Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie de la femme > Un modèle d'IA pour des dépistages plus personnalisés du cancer du sein

Un modèle d'IA pour des dépistages plus personnalisés du cancer du sein

MARDI 07 MAI 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Des chercheurs de deux grandes institutions américaines ont mis au point un nouvel outil doté de méthodes avancées d’intelligence artificielle permettant de prédire le risque futur de cancer du sein chez une femme, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology.

RSNA

Identifier les femmes à risque de cancer du sein est une composante essentielle de la détection précoce et efficace de la maladie. Cependant, les modèles disponibles basés sur les antécédents familiaux et la génétique ne permettent pas de prédire la probabilité d'apparition de la pathologie.

Le deep learning pour normaliser et automatiser le risque de cancer du sein

La densité est un facteur de risque indépendant du cancer du sein qui a été inclus à certains modèles pour améliorer l'évaluation du risque. Elle repose sur une évaluation subjective pouvant varier d’un radiologue à l’autre. Le deep learning a fait l'objet d'une étude publiée dans la revue Radiology comme moyen de normaliser et d’automatiser ces mesures. "Il y a beaucoup plus d'informations dans une mammographie que les quatre catégories de densité mammaire, précise l'auteur principal de l'étude, le Dr Adam Yala, candidat au Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Cambridge. En utilisant le deep learning, nous identifions des indices subtils qui indiquent un cancer futur."

Trois modèles d'apprentissage inclus dans une étude

Le Dr Yala, en collaboration avec le Dr Regina Barzilay, experte en IA et professeur au MIT, et le Pr Constance Lehman, Chef du département d'imagerie du sein du Massachusetts General Hospital (MGH) et professeur de radiologie à La Harvard Medical School, a récemment comparé trois approches différentes d’évaluation des risques. Le premier modèle s'appuyait sur les facteurs de risque traditionnels, le second sur le deep learning utilisant uniquement la mammographie et le troisième sur une approche hybride intégrant les deux premiers modèles. Les chercheurs ont, pour ce faire, utilisé près de 90 000 mammographies de dépistage haute résolution d'environ 40 000 femmes pour former, valider et tester le modèle de deep learning.

Une évaluation de l'incidence nettement améliorée

Les modèles de deep learning ont permis une évaluation du risque considérablement améliorée par rapport au modèle Tyrer-Cuzick, une des normes cliniques actuelles qui utilisent la densité mammaire. En comparant le modèle hybride à la densité mammaire, les chercheurs ont constaté que l'incidence de cancer chez les patientes à seins non denses et à haut risque évalué par le modèle était 3,9 fois plus élevée que celle des patientes à seins denses et à faible risque. Ces caractéristiques ont été étudiées dans différents sous-groupes de femmes. "Contrairement aux modèles traditionnels, notre modèle de deep learning fonctionne aussi bien selon les races, les âges et les antécédents familiaux, remarque le Dr Barzilay. Jusqu'à présent, les femmes afro-américaines étaient nettement désavantagées dans ce cadre. Notre modèle d'IA a changé cela. " 

Un pas de plus vers des programmes de dépistage plus personnalisés

"Il y a une très grande quantité d'informations, dans une mammographie à haute résolution, que les modèles de risque de cancer du sein n'ont pas été en mesure d'utiliser jusqu'à récemment, a ajouté le Dr Yala. En utilisant le deep learning, nous pouvons apprendre à exploiter ces informations directement à partir des données et à créer des modèles beaucoup plus précis pour des populations diverses." Les mesures de la densité mammaire assistée par l'IA sont déjà utilisées pour les mammographies de dépistage réalisées au Massachusetts General Hospital. Les chercheurs suivent sa performance clinique tout en cherchant à perfectionner les moyens de communiquer les informations de risque aux femmes et à leurs médecins traitants.

"Un élément manquant pour soutenir des programmes de dépistage plus efficaces et plus personnalisés est constitué par des outils d'évaluation des risques faciles à mettre en œuvre et qui fonctionnent pour toute la diversité des femmes que nous explorons, conclut le Dr Lehman. Nous sommes ravis de nos résultats et désireux de travailler en étroite collaboration avec centres de santé, nos fournisseurs et, plus important encore, nos patientes pour intégrer cette découverte à l'amélioration des résultats pour toutes les femmes."

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

L'IRM mammaire de surveillance post-cancer par toujours pertinente
04/06/2019 : Selon une vaste étude publiée dans la revue Radiology, l'ajout de l'IRM mammaire à la mammographie de surveillance pour les survivantes du cancer du sein entraîne des taux de détection du cancer plus élevés. Mais son utilité est discutable et il est important de prendre en compte des données multifactorielles avant d'y avoir recours.

Une nouvelle application d'analyse avancée des mammographies obtient le marquage CE
04/06/2019 : Une nouvelle application dédiée à la mammographie, Myrian® XP-Mammo, vient d'obtenir le marquage CE. Elle sera livrée à partir d'octobre 2019.

Optimiser sans remplacer, la vocation de Breast-Slim View
03/06/2019 : La plateforme d'aide au diagnostic des tomosynthèses Breast-Slim View sera présentée lors du congrès de la SIFEM le 14 juin 2019. Quatre ateliers seront organisés sur ce thème ainsi qu'un témoignage utilisateur.

Un modèle d'IA pour des dépistages plus personnalisés du cancer du sein
07/05/2019 : Des chercheurs de deux grandes institutions américaines ont mis au point un nouvel outil doté de méthodes avancées d’intelligence artificielle permettant de prédire le risque futur de cancer du sein chez une femme, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology.

Quid de la mammographie de dépistage pour les femmes à risque très élevé ?
30/04/2019 : Afin de guider le radiologue dans sa pratique du dépistage en sénologie pour les femmes à risque très élevé, Forcomed lance un e-learning à la demande. Cette session est accessible immédiatement.

L'annonce du diagnostic en sénologie
04/04/2019 : L'annonce du diagnostic pour un examen de sénologie peut s'avérer difficile. Pour accompagner les radiologues dans cette épreuve et initier un parcours intégré de la patiente, Forcomed organise une formation spécifique.

Tomosynthèse et mammographie synthétique: les critères BI-RADS remis en cause pour les seins denses ?
02/04/2019 : Selon la technologie utilisée, l'imagerie du sein peut évaluer la densité de la glande différemment. C'est ce que montre une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, qui pourrait remettre en cause les critères du standard BI-RADS.

Dépistage du cancer du sein: un nouveau cahier des charges dans un arrêté ministériel
22/03/2019 : Les nouvelles dispositions législatives encadrant le dépistage organisé du cancer du sein ont été publiées au Journal Officiel récemment. Quelques ajustements relatifs à la technologie d'acquisition ou à la diffusion des premiers résultats ont été apportés.

Une formation pour bien appréhender le parcours de la patiente en sénologie
23/01/2019 : Le parcours de la patiente en sénologie fera l'objet, en juin 2019, d'une nouvelle session de formation dispensée par FORCOMED. Cette formation est accessible aux radiologues libéraux et hospitaliers.

Chirurgie plastique du sein: un symposium dédié aux radiologues
21/01/2019 : Une nouvelle édition du Symposium "Implication du radiologue en chirurgie plastique du sein" est annoncée, pour le 30 mars 2019. Un événement pluridisciplinaire qui renforce la place du sénologue dans cette spécialité.


Les modalités d'imagerie médicale sont toujours mal réparties en France
18/07/2019 : La nouvelle étude de la DREES sur les établissements de Santé français objective, pour 2017, la confirmation de la baisse du nombre d'installation de radiologie conventionnelle. Pour l'imagerie en coupe, ce document confirme les disparités territoriales en terme d'équipement.

La radiopédiatrie à l'honneur lors de l'ECR 2020
17/07/2019 : Le programme "Children in Focus" qui sera organisé à l'occasion de l'ECR 2020 traitera notamment de questions sociales autour de la prise en charge radiologique des enfants. Une séance plénière spéciale à ce thème clôturera le congrès.

ECR 2020: 5 jours dédiés aussi aux manipulateurs
16/07/2019 : L'ECR 2020 constitue un rendez-vous incontournable pour les radiologues européens. Mais les manipulateurs sont également concernés par cet événement, avec un espace dédié et des sessions scientifiques en anglais et en français.

Le CH de Soissons inaugure son nouveau service de radiothérapie
15/07/2019 : Le CH de Soissons vient d'inaugurer un nouveau service de radiothérapie dans ses locaux. Ce projet a fait l'objet de la constitution d'un GCS avec l'Institut Godinot de Reims.

Recherche en radioprotection: l'IRSN renforce sa contribution au niveau européen
11/07/2019 : L'IRSN participera à huit des treize projets Euratom H2020 retenus par la Commission européenne. La fluoroscopie et la radiothérapie cardiaque pédiatrique font partie des thèmes qui seront traités dans lesdits projets.

Un essai clinique valide la pertinence de NBTXR3 pour améliorer la radiothérapie des tissus mou
11/07/2019 : La pertinence de l'injection en intraveineux de NBTXR3 avant radiothérapie vient de faire l'objet d'un publication dans The Lancet Oncology. 179 patients ont bénéficié de cet essai.

Étude sur les facteurs de risques liés aux produits de contrastes gadolinés
09/07/2019 : Des réactions allergiques aigües ou physiologiques peuvent être provoquées par certains types de produits de contraste gadolinés. C'est ce que conclut une étude publiée dans la Revue Radiology qui évoque également le sexe des patients ou la région anatomique explorée parmi les facteurs de risques.

Le Groupe Vidi noue un partenariat avec Germitec pour la désinfection des sondes d'échographie
04/07/2019 : Le groupement de radiologues Vidi vient de conclure un partenariat avec Germitec® afin de proposer à ses membres une solution automatisée de désinfection des sondes d'échographie. Une méthode qui ne génère ni toxicité ni déchet.

Pratique de l'échographie: les autorités sanitaires britanniques s'inquiètent
04/07/2019 : La pratique de l'échographie au Royaume-Uni nécessite une mise à jour de sa réglementation. C'est ce que conclut un rapport de la Professional Standards Authority (PSA) dans un contexte où l'accès à cette discipline est possible par un curdsus de premier cycle.

ECR 2020: l'ESR lance la campagne de soumission de sujets
03/07/2019 : L'ECR 2020, c'est déjà demain ! Dans le cadre de la préparation de ce congrès, l'ECR engage les radiologues, les étudiants et les manipulateurs européens à envoyer leurs abstracts dès à présent.  


LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Conditions d'exercice multi-sites: révolution ou simple évolution ?
18/06/2019 : Le décret du 23 mai 2019 assouplit les règles relatives à l'exercice libéral multi-sites. Les radiologues pourront désormais avoir le choix dans le nombre de leurs lieux d'exercice. Si toutefois ils ne sont pas déjà en suractivité…

Étude sur les facteurs de risques liés aux produits de contrastes gadolinés
09/07/2019 : Des réactions allergiques aigües ou physiologiques peuvent être provoquées par certains types de produits de contraste gadolinés. C'est ce que conclut une étude publiée dans la Revue Radiology qui évoque également le sexe des patients ou la région anatomique explorée parmi les facteurs de risques.

ECR 2020: 5 jours dédiés aussi aux manipulateurs
16/07/2019 : L'ECR 2020 constitue un rendez-vous incontournable pour les radiologues européens. Mais les manipulateurs sont également concernés par cet événement, avec un espace dédié et des sessions scientifiques en anglais et en français.

Radiothérapie hypofractionnée : le seuil d'autonomie des MERM est fixé par Arrêté
31/01/2017 : La DGOS a publié l’Arrêté du 12 janvier 2017 fixant le seuil à partir duquel, en radiothérapie hypofractionnée, le manipulateur doit bénéficier de la présence d’un médecin ou d’un physicien médical pour intervenir.

Recherche en radioprotection: l'IRSN renforce sa contribution au niveau européen
11/07/2019 : L'IRSN participera à huit des treize projets Euratom H2020 retenus par la Commission européenne. La fluoroscopie et la radiothérapie cardiaque pédiatrique font partie des thèmes qui seront traités dans lesdits projets.

La radiologie française se dote d'un écosystème national en Intelligence artificielle
04/06/2018 : À l'occasion d'un séminaire sur l'Intelligence artificielle organisé le 2 juin 2018, le Dr Jean-Philippe Masson et le Pr Jean-François Meder ont annoncé la création, par le G4, d'un écosystème national dédié qui utilisera les quelques 500 millions de dossiers radiologiques qu'il traite au quotidien.

Quelle stratégie adopter pour le renouvellement du parc de modalités d'imagerie ?
13/06/2018 : Les HCL et l'AP-HM ont chacun adopté une stratégie spécifique dans le cadre du renouvellement de leur parc d'imagerie. À Lyon, un seul fournisseur assurera la gestion de l'ensemble du parc, alors qu'à Marseille, une offre segmentée est proposée aux fournisseurs.

GE Healthcare présente une technologie IRM sans hélium...ou presque !
01/12/2016 : Avec la nouvelle technologie Freelium, qui permet aux modalités d’IRM de fonctionner avec très peu d’hélium, GE Healthcare laisse entrevoir une révolution dans les processus d’installation de ces appareils. Il s’agit d’un progrès majeur qui pourrait améliorer significativement l’accessibilité à l’IRM pour les patients.

Radioprotection des travailleurs: les premiers nouveaux décrets sont parus
05/06/2018 : Les décrets modifiant les règles de radioprotection des travailleurs sont parus ce 4 juin 2018. Parmi les évolutions majeures, l'avènement du Conseiller en radioprotection et la disparition de la fiche de poste.