Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie interventionnelle > Qualité d'image et réduction des doses au Centre NEURI de Bicêtre

Qualité d'image et réduction des doses au Centre NEURI de Bicêtre

VENDREDI 10 MAI 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Dans son bureau du centre NEURI, le Pr Laurent Spelle nous accordé une interview lors d'un événement organisé par Philips qui collabore avec cette institution depuis longtemps. Il nous parle avec passion de son unité, de la prise en charge des AVC ischémiques et des apports de l'industriel dans l'évolution de la neuro-radiologie interventionnelle.

Philips

NEURI, le centre de référence en neuro-radiologie interventionnelle installé à l'Hôpital Bicêtre (AP-HP), traite près de 900 patients par an. Il est la résultante de la fusion, en 2015, des unités de neuro-radiologie de l'hôpital Beaujon et de l'Hôpital Bicêtre.

C'est ici qu'est née la neuro-radiologie interventionnelle

Cette unité est à la pointe de la technologie, tant sur le plan architectural que pour les matériels utilisés, pour assurer une prise en charge optimale des patients. "C'est une véritable prouesse qu'ont réalisée les architectes lors de la conception de ce service, remarque le Pr Laurent Spelle, Chef de Service, que nous avons rencontré à l'occasion d'un événement organisé en l'honneur du partenariat historique entre cette et la société Philips. L'hôpital Bicêtre est un bâtiment classé aux monuments historiques et le challenge était d'insérer des locaux modernes dans cet écrin vieux de plus de 400 ans ! Mais c'était un juste retour des choses puisque c'est ici qu'est née la neuro-radiologie interventionnelle mondiale."

Une rupture dans l'Histoire de la prise en charge des AVC ischémiques

Depuis l'avènement de la thrombectomie mécanique comme traitement principal de l'AVC ischémique, l'activité de NEURI n'a cessé de croître. Car, outre les actes liés au traitement des anévrismes intra-cérébraux ou de la moelle épinière, entre autres examens programmés, ce sont près de 500 patients qui bénéficient de cette technique. "La thrombectomie mécanique percutanée a marqué une rupture dans l'Histoire de la prise en charge des AVC ischémiques, poursuit-il. Lorsque la première étude randomisée dédiée a été présentée au congrès d'Istanbul en 2014, l'ensemble des autres études en cours ont été stoppées en l'espace de six mois, chose unique dans les annales, prouvant la supériorité indéniable de cette pratique. C'était la première fois que l'on était capable de retirer un caillot intra-cérébral, ce qui offrait une alternative significative à la thrombolyse veineuse."

La modalité Philips Azurion, vecteur de progrès pour le Centre NEURI

La thrombectomie est aujourd'hui reconnue, en termes de rapidité d'intervention et de rétablissement post-opératoire des patients. Elle fait partie des nombreuses applications récentes qui suscitent une forte augmentation de la demande d'examens interventionnels et, par ricochet, d'installations radiologiques spécifiques ainsi que de professionnels qualifiés. Dans ce cadre, la modalité Philips Azurion, qui équipe un des deux blocs interventionnels du Centre NEURI, est très appréciée. Elle renforce tout d'abord la radioprotection, grâce à la technologie unique au monde ClarityIQ, qui permet de diminuer de 82% l’exposition au rayonnement. Un avantage considérable pour les patients mais aussi pour les personnels de santé exposés au quotidien dans les salles. D'autre part, elle améliore la qualité d'image, pour un traitement plus précis, grâce à une suite d’outils interventionnels composé de différents logiciels. Elle permet enfin une diminution significative de la quantité de produit de contraste injectée et un gain de temps, ce qui est un facteur clé dans le traitement des AVC. " La technique a fait l'objet de plusieurs évolutions entrainant des recommandations internationales, rappelle le Pr Spelle. Et nous n'en sommes qu'au début, car les matériels et les dispositifs implantables progressent."

Naissance de l'arceau bi-plan

L'unité NEURI de l'Hôpital Bicêtre fait donc l'objet d'un partenariat historique avec la société Philips, qui a participé à l'essentiel des évolutions technologiques liées à cette discipline initiées avec cette équipe. "C'est mon mentor, le Pr Jacques Moret, qui a développé la neuro-radiologie interventionnelle dans les années 1980, précise le Pr Spelle. Aux alentours de 1990, il a notamment testé l'utilisation de l'arceau d'artérographie couplée à un arceau de bloc classique placé à 90°. Voyant que cet attelage pouvait fonctionner, il a demandé aux ingénieurs Philips de créer une machine comportant deux arceaux orthogonaux: le bi-plan était né, en même temps qu'une collaboration qui n'a cessé de s'intensifier depuis."

Philips, élément moteur de l'innovation en imagerie médicale

Philips vient aujourd'hui en appui de NEURI dans le domaine de la recherche, des ingénieurs testant des modalités expérimentales avec possibilité d'applications directes dans la pratique courante. Le constructeur a récemment fait la preuve de sa capacité d'innnovation en IRM, avec la nouvelle modalité sans hélium, en scanner, avec le spectral, ou en médecine nucléaire, avec le premier PET Scan 100% numérique. Elle est également très active dans le domaine de l'intelligence artificielle, puisqu'elle a créé le HUB IA Paris, un écosystème dédié à l'imagerie médicale et à la génomique notamment, regroupant 50 chercheurs de haut niveau. Elle est enfin présente dans tout le continuum de Santé, grâce à une manne de 1,8 milliards d'euros consacrée à la R&D, et s'efforce d'améliorer la qualité de vie au travail des professionnels de Santé et de réduire les coûts.

De nouvelles innovations à venir pour la discipline

Ces innovations sont le fruit d'un long processus qui a vu, au cours de l'Histoire, les praticiens renommés collaborer avec les industriels pour améliorer les pratiques et la prise en charge des malades. Pour le Pr Spelle, les trois innovations majeures en imagerie interventionnelle ont été notamment "l'imagerie en 3D et le scanner couplé au flat panel ensuite, pour lesquelles Philips a été un élément moteur. Et demain, la réalité augmentée permettra au praticien interventionnel, muni de son casque ou de ses lunettes futuristes, de réaliser des enseignements pendant les procédures." Ce type de matériel fait d'ailleurs l'objet d'essais coordonnés par Philips au sein de NEURI.

Un centre attractif pour les professionnels de talent

Le Pr Laurent Spelle aurait pu nous parler des heures de sa spécialité, tant il semble passionné et impliqué dans les bénéfices apportés aux patients. Dans son centre de référence, pas de souci d'attractivité des médecins et des manipulateurs. "Mais nous restons vigilants aux évolutions démographiques professionnelles, prévient-il. Les jeunes radiologues sont souvent happés par le privé et les jeunes manipulateurs issus du LMD ne viennent pas d'emblée travailler sur le terrain. En tant qu'ancien neurologue devenu professeur de neuro-radiologie, je suis vigilant sur la composante urgente du traitement de l'AVC ischémique. Elle ne sied pas à tous les praticiens. Mais aujourd'hui, même si les professionnels doivent être habilités en neuro-radiologie, il existe des passerelles permettant à des radiologues interventionnels de pratiquer la thrombectomie seule. Cela sauve des vies dans la région de Bayonne et de Perpignan. Et d'autres régions s'engagent dans cette voie…"

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

Save the date : Le SRES 2020 en mai à Porto Vecchio
05/03/2020 : Le Pr Philippe Piquet et le Pr Jean-Michel Bartoli co-organisent une nouvelle fois le Surgical & Radiological Endovascular Symposium (SRES). Ils nous le présentent cet événement pluridisciplinaire qui se tiendra à Porto Vecchio dans une vidéo.

La lithotripsie intravasculaire pour traiter les sténoses coronaires calcifiées
04/03/2020 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, nous vous présentons un webinar Incathlab qui présente une nouvelle procédure de traitement des sténoses très calcifiées, la lithotripsie intravasculaire.

Un catheter amégnétique pour les ablations cardiaques obtient le marquage CE
06/02/2020 : Le premier système d’ablation cardiaque en environnement soumis à un champ magnétique vient d’obtenir le marquage CE. Ceci est la promesse de nouvelles pratiques interventionnelles cardiaques guidées par l’IRM.

Radiologie interventionnelle infiltrative : de nouvelles indications et de nouvelles substances injectées
30/01/2020 : Les gestes de radiologie interventionnelle infiltrative connaissent de nouvelles indications et utilisent des substances variées. Le Dr Yvonne Maratos nous en donne les grandes lignes en vidéo.

Premières angioplasties coronaires assistées par la robotique en Allemagne
29/01/2020 : Les premières angioplasties coronaires utilisant la robotique en routine ont été réalisées récemment en Allemagne. Un pas de plus vers les changements de pratiques.

La radiologie interventionnelle, une spécialité à part entière
27/01/2020 : Le Pr Afshin Gangi, Professeur de Radiologie Interventionnelle, passe une partie de son temps au King’s College de Londres. Cela ne l’empêche pas de piloter cette activité au CHRU de Strasbourg où il est chef de Service. À quelques semaines du Symposium MDCT 2020, nous l’avons rencontré pour une évocation passionnée de cette spécialité, ses atouts, ses besoins et son évolution à moyen terme.

Traitement de l'occlusion chronique de coronaire en vidéo
16/01/2020 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, deux procédures de traitement endovasculaire de l’occlusion chronique coronaire. Ces live cases sont rythmés par des discussions didactiques.

Tout savoir sur les agents emboliques en vidéo
18/12/2019 : Dans notre série dédiée aux procédures interventionnelles en vidéo, retour sur le webinar Incathlab du 26 novembre 2019 sur le thème des agents emboliques dans les procédures interventionnelles périphériques.

Installer une salle interventionnelle ou une hybride ? L'ANAP a étudié la question
06/12/2019 : L’ANAP vient de publier un guide d’aide à la décision pour les promoteurs de salle hybride interventionnelle en établissement de Santé. Ce document montre comment le projet médico-soignant du secteur impacte le choix du matériel et la réussite du processus d’installation.

Chimio-embolisation hépatique: Lipiodol approuvé au Danemark
22/11/2019 : Le Danemark vient d’approuver Lipiodol Ultra-Fluide pour les procédures de chimio-embolisation. Il s’ajoute aux nombreux pays déjà convaincus par cette procédure.


Session didactique de radiothérapie moderne en vidéo
02/04/2020 : Quelles sont les différentes formes de radiothérapie dans la pratique moderne ? Le Dr Patrick Ezri, radiothérapeute, nous en fait une présentation didactique en vidéo.

Premier cas de lésions cérébrales dues au COVID-19 à l'IRM
01/04/2020 : Le premier cas d’encéphalopathie due au COVID-19 vient d’être décrit dans la Revue Radiology. Bien que le l’angioscanner ne montre pas d’anomalie, l’IRM objective des signes d’hémorragie dans les coupes de susceptibilité magnétique.

Édito - Les MERM, des soignants en première ligne pour le diagnostic du COVID-19
01/04/2020 : Alors que leurs collègues français ne sont pas forcément reconnus par les populations, les manipulateurs d’électroradiologie médicale ont publié une vidéo de haute facture pour partager leur quotidien en pleine pandémie de COVID-19. Un grand merci à eux pour leur implication et leur courage.

COVID-19 : participez au projet national organisé par la SFR, avec NEHS DIGITAL
01/04/2020 : La Société Française de Radiologie (SFR), en partenariat avec NEHS DIGITAL, met en place une base de données nationale des scanners thoraciques devant des suspicions de COVID-19 ou des cas confirmés. Elle permet de rassembler le plus grand nombre de scanners afin de mieux connaitre la sémiologie diagnostique, mais également de déterminer des biomarqueurs pronostiques.

Webinar - Prise en charge radiologique des patients atteints de COVID-19 à Parme
31/03/2020 : L’ESR a organisé un webinar dédié à la prise en charge radiologique des patients admis pour un COVID déclaré dans la région de Parme. Le Pr Sverzellati explique notamment la stratégie mise en place pour gérer les workflows d’examens.

NEHS DIGITAL facilite le travail des praticiens contre le COVID-19
30/03/2020 : En cette période troublée, NEHS DIGITAL met à disposition des établissements de Santé ses solutions de téléconsultation et de télé-expertise. Sa plateforme de téléradiologie facilite ainsi la prise en charge des patients COVID-19.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Les sociétés savantes américaines collaborent autour d'un CR structuré de scanner lié au COVID-19
27/03/2020 : Dans un souci d’efficience dans l’annonce de la pathologie de COVID-19 et de réduction de l’anxiété des correspondants et des patients, les principales sociétés savantes américaines ont élaboré un document de consensus. Un modèle de compte rendu structuré a fait l’objet d’un consensus.

Données de Santé : une nouvelle approche pour assurer la confidentialité
25/03/2020 : La sécurité des données de Santé et la protection de la vie privée des patients est une préoccupation majeure pour les tutelles sanitaires. Un Rapport publié dans la Revue Radiology suggère de considérer les données comme n’appartenant à personne et de cibler l’éthique des prestataires d’IA.  

COVID-19 : les radiologues Vidi solidaires et mobilisés dans la guerre sanitaire
25/03/2020 : Alors que certains cabinets de radiologie ont dû fermer par manque de moyens de protection contre le COVID, les radiologues du Groupe Vidi se mettent à la disposition de leurs confrères. Ils se montrent solidaires et mobiliser pour aider à gagner la guerre sanitaire.


Premier cas de lésions cérébrales dues au COVID-19 à l'IRM
01/04/2020 : Le premier cas d’encéphalopathie due au COVID-19 vient d’être décrit dans la Revue Radiology. Bien que le l’angioscanner ne montre pas d’anomalie, l’IRM objective des signes d’hémorragie dans les coupes de susceptibilité magnétique.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Les recommandations de la Société Française de Radiologie dans un contexte de COVID-19
13/03/2020 : La Société d’Imagerie Thoracique a publié un Point sur l’imagerie dans un contexte de COVID-19. Les types d’examens à réaliser, la conduite à tenir pour les professionnels et les images significatives sont ainsi détaillés.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

L'embolie pulmonaire aigüe comme complication du COVID-19
19/03/2020 : L’embolie pulmonaire aigüe est une cause de détérioration clinique des pneumonies virales. Un article paru dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging rapporte deux cas d’embolie pulmonaire consécutive au COVID-19.

Scanner du COVID-19 : comprendre l'évolution des lésions à un mois
23/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology pourrait permettre de comprendre l’évolution des images COVID-19 au scanner. Un suivi des patients à un mois a en effet été réalisée dans ce travail.

Coronavirus au scanner : des images différentes selon le stade d'évolution
21/02/2020 : Dans une nouvelle recherche publiée le 20 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs du Mount Sinai Health System de New York ont démontré que les images scanographiques dans les cas de coronavirus 19 (COVID-19) sont liées à l'évolution de l'infection.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Nouveau cas de pneumonie par COVID-19 décrit au scanner
10/03/2020 : Un nouveau cas clinique lié au COVID-19 a été décrit dans la Revue Radiology. Le scanner montre les images caractéristiques de la pneumonie provoquée par le virus et montre une légère résorption au 9ème jour d‘hospitalisation après traitement.