Vous êtes dans : Accueil > Actualités > SIH et téléradiologie > Téléradiologie: le RESAH opte pour un modèle conçu par les professionnels de l'imagerie

Téléradiologie: le RESAH opte pour un modèle conçu par les professionnels de l'imagerie

VENDREDI 15 FéVRIER 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Pour concrétiser le premier marché de téléradiologie réalisé par une centrale d’achat, le RESAH a choisi le consortium Deeplink Medical/ Imadis pour les activités d’urgence. Cédric Munschy, Directeur commercial de Deeplink Medical et le Dr Vivien Thomson, Président d'Imadis, évoquent les atouts qui ont motivé ce choix, tant sur le plan technique que sur le professionnalisme médical.

Téléradiologie

Thema Radiologie: Le réseau d'achats hospitaliers RESAH a fait le choix du consortium Deeplink Medical/Imadis pour l'attribution du lot N°1. Quelles seront les attributions de chacune de vos sociétés ?

Cédric Munschy: Deeplink Medical fournit la plateforme logicielle, ITIS à travers laquelle les flux d'information (contexte médical, données patients, protocoles, images radiologiques, comptes rendus..) transitent. C’est une plateforme unique pour chaque professionnel de santé impliqué de près ou de loin dans la prise en charge téléradiologique des patients

Dr Vivien Thomson : Imadis intervient sur le champ médical. Nous sommes un groupement de radiologues et nous intervenons pour assurer la continuité du parcours radiologique, dans le cadre de l'urgence. Nous fonctionnons sur deux centres de garde téléradiologiques inspirés du modèle des SAMU, l’un à Lyon, l’autre à Bordeaux. Notre prestation pour le RESAH est exclusivement définie pour l'activité en urgence, avec une option pour les activités programmées. Dans ce cas, nous faisons intervenir un groupe de radiologues partenaires.

UN fonctionnement en cohérence avec les recommandations du G4

T.R.: Avez-vous déjà collaboré sur d'autres projets ?

C.M.: Nous coopérons depuis quatre ans maintenant, avec quelques 45 établissements de santé essentiellement publics, des CHU, CH, sites pivots de GHT, et quelques structures privées. Dans le cadre du marché RESAH, tous les établissements de santé qui ont besoin d’optimiser leur organisation médicale peuvent bénéficier de ce marché, qu’ils soient adhérents ou non du RESAH.

Dr V.T.: Notre fonctionnement commun est en effet bien rôdé, en cohérence avec les recommandations du Conseil professionnel de la radiologie française (G4). Lorsque l'urgentiste fait une demande d'examen, il l'envoie via ITIS vers Imadis où l’équipe de garde reçoit une alerte. Le radiologue régulateur communique le protocole d'acquisition des images au manipulateur qui réalisera l'examen. Les images qui transitent sont interprétées par le médecin radiologue qui réalise par la suite son compte-rendu structuré sur ITIS, instantanément disponible pour le prescripteur.

T.R.: Comment, en pratique, les producteurs d'images procèdent-ils ?

C.M.: La plateforme ITIS est très ergonomique, elle a été conçue par des radiologues pour les professionnels de santé. Tout au long du processus, la distance physique entre les différents intervenants constitue un enjeu majeur, ce qui nécessite un workflow dédié et encadré avec une même interface pour tous les acteurs.

Dr V.T.: Oui effectivement, la plateforme ITIS est en pratique très ergonomique. Elle encadre les relations entre les intervenants tout en sécurisant leurs actions, sans perte de temps. De plus, nous organisons, en amont de la mise en production, des formations pour tous les médecins susceptibles d'interagir avec les téléradiologues. Dans les gros établissements, il nous arrive de former quelques 150 personnes.

Une professionnalisation extrème de l'activité de téléradiologie

T.R.: ITIS sera intégré au système d'information des établissements concernés. Comment cela se concrétise-t-il techniquement ?

C.M.: La plateforme ITIS est interopérable auprès de tous les SI de établissements de santé (PACS, DMU, RIS, etc.). Elle n'a donc pas de problème pour répondre aux flux HL7 ADT/ORM ou pour communiquer les résultats en HL7 ORU. Tout transite de manière sécurisée et les données sont stockées chez un hébergeur agréé HADS.

T.R.: Quel est le mode de financement pour cette prestation ?

Dr V.T.: Les établissements financent l'utilisation de la plateforme ITIS via un abonnement mensuel. L’acte intellectuel est financé selon la base de codification CCAM.

T.R.: Pour finir, pourquoi choisir votre offre en tant qu’établissement de santé ?

C.M.: Sur le plan technique tout d'abord, c'est la pertinence et l’efficience de nos outils conçus spécifiquement pour la téléradiologie. ITIS évolue sans cesse pour répondre aux besoins de ses utilisateurs. Sur le plan médical, IMADIS c’est le choix d’une expertise radiologique sure et encadrée. Les téléradiologues travaillent dans des centres de garde dédiés, favorables au travail d’équipe. Nous sommes dans une professionnalisation extrême de l’activité de téléradiologie.

 

Propos recueiilis par Bruno Benque


toshiba

Marché public de téléradiologie: le Resah apporte des explications juridiques et déontologiques
18/02/2019 : Le Resah a souhaité apporter des précisions sur le marché de téléradiologie qu'il propose à ses adhérents depuis ce mois-ci. Il souhaite ainsi donner des explications juridiques et déontologiques aux critiques du G4.

Marché de téléradiologie du RESAH: le G4 évoque la charte de déontologie
15/02/2019 : Alors que le RESAH propose, depuis peu, un marché de téléradiologie aux établissements de Santé qui le souhaitent, le G4 conteste certaines pratiques relatives à cet accord qu'il trouve contraires à la charte de déontologie mise à jour en décembre 2018.

Téléradiologie: le RESAH opte pour un modèle conçu par les professionnels de l'imagerie
15/02/2019 : Pour concrétiser le premier marché de téléradiologie réalisé par une centrale d’achat, le RESAH a choisi le consortium Deeplink Medical/ Imadis pour les activités d’urgence. Cédric Munschy, Directeur commercial de Deeplink Medical et le Dr Vivien Thomson, Président d'Imadis, évoquent les atouts qui ont motivé ce choix, tant sur le plan technique que sur le professionnalisme médical.

LE RESAH choisit ACETIAM pour son marché de plateforme de téléradiologie
13/02/2019 : Dans le cadre de son marché de " Plateforme de Téléradiologie et réalisation de prestations intellectuelles", le RESAH a fait le choix d'ACETIAM. L'éditeur accompagne ainsi les établissements au niveau technique et médico-organisationnel.

Le DPC intègre désormais une orientation Qualité et Sécurité en téléradiologie
05/02/2019 : Le DPC vient de se doter, par Arrêté ministériel, une nouvelle orientation relative à la qualité et à la sécurité des actes de télémédecine. Les professionnels de l'imagerie médicale devraient donc être impactés par cette disposition à court terme.

Un premier marché de téléradiologie attribué par le RESAH
29/01/2019 : Un groupement formé par Imadis et Deeplink Medical vient de se voir attribuer le marché de la téléradiologie par la plateforme d'achat RESAH pour les hôpitaux publics.

Les perspectives américaines d'un éditeur français
08/01/2019 : Des perspectives intéressantes s'ouvrent désormais pour Intrasense, qui vient de signer un accord de partenariat avec Apollo, l'éditeur américain d'archive neutre.

Imadis téléradiologie ouvre un second centre d'urgences
27/11/2018 : La société Imadis Téléradiologie vient d'ouvrir un second centre d'interprétation des examens d'urgences. Elle confirme son développement au service de la continuité de la prise en charge radiologique.

Le technologie d'impression LED, une innovation pour l'imagerie médicale
07/11/2018 : Les congressistes des JFR 2018 ont pu découvrir les solutions d'impression LED innovantes présentées par OKI Europe, spécialement conçues pour l'imagerie médicale et qui allient qualité d'image, économies et gain de temps.

Une session de formation sur les aspects technologiques et juridiques de la téléradiologie
11/10/2018 : FORCOMED propose aux radiologues et aux manipulateurs impliqués dans les pratiques de la téléradiologie une session de formation centrée sur les aspects technologiques et réglementaires spécifiques. Début de la formation le 15 octobre 2018.


Une étude prouve les interférences des téléphones mobiles sur le fonctionnement des gamma caméras
20/03/2019 : Les interdictions relatives à l'usage des téléphones mobiles à proximité d'une gamma caméra semblent justifiées. C'est ce que montre une étude parue dans le Journal of Radiation Imaging and Radiation Sciences.

Les points clés de l'exploration IRM de l'endométriose en e-learning
19/03/2019 : Les points clés de l'exploration de l'endométriose en IRM et la réalisation d'un bilan d'extension en vue d'une prise en charge pluridisciplinaire sont les atouts de la nouvelle formation en e-learning proposée par Forcomed sur ce thème.

Des procédures interventionnelles sécurisées grâce à la navigation Imactis
18/03/2019 : Le solution de navigation élaborée par l’entreprise grenobloise Imactis s'avère un outil très efficace pour améliorer la qualité de la prise en charge radiologique interventionnelle. Le Dr Philippe Cart, qui l'utilise au CH de Charleville-Mézières, revient pour nous sur les apports de ce matériel pour la sécurité des patients et la diminution de leur irradiation lors des procédures interventionnelles.

NGI distribuera les scanner chinois Neusoft pour trois ans
18/03/2019 : NGI vient d'annoncer la signature, pour trois ans, d'un contrat de partenariat avec le constructeur chinois de scanners Neusoft Medical. Le contrat de distribution exclusif porte sur l’intégralité de la gamme de scanners Neuviz.  

L'IRM pour évaluer l'impact du dépôt de fer dans le cerveau après un AVC
15/03/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, une cartographie IRM R2* qui mesure le contenu en fer peut améliorer l'exploration des conséquences des lésions cérébrales causées par les AVC. Les chercheurs misent sur les thérapies de prévention du dépôt de fer pour ralentir ou arrêter la dégénérescence des neurones.

Le traitement par radioembolisation du carcinome hépatocellulaire désormais remboursé
14/03/2019 : Le traitement par radioembolisation à l'Ytrium 99 du carcinome hépatocellulaire non opérable sera désormais remboursé par l'Assurance maladie. Un Arrêté législatif a été publié en ce sens.

SRES 2019: les organisateurs vous présentent le symposium en vidéo !
13/03/2019 : Le Pr Philippe Piquet et le Pr Jean-Michel Bartoli présentent en vidéo le prochain Surgical & Radiological Endovascular Symposium (SRES), l'événement pluridisciplinaire de thérapies endocasculaires qui se tiendra en mai prochain à Ajaccio.

Le suivi de la SEP par IRM peut-il se passer de gadolinium ?
12/03/2019 : Selon une nouvelle étude parue dans la revue Radiology, l'IRM cérébrale sans produit de contraste, utilisant l'IRM 3D et la soustraction d'images est aussi efficace que l'approche injectée pour surveiller la progression de la sclérose en plaques (SEP). Les résultats confirment la possibilité que l'injection de produit de contraste puisse être supprimée des examens de suivi de routine.

La radiologie interventionnelle au centre de la stratégie des GHT
11/03/2019 : La radiologie est au centre du parcours de soins des patients, notamment dans la stratégie des GHT. Pour le Dr Philippe Cart, que nous avons rencontré, la radiologie interventionnelle permet de compléter ces parcours et elle a besoin désormais de disposer d'outils de navigation avancée pour une qualité améliorée.

Le JT de l'ECR du 8 mars 2019
11/03/2019 : Fin de notre série de comptes rendus vidéo de l'European Congress of Radiology (ECR) 2019, avec la réduction des doses de rayonnement et de contraste au scanner, le nouveau scanner de Philips, ou les recommandations SFR pour la décontamination des sondes d'échographie.


Des procédures interventionnelles sécurisées grâce à la navigation Imactis
18/03/2019 : Le solution de navigation élaborée par l’entreprise grenobloise Imactis s'avère un outil très efficace pour améliorer la qualité de la prise en charge radiologique interventionnelle. Le Dr Philippe Cart, qui l'utilise au CH de Charleville-Mézières, revient pour nous sur les apports de ce matériel pour la sécurité des patients et la diminution de leur irradiation lors des procédures interventionnelles.

PIMM: Un système souple et adaptable pour répondre aux besoins territoriaux
12/02/2018 : Le PIMM semble la réponse appropriée du système de Santé pour assurer une permanence des Soins en imagerie médicale. C'est ce qui ressort du webinar, organisé par le Cabinet Houdart & Associés, qui y était consacré et auquel participait le Dr Pascal Béroud, du SRH.

Un dispositif d'aide au cathétérisme installé au centre de simulation du CHU de Rouen
04/02/2019 : Les étudiants et professionnels de Santé du Medical Training & Testing Center de Rouen disposent désormais du robot R-one pour se familiariser à ce dispositif d'aide aux procédures d'imagerie endovasculaire.

Un site dédié à la gestion des obligations réglementaires des centres d'imagerie médicale
28/03/2017 : Afin que les professionnels de santé des centres d’imagerie médicale puissent se concentrer sur leur coeur de métier, SOCOTEC a mis en ligne un site internet dédié à la prise en compte de leurs obligations réglementaires.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Le suivi de la SEP par IRM peut-il se passer de gadolinium ?
12/03/2019 : Selon une nouvelle étude parue dans la revue Radiology, l'IRM cérébrale sans produit de contraste, utilisant l'IRM 3D et la soustraction d'images est aussi efficace que l'approche injectée pour surveiller la progression de la sclérose en plaques (SEP). Les résultats confirment la possibilité que l'injection de produit de contraste puisse être supprimée des examens de suivi de routine.

La radiologie interventionnelle au centre de la stratégie des GHT
11/03/2019 : La radiologie est au centre du parcours de soins des patients, notamment dans la stratégie des GHT. Pour le Dr Philippe Cart, que nous avons rencontré, la radiologie interventionnelle permet de compléter ces parcours et elle a besoin désormais de disposer d'outils de navigation avancée pour une qualité améliorée.

Les points clés de l'exploration IRM de l'endométriose en e-learning
19/03/2019 : Les points clés de l'exploration de l'endométriose en IRM et la réalisation d'un bilan d'extension en vue d'une prise en charge pluridisciplinaire sont les atouts de la nouvelle formation en e-learning proposée par Forcomed sur ce thème.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

La CGIM devient le Groupe Vidi
18/10/2018 : La CGIM est devenue, lors de son Assemblée Générale du 12 octobre 2018, le Groupe VIDI. Cette marque identifie désormais le premier groupe national de radiologues mutualisant leurs ressources.