Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Affaires juridiques > Responsabilité d'un centre hospitalier suite à un examen IRM

Responsabilité d'un centre hospitalier suite à un examen IRM

MERCREDI 22 MAI 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Les patients porteurs d'une dérivation ventriculo-péritonéale doivent satisfaire à un contrôle de la valve lorsqu'ils ont fait l'objet d'un examen IRM. La Cour d'appel de Bordeaux nous le rappelle, qui a dû juger le cas d'une patiente victime d'effets secondaires le lendemain d'une exploration IRM du genou.

Législation

Fort heureusement, la réalisation d’actes de radiologie donne rarement lieu à une condamnation judiciaire d'un établissement de santé. On peut toutefois en trouver une illustration dans un arrêt récent de la Cour administrative d’appel de Bordeaux, laquelle a retenu la responsabilité d’un centre hospitalier en raison d’un acte d’IRM aux conséquences dommageables pour une patiente.

La responsabilité de l’établissement ne peut être engagée qu’en cas de faute.

La décision (Cour administrative d’appel de Bordeaux, 5 mars 2019, n°17BX01019) a été rendue au visa de l’article L.1142-1 du code de la santé publique, lequel dispose : « Hors le cas où leur responsabilité est encourue en raison d’un défaut d’un produit de santé, les professionnels de santé mentionnés à la quatrième partie du présent code, ainsi que tout établissement, service ou organisme dans lesquels sont réalisés des actes individuels de prévention, de diagnostic ou de soins ne sont responsables des conséquences dommageables d’actes de prévention, de diagnostic ou de soins qu’en cas de faute. »

Quelles sont les circonstances de l’espèce ?

Souffrant depuis 2002 d’une hypertension intracrânienne avec hydrocéphalie, une patiente portait depuis cette date une valve de dérivation ventriculo-péritonéale. Consultant un établissement public de santé pour y subir un examen d’IRM du genou droit le 10 février 2011 en fin de journée, elle a été admise aux urgences dès le lendemain, en raison d’une hydrocéphalie aiguë, par suite du fort dérèglement de la pression d’ouverture de la valve de décompression. Un scanner cérébral a été réalisé et la patiente est demeurée hospitalisée pour un rééquilibrage de son état clinique par un nouveau réglage de la pression de sa valve de dérivation, puis, son état s’aggravant, pour une révision de ladite valve. Après plusieurs hospitalisations, son état ne sera consolidé que 4 mois plus tard.

Contestant la qualité et la sécurité de sa prise en charge par l’établissement, la patiente a sollicité une expertise judiciaire qui a conclu à la faute de l’établissement commise lors de l’IRM et ayant consisté à ne pas avoir fait procéder au contrôle de réglage de la valve. Plus précisément, l’expert rappelle que la réalisation d’une IRM sur un patient porteur d’une valve de dérivation ventriculo-péritonéale n’est pas contre-indiquée dès lors qu’une vérification précoce et systématique de la pression d’ouverture de la valve est réalisée après cet examen.

Des recommandations en faveur d'un contrôle de la valve post IRM

L’expert rappelle le consensus médical en la matière, lequel considère qu’il convient de réaliser un contrôle de la valve le plus précocement possible, dans les heures suivant l’examen, afin de vérifier une éventuelle modification de la pression pour la ramener, si besoin, immédiatement, à sa valeur antérieure et de limiter ainsi le risque de décompensation clinique qui peut être très précoce. L’expert ajoute encore que la limite maximale de 24 à 48 heures pour le contrôle ne peut se concevoir que dans certaines circonstances telles qu’une hydrocéphalie bien contrôlée, stable, chez un patient hospitalisé bénéficiant d’un environnement médical de surveillance, qui n’était pas le cas de la patiente.

Cette dernière n’ayant obtenu un rendez-vous programmé avec un neurologue qu’une semaine après l’examen, il appartenait au radiologue, soit d’assurer un contrôle plus précoce, soit de différer l’examen. L’absence de contrôle de la valve dans les heures qui ont suivi l’IRM constitue une faute de nature à engager la responsabilité du centre hospitalier, lequel se trouve condamné à réparer les divers préjudices subis (frais médicaux, perte de revenus, déficit fonctionnel temporaire total, déficit fonctionnel permanent partiel et pretium doloris).

 

Me Emmanuelle PELETINGEAS
Avocat associé chez YAHIA Avocats
e.peletingeas@yahia-avocats.fr

Me Emmanuelle Peletingeas


toshiba

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

Conditions d'exercice multi-sites: révolution ou simple évolution ?
18/06/2019 : Le décret du 23 mai 2019 assouplit les règles relatives à l'exercice libéral multi-sites. Les radiologues pourront désormais avoir le choix dans le nombre de leurs lieux d'exercice. Si toutefois ils ne sont pas déjà en suractivité…

Responsabilité d'un centre hospitalier suite à un examen IRM
22/05/2019 : Les patients porteurs d'une dérivation ventriculo-péritonéale doivent satisfaire à un contrôle de la valve lorsqu'ils ont fait l'objet d'un examen IRM. La Cour d'appel de Bordeaux nous le rappelle, qui a dû juger le cas d'une patiente victime d'effets secondaires le lendemain d'une exploration IRM du genou.

Autorisations des matériels lourds : comment faire ?
15/05/2019 : Le processus d'acquisition d'un nouveau matériel lourd en imagerie médicale est très formalisé et il est nécessaire d'en maîtriser les rouages. C'est la raison pour laquelle Forcomed propose une formation dédiée aux radiologues libéraux à Paris en septembre 2019.

Prolongation d'activité d'un médecin hospitalier: le Conseil d'État se prononce
07/05/2019 : Dans un récent arrêt, le Conseil d’Etat a eu l’occasion de se prononcer sur les conditions de la prolongation d’activité d’un médecin en milieu hospitalier. Ce cas a été étudié suite au refus d'un hôpital de prolonger un praticien.

Rappels réglementaires sur le remplacement en exercice libéral
26/03/2019 : Les modalités de remplacement des radiologues libéraux font l'objet d'un article du Code de la déontologie médicale. Il nous a semblé nécessaire de faire un point sur les dispositions prises dans ce texte et sur les conséquences à attendre d'un remplacement non conforme.

De la faute grave dans l'exécution d'un contrat d'exploitation d'un scanographe
12/02/2019 : Pour le premier volet de notre série d'articles juridiques, nous avons choisi de traiter le thème de la faute grave. Et le cas mis en lumière ne concerne pas les relations entre employeur et employé, mais un contrat d'exploitation d'un scanner en établissement privé.


Ischémie critique de jambe: le congrès américain délocalisé en Europe
17/09/2019 : Le congrès mondial AMP, consacré à la prévention et au traitement de l'ischémie critique des membres, se délocalise pour la première fois en Europe en octobre prochain.

Exposition des travailleurs : un bilan 2018 plutôt satisfaisant
16/09/2019 : La situation des travailleurs du domaine médical exposés aux rayonnements ionisants reste globalement stable en France en 2018, selon la nouvelle étude annuelle de l'IRSN. Ce document épingle une nouvelle fois les acteurs de la radiologie interventionnelle pour leur exposition aux extrémités.

Hypertrophie du VG : signe avant coureur de maladie coronarienne
13/09/2019 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, l'hypertrophie ventriculaire gauche est un facteur prédictif de la mortalité et de l'insuffisance cardiaque liés à la maladie coronarienne. Dans ce cadre, l'IRM du VG serait plus prédictive que le coroscanner.

Médecine nucléaire: de nouvelles modalités au CHU de Bordeaux
11/09/2019 : Le Service de médecine nucléaire du CHU de Bordeaux améliore son parc de modalités afin d'améliorer le diagnostic et la recherche en oncologie, ainsi que la coopération des enfants. Il vienen effet de faire l'acquisition d'un TEP Scan Vereos et d'un Kitten scanner.

Interventionnel: Siemens Healthineers fait l'acquisition de Corindus
11/09/2019 : En faisant l'acquisition de la société Corindus, Siemens Healthineers complète son offre en faveur de l'imagerie interventionnelle avec les systèmes robotisés de contrôle à distance des sondes, des guides et des matériels de dilatation vasculaire.

Un patient bien informé pour un examen de qualité
10/09/2019 : Les informations concernant un examen d'IRM ou de scanner sont très importantes pour les patients. Ce constat a été validé par les résultats d'une enquête récente.

Des images médicales sans bruit grâce à l'imagerie quantique ?
10/09/2019 : Pour éliminer le bruit dans les images médicales, des chercheurs ont tenté de créer les conditions de l'imagerie quantique. Ils ont décrit leurs travaux dans la Revue Physical Review X.

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

Gadolinium et grossesse: des risques significatifs d'exposition fœtale
06/09/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un nombre limité mais préoccupant de femmes sont exposées à un produit de contraste au gadolinium au début de leur grossesse. Les chercheurs suggèrent de mener des mesures efficaces de dépistage de la grossesse afin de réduire l'exposition par inadvertance à ces agents de contraste en début de grossesse.

CHU de Rennes: présentation en vidéo de la nouvelle salle interventionnelle multimodale
06/09/2019 : Le CHU de Rennes vient d'installer une salle d'imagerie interventionnelle multimodale. Le Dr Emmanuel Quehen présente cette installation en vidéo.


Un nouveau modèle pour évaluer le risque cardiovasculaire à partir du coroscanner
25/06/2019 : Pour évaluer le risque cardiovasculaire d'une personne à partie du coroscanner, la méthode la plus appropriée aujourd'hui est le machine learning. C'est le résultat d'une étude publiée dans la Revue Radiology, qui montre que cette méthode est supérieure au score CAD-RADS par exemple.

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

Un patient bien informé pour un examen de qualité
10/09/2019 : Les informations concernant un examen d'IRM ou de scanner sont très importantes pour les patients. Ce constat a été validé par les résultats d'une enquête récente.

Le décret de compétences du manipulateur moderne est paru !
06/12/2016 : Le Ministère des Affaires sociales et de la Santé a publié, le 5 décembre 2016, le nouveau Décret de compétences des manipulateurs. Comme annoncé, il instaure trois niveaux d’autonomie pour ces professionnels de santé et élargit leur champ d’action.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Gadolinium et grossesse: des risques significatifs d'exposition fœtale
06/09/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un nombre limité mais préoccupant de femmes sont exposées à un produit de contraste au gadolinium au début de leur grossesse. Les chercheurs suggèrent de mener des mesures efficaces de dépistage de la grossesse afin de réduire l'exposition par inadvertance à ces agents de contraste en début de grossesse.

C'est officiel : Toshiba Medical devient Canon Medical Systems Corporation
24/01/2018 : L'intégration de Toshiba Medical Systems au sein de Canon Inc. a été entérinée le 4 janvier 2018. Canon Medical Systems Corporation fera désormais profiter du réseau mondial de la maison mère aux acteurs de l'imagerie diagnostique et thérapeutique, ainsi que de sa philosophie: "Made for life".

Ostéoradionécrose post-radiothérapie : l'IRSN lance in projet de recherche
22/08/2019 : L'IRSN vient de lancer XBONE, un nouveau projet visant à réparer les effets secondaires induits sur les os par des radiothérapies des cancers aéro-digestifs. Ce protocole de thérapie utilise les cellules stromales mésenchymateuses dans une matrice de biomatériau.

DxPlanning DR coordonne la complexité des unités d'imagerie
14/10/2013 :   La solution DxPlanning DR de Medasys se présente comme un véritable tableau de service électronique, conçu pour l'organisation des unités d'imagerie et la coordination des équipes médicales. Élaborée avec le concours du Pr Pierre-Jean Valette aux Hospices Civils de Lyon, elle répond aux aspirations des gestionnaires de services, qui pourront l'évaluer lors des démonstrations proposées par Medasys aux JFR 2013  

Des images médicales sans bruit grâce à l'imagerie quantique ?
10/09/2019 : Pour éliminer le bruit dans les images médicales, des chercheurs ont tenté de créer les conditions de l'imagerie quantique. Ils ont décrit leurs travaux dans la Revue Physical Review X.