Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie de la femme > Un modèle d'IA pour des dépistages plus personnalisés du cancer du sein

Un modèle d'IA pour des dépistages plus personnalisés du cancer du sein

MARDI 07 MAI 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Des chercheurs de deux grandes institutions américaines ont mis au point un nouvel outil doté de méthodes avancées d’intelligence artificielle permettant de prédire le risque futur de cancer du sein chez une femme, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology.

RSNA

Identifier les femmes à risque de cancer du sein est une composante essentielle de la détection précoce et efficace de la maladie. Cependant, les modèles disponibles basés sur les antécédents familiaux et la génétique ne permettent pas de prédire la probabilité d'apparition de la pathologie.

Le deep learning pour normaliser et automatiser le risque de cancer du sein

La densité est un facteur de risque indépendant du cancer du sein qui a été inclus à certains modèles pour améliorer l'évaluation du risque. Elle repose sur une évaluation subjective pouvant varier d’un radiologue à l’autre. Le deep learning a fait l'objet d'une étude publiée dans la revue Radiology comme moyen de normaliser et d’automatiser ces mesures. "Il y a beaucoup plus d'informations dans une mammographie que les quatre catégories de densité mammaire, précise l'auteur principal de l'étude, le Dr Adam Yala, candidat au Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Cambridge. En utilisant le deep learning, nous identifions des indices subtils qui indiquent un cancer futur."

Trois modèles d'apprentissage inclus dans une étude

Le Dr Yala, en collaboration avec le Dr Regina Barzilay, experte en IA et professeur au MIT, et le Pr Constance Lehman, Chef du département d'imagerie du sein du Massachusetts General Hospital (MGH) et professeur de radiologie à La Harvard Medical School, a récemment comparé trois approches différentes d’évaluation des risques. Le premier modèle s'appuyait sur les facteurs de risque traditionnels, le second sur le deep learning utilisant uniquement la mammographie et le troisième sur une approche hybride intégrant les deux premiers modèles. Les chercheurs ont, pour ce faire, utilisé près de 90 000 mammographies de dépistage haute résolution d'environ 40 000 femmes pour former, valider et tester le modèle de deep learning.

Une évaluation de l'incidence nettement améliorée

Les modèles de deep learning ont permis une évaluation du risque considérablement améliorée par rapport au modèle Tyrer-Cuzick, une des normes cliniques actuelles qui utilisent la densité mammaire. En comparant le modèle hybride à la densité mammaire, les chercheurs ont constaté que l'incidence de cancer chez les patientes à seins non denses et à haut risque évalué par le modèle était 3,9 fois plus élevée que celle des patientes à seins denses et à faible risque. Ces caractéristiques ont été étudiées dans différents sous-groupes de femmes. "Contrairement aux modèles traditionnels, notre modèle de deep learning fonctionne aussi bien selon les races, les âges et les antécédents familiaux, remarque le Dr Barzilay. Jusqu'à présent, les femmes afro-américaines étaient nettement désavantagées dans ce cadre. Notre modèle d'IA a changé cela. " 

Un pas de plus vers des programmes de dépistage plus personnalisés

"Il y a une très grande quantité d'informations, dans une mammographie à haute résolution, que les modèles de risque de cancer du sein n'ont pas été en mesure d'utiliser jusqu'à récemment, a ajouté le Dr Yala. En utilisant le deep learning, nous pouvons apprendre à exploiter ces informations directement à partir des données et à créer des modèles beaucoup plus précis pour des populations diverses." Les mesures de la densité mammaire assistée par l'IA sont déjà utilisées pour les mammographies de dépistage réalisées au Massachusetts General Hospital. Les chercheurs suivent sa performance clinique tout en cherchant à perfectionner les moyens de communiquer les informations de risque aux femmes et à leurs médecins traitants.

"Un élément manquant pour soutenir des programmes de dépistage plus efficaces et plus personnalisés est constitué par des outils d'évaluation des risques faciles à mettre en œuvre et qui fonctionnent pour toute la diversité des femmes que nous explorons, conclut le Dr Lehman. Nous sommes ravis de nos résultats et désireux de travailler en étroite collaboration avec centres de santé, nos fournisseurs et, plus important encore, nos patientes pour intégrer cette découverte à l'amélioration des résultats pour toutes les femmes."

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Le dépistage du cancer du sein assuré jusque dans les régions saoudiennes reculées
22/07/2020 : En faisant l’acquisition de dix unités mobiles de mammographie autonomes plusieurs jours, le Ministère de la Santé d’Arabie Saoudite espère voir augmenter le taux de dépistage du cancer du sein. Un projet porté par Fujifil et Toutenkamion.

Un outil d'aide à la décision en mammographie
10/07/2020 : Dans une conférence de presse virtuelle, deux radiologues présentent les avantages de la solution ProFound AI™ pour l’aide à la décision en mammographie.

Un groupe de travail HAS pour évaluer l'intérêt l'angiomammogramme
22/06/2020 : La HAS lance un appel à candidature pour participer au groupe de travail d’évaluation de l’intérêt de l’angiomamogramme. La clôture des candidatures est fixée au 26 juin 2020.

Un suivi systématique à six mois serait préférable pour les lésions mammaires classées BI-RADS 3
20/05/2020 : Les femmes présentant des lésions mammaires classées BI-RADS 3 devraient systématiquement suivies à six mois. C’est ce que suggère une étude publiée dans la Revue Radiology en raison du risque faible mais non négligeable que ces lésions soient malignes.

Déconfinement : les activités de sénologie peuvent reprendre, mais il faudra prioriser
07/05/2020 : Un collège issu de six sociétés savantes a édité un recueil de recommandations pour la reprise des activités de mammographie à partir du 11 mai 2020. Ce document a été publié dans le Bulletin du Cancer.

Cancer du sein : de nouveaux résultats en faveur du dépistage par tomosynthèse
11/03/2020 : Une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology a confirmé les avantages de la tomosynthèse par rapport à la mammographie numérique. Une meilleure détection du cancer, notamment de mauvais pronostic, une stabilité des résultats à cinq ans et moins de faux positifs sont parmi les enseignements majeurs de cette étude.

La HAS étudie la pertinence de l'intégration de la tomosynthèse dans le dépistage
02/12/2019 : La tomosynthèse intégrée dans le dépistage organisé du cancer du sein chez les femmes à risque modéré fait l’objet d’une étude approfondie de la Haute Autorité de Santé (HAS). SA revue de la littérature internationale la pousse à aller plus loin dans son analyse pour éclaircir quelques points d’interrogation.

La communauté radiologique toujours mobilisée pour Octobre rose
07/10/2019 : La campagne de communication Octobre rose bat son plein en ce mois d'octobre. Et même si certains ne sont toujours pas convaincus par celle-ci, la communauté radiologique, FNMR en tête, continue de se mobiliser pour donner plus d'impact à cette action de Santé publique.

Une nouvelle formation sur l'imagerie du sein traité
25/09/2019 : Connaître les séquences pertinentes à réaliser en imagerie du sein traité et rédiger un compte rendu pertinent sont parmi les objectifs de la nouvelle formation Forcomed.

Sensibilité, spécificité, précision et rapidité : l'effet IA pour l'interprétation de la tomosynthèse
01/08/2019 : L'intelligence artificielle (IA) contribue à améliorer l'efficacité et la précision de l'imagerie du sein par tomosynthèse, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology: Artificial Intelligence. Le temps d'interprétation, ainsi que la sensibilité et la spécificité du diagnostic s'en trouvent également bonifiés.


Communication des médecins : bientôt la fin de l’interdiction des procédés publicitaires
18/09/2020 : Le Gouvernement a déposé, le 10 septembre 2020, un projet de décret modifiant l’article 19 du code de déontologie médicale. Désormais, la « libre communication et de publicité » succèdera bientôt à « l’interdiction générale et absolue de publicité » pour les médecins.

Les étudiants manipulateurs bénéficieront d'une adaptation pour l'obtention du diplôme ou le passage à l'année supérieure
17/09/2020 : Alors que les étudiants manipulateurs n’ont pas pu accomplir toutes leurs unités d’enseignement pour cause de crise sanitaire, les Ministères concernés ont légiféré afin d’adapter les modalités de présentation au diplôme ou au passage à l’année supérieure

Le congrès 2020 de la SFRO prend à son tour une forme virtuelle
16/09/2020 : Le congrès de la SFRO 2020 sera cette année un événement 100% e-congrès. Les participants retrouveront, sur la plateforme en ligne, l’ensemble des prestations qui étaient prévues en présentiel, sous forme digitale.

L'embolie pulmonaire au centre du défi IA organisé au RSNA 2020
16/09/2020 : Au prochain RSNA, les meilleurs projets ayant concouru au défi IA seront présentés. Ce concours, qui promeut les modèles de deep learning pour l’amélioration des interprétations radiologiques, sera dédié cette année à l’embolie pulmonaire à partir d’images de scanner.

Triage des patients COVID à l'hôpital : le scanner thoracique fait référence aux HCL
15/09/2020 : Une étude menée aux Hospices Civils de Lyon (HCL) montre la pertinence de la tomodensitométrie pour le triage des patients hospitalisés atteints de COVID-19. Ce travail pluridisciplinaire a été publié dans la Revue European Radiology.

Immunothérapie : le deep learning à partir des images scanner plus pertinent que celui issu de la biopsie ?
15/09/2020 : Une étude rétrospective a montré que le modèle de deep learning d'iBiopsy® pour évaluer un marqueur d’immunothérapie à partir d’images scanner donne de meilleurs résultats que la radiomique issue de la biopsie.  

Les scanners du CHU de Montpellier choisissent une plateforme innovante pour les injections
14/09/2020 : Avec la plateforme CT EXPRES 3D, le CHU de Montpellier a fait le choix, pur les injections au sein de leurs unités de tomodensitométrie, d'un dispositif innovant, sécurisé, simple, économe et assurant une meilleure maîtrise du risque infectieux. Les radiologues responsables de ces unités reviennent pour nous sur les avantages de ce dispositif.

Pr Alain Luciani : même sous forme digitale, les JFR 2020 doivent rester interactives !
14/09/2020 : À quelques semaines de l’ouverture des JFR 2020, qui seront entièrement digitales (JFR.plus) cette année, nous avons rencontré le Pr Alain Luciani qui préside cet événement. Il évoque avec nous les raisons qui l’ont poussé à abandonner le format hybride initialement prévu, met en lumière les moments forts qui rythmeront ce congrès virtuel et souhaite que ce dernier reste interactif.

L'IGAS missionnée par le Ministre pour évaluer le métier de MERM
11/09/2020 : Une mission prospective sur le métier de manipulateur radio vient d’être commandée par Olivier Véran à l’iGAS. Il s’agit de faire le point sur la démographie du métier, sur la formation et l’attractivité de cette profession.

Résultats significatifs pour le traitement de la prostate par ultrasons à haute énergie (HIFU)
09/09/2020 : Le traitement du cancer de la prostate par ultrasons à haute énergie a fait l’objet de la plus grande étude américaine, publiée dans le Journal of Urology. Les résultats sont significativement positifs et le traitement entraine peu d’effets secondaires.


L'embolie pulmonaire au centre du défi IA organisé au RSNA 2020
16/09/2020 : Au prochain RSNA, les meilleurs projets ayant concouru au défi IA seront présentés. Ce concours, qui promeut les modèles de deep learning pour l’amélioration des interprétations radiologiques, sera dédié cette année à l’embolie pulmonaire à partir d’images de scanner.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Le scanner low dose pour dépister le cancer du poumon
29/08/2013 : Le dépistage du cancer du poumon sera possible prochainement grâce aux techniques nouvelles de scanographie à faibledose. Encouragés par une étude américaine et par leurs travaux de recherche, les scientifiques français ont conclu que le ratio bénéfices/risques d'une telle campagne serait satisfaisant pour des populations à risque, en premierlieu, évidemment, les fumeurs.                        

Les scanners du CHU de Montpellier choisissent une plateforme innovante pour les injections
14/09/2020 : Avec la plateforme CT EXPRES 3D, le CHU de Montpellier a fait le choix, pur les injections au sein de leurs unités de tomodensitométrie, d'un dispositif innovant, sécurisé, simple, économe et assurant une meilleure maîtrise du risque infectieux. Les radiologues responsables de ces unités reviennent pour nous sur les avantages de ce dispositif.

Les étudiants manipulateurs bénéficieront d'une adaptation pour l'obtention du diplôme ou le passage à l'année supérieure
17/09/2020 : Alors que les étudiants manipulateurs n’ont pas pu accomplir toutes leurs unités d’enseignement pour cause de crise sanitaire, les Ministères concernés ont légiféré afin d’adapter les modalités de présentation au diplôme ou au passage à l’année supérieure

Triage des patients COVID à l'hôpital : le scanner thoracique fait référence aux HCL
15/09/2020 : Une étude menée aux Hospices Civils de Lyon (HCL) montre la pertinence de la tomodensitométrie pour le triage des patients hospitalisés atteints de COVID-19. Ce travail pluridisciplinaire a été publié dans la Revue European Radiology.

La recherche sur l'IA en imagerie avance avec le Data Challenge
25/10/2019 : Le Pr Nathalie Lassau, Professeur de Radiologie à l'Université Paris Sud et Co-Directrice du laboratoire d Imagerie IR4M (UPSUD/ CNRS) à l'Institut Gustave Roussy, est la responsable du Data Challenge dont la première édition a été organisée aux JFR 2018. Nous l'avons rencontrée pour une évocation des améliorations apportées, en 2019, à cette compétition.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Communication des médecins : bientôt la fin de l’interdiction des procédés publicitaires
18/09/2020 : Le Gouvernement a déposé, le 10 septembre 2020, un projet de décret modifiant l’article 19 du code de déontologie médicale. Désormais, la « libre communication et de publicité » succèdera bientôt à « l’interdiction générale et absolue de publicité » pour les médecins.

L'IGAS missionnée par le Ministre pour évaluer le métier de MERM
11/09/2020 : Une mission prospective sur le métier de manipulateur radio vient d’être commandée par Olivier Véran à l’iGAS. Il s’agit de faire le point sur la démographie du métier, sur la formation et l’attractivité de cette profession.