Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Affaires juridiques > Prolongation d'activité d'un médecin hospitalier: le Conseil d'État se prononce

Prolongation d'activité d'un médecin hospitalier: le Conseil d'État se prononce

MARDI 07 MAI 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Dans un récent arrêt, le Conseil d’Etat a eu l’occasion de se prononcer sur les conditions de la prolongation d’activité d’un médecin en milieu hospitalier. Ce cas a été étudié suite au refus d'un hôpital de prolonger un praticien.

Législation

Les dispositions législatives concernant le départ en retraite des médecins hospitaliers sont formelles, mais leur permettent de prolonger leur activité. Rappelons tout d’abord que la limite d’âge d’un médecin pratiquant son art à l’hôpital est fixée à 67 ans pour ceux qui sont nés à compter du 1er janvier 1955 (Cf. le décret n°2016-1426 du 21 octobre 2016 pour les différents statuts).

Quelle est la procédure pour une demande de prolongation d’activité ?

Le médecin souhaitant prolonger son activité doit en former la demande écrite auprès du directeur de l’établissement (et au directeur général du Centre National de Gestion – CNG - pour les praticiens hospitaliers) six mois au moins avant la date de la limite d’âge. La prolongation d’activité est alors accordée par périodes de 6 mois ou d’un an, sur avis du chef de pôle ou du responsable de la structure concernée, ainsi que du président de la CME et sur présentation d’un justificatif d’aptitude physique et mentale délivrée par un médecin agréé.

Elle est renouvelée par tacite reconduction pour une durée identique, sous réserve de la production par l’intéressé d’un nouveau certificat médical adressé au directeur de l’établissement, au moins 3 mois avant le terme de la période de renouvellement en cours. Si le praticien ne souhaite pas prolonger son activité, il doit notifier sa décision au directeur de l’établissement dans le délai précité de 3 mois.

Dans l’hypothèse où l’hôpital, et non le praticien, ne souhaiterait pas renouveler la prolongation d’activité, la décision est prise après avis motivé du chef de pôle ou du responsable de la structure concernée ainsi que du président de la CME. Cette décision doit être notifiée par courrier recommandé, avec accusé de réception, ou remis en main propre contre décharge au moins 2 mois avant l’échéance de la période en cours.

Quelle est la valeur ajoutée de la décision du Conseil d’État ?

En l’espèce, l’hôpital n’avait pas souhaité prolonger l’activité du praticien contractuel. Celui-ci n’avait pas accepté la remise en main propre de la décision de refus, laquelle lui avait donc été notifiée par lettre recommandée avec accusé de réception moins de deux mois avant l’échéance de la période. Il soutenait donc qu’une décision tacite de renouvellement de son activité était née deux mois avant l’échéance de la période en cours et que la décision explicite de refus notifiée constituait un acte de retrait irrégulier de la décision tacite, dont il poursuivait l’annulation.

Le Conseil d’État, dans son arrêt n°41429 du 18 mars 2019,  écarte un tel raisonnement, en considérant que : "Si la méconnaissance de cette dernière règle (notification de la décision de refus de prolongation d’activité moyennant le respect d’un délai de 2 mois), dont l’objet est de faire bénéficier l’intéressé d’un préavis, est de nature à engager la responsabilité de l’administration à l’égard du médecin, le renouvellement ne peut être regardé comme tacitement acquis en l’absence de notification d’un refus de renouvellement deux mois avant la date d’échéance de la période."

Il ajoute : "Une décision tacite de renouvellement ne naît qu’à la date d’échéance, si à cette date l’intéressé n’a pas reçu notification d’un refus et sous réserve que le certificat médical ait été transmis en temps utile et que la durée maximale de prolongation ne soit pas atteinte."

Au surplus, le Conseil d’État rejette la demande en réparation du préjudice moral que le médecin prétendait avoir subi du fait de la notification tardive de la décision mettant un terme à son exercice, tenant manifestement compte de son refus d’accepter cette notification en main propre et obligeant l’hôpital à procéder par voie recommandée, ce qui avait compromis de quelques jours le respect du délai de préavis de 2 mois.

Me Emmanuelle PELETINGEAS

Avocat associé chez YAHIA Avocats

e.peletingeas@yahia-avocats.fr

Me Emmanuelle Peletingeas


toshiba

Conditions d'exercice multi-sites: révolution ou simple évolution ?
18/06/2019 : Le décret du 23 mai 2019 assouplit les règles relatives à l'exercice libéral multi-sites. Les radiologues pourront désormais avoir le choix dans le nombre de leurs lieux d'exercice. Si toutefois ils ne sont pas déjà en suractivité…

Responsabilité d'un centre hospitalier suite à un examen IRM
22/05/2019 : Les patients porteurs d'une dérivation ventriculo-péritonéale doivent satisfaire à un contrôle de la valve lorsqu'ils ont fait l'objet d'un examen IRM. La Cour d'appel de Bordeaux nous le rappelle, qui a dû juger le cas d'une patiente victime d'effets secondaires le lendemain d'une exploration IRM du genou.

Autorisations des matériels lourds : comment faire ?
15/05/2019 : Le processus d'acquisition d'un nouveau matériel lourd en imagerie médicale est très formalisé et il est nécessaire d'en maîtriser les rouages. C'est la raison pour laquelle Forcomed propose une formation dédiée aux radiologues libéraux à Paris en septembre 2019.

Prolongation d'activité d'un médecin hospitalier: le Conseil d'État se prononce
07/05/2019 : Dans un récent arrêt, le Conseil d’Etat a eu l’occasion de se prononcer sur les conditions de la prolongation d’activité d’un médecin en milieu hospitalier. Ce cas a été étudié suite au refus d'un hôpital de prolonger un praticien.

Rappels réglementaires sur le remplacement en exercice libéral
26/03/2019 : Les modalités de remplacement des radiologues libéraux font l'objet d'un article du Code de la déontologie médicale. Il nous a semblé nécessaire de faire un point sur les dispositions prises dans ce texte et sur les conséquences à attendre d'un remplacement non conforme.

De la faute grave dans l'exécution d'un contrat d'exploitation d'un scanographe
12/02/2019 : Pour le premier volet de notre série d'articles juridiques, nous avons choisi de traiter le thème de la faute grave. Et le cas mis en lumière ne concerne pas les relations entre employeur et employé, mais un contrat d'exploitation d'un scanner en établissement privé.


Les modalités d'imagerie médicale sont toujours mal réparties en France
18/07/2019 : La nouvelle étude de la DREES sur les établissements de Santé français objective, pour 2017, la confirmation de la baisse du nombre d'installation de radiologie conventionnelle. Pour l'imagerie en coupe, ce document confirme les disparités territoriales en terme d'équipement.

La radiopédiatrie à l'honneur lors de l'ECR 2020
17/07/2019 : Le programme "Children in Focus" qui sera organisé à l'occasion de l'ECR 2020 traitera notamment de questions sociales autour de la prise en charge radiologique des enfants. Une séance plénière spéciale à ce thème clôturera le congrès.

ECR 2020: 5 jours dédiés aussi aux manipulateurs
16/07/2019 : L'ECR 2020 constitue un rendez-vous incontournable pour les radiologues européens. Mais les manipulateurs sont également concernés par cet événement, avec un espace dédié et des sessions scientifiques en anglais et en français.

Le CH de Soissons inaugure son nouveau service de radiothérapie
15/07/2019 : Le CH de Soissons vient d'inaugurer un nouveau service de radiothérapie dans ses locaux. Ce projet a fait l'objet de la constitution d'un GCS avec l'Institut Godinot de Reims.

Recherche en radioprotection: l'IRSN renforce sa contribution au niveau européen
11/07/2019 : L'IRSN participera à huit des treize projets Euratom H2020 retenus par la Commission européenne. La fluoroscopie et la radiothérapie cardiaque pédiatrique font partie des thèmes qui seront traités dans lesdits projets.

Un essai clinique valide la pertinence de NBTXR3 pour améliorer la radiothérapie des tissus mou
11/07/2019 : La pertinence de l'injection en intraveineux de NBTXR3 avant radiothérapie vient de faire l'objet d'un publication dans The Lancet Oncology. 179 patients ont bénéficié de cet essai.

Étude sur les facteurs de risques liés aux produits de contrastes gadolinés
09/07/2019 : Des réactions allergiques aigües ou physiologiques peuvent être provoquées par certains types de produits de contraste gadolinés. C'est ce que conclut une étude publiée dans la Revue Radiology qui évoque également le sexe des patients ou la région anatomique explorée parmi les facteurs de risques.

Le Groupe Vidi noue un partenariat avec Germitec pour la désinfection des sondes d'échographie
04/07/2019 : Le groupement de radiologues Vidi vient de conclure un partenariat avec Germitec® afin de proposer à ses membres une solution automatisée de désinfection des sondes d'échographie. Une méthode qui ne génère ni toxicité ni déchet.

Pratique de l'échographie: les autorités sanitaires britanniques s'inquiètent
04/07/2019 : La pratique de l'échographie au Royaume-Uni nécessite une mise à jour de sa réglementation. C'est ce que conclut un rapport de la Professional Standards Authority (PSA) dans un contexte où l'accès à cette discipline est possible par un curdsus de premier cycle.

ECR 2020: l'ESR lance la campagne de soumission de sujets
03/07/2019 : L'ECR 2020, c'est déjà demain ! Dans le cadre de la préparation de ce congrès, l'ECR engage les radiologues, les étudiants et les manipulateurs européens à envoyer leurs abstracts dès à présent.  


LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Conditions d'exercice multi-sites: révolution ou simple évolution ?
18/06/2019 : Le décret du 23 mai 2019 assouplit les règles relatives à l'exercice libéral multi-sites. Les radiologues pourront désormais avoir le choix dans le nombre de leurs lieux d'exercice. Si toutefois ils ne sont pas déjà en suractivité…

Étude sur les facteurs de risques liés aux produits de contrastes gadolinés
09/07/2019 : Des réactions allergiques aigües ou physiologiques peuvent être provoquées par certains types de produits de contraste gadolinés. C'est ce que conclut une étude publiée dans la Revue Radiology qui évoque également le sexe des patients ou la région anatomique explorée parmi les facteurs de risques.

ECR 2020: 5 jours dédiés aussi aux manipulateurs
16/07/2019 : L'ECR 2020 constitue un rendez-vous incontournable pour les radiologues européens. Mais les manipulateurs sont également concernés par cet événement, avec un espace dédié et des sessions scientifiques en anglais et en français.

Radiothérapie hypofractionnée : le seuil d'autonomie des MERM est fixé par Arrêté
31/01/2017 : La DGOS a publié l’Arrêté du 12 janvier 2017 fixant le seuil à partir duquel, en radiothérapie hypofractionnée, le manipulateur doit bénéficier de la présence d’un médecin ou d’un physicien médical pour intervenir.

Recherche en radioprotection: l'IRSN renforce sa contribution au niveau européen
11/07/2019 : L'IRSN participera à huit des treize projets Euratom H2020 retenus par la Commission européenne. La fluoroscopie et la radiothérapie cardiaque pédiatrique font partie des thèmes qui seront traités dans lesdits projets.

La radiologie française se dote d'un écosystème national en Intelligence artificielle
04/06/2018 : À l'occasion d'un séminaire sur l'Intelligence artificielle organisé le 2 juin 2018, le Dr Jean-Philippe Masson et le Pr Jean-François Meder ont annoncé la création, par le G4, d'un écosystème national dédié qui utilisera les quelques 500 millions de dossiers radiologiques qu'il traite au quotidien.

Quelle stratégie adopter pour le renouvellement du parc de modalités d'imagerie ?
13/06/2018 : Les HCL et l'AP-HM ont chacun adopté une stratégie spécifique dans le cadre du renouvellement de leur parc d'imagerie. À Lyon, un seul fournisseur assurera la gestion de l'ensemble du parc, alors qu'à Marseille, une offre segmentée est proposée aux fournisseurs.

GE Healthcare présente une technologie IRM sans hélium...ou presque !
01/12/2016 : Avec la nouvelle technologie Freelium, qui permet aux modalités d’IRM de fonctionner avec très peu d’hélium, GE Healthcare laisse entrevoir une révolution dans les processus d’installation de ces appareils. Il s’agit d’un progrès majeur qui pourrait améliorer significativement l’accessibilité à l’IRM pour les patients.

Radioprotection des travailleurs: les premiers nouveaux décrets sont parus
05/06/2018 : Les décrets modifiant les règles de radioprotection des travailleurs sont parus ce 4 juin 2018. Parmi les évolutions majeures, l'avènement du Conseiller en radioprotection et la disparition de la fiche de poste.