Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > Automatiser le diagnostic de l'infarctus du myocarde par ciné-IRM

Automatiser le diagnostic de l'infarctus du myocarde par ciné-IRM

MARDI 28 MAI 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

L'évaluation par ciné-IRM sans injection de gadolinium des caractéristiques d'un infarctus du myocarde est souvent chronophage. Une étude publiée dans la Revue Radiology propose d'utiliser un algorithme de deep learning pour automatiser le diagnostic dans ce cadre.

RSNA

Le diagnostic de l'infarctus du myocarde chronique (IM) est une activité clinique importante car la gestion et la planification du traitement des patients sont différentes pour l'IM chronique par rapport à l'IM aigu. La délimitation précise et l'évaluation complète de l'IM chronique sont en effet d'un grand intérêt clinique.

Les risques liés à l'IRM avec injection tardive de gadolinium

L'injection tardive du gadolinium (LGE) a été établie en tant que technique de référence pour l'évaluation chronique de l'IM mais cela rallonge la durée de l'examen et la sécurité de ce dernier suscite des préoccupations croissantes. L'IRM LGE est contre-indiquée chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère, et même chez les patients présentant une fonction rénale normale, des dépôts de gadolinium peuvent persister dans le cerveau. Une technique fiable pour détecter et délimiter les IM sans avoir besoin d'un agent de contraste à base de gadolinium serait donc hautement souhaitable.

Des protocoles alternatifs souvent chronophages

Les techniques de cartographie T1 et T2 sont des approches utilisant l'IRM non injecté qui montrent des temps de relaxation T1 et T2 plus longs dans les cas d'infarctus du myocarde aigu par rapport au myocarde normal. En comparaison, alors que le temps de relaxation T1 est plus long dans l'IM chronique que dans le myocarde normal, la résolution de l'œdème au sein de l'infarctus n'entraîne aucune différence significative en T2. Ces techniques nécessitent également l'acquisition de plusieurs acquisitions ce qui allonge de l'examen. D'autre part, il est possible de suivre une approche qui différencie la morphologie du myocarde et les anomalies de mouvement de la paroi cardiaque en ciné-IRM sans contraste, lors d'un examen d'IRM cardiaque standard. Cependant, seules les informations de présence et de position du MI peuvent être extraites de ces examens.

Un algorithme de deep learning pour automatiser les résultats du cine-IRM

Les équipes des Drs Nan Zhang et Guang Yang, du Department ofo Radiology du Beijing Anzhen Hospital (Chine) proposent, dans une étude publiée dans la Revue Radiology, un cadre entièrement automatique pour la délimitation chronique des MI par le biais d'un algorithme de deep learning traitant le ciné-IRM cardiaque et évaluent la précision pour identifier la présence, la position, la transmuralité et la taille de l'IM, le tout sans injection de gadolinium. Dans cette étude rétrospective monocentrique, l'algorithme a été développé pour extraire les caractéristiques de mouvement du ventricule gauche et délimiter les régions d'infarctus du myocarde par des ciné-IRM recueillis entre octobre 2015 et mars 2017. Les patients atteints d'un MI chronique ainsi que de patients en bonne santé , avaient à la fois des examens cardiaques non injectés et une IRM LGE.

Un bon outil pour identifier et mesurer l'infarctus du myocarde par IRM non injectée

L’étude a inclus 212 patients présentant un IM chronique (hommes, 171; âge, 57,2 ans ± 12,5) et 87 patients sains (hommes, 42 ans; âge, 43,3 ans ± 15,5). En utilisant l’IRM cardiaque complète, la sensibilité et la spécificité par segment pour la détection de l’IM chronique dans le groupe de tests indépendants étaient respectivement de 89,8% et 99,1%. Il n’existait aucune différence entre les analyses en ciné-IRM et en LGE IRM quant au nombre de segments d’IDM (114 vs 127, respectivement; p = 0,38), de surface touchée par patient (6,2 cm2 ± 2,8 vs 5,5 cm2 ± 2,3, respectivement; P = 0,27; coefficient de corrélation, r = 0,88) et de pourcentage de la zone de MI (21,5% ± 17,3 vs 18,5% ± 15,4; P = 0,17; coefficient de corrélation, r = 0,89).

L'algorithme proposé pour le ciné-IRM cardiaque non injecté permet donc d'identifier la présence, la position et la délimitation de l’infarctus du myocarde chronique. Cependant, de futures études multicentriques à plus grande échelle sont nécessaires pour une validation complète.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Actualité du parc IRM français en septembre 2020
23/09/2020 : Dans notre série sur l’évolution des installations d’IRM en France, la presse régionale rapporte de nouvelles installations à Créteil, à Montpellier, à Romilly-sur-Seine et à Prades.

L'IRM cardiaque pour sécuriser la reprise des athlètes victimes de myocardite post COVID-19
21/09/2020 : Dans une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’État de l'Ohio (USA) et publiée en ligne dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) Cardiology, l’IRM cardiaque est efficace pour identifier une myocardite due au COVID-19 chez les athlètes et peut aider à déterminer leur reprise de compétition en toute sécurité.

Succès d'audience pour le premier cours d'automne ESOR
07/09/2020 : Ce sont plus de 300 personnes qui ont suivi le premier de la série de cours d’automne organisés en ligne par l’European School of Radiology (ESOR) sur l’IRM abdominale. Prochain numéro le 11 septembre 2020 consacré à) la neuroradiologie.

Exploration pré-TAVI : Angio-IRM sans injection ou Angioscanner ?
21/08/2020 : L’évaluation des dimensions des vaisseaux par angio-IRM sans contraste lors des examens pré-opératoires en vue de la pose d’un TAVI est relativement bien corrélée avec les mesures provenant d’un angioscanner. Une étude parue dans la Revue European Radiology le montre, les chercheurs observant qu’il s’agit d’un gain de chance pour les patients insuffisants rénaux.

Le large spectre de pathologies cérébrales liées au COVID-19
05/08/2020 : Une étude suédoise rapporte un large spectre de pathologies neurologiques liées au COVID-19. Dans la Revue Radiology, les chercheurs ont identifié des anomalies en majorité vasculaires et inflammatoires.

Évaluer les métastases hépatiques colorectales grâce à l'élastographie par résonance magnétique
23/06/2020 : L’élastographie par IRM est susceptible de donner des informations sur l’évolution de métastases hépatiques colorectales après chimioembolisation. Les différences d’élasticité et de taille des lésions peuvent ainsi être évaluées.

COVID-19 : une étude française recueille les signes cérébraux fréquents à l'IRM
18/06/2020 : Une nouvelle étude multi-institutionnelle française publiée dans la revue Radiology identifie les tendances des résultats anormaux d’IRM cérébrale chez les patients atteints de COVID-19. Des anomalies temporales et des lésions hémorragiques sont souvent constatées.

Les experts en imagerie urologique émettent des recommandations sur la qualité de l'IRM multiparamétrique de la prostate
04/06/2020 : Suite à leur travail sur la qualité des examens d’IRM multiparamétrique prostatique, des experts européens de la spécialité sont arrivés au consensus que les radiologues doivent être formés spécifiquement à la qualité de l’acquisition et du compte rendu. Cette étude a été publiée dans la Revue European Radiology.

Un cas d'AVC pédiatrique imputable au COVID-19
03/06/2020 : La Revue Radiology rapporte le cas d’un enfant présentant une artériopathie focale cérébrale identifiée en IRM. La découverte d’une infection au COVID-19 a amené les chercheurs à imputer cet AVC au virus.

Manifestation cérébrale du COVID-19 : envoyez vos images à la SFNR !
20/04/2020 : La SFR appelle les radiologues français à inclure dans un fichier centralisé les images IRM montrant des pathologies cérébrales dues au COVID-19. La SFNR fait figure de Conseil scientifique en vue d’une ou plusieurs publications.  


Le Ségur numérique en radiologie est en marche !
20/10/2020 : Le Ségur du numérique en radiologie a abouti à la mise en place d’un groupe de travail impliquant les responsables de toutes les entités du secteur. Il s’agit de proposer une stratégie de conduite du changement en élaborant les indicateurs et incitatifs nécessaire à l’évolution des pratiques et des moyens.

Le congrès virtuel RSNA 2020 est déjà un succès
20/10/2020 : Pour son édition 2020 entièrement virtuelle, le congrès de la RSNA mettra à disposition des participants des fonctionnalités diverses optimisées par l’outil numérique. L’exposition technique comprend comme à l’accoutumée plus de 200 industriels et près de 15 000 e-congressistes sont déjà inscrits. C’est donc déjà un succès avant même son ouverture !

Les acteurs de la French Healthcare en imagerie médicale se mobilisent
19/10/2020 : L’Association French Healthcare fédère les entreprises et autres acteurs de la technologie de Santé française pour créer des synergies à l’international. À l’occasion des JFR.plus, elle a mis en lumière ses membres du secteur de l’imagerie médicale pour susciter le soutien de la communauté radiologique. La SFR est le premier de ces soutiens.

Les nouvelles solutions Fujifilm présentées aux JRF.plus
14/10/2020 : A l’occasion des JFR. Plus, la marque a présenté trois nouveaux équipements, le FDR Xair, le capteur D-EVO III et la table FDR Visionary RF Premium. Ces solutions visent à faciliter le travail des utilisateurs tout en améliorant l’expérience du patient.

Radiopédiatrie et radioprotection : l'IRSN fait le point
13/10/2020 : Dans son numéro de juillet 2020, le Magazine Repères de l’IRSN a dédié un dossier à la radiopédiatrie. Très surveillé par les radiopédiatres depuis longtemps, le risque ionisant pour les enfants les conduit à remplacer le scanner par l’échographie ou l’IRM, quand c’est possible. De leur côté, les cardiologues interventionnels réduisent les cadences d’images.

Affections pulmonaires et vasculaires dues au COVID-19 : une iconographie impressionnante !
13/10/2020 : La plateforme RadioGRaphics vient de publier une revue exhaustive des manifestations radiologiques du COVID-19. Première partie du document avec les signes pulmonaires et vasculaires.

Les prérequis de soumission des sujets pour l'ECR 2021
12/10/2020 : La campagne d’appel à soumission de sujets pour l’ECR 2021 est ouverte. L’ESR a, dans ce cadre, publié ses recommandations afin que le processus de relecture soit facilité.

Un nouveau Global Learning Center RSNA créé en Tanzanie
12/10/2020 : Après Cape Town (Afrique du Sud), c’est au tour de Muhimbili, en Tanzanie, de disposer d’un campus de formation pour radiologues régionaux initié par la RSNA. L’Administration nationale de la sécurité nucléaire américaine (NNSA) a subventionné ce nouveau Global Learning Center qui proposera de nombreux supports de formation.

Un dispositif de guidage IRM reçoit le 1er Prix de l'innovation en imagerie médicale aux JFR.plus
09/10/2020 : En obtenant le 1er Prix de l’innovation en imagerie médicale, le dispositif de guidage IRM pour l’interventionnel Certis Therapeutic fait la preuve de la fiabilité de son système. Le marquage CE est prévu en 2021.

L'IRSN confirme les bons résultats liés aux doses efficaces reçues en scanographie
08/10/2020 : Le Rapport annuel de l’IRSN sur l’exposition de la population liée à la radiologie diagnostique objective, comme l’on pouvait s’y attendre, une augmentation du nombre d’actes avec l’âge. Mais de bons résultats sont mis en lumière quant à la dose efficace reçue par les patients, notamment au scanner.


Les acteurs de la French Healthcare en imagerie médicale se mobilisent
19/10/2020 : L’Association French Healthcare fédère les entreprises et autres acteurs de la technologie de Santé française pour créer des synergies à l’international. À l’occasion des JFR.plus, elle a mis en lumière ses membres du secteur de l’imagerie médicale pour susciter le soutien de la communauté radiologique. La SFR est le premier de ces soutiens.

Radiopédiatrie et radioprotection : l'IRSN fait le point
13/10/2020 : Dans son numéro de juillet 2020, le Magazine Repères de l’IRSN a dédié un dossier à la radiopédiatrie. Très surveillé par les radiopédiatres depuis longtemps, le risque ionisant pour les enfants les conduit à remplacer le scanner par l’échographie ou l’IRM, quand c’est possible. De leur côté, les cardiologues interventionnels réduisent les cadences d’images.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Les prérequis de soumission des sujets pour l'ECR 2021
12/10/2020 : La campagne d’appel à soumission de sujets pour l’ECR 2021 est ouverte. L’ESR a, dans ce cadre, publié ses recommandations afin que le processus de relecture soit facilité.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Dedalus dévoile la dynamique de son offre en imagerie, centrée sur les usages des radiologues
02/10/2020 : Dedalus, qui a acquis l’activité logiciels d’Agfa HealthCare IT le 5 mai 2020, présente son offre complète en imagerie, couvrant tous les besoins du radiologue. Flexible, conçue pour s’adapter aux différents usages métier, accessible à partir d’un écran unique, elle réunit un RIS de la prise de RDV à la diffusion des résultats, un PACS, répondant aux enjeux de mutualisation des données, un viewer et une solution d’archivage neutre (VNA), d’aide à la décision et plus largement l’accès au télédiagnostic dans un contexte de crise sanitaire.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.