions et aux spécialistes de promouvoir les outils d'aide à la décision clinique ainsi que les bonnes pratiques de gestion des données.

De nouveaux outils d'aide à la décision en mammographie
18/06/2019 : L'aide à la décision en mammographie 2D et tomosynthèse 3D vient de s'enrichir, avec iCAD, de nouvelles applications annoncées lors du récent congrès de la SIFEM.


La radiologie interventionnelle, une spécialité à part entière
27/01/2020 : Le Pr Afshin Gangi, Professeur de Radiologie Interventionnelle, passe une partie de son temps au King’s College de Londres. Cela ne l’empêche pas de piloter cette activité au CHRU de Strasbourg où il est chef de Service. À quelques semaines du Symposium MDCT 2020, nous l’avons rencontré pour une évocation passionnée de cette spécialité, ses atouts, ses besoins et son évolution à moyen terme.

Le thrombus, facteur de risque de rupture d'un anévrisme aortique ?
27/01/2020 : La présence d'un caillot de sang sur la paroi de l'aorte chez les personnes atteintes d'anévrismes de l'aorte abdominale est associée à une croissance plus rapide et potentiellement dangereuse de l'anévrisme, selon une étude majeure publiée dans la revue Radiology. Ces résultats pourraient aider à identifier les patients qui ont besoin d'un traitement plus agressif et d'une imagerie de suivi plus fréquente après leur diagnostic initial.

Un partenaire de choix pour l'optimisation de l'imagerie à l'Hôpital Foch
24/01/2020 : Dans la suite logique de leur partenariat qui a vu le jour en janvier 2019, l’Hôpital Foch à Suresnes (92) et Siemens Healthineers s’associent pour optimiser la performance imagerie de l’établissement.

Actualité du parc IRM français en janvier 2020
23/01/2020 : Dans le cadre de notre revue du parc d’IRM français, on nous signale des évolutions en Bretagne, à Pontivy et Vannes, ainsi qu’à Sarlat.

Gestion des risques liés aux champs magnétiques : bientôt une journée scientifique dédiée
23/01/2020 : La Société Française de Radioprotection (SFRP) organise, en mars, une journée scientifique dédiée à la gestion des risques d’exposition aux rayonnements non ionisants. Les acteurs de l’imagerie par IRM devraient y glaner des réponses à leurs questions.

Un radiotraceur de l'épilepsie visible au TEP
22/01/2020 : Un radiotraceur qui se lie spécifiquement à une classe de récepteurs cérébraux lorsqu'il est injecté à des rats et à des humains vivants vient d’être mis au point par une équipe japonaise. Visible lors d’un examen de TEP, ce composé pourrait améliorer le diagnostic et le traitement de l’épilepsie.

Injection iodée : un risque surestimé pour les insuffisants rénaux selon les sociétés savantes américaines
21/01/2020 : Le risque d'administrer des produits de contraste iodés intraveineux aux patients présentant une fonction rénale réduite a été surestimé, selon de nouvelles déclarations consensuelles de l'American College of Radiology (ACR) et de la National Kidney Foundation (NKF), publiées dans la revue Radiology. Elles recommandent de distinguer deux types de réactions.

Les manipulateurs reçus au Haut Conseil de Professions Paramédicales
21/01/2020 : Une délégation de manipulateurs a été reçue, en ce jour de grève, par le Haut Conseil des Professions Paramédicales. La déclaration liminaire ci-après.

Un discours qui renforce la position de l'AFPPE
20/01/2020 : Les mouvements de contestation des manipulateurs en cette période de crise hospitalière ont généré quelques débordements sur les réseaux sociaux, notamment à l’encontre de l’AFPPE. Le Président Fabien Voix a souhaité faire une mise au point lors des dernières journées francophones de scanner afin de clarifier l’action de l’association et renforcer sa position au sein de la communauté radiologique.

Nouveau retour d'expérience ASN sur un incident mineur en radiothérapie
20/01/2020 : Un événement indésirable mineur concernant le kilovoltage d’un scanner de dosimétrie avant radiothérapie a été répertorié par l’ASN. Un document de retour d’expérience et de recommandations a été publié.


Les manipulateurs reçus au Haut Conseil de Professions Paramédicales
21/01/2020 : Une délégation de manipulateurs a été reçue, en ce jour de grève, par le Haut Conseil des Professions Paramédicales. La déclaration liminaire ci-après.

Le nouvel Arrêté relatif aux PCR, OCR et conseiller en radioprotection est paru !
06/01/2020 : Un nouvel Arrêté vient d’encadrer les nouvelles dispositions relatives à la gestion du risque ionisant en milieu de Santé. Les notions de PCR, d’OCR ou de conseiller en radioprotection y sont expliqués.  

Le jeu des 7 erreurs de radioprotection au bloc opératoire
08/11/2019 : Afin d’améliorer la culture de prévention du risque ionisant dans les blocs opératoires, l’ASN a élaboré un document pour mettre en place un outil de simulation appelé « Bloc des erreurs ».

Injection iodée : un risque surestimé pour les insuffisants rénaux selon les sociétés savantes américaines
21/01/2020 : Le risque d'administrer des produits de contraste iodés intraveineux aux patients présentant une fonction rénale réduite a été surestimé, selon de nouvelles déclarations consensuelles de l'American College of Radiology (ACR) et de la National Kidney Foundation (NKF), publiées dans la revue Radiology. Elles recommandent de distinguer deux types de réactions.

De la faute grave dans l'exécution d'un contrat d'exploitation d'un scanographe
12/02/2019 : Pour le premier volet de notre série d'articles juridiques, nous avons choisi de traiter le thème de la faute grave. Et le cas mis en lumière ne concerne pas les relations entre employeur et employé, mais un contrat d'exploitation d'un scanner en établissement privé.

Un partenaire de choix pour l'optimisation de l'imagerie à l'Hôpital Foch
24/01/2020 : Dans la suite logique de leur partenariat qui a vu le jour en janvier 2019, l’Hôpital Foch à Suresnes (92) et Siemens Healthineers s’associent pour optimiser la performance imagerie de l’établissement.

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

Bilan mitigé pour la radioprotection en secteur médical, selon l'ASN
28/04/2014 : A l'occasion de son bilan sur l'état de la radioprotection en France, l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) a fait le point sur l'utilisation des pratiques ionisantes dans le domaine médical. Si des améliorations sont constatées dans nombreux secteurs, des retards sont encore à déplorer dans le management de la qualité ou dans l'application de la réglementation, si bien que la radioprotection est de plus en plus présente dans le manuel de certification HAS.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Jour de grève pour les manipulateurs d'électroradiologie !
20/01/2020 : Ce mardi 21 janvier 2020 est jour de grève pour les manipulateurs d’électroradiologie. Pour faire entendre leur ras-le-bol, ils manifesteront partout en France et imposeront un service minimum dans les unités de radiologie des hôpitaux.