Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie de la femme > L'IRM mammaire de surveillance post-cancer par toujours pertinente

L'IRM mammaire de surveillance post-cancer par toujours pertinente

MARDI 04 JUIN 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Selon une vaste étude publiée dans la revue Radiology, l'ajout de l'IRM mammaire à la mammographie de surveillance pour les survivantes du cancer du sein entraîne des taux de détection du cancer plus élevés. Mais son utilité est discutable et il est important de prendre en compte des données multifactorielles avant d'y avoir recours.

RSNA

Une proportion faible mais croissante de femmes américaines atteintes d'un cancer du sein reçoit une IRM mammaire en complément de la mammographie de surveillance, malgré l'absence de consensus au sein des sociétés savantes de cette spécialité. Les données probantes sur les avantages et les inconvénients potentiels de l'IRM du sein chez les survivantes du cancer du sein sont en effet limitées. "Les gens pensent souvent qu’il est préférable de faire plus d'examens, déclare l’auteur principal de l'étude, le Dr Karen J. Wernli, chercheur associé au Kaiser Permanente Washington Health Research Institute de Seattle. Cela pourrait être vrai pour certaines femmes, mais pas nécessairement toutes. Il est important que les cliniciens et les femmes soient conscients des avantages et des inconvénients de l’imagerie."

Une vaste étude provenant du consortium de surveillance américain du cancer du sein

Dans la plus vaste et la plus complète étude du genre à ce jour, qui a été publiée dans la Revue Radiology, le Dr Wernli et ses collègues ont comparé la performance de l'IRM du sein à la mammographie seule chez 13 266 femmes âgées de 18 ans et plus ayant survécu au cancer du sein. Les femmes avaient subi 34 938 mammographies et 2 506 examens IRM du sein de 2005 à 2012 pour dépister un second cancer du sein. Les données ont été extraites de cinq sites du consortium pour la surveillance du cancer du sein comprenant le registre de mammographie de Caroline, le Kaiser Permanente Washington, le réseau de mammographie du New Hampshire, le registre de mammographie de San Francisco et le système de surveillance du cancer du sein du Vermont.

Un taux de biopsies supérieur après IRM du sein

L’IRM des seins présentait un taux de détection du cancer légèrement supérieur à celui de la mammographie seule. Pour atteindre ce taux plus élevé, près de deux fois plus de femmes ont dû subir une biopsie du sein, ce qui a augmenté l'anxiété chez les femmes déjà atteintes d'un cancer du sein. Le taux de détection du cancer du sein en IRM était de 10,8 pour 1 000 examens contre 8,2 pour la mammographie seule. Le taux de biopsie du sein par IRM était de 10,1%. Le taux de biopsie par mammographie était de 4,0%. Il n'y avait pas de différence significative entre les deux modalités d'imagerie en termes de sensibilité ou de capacité à distinguer le cancer du sein d'autres pathologies. Les taux de cancers d'intervalle, ou de cancers apparus entre les dépistages, étaient similaires dans les deux groupes, ce qui renforçait le rôle de la mammographie pour la détection de cancers au cours de l'intervalle de surveillance d'un an.

L'importance d'une évaluation multifactorielle pour prendre la décision

Contrairement aux études précédentes sur la performance de l'IRM du sein, les chercheurs ont incorporé dans leur analyse les caractéristiques individuelles des femmes, telles que le niveau socio-culturel ou le traitement et le diagnostic primaire du cancer. Ils ont constaté que l'utilisation de l'IRM du sein était associée à un plus jeune âge au moment du diagnostic et de l'utilisation de la chimiothérapie, ainsi que d'un niveau socio-culturel élevé.

Les résultats soulignent la complexité des décisions impliquant l'introduction de nouveaux examens d'imagerie dans les programmes de dépistage du cancer et confirment l'importance de procéder avec prudence, selon le Dr Wernli. "Il est vraiment important pour nous de savoir que lorsque nous formulons des recommandations et des conclusions, nous examinons réellement la meilleure qualité de preuve, a-t-elle conclu. Il est également très important de prendre en compte les différences entre les femmes lorsque nous essayons d'évaluer l'ajout de nouveaux examens d'imagerie à la mammographie de surveillance."

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

L'IRM mammaire de surveillance post-cancer par toujours pertinente
04/06/2019 : Selon une vaste étude publiée dans la revue Radiology, l'ajout de l'IRM mammaire à la mammographie de surveillance pour les survivantes du cancer du sein entraîne des taux de détection du cancer plus élevés. Mais son utilité est discutable et il est important de prendre en compte des données multifactorielles avant d'y avoir recours.

Une nouvelle application d'analyse avancée des mammographies obtient le marquage CE
04/06/2019 : Une nouvelle application dédiée à la mammographie, Myrian® XP-Mammo, vient d'obtenir le marquage CE. Elle sera livrée à partir d'octobre 2019.

Optimiser sans remplacer, la vocation de Breast-Slim View
03/06/2019 : La plateforme d'aide au diagnostic des tomosynthèses Breast-Slim View sera présentée lors du congrès de la SIFEM le 14 juin 2019. Quatre ateliers seront organisés sur ce thème ainsi qu'un témoignage utilisateur.

Un modèle d'IA pour des dépistages plus personnalisés du cancer du sein
07/05/2019 : Des chercheurs de deux grandes institutions américaines ont mis au point un nouvel outil doté de méthodes avancées d’intelligence artificielle permettant de prédire le risque futur de cancer du sein chez une femme, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology.

Quid de la mammographie de dépistage pour les femmes à risque très élevé ?
30/04/2019 : Afin de guider le radiologue dans sa pratique du dépistage en sénologie pour les femmes à risque très élevé, Forcomed lance un e-learning à la demande. Cette session est accessible immédiatement.

L'annonce du diagnostic en sénologie
04/04/2019 : L'annonce du diagnostic pour un examen de sénologie peut s'avérer difficile. Pour accompagner les radiologues dans cette épreuve et initier un parcours intégré de la patiente, Forcomed organise une formation spécifique.

Tomosynthèse et mammographie synthétique: les critères BI-RADS remis en cause pour les seins denses ?
02/04/2019 : Selon la technologie utilisée, l'imagerie du sein peut évaluer la densité de la glande différemment. C'est ce que montre une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, qui pourrait remettre en cause les critères du standard BI-RADS.

Dépistage du cancer du sein: un nouveau cahier des charges dans un arrêté ministériel
22/03/2019 : Les nouvelles dispositions législatives encadrant le dépistage organisé du cancer du sein ont été publiées au Journal Officiel récemment. Quelques ajustements relatifs à la technologie d'acquisition ou à la diffusion des premiers résultats ont été apportés.

Une formation pour bien appréhender le parcours de la patiente en sénologie
23/01/2019 : Le parcours de la patiente en sénologie fera l'objet, en juin 2019, d'une nouvelle session de formation dispensée par FORCOMED. Cette formation est accessible aux radiologues libéraux et hospitaliers.

Chirurgie plastique du sein: un symposium dédié aux radiologues
21/01/2019 : Une nouvelle édition du Symposium "Implication du radiologue en chirurgie plastique du sein" est annoncée, pour le 30 mars 2019. Un événement pluridisciplinaire qui renforce la place du sénologue dans cette spécialité.


Harmonisation européenne de la formation des radiologues: l'ESR en appelle aux sociétés savantes nationales
14/06/2019 : L'European Society of Radiology évoque, dans un communiqué, la nécessaire modification de la directive européenne relative aux qualifications européenne. Elle souhaite notamment que les formations de radiologues soient harmonisées , que le nom de la discipline soit modifié et que les sociétés savantes nationales œuvrent dans ce sens.

Production made in France: les industriels de Santé en appellent au Premier ministre
14/06/2019 : La production de produits de Santé Made in France est en stagnation depuis 2010. C'est la raison pour laquelle le G5 interpelle le Premier ministre, dans un communiqué, afin que celui-ci prenne les mesures nécessaires de politique industrielle, d'emplois et de commerce extérieur.

Abus de cocaïne : l'IRM pour identifier les lésions cardiaques aigües et chroniques induites
13/06/2019 : Selon un article publié dans la revue Radiology: Cardiothoracic Imaging, l'IRM cardiaque joue un rôle essentiel dans le diagnostic des maladies cardiovasculaires induites par la cocaïne. Elle permet en effet de distinguer les lésions aigües et chroniques liées à ce fléau.

Traitement d'une valve bicuspide par TAVI: démonstration en vidéo
13/06/2019 : Dans notre série de procédures de cardiologie interventionnelle en vidéo, voici le traitement par TAVI d'une valve aortique bicuspide sur une patiente polypathologique.

Le laser couplé à un monitoring IRM pour traiter le Parkinson
13/06/2019 : Une patiente du CHU d'Amiens-Picardie a bénéficié d'une thalamotomie par laser couplé à un monitoring IRM pour traiter son Parkinson. Cette procédure est une première en Europe.

Assurance qualité en radiologie: à chacun son niveau de formation !
12/06/2019 : L'Arrêté du 8 février 2019 émis par le Ministère des Solidarités et de la Santé valide les dispositions prises par la Décision ASN du 15 janvier 2019, qui introduit des exigences nouvelles dans le processus de gestion des risques en radiologie. Forcomed renouvelle sa session de formation dédiée.

Métastases hépatiques traitées par micro-ondes: la CIRSE lance une étude européenne
12/06/2019 : Une étude à grande échelle sur les effets de l'ablation par micro-ondes des métastases hépatiques du carcinome colorectal vient d'être lancée par la Société européenne de radiologie cardiovasculaire et interventionnelle (CIRSE). Il s'agit notamment d'évaluer la qualité de vie des patients ainsi que l'état des lésions à 12 mois.

La chimio-embolisation du CHC bénéficie à 400 000 patients dans le monde
11/06/2019 : Le Lipiodol® Ultra-Fluide vient d'obtenir la validation de la Suisse et de l'Inde dans la chimio-embolisation du carcinome hépatocellulaire. Cette procédure est désormais la référence au niveau mondial et bénéficie à 400 000 patients chaque année.

L'ESR, première société de radiologie au monde ?
07/06/2019 : L'European Society of Radiology se veut la plu grande société de radiologie au monde. C'est ce qu'elle a annoncé dans un communiqué où elle a enregistré 112 000 membres et rappelé l'activité pédagogique via ses services en ligne.  

Des programmes de recherche IRSN sur les effets secondaires à la radiothérapie
06/06/2019 : L'IRSN développe de nouveaux programmes de recherche sur les effets secondaires en radiothérapie. Il élabore notamment des modèles prédictifs et va lancer un premier essai clinique mettant en jeu des cellules souches réparatrices.


Responsabilité d'un centre hospitalier suite à un examen IRM
22/05/2019 : Les patients porteurs d'une dérivation ventriculo-péritonéale doivent satisfaire à un contrôle de la valve lorsqu'ils ont fait l'objet d'un examen IRM. La Cour d'appel de Bordeaux nous le rappelle, qui a dû juger le cas d'une patiente victime d'effets secondaires le lendemain d'une exploration IRM du genou.

Édito - Doit-on craindre une pénurie de manipulateurs à moyen terme ?
03/10/2018 : Une pénurie de Manipulateurs d'Électro-Radiologie Médicale (MERM) semble s'annoncer à moyen terme, sous l'effet de plusieurs facteurs. Le processus de recrutement des étudiants et la réforme LMD figurent parmi les causes de ce phénomène.

SLA / Maladie de Charcot: la recherche avance
28/05/2019 : La recherche sur la SLA / Maladie de Charcot avance. Le programme DHUNE y est très actif et présentera bientôt les résultats de ses études en cours. Une interview du Pr Shahram Attarian et du Dr Annie Verschueren nous éclaire sur le sujet.

Nouveaux résultats encourageants pour la SBRT appliquée à la prostate
25/02/2019 : La radiothérapie stéréotaxique corps entier montre son innocuité potentielle pour les tissus sains, en comparaison de la radiothérapie conventionnelle. Les nouveaux résultats de l'étude ACE en sont l'illustration.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Édito - Téléradiologie: des prérequis technologiques différents selon les applications
05/06/2019 : La téléradiologie est devenue un maillon essentiel du parcours de soins. Et suivant les applications qui en sont faites, le niveau technologique peut s'avérer plus ou moins complexe et coûteux. Revue de détails…

Les mises à jour des NRD sont inscrites dans la Loi
05/06/2019 : Les dispositions prises par l'ASN concernant la mise à jour des Niveau de Référence Diagnostique (NRD) viennent d'être validées par Arrêté publié au Journal Officiel. Les évaluations en scanner et en interventionnel comprendront 10 patients consécutifs.

Les PACS open source : une solution fiable et économique pour les professionnels de santé
25/05/2013 : “Toute image, n'importe quand, n'importe où, c'est le mantra », expliquait le professeur Ruben Mezrich, (théoricien des PACS à l’université de Baltimore),

Assurance qualité en radiologie: à chacun son niveau de formation !
12/06/2019 : L'Arrêté du 8 février 2019 émis par le Ministère des Solidarités et de la Santé valide les dispositions prises par la Décision ASN du 15 janvier 2019, qui introduit des exigences nouvelles dans le processus de gestion des risques en radiologie. Forcomed renouvelle sa session de formation dédiée.

La chimio-embolisation du CHC bénéficie à 400 000 patients dans le monde
11/06/2019 : Le Lipiodol® Ultra-Fluide vient d'obtenir la validation de la Suisse et de l'Inde dans la chimio-embolisation du carcinome hépatocellulaire. Cette procédure est désormais la référence au niveau mondial et bénéficie à 400 000 patients chaque année.