Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > Abus de cocaïne : l'IRM pour identifier les lésions cardiaques aigües et chroniques induites

Abus de cocaïne : l'IRM pour identifier les lésions cardiaques aigües et chroniques induites

JEUDI 13 JUIN 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Selon un article publié dans la revue Radiology: Cardiothoracic Imaging, l'IRM cardiaque joue un rôle essentiel dans le diagnostic des maladies cardiovasculaires induites par la cocaïne. Elle permet en effet de distinguer les lésions aigües et chroniques liées à ce fléau.

RSNA

L'abus de cocaïne est un problème de santé publique majeur dans le monde entier. Dans la seule Union européenne, la prévalence de la consommation de cocaïne était estimée à environ 3,4 millions de personnes chez les 15 à 64 ans en 2017, et il est évident que la consommation augmente dans toutes les classes socioéconomiques. L'enquête nationale sur l'usage de drogues et la santé a révélé qu'en 2014, on comptait environ 1,5 million de consommateurs de cocaïne âgés de 12 ans et plus aux États-Unis.

Des lésions cardiaques aigües et chroniques provoquées par l'abus de cocaïne

L'abus de cocaïne peut avoir des effets particulièrement dévastateurs sur le cœur. Ces effets peuvent être à la fois aigus, infactus du myocarde ou myocardite aigüe, et chroniques, se développant avec les années, comme des cardiomyopathies. Être en mesure de faire la distinction entre ces deux types de lésions est essentiel pour des actions thérapeutiques pertinentes, mais, dans de nombreux cas, le diagnostic est difficile en raison du chevauchement des symptômes. En règle générale, un bilan diagnostique approfondi est nécessaire. Il comprend les antécédents cliniques, des tests de sanguins, un électrocardiogramme, un test d'effort, un examen d'imagerie non invasif, ainsi qu'une coronarographie.

Le rôle essentiel de l'IRM dans l'exploration tissulaire cardiaque

En tant que méthode d'imagerie non invasive, l'IRM cardiaque est bien placée pour jouer un rôle central dans le diagnostic des problèmes cardiaques liés à l'abus de cocaïne. Selon l’auteur principal d'une étude publiée dans la Revue Radiology: Cardiothoracic imaging, le Pr Marco Francone, de l’Université Sapienza de Rome, la plus grande force de l'IRM réside dans sa capacité à fournir une vue microscopique des tissus vivants, aidant ainsi les cliniciens à différencier un large éventail de maladies cardiaques. "Il s'agit d'une caractéristique unique de l'IRM cardiaque qui le distingue des autres modalités d'imagerie et lui confère un rôle essentiel dans la gestion des patients toxicomanes et, en général, des maladies cardiaques structurelles", déclare-t-il.

Permettre de différentier les lésions aigües et chroniques

Le Pr Francone et ses collègues ont récemment effectué une revue de la littérature existante sur l’utilisation de l’IRM cardiaque dans l’évaluation de l’abus de cocaïne. Les recherches ont montré que l’IRM cardiaque pouvait détecter les effets de la cocaïne sur le système cardiovasculaire et aider à différencier les affections aiguës et chroniques. "Même si toutes ces pathologies ont pour cause principale l'abus de cocaïne, les dommages au myocarde et, par conséquent, l'évolution clinique, sont complètement différents, allant du rétablissement complet à l'insuffisance cardiaque", précise-t-il. L'IRM cardiaque a des implications diagnostiques et pronostiques particulièrement importantes pour les types de cardiomyopathies constituant les effets chroniques de l'abus de cocaïne.

Un diagnostic précoce, même à la phase asymptomatique

Il permet d'évaluer notamment la fonction ventriculaire afin d'identifier les différentes phases de la cardiomyopathie chronique. L'IRM cardiaque peut également fournir des informations sur le tissu myocardique, ce qui permet de rechercher les causes sous-jacentes de la fonction cardiaque sous-optimale. "Le véritable défi est le diagnostic précoce de la cardiomyopathie induite par la cocaïne et, en particulier, à son stade asymptomatique, conclut le Pr Francone. Un diagnostic précoce peut en effet avoir un impact significatif sur les résultats cliniques, empêchant l'évolution vers l'insuffisance cardiaque." Le diagnostic des modifications cardiaques induites par la cocaïne doit intégrer des données telles que l'âge et le sexe, une évaluation clinique et des antécédents de toxicomanie, ainsi que des résultats de laboratoire avec les résultats de l'IRM cardiaque.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Étude sur les facteurs de risques liés aux produits de contrastes gadolinés
09/07/2019 : Des réactions allergiques aigües ou physiologiques peuvent être provoquées par certains types de produits de contraste gadolinés. C'est ce que conclut une étude publiée dans la Revue Radiology qui évoque également le sexe des patients ou la région anatomique explorée parmi les facteurs de risques.

Un laboratoire pluridisciplinaire exploitera l'IRM 7T du CHU de Poitiers
02/07/2019 : En attendant l'arrivée prochaine de la toute première modalité d'IRM 7T à visée clinique, le CHU de Poitiers, l'Université, Siemens Healthineers et le CNRS ont inauguré, le 28 juin 2019, le nouveau laboratoire de recherche commun I3M.

Abus de cocaïne : l'IRM pour identifier les lésions cardiaques aigües et chroniques induites
13/06/2019 : Selon un article publié dans la revue Radiology: Cardiothoracic Imaging, l'IRM cardiaque joue un rôle essentiel dans le diagnostic des maladies cardiovasculaires induites par la cocaïne. Elle permet en effet de distinguer les lésions aigües et chroniques liées à ce fléau.

Automatiser le diagnostic de l'infarctus du myocarde par ciné-IRM
28/05/2019 : L'évaluation par ciné-IRM sans injection de gadolinium des caractéristiques d'un infarctus du myocarde est souvent chronophage. Une étude publiée dans la Revue Radiology propose d'utiliser un algorithme de deep learning pour automatiser le diagnostic dans ce cadre.

SLA / Maladie de Charcot: la recherche avance
28/05/2019 : La recherche sur la SLA / Maladie de Charcot avance. Le programme DHUNE y est très actif et présentera bientôt les résultats de ses études en cours. Une interview du Pr Shahram Attarian et du Dr Annie Verschueren nous éclaire sur le sujet.

Fraude à la date de naissance: l'âge osseux par IRM pas toujours efficace
23/05/2019 : L'âge osseux par IRM auquel se soumettent les jeunes joueurs internationaux de football n'est pas toujours efficace en Afrique. Deux joueurs guinéens viennent en effet d'être suspendus pour fraude à la date de naissance.

Distorsion des volumes et segmentation pulmonaire à l'IRM: une étude pour les évaluer
16/05/2019 : La distorsion géométrique que l'on rencontre sur une IRM pulmonaire peut être quantifiée. C'est ce qi ressort d'une étude hollandaise publiée dans la Revue European Radiology.

SEP: les axes de recherche spécifiques du programme DHUNE
15/05/2019 : Les recherches sur la compréhension de la SEP avancent. Le Pr Jean Pelletier (AP-HM), revient pour nous sur les travaux du programme DHUNE pour expliquer la remyélénisation afin mieux réparer les lésions et pour tenter d'identifier la maladie plus en amont.

IRM cérébrale: quand l'imagerie médicale devient Art
14/05/2019 : Allier l'imagerie cérébrale, la recherche et l'art, c'est possible. L'œuvre du Pr Denis Ducreux, qui produit des représentations des connections cérébrales par IRM fonctionnelle, en est la preuve.

l'IRM comme marqueur prédictif des coronaropathies chez les femmes
25/04/2019 : Le coroscanner est l'examen de choix pour le diagnostic de sténose coronaire. Mais, selon une étude publiée dans la revue Radiology, l'épaisseur de la paroi des artères coronaires mesurée par IRM est un marqueur prédictif des maladies cardiaques chez les femmes.


Les modalités d'imagerie médicale sont toujours mal réparties en France
18/07/2019 : La nouvelle étude de la DREES sur les établissements de Santé français objective, pour 2017, la confirmation de la baisse du nombre d'installation de radiologie conventionnelle. Pour l'imagerie en coupe, ce document confirme les disparités territoriales en terme d'équipement.

La radiopédiatrie à l'honneur lors de l'ECR 2020
17/07/2019 : Le programme "Children in Focus" qui sera organisé à l'occasion de l'ECR 2020 traitera notamment de questions sociales autour de la prise en charge radiologique des enfants. Une séance plénière spéciale à ce thème clôturera le congrès.

ECR 2020: 5 jours dédiés aussi aux manipulateurs
16/07/2019 : L'ECR 2020 constitue un rendez-vous incontournable pour les radiologues européens. Mais les manipulateurs sont également concernés par cet événement, avec un espace dédié et des sessions scientifiques en anglais et en français.

Le CH de Soissons inaugure son nouveau service de radiothérapie
15/07/2019 : Le CH de Soissons vient d'inaugurer un nouveau service de radiothérapie dans ses locaux. Ce projet a fait l'objet de la constitution d'un GCS avec l'Institut Godinot de Reims.

Recherche en radioprotection: l'IRSN renforce sa contribution au niveau européen
11/07/2019 : L'IRSN participera à huit des treize projets Euratom H2020 retenus par la Commission européenne. La fluoroscopie et la radiothérapie cardiaque pédiatrique font partie des thèmes qui seront traités dans lesdits projets.

Un essai clinique valide la pertinence de NBTXR3 pour améliorer la radiothérapie des tissus mou
11/07/2019 : La pertinence de l'injection en intraveineux de NBTXR3 avant radiothérapie vient de faire l'objet d'un publication dans The Lancet Oncology. 179 patients ont bénéficié de cet essai.

Étude sur les facteurs de risques liés aux produits de contrastes gadolinés
09/07/2019 : Des réactions allergiques aigües ou physiologiques peuvent être provoquées par certains types de produits de contraste gadolinés. C'est ce que conclut une étude publiée dans la Revue Radiology qui évoque également le sexe des patients ou la région anatomique explorée parmi les facteurs de risques.

Le Groupe Vidi noue un partenariat avec Germitec pour la désinfection des sondes d'échographie
04/07/2019 : Le groupement de radiologues Vidi vient de conclure un partenariat avec Germitec® afin de proposer à ses membres une solution automatisée de désinfection des sondes d'échographie. Une méthode qui ne génère ni toxicité ni déchet.

Pratique de l'échographie: les autorités sanitaires britanniques s'inquiètent
04/07/2019 : La pratique de l'échographie au Royaume-Uni nécessite une mise à jour de sa réglementation. C'est ce que conclut un rapport de la Professional Standards Authority (PSA) dans un contexte où l'accès à cette discipline est possible par un curdsus de premier cycle.

ECR 2020: l'ESR lance la campagne de soumission de sujets
03/07/2019 : L'ECR 2020, c'est déjà demain ! Dans le cadre de la préparation de ce congrès, l'ECR engage les radiologues, les étudiants et les manipulateurs européens à envoyer leurs abstracts dès à présent.  


La reconnaissance vocale intégrée à un RIS français
04/06/2014 : EDL, éditeur français de solutions de gestion du parcours radiologique, a présenté lors des SSA 2014 la nouvelle fonctionnalité de son RIS Xplore dédiée à la reconnaissance vocale.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Les modalités d'imagerie médicale sont toujours mal réparties en France
18/07/2019 : La nouvelle étude de la DREES sur les établissements de Santé français objective, pour 2017, la confirmation de la baisse du nombre d'installation de radiologie conventionnelle. Pour l'imagerie en coupe, ce document confirme les disparités territoriales en terme d'équipement.

Nouvelles collaborations entre HL7 et IHE au service de l'interopérabilité
23/06/2016 : Suite à une longue histoire de collaboration fructueuse, Health Level Seven International (HL7) et Integrating the Healthcare Enterprise (IHE) ont annoncé qu’ils renouvelaient leur accord de coopération pour faire avancer l'interopérabilité des systèmes d’information de santé.

Étude sur les facteurs de risques liés aux produits de contrastes gadolinés
09/07/2019 : Des réactions allergiques aigües ou physiologiques peuvent être provoquées par certains types de produits de contraste gadolinés. C'est ce que conclut une étude publiée dans la Revue Radiology qui évoque également le sexe des patients ou la région anatomique explorée parmi les facteurs de risques.

LES BONNES DIMENSIONS D'UN BUNKER DE RADIOTHÉRAPIE
16/11/2015 : La construction d'un bunker à l'intérieur duquel doit être installée une modalité de radiothérapie répond à des exigences réglementaires contraignantes. L'IRSN résume ces dispositions dans une infographie dédiée.

C'est officiel : Toshiba Medical devient Canon Medical Systems Corporation
24/01/2018 : L'intégration de Toshiba Medical Systems au sein de Canon Inc. a été entérinée le 4 janvier 2018. Canon Medical Systems Corporation fera désormais profiter du réseau mondial de la maison mère aux acteurs de l'imagerie diagnostique et thérapeutique, ainsi que de sa philosophie: "Made for life".

Une solution RIS/PACS répondant aux enjeux de la mutualisation
10/10/2018 : Habitué à fournir aux acteurs de l'imagerie médicale des outils de gestion intelligente des données patients, Medasys étend son offre avec des fonctionnalités adaptées au secteur, notamment avec une solution RIS/PACS répondant aux enjeux de mutualisation territoriale.

Du nouveau dans les critères de rémunération des actes de scanographie
24/09/2018 : La classification des modalités de scanographie vient de faire l'objet d'un léger lifting. Une Décision récente de l'UNCAM a établi de nouveaux critères de classification pour ces appareils.

Confiance et responsabilité, facteurs essentiels d'une bonne coopération interprofessionnelle
19/02/2018 : La session dédiée aux coopérations interprofessionnelles organisée lors du MDCT 2018 a permis de faire le point sur leurs évolutions dans le champ de l'imagerie médicale. Responsabilité, confiance, compétences, formation et innovation ont été les maitres mots de cette table ronde. Mais certains radiologues ne sont pas encore convaincus.