Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie de la femme > Un modèle d'IA pour des dépistages plus personnalisés du cancer du sein

Un modèle d'IA pour des dépistages plus personnalisés du cancer du sein

MARDI 07 MAI 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Des chercheurs de deux grandes institutions américaines ont mis au point un nouvel outil doté de méthodes avancées d’intelligence artificielle permettant de prédire le risque futur de cancer du sein chez une femme, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology.

RSNA

Identifier les femmes à risque de cancer du sein est une composante essentielle de la détection précoce et efficace de la maladie. Cependant, les modèles disponibles basés sur les antécédents familiaux et la génétique ne permettent pas de prédire la probabilité d'apparition de la pathologie.

Le deep learning pour normaliser et automatiser le risque de cancer du sein

La densité est un facteur de risque indépendant du cancer du sein qui a été inclus à certains modèles pour améliorer l'évaluation du risque. Elle repose sur une évaluation subjective pouvant varier d’un radiologue à l’autre. Le deep learning a fait l'objet d'une étude publiée dans la revue Radiology comme moyen de normaliser et d’automatiser ces mesures. "Il y a beaucoup plus d'informations dans une mammographie que les quatre catégories de densité mammaire, précise l'auteur principal de l'étude, le Dr Adam Yala, candidat au Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Cambridge. En utilisant le deep learning, nous identifions des indices subtils qui indiquent un cancer futur."

Trois modèles d'apprentissage inclus dans une étude

Le Dr Yala, en collaboration avec le Dr Regina Barzilay, experte en IA et professeur au MIT, et le Pr Constance Lehman, Chef du département d'imagerie du sein du Massachusetts General Hospital (MGH) et professeur de radiologie à La Harvard Medical School, a récemment comparé trois approches différentes d’évaluation des risques. Le premier modèle s'appuyait sur les facteurs de risque traditionnels, le second sur le deep learning utilisant uniquement la mammographie et le troisième sur une approche hybride intégrant les deux premiers modèles. Les chercheurs ont, pour ce faire, utilisé près de 90 000 mammographies de dépistage haute résolution d'environ 40 000 femmes pour former, valider et tester le modèle de deep learning.

Une évaluation de l'incidence nettement améliorée

Les modèles de deep learning ont permis une évaluation du risque considérablement améliorée par rapport au modèle Tyrer-Cuzick, une des normes cliniques actuelles qui utilisent la densité mammaire. En comparant le modèle hybride à la densité mammaire, les chercheurs ont constaté que l'incidence de cancer chez les patientes à seins non denses et à haut risque évalué par le modèle était 3,9 fois plus élevée que celle des patientes à seins denses et à faible risque. Ces caractéristiques ont été étudiées dans différents sous-groupes de femmes. "Contrairement aux modèles traditionnels, notre modèle de deep learning fonctionne aussi bien selon les races, les âges et les antécédents familiaux, remarque le Dr Barzilay. Jusqu'à présent, les femmes afro-américaines étaient nettement désavantagées dans ce cadre. Notre modèle d'IA a changé cela. " 

Un pas de plus vers des programmes de dépistage plus personnalisés

"Il y a une très grande quantité d'informations, dans une mammographie à haute résolution, que les modèles de risque de cancer du sein n'ont pas été en mesure d'utiliser jusqu'à récemment, a ajouté le Dr Yala. En utilisant le deep learning, nous pouvons apprendre à exploiter ces informations directement à partir des données et à créer des modèles beaucoup plus précis pour des populations diverses." Les mesures de la densité mammaire assistée par l'IA sont déjà utilisées pour les mammographies de dépistage réalisées au Massachusetts General Hospital. Les chercheurs suivent sa performance clinique tout en cherchant à perfectionner les moyens de communiquer les informations de risque aux femmes et à leurs médecins traitants.

"Un élément manquant pour soutenir des programmes de dépistage plus efficaces et plus personnalisés est constitué par des outils d'évaluation des risques faciles à mettre en œuvre et qui fonctionnent pour toute la diversité des femmes que nous explorons, conclut le Dr Lehman. Nous sommes ravis de nos résultats et désireux de travailler en étroite collaboration avec centres de santé, nos fournisseurs et, plus important encore, nos patientes pour intégrer cette découverte à l'amélioration des résultats pour toutes les femmes."

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

La communauté radiologique toujours mobilisée pour Octobre rose
07/10/2019 : La campagne de communication Octobre rose bat son plein en ce mois d'octobre. Et même si certains ne sont toujours pas convaincus par celle-ci, la communauté radiologique, FNMR en tête, continue de se mobiliser pour donner plus d'impact à cette action de Santé publique.

Une nouvelle formation sur l'imagerie du sein traité
25/09/2019 : Connaître les séquences pertinentes à réaliser en imagerie du sein traité et rédiger un compte rendu pertinent sont parmi les objectifs de la nouvelle formation Forcomed.

Sensibilité, spécificité, précision et rapidité : l'effet IA pour l'interprétation de la tomosynthèse
01/08/2019 : L'intelligence artificielle (IA) contribue à améliorer l'efficacité et la précision de l'imagerie du sein par tomosynthèse, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology: Artificial Intelligence. Le temps d'interprétation, ainsi que la sensibilité et la spécificité du diagnostic s'en trouvent également bonifiés.

L'IRM mammaire de surveillance post-cancer par toujours pertinente
04/06/2019 : Selon une vaste étude publiée dans la revue Radiology, l'ajout de l'IRM mammaire à la mammographie de surveillance pour les survivantes du cancer du sein entraîne des taux de détection du cancer plus élevés. Mais son utilité est discutable et il est important de prendre en compte des données multifactorielles avant d'y avoir recours.

Une nouvelle application d'analyse avancée des mammographies obtient le marquage CE
04/06/2019 : Une nouvelle application dédiée à la mammographie, Myrian® XP-Mammo, vient d'obtenir le marquage CE. Elle sera livrée à partir d'octobre 2019.

Optimiser sans remplacer, la vocation de Breast-Slim View
03/06/2019 : La plateforme d'aide au diagnostic des tomosynthèses Breast-Slim View sera présentée lors du congrès de la SIFEM le 14 juin 2019. Quatre ateliers seront organisés sur ce thème ainsi qu'un témoignage utilisateur.

Un modèle d'IA pour des dépistages plus personnalisés du cancer du sein
07/05/2019 : Des chercheurs de deux grandes institutions américaines ont mis au point un nouvel outil doté de méthodes avancées d’intelligence artificielle permettant de prédire le risque futur de cancer du sein chez une femme, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology.

Quid de la mammographie de dépistage pour les femmes à risque très élevé ?
30/04/2019 : Afin de guider le radiologue dans sa pratique du dépistage en sénologie pour les femmes à risque très élevé, Forcomed lance un e-learning à la demande. Cette session est accessible immédiatement.

L'annonce du diagnostic en sénologie
04/04/2019 : L'annonce du diagnostic pour un examen de sénologie peut s'avérer difficile. Pour accompagner les radiologues dans cette épreuve et initier un parcours intégré de la patiente, Forcomed organise une formation spécifique.

Tomosynthèse et mammographie synthétique: les critères BI-RADS remis en cause pour les seins denses ?
02/04/2019 : Selon la technologie utilisée, l'imagerie du sein peut évaluer la densité de la glande différemment. C'est ce que montre une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, qui pourrait remettre en cause les critères du standard BI-RADS.


IVDr, ou l'étude métabolique des fluides biologiques par RMN
14/11/2019 : Le Laboratoire de chimie et biochimie pharmacologiques et toxicologiques se dote du premier IVDr en France, système d’analyse métabolique à haut débit des fluides biologiques chez l’Homme par résonance magnétique. Il sera inauguré le 3 décembre 2019 sur le Campus Saint-Germain-des-Prés.  

Un réseau de neurones profonds pour améliorer le diagnostic de cancer du poumon
13/11/2019 : Selon des recherches publiées dans la revue Radiology, les radiologues assistés par un logiciel basé sur le deep learning étaient plus en mesure de détecter les cancers du poumon malins sur radiographies du thorax.

L'intelligence artificielle au révélateur de l'imagerie oncologique
12/11/2019 : Dans notre série d’articles dédiés au prochain symposium Scanner volumique, nous allons à la rencontre des orateurs qui animeront cet événement. Aujourd’hui, le Pr Pierre-Jean Valette évoque pour nous l’intelligence artificielle appliquée à l’imagerie oncologique, un thème qu’il abordera lors du symposium.

Le jeu des 7 erreurs de radioprotection au bloc opératoire
08/11/2019 : Afin d’améliorer la culture de prévention du risque ionisant dans les blocs opératoires, l’ASN a élaboré un document pour mettre en place un outil de simulation appelé « Bloc des erreurs ».

Nouveau succès pour la web conférence sur l'imagerie hybride, moléculaire et translationnelle
08/11/2019 : L’ESR et l’ESHI publient un rapide bilan de la session CHILI organisée le 25 octobre 2019. Toutes les webconférences CHILI seront bientôt disponibles sur ESRConnect.

La journée internationale de la radiologie célébrée dans le monde entier
08/11/2019 : Pour célébrer l’anniversaire de la découverte de Wilhem Roentgen, l’ESR, la RSNA et l’ACR présentent, en ce 8 novembre, pour l'International Day of Radiology (IDoR), les plateformes web qu’ils proposent au grand public pour informer les populations à propos de l’imagerie médicale.

Le congrès Neuro IMC fête son neuvième anniversaire en janvier 2020
07/11/2019 : Le congrès Neuro IMC, la référence en neuroradiologie interventionnelle, fêtera sa neuvième édition à Madrid en janvier 2020. Les inscriptions sont ouvertes.

Le système CT-navigation va équiper son premier hôpital aux USA
06/11/2019 : L’UW Health, de l'Université du Wisconsin vient de faire l’acquisition du système CT-navigation d’Imactis. Il s’agit du premier client outre-Atlantique pour cette société française.

Prostate : ateliers pratiques d’IRM sur consoles
05/11/2019 : Forcomed propose une formation ciblée sur l’IRM prostatique multiparamétrique. Elle permet d’assurer notamment le classement PIRADS2 des lésions et d’effectuer un bilan d’extension.

Le diplôme européen de radiologie (EDiR) gagne du terrain
04/11/2019 : L’EDiR est désormais reconnu dans par une majorité de sociétés savantes nationales en radiologie. Il fait désormais l’objet d’un guide et d’une application dédiés pour faciliter le travail des candidats à l’examen.


L'intelligence artificielle au révélateur de l'imagerie oncologique
12/11/2019 : Dans notre série d’articles dédiés au prochain symposium Scanner volumique, nous allons à la rencontre des orateurs qui animeront cet événement. Aujourd’hui, le Pr Pierre-Jean Valette évoque pour nous l’intelligence artificielle appliquée à l’imagerie oncologique, un thème qu’il abordera lors du symposium.

Le vapotage responsable d'images pathologiques pulmonaires ?
31/10/2019 : La Revue Radiology : Cardiothoracic Imaging a publié une étude dédiée lésions pulmonaires résultant de l'utilisation de cigarettes électroniques. Les auteurs souhaitent ainsi sensibiliser les radiologues et autres professionnels de santé sur la manière d’identifier les lésions pulmonaires associées au vapotage (EVALI).

Le jeu des 7 erreurs de radioprotection au bloc opératoire
08/11/2019 : Afin d’améliorer la culture de prévention du risque ionisant dans les blocs opératoires, l’ASN a élaboré un document pour mettre en place un outil de simulation appelé « Bloc des erreurs ».

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

IVDr, ou l'étude métabolique des fluides biologiques par RMN
14/11/2019 : Le Laboratoire de chimie et biochimie pharmacologiques et toxicologiques se dote du premier IVDr en France, système d’analyse métabolique à haut débit des fluides biologiques chez l’Homme par résonance magnétique. Il sera inauguré le 3 décembre 2019 sur le Campus Saint-Germain-des-Prés.  

DxPlanning DR coordonne la complexité des unités d'imagerie
14/10/2013 :   La solution DxPlanning DR de Medasys se présente comme un véritable tableau de service électronique, conçu pour l'organisation des unités d'imagerie et la coordination des équipes médicales. Élaborée avec le concours du Pr Pierre-Jean Valette aux Hospices Civils de Lyon, elle répond aux aspirations des gestionnaires de services, qui pourront l'évaluer lors des démonstrations proposées par Medasys aux JFR 2013  

Un réseau de neurones profonds pour améliorer le diagnostic de cancer du poumon
13/11/2019 : Selon des recherches publiées dans la revue Radiology, les radiologues assistés par un logiciel basé sur le deep learning étaient plus en mesure de détecter les cancers du poumon malins sur radiographies du thorax.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

La journée internationale de la radiologie célébrée dans le monde entier
08/11/2019 : Pour célébrer l’anniversaire de la découverte de Wilhem Roentgen, l’ESR, la RSNA et l’ACR présentent, en ce 8 novembre, pour l'International Day of Radiology (IDoR), les plateformes web qu’ils proposent au grand public pour informer les populations à propos de l’imagerie médicale.

Les apports de l'IRM 7T dans le suivi de la SEP
12/04/2019 : Selon une étude parue dans la revue Radiology, le développement de lésions dans la substance grise corticale est un facteur prédictif d’incapacité neurologique chez les personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP). Les chercheurs ont montré pour l'occasion le rôle de l'IRM à ultra-haut champ (7T) dans l'évaluation de la progression de la SEP.