Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie de la femme > Sensibilité, spécificité, précision et rapidité : l'effet IA pour l'interprétation de la tomosynthèse

Sensibilité, spécificité, précision et rapidité : l'effet IA pour l'interprétation de la tomosynthèse

JEUDI 01 AOûT 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

L'intelligence artificielle (IA) contribue à améliorer l'efficacité et la précision de l'imagerie du sein par tomosynthèse, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology: Artificial Intelligence. Le temps d'interprétation, ainsi que la sensibilité et la spécificité du diagnostic s'en trouvent également bonifiés.

RSNA

La tomosynthèse numérique du sein (DBT) est une méthode avancée de détection du cancer dans laquelle un tube radiogène réalise des coupes fines du sein. Des recherches ont montré que la DBT améliore la détection du cancer et réduit le nombre de rappels de faux positifs par rapport au dépistage effectué uniquement par mammographie numérique.

L'interprétation de la tomosynthèse plus chronophage que pour la mammographie de dépistage

Cependant, l’examen DBT peut prendre presque deux fois plus de temps à interpréter que le dépistage classique en raison du temps nécessaire au radiologue pour faire défiler toutes les images. Ce temps supplémentaire risque d’avoir plus de conséquences, car la DBT devient de plus en plus le traitement de référence en imagerie mammographique, notamment aux USA.

Dans une étude publiée dans la revue Radiology: Artificial intelligence, des chercheurs ont mis au point un système de deep learning, capable d’exploiter de grandes quantités de données afin de trouver des schémas subtils allant au-delà de la capacité humaine. Ils ont entrainé ce système d'IA sur de grands ensembles de données DBT afin d'identifier les images suspectes par DBT. Après avoir développé et entrainé le système, ils ont testé ses performances auprès de 24 radiologistes, dont 13 surspécialistes du sein, qui ont chacun lu 260 examens DBT avec et sans assistance d'IA. Les examens comprenaient 65 cas de cancer.

Précision et temps de lecture améliorés grâce au deep learning

L'utilisation de l'IA était associée à une précision améliorée et à des temps de lecture plus courts. La sensibilité est passée de 77% sans IA à 85% avec elle. La spécificité est passée de 62,7% sans IA à 69,6% avec. Le taux de rappel des non-cancers, ou le taux de rappel des femmes pour des examens de suivi basés sur des résultats bénins, a diminué de 38% sans IA à seulement 30,9%. En moyenne,
le temps de lecture est passé d’un peu plus de 64 secondes sans AI à seulement 30,4 secondes. "Globalement, les lecteurs ont pu augmenter leur sensibilité de 8%, réduire leur taux de rappel de 7% et diviser par deux leur temps de lecture lorsqu'ils utilisaient l'IA simultanément pour lire des DBT par rapport à la lecture sans utiliser l'IA", précise le Pr Emily F Conant, Chef du département d'imagerie du sein de la Perelman School of Medicine de l'Université de Pennsylvanie à Philadelphie et auteur principal de l'étude.

De vrais progrès dans la sensibilité et la spécificité de l'interprétation

La zone située sous la courbe de fonctionnement du récepteur, une variable graphique qui combine sensibilité et spécificité en une seule mesure, a également montré une amélioration, permettant ainsi de mieux représenter la performance globale du radiologue, qui a augmenté de 0,795 sans IA à 0,852 avec AI. "Nous savons que l'imagerie DBT augmente la détection du cancer et réduit le taux de rappel lorsqu'elle est ajoutée à la mammographie 2D et qu'il est cliniquement très important d'améliorer encore ces indicateurs clés, poursuit le Pr Conant. Et, puisque l'ajout de la DBT à la mammographie 2D double environ le temps de lecture du radiologue, l'utilisation concomitante de l'IA et de la DBT augmente la détection du cancer et peut ramener le temps de lecture à peu près au temps nécessaire à la lecture d'un examen de mammographie de dépistage seul."

Les chercheurs s'attendent à ce que l'approche deep learning s'améliore à mesure qu'elle est soumise à des ensembles de données de plus en plus vastes, ce qui rend son impact potentiel sur les soins des patients encore plus significatif. "Les résultats de cette étude suggèrent qu'une efficacité et une précision améliorées pourraient être obtenues dans la pratique clinique en utilisant un système d'IA efficace", conclut le Pr Conant.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

La communauté radiologique toujours mobilisée pour Octobre rose
07/10/2019 : La campagne de communication Octobre rose bat son plein en ce mois d'octobre. Et même si certains ne sont toujours pas convaincus par celle-ci, la communauté radiologique, FNMR en tête, continue de se mobiliser pour donner plus d'impact à cette action de Santé publique.

Une nouvelle formation sur l'imagerie du sein traité
25/09/2019 : Connaître les séquences pertinentes à réaliser en imagerie du sein traité et rédiger un compte rendu pertinent sont parmi les objectifs de la nouvelle formation Forcomed.

Sensibilité, spécificité, précision et rapidité : l'effet IA pour l'interprétation de la tomosynthèse
01/08/2019 : L'intelligence artificielle (IA) contribue à améliorer l'efficacité et la précision de l'imagerie du sein par tomosynthèse, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology: Artificial Intelligence. Le temps d'interprétation, ainsi que la sensibilité et la spécificité du diagnostic s'en trouvent également bonifiés.

L'IRM mammaire de surveillance post-cancer par toujours pertinente
04/06/2019 : Selon une vaste étude publiée dans la revue Radiology, l'ajout de l'IRM mammaire à la mammographie de surveillance pour les survivantes du cancer du sein entraîne des taux de détection du cancer plus élevés. Mais son utilité est discutable et il est important de prendre en compte des données multifactorielles avant d'y avoir recours.

Une nouvelle application d'analyse avancée des mammographies obtient le marquage CE
04/06/2019 : Une nouvelle application dédiée à la mammographie, Myrian® XP-Mammo, vient d'obtenir le marquage CE. Elle sera livrée à partir d'octobre 2019.

Optimiser sans remplacer, la vocation de Breast-Slim View
03/06/2019 : La plateforme d'aide au diagnostic des tomosynthèses Breast-Slim View sera présentée lors du congrès de la SIFEM le 14 juin 2019. Quatre ateliers seront organisés sur ce thème ainsi qu'un témoignage utilisateur.

Un modèle d'IA pour des dépistages plus personnalisés du cancer du sein
07/05/2019 : Des chercheurs de deux grandes institutions américaines ont mis au point un nouvel outil doté de méthodes avancées d’intelligence artificielle permettant de prédire le risque futur de cancer du sein chez une femme, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology.

Quid de la mammographie de dépistage pour les femmes à risque très élevé ?
30/04/2019 : Afin de guider le radiologue dans sa pratique du dépistage en sénologie pour les femmes à risque très élevé, Forcomed lance un e-learning à la demande. Cette session est accessible immédiatement.

L'annonce du diagnostic en sénologie
04/04/2019 : L'annonce du diagnostic pour un examen de sénologie peut s'avérer difficile. Pour accompagner les radiologues dans cette épreuve et initier un parcours intégré de la patiente, Forcomed organise une formation spécifique.

Tomosynthèse et mammographie synthétique: les critères BI-RADS remis en cause pour les seins denses ?
02/04/2019 : Selon la technologie utilisée, l'imagerie du sein peut évaluer la densité de la glande différemment. C'est ce que montre une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, qui pourrait remettre en cause les critères du standard BI-RADS.


Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
18/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Les dangers des injections de stéroïdes dans les articulations
18/10/2019 : Selon un article spécial publié dans la revue Radiology, les injections de corticostéroïdes utilisées pour traiter la douleur de l'arthrose à la hanche et au genou pourraient être plus dangereuses qu'on ne le pensait auparavant. Les chercheurs ont suggéré d'intégrer dans les formulaires de consentement les risques associés à ces injections.

Développement des compétences en matière de radioprotection
17/10/2019 : Note d’information n° DGOS/RH4/DGCS/4B/2019/160 du 8 juillet 2019 relative aux orientations retenues pour 2020 en matière de développement des compétences des établissements publics de santé parmi lesquelles la radioprotection des patients.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Esaote célèbre le nouveau MyLab X8 aux Journées Francophones de Radiologie (JFR)
09/10/2019 : En présentant, aux JFR 2019, sa nouvelle plateforme MyLab™X8, Esaote mettra une nouvelle fois en lumière son dynamisme en matière de d'innovation, de recherche et de développement. Ses fonctionnalités avancées, gages de workflow et de qualité d'image améliorés, seront dévoilées le 11 octobre sur le stand de la société internationale.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Radioprotection du patient: quelques modifications publiées dans un Arrêté
07/10/2019 : Les dispositions prises par l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) dans sa Décision du 11 juin 2019 viennent de faire l'objet d'un Arrêté su Ministère. La fréquence des formations à la radioprotection du patient, les professionnels concernés e les méthodes pédagogiques sont notamment concernés par ce document.

La communauté radiologique toujours mobilisée pour Octobre rose
07/10/2019 : La campagne de communication Octobre rose bat son plein en ce mois d'octobre. Et même si certains ne sont toujours pas convaincus par celle-ci, la communauté radiologique, FNMR en tête, continue de se mobiliser pour donner plus d'impact à cette action de Santé publique.

JFR 2019: le rendez-vous des grandes nouveautés Samsung Healthcare
07/10/2019 : À l’occasion de la prochaine édition des JFR (sous le thème « Le radiologue augmenté »), Samsung Healthcare vous invite à découvrir une nouvelle vision de l’expérience utilisateur, résolument tournée vers l’intelligence artificielle et les technologies avancées.


Une plateforme dédiée pour choisir un moteur d'IA pertinent
03/10/2019 : Acteur historique de l'informatique de Santé, Softway Medical propose une offre d'intelligence artificielle tout à fait originale. À partir d'un catalogue de moteurs d'IA, le radiologue pourra choisir celui qui répondra précisément à ses besoins. Rendez-vous aux JFR 2019 pour découvrir cette nouvelle offre.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

État des lieux de la radiothérapie en France
29/05/2017 : L’Observatoire de la radiothérapie propose, pour la période 2009-13, une photographie exhaustive de l’évolution de cette discipline. Si les traitements spécialisés de type RCMI augmentent significativement, le nombre de radiothérapeutes par service reste stable.

Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
18/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

Les avantages du scanner spectral dans un service d'urgences
27/10/2017 : Le scanner spectral IQon de Philips a été installé pour la première fois en Europe à l'hôpital universitaire St-Luc de Bruxelles. Nous avons rencontré le Pr Emmanuel Coche, Chef du service de radiologie, pour un retour d'expérience sur les usages de cette technologie innovante.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

DxPlanning DR coordonne la complexité des unités d'imagerie
14/10/2013 :   La solution DxPlanning DR de Medasys se présente comme un véritable tableau de service électronique, conçu pour l'organisation des unités d'imagerie et la coordination des équipes médicales. Élaborée avec le concours du Pr Pierre-Jean Valette aux Hospices Civils de Lyon, elle répond aux aspirations des gestionnaires de services, qui pourront l'évaluer lors des démonstrations proposées par Medasys aux JFR 2013