Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Intelligence Artificielle, Machine Learning > Hiérarchiser les radiographies thoraciques pathologiques à l'aide du Deep Learning

Hiérarchiser les radiographies thoraciques pathologiques à l'aide du Deep Learning

MARDI 22 JANVIER 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Selon une étude parue dans la revue Radiology, un système de Deep Learning peut  hiérarchiser les radiographies thoraciques pathologiques, réduisant potentiellement le délai de consultation des examens par les radiologues. Un système de détection des mots clés dans les comptes rendus a été utilisé dans cette étude. 

RSNA

Les radiographies thoraciques représentent 40% de l’imagerie diagnostique dans le monde. Ce volume peut créer des arriérés importants dans les établissements de santé. Au Royaume-Uni, on estime à environ 330 000 le nombre d'examens de routine qui ont attendu plus de 30 jours pour recevoir un compte rendu.

Réduire les délais d'attente de résultats pour les radiographies pathologiques

"Il n’existe actuellement aucun moyen systématique et automatisé de trier les radiographies pulmonaires et de classer celles qui présentent des résultats critiques et urgents au sommet de la pile du radiologue", déclare le Dr Giovanni Montana, anciennement du King's College London. à Londres et actuellement à l’Université de Warwick à Coventry, en Angleterre et co-auteur d'une étude sur ce thème parue dans la Revue Radiology. Un outil de Deep learning (DL) a été proposé comme moyen automatisé de réduire cet arriéré et d'identifier les examens qui méritent une attention immédiate, en particulier dans les systèmes de soins de santé financés par des fonds publics.

Des images classées à partir des mots clés tirés des comptes rendus

Pour l’étude, le professeur Montana et ses collègues ont utilisé 470 388 radiographies thoraciques anonymisées d’adultes afin de mettre au point un système d’IA permettant d’identifier les principaux résultats. Les comptes rendus radiologiques ont été pré-traités à l'aide du Natural Language Processing (NLP), un algorithme qui extrait les mots clés à partir de texte écrit. Pour chaque radiographie, le système interne de recherche avait besoin d’une liste de mots clés indiquant les anomalies spécifiques visibles sur l’image. "Le NLP va bien au-delà de l’identification de modèles, poursuit le Dr Montana. Il utilise des techniques d'IA pour déduire la structure de chaque phrase écrite. Par exemple, il identifie la présence de résultats cliniques, les localisations anatomiques et de leurs relations. Le développement du système de NLP pour l'étiquetage à grande échelle des radiographies thoraciques a été une étape cruciale dans notre étude. »

Une réduction significative des délais d'attente

Le NLP a analysé le compte rendu radiologique afin de hiérarchiser chaque image comme critique, urgente, non urgente ou normale. Un système d'IA pour la vision par ordinateur a ensuite été formé à partir d'images de radiologiques étiquetées afin de prédire la priorité clinique. Les chercheurs ont testé les performances du système en matière de hiérarchisation dans une simulation analysant un ensemble indépendant de 15 887 images. Le système d'IA distinguait les radiographies thoraciques anormales des normales avec une grande précision. Les simulations ont montré que les résultats critiques pouvaient être traités par un radiologue au bout de 2,7 jours en moyenne avec s'il était aidé par l'IA, contre 11,2 jours en moyenne en pratique classique.

Vers un système de génération automatisé de phrases pour les interprétations ?

"Les premiers résultats rapportés ici sont intéressants, car ils démontrent qu’un système d’IA peut être formé avec succès à l’aide d’une très grande base de données radiologiques de routine, remarque le Dr Montana. Avec une validation clinique plus poussée, cette technologie devrait permettre de réduire considérablement la charge de travail d'un radiologue en détectant tous les examens normaux, de sorte que l'on puisse consacrer plus de temps à ceux qui détectent une pathologie." Les chercheurs envisagent d'étendre leurs recherches à une taille d'échantillon beaucoup plus grande et de déployer des algorithmes plus complexes pour de meilleures performances. Les objectifs de recherche futurs comprennent notamment une étude multicentrique visant à évaluer de manière prospective les performances du logiciel de tri.

"Une étape majeure de cette recherche consistera en la génération automatisée de phrases décrivant les anomalies radiologiques observées sur les images, conclut le Dr Montana. Cela semble un objectif réalisable."

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

De nouveaux outils d'aide à la décision en mammographie
18/06/2019 : L'aide à la décision en mammographie 2D et tomosynthèse 3D vient de s'enrichir, avec iCAD, de nouvelles applications annoncées lors du récent congrès de la SIFEM.

Segmenter les tumeurs pulmonaires à partir d'un navigateur web
09/05/2019 : Arterys lance, lors de l'ESTI 2019, sa solution Lung AI de suivi des tumeurs du poumon par scanner. Ce programme de deep learning permet d'identifier des nodules pulmonaires à partir d'un navigateur web.

L'ESR noue un partenariat pour promouvoir l'IA en imagerie médicale
02/05/2019 : L'European Society of Radiology (ESR) a conclu un partenariat avec Siemens Helathineers pour la promotion de l'intelligence artificielle en imagerie médicale. Des événements et un blog seront dédiés à cette thématique.

Une feuille de route pour améliorer la recherche en IA appliquée à l'imagerie médicale
17/04/2019 : Dans un contexte de développement tous azimuts de l'intelligence artificielle appliquée à l'imagerie médicale, les principaux acteurs scientifiques américains ont élaboré une feuille de route pour accélérer la recherche dans ce domaine. Un rapport a été rédigé en ce sens.

La radiomique pour prédire la réponse à la chimiothérapie dans le cancer du poumon
25/03/2019 : Selon une étude publiée dans la nouvelle revue éditée par Radiology, "Artificial Intelligence", les chercheurs peuvent utiliser les données d’images de tomodensitométrie pour prédire quels patients atteints de cancer du poumon répondront à la chimiothérapie. Les caractéristiques radiomiques peuvent également prévoir la progression de la maladie et la survie globale.

Randy Médical, le chatbot qui optimise les recrutements des professionnels de Santé
27/02/2019 : L'Appel Médical dispose désormais d'une stratégie "Tech&Touch". Le chatbot Randy, élaboré pour candidater pour un poste, présélectionne les candidats qui sont ensuite pris en charge par un consultant en recrutement.

PRIMAGE, la plateforme européenne d'aide à la décision clinique
29/01/2019 : Une plateforme cloud d'aide à la décision clinique par machine learning vient de voir le jour. Ce projet initié par l'Union Européenne testera cet outil à partir des données recueillies dans de grandes institutions de santé pédiatrique sur deux tumeurs solides cérébrales.

Hiérarchiser les radiographies thoraciques pathologiques à l'aide du Deep Learning
22/01/2019 : Selon une étude parue dans la revue Radiology, un système de Deep Learning peut  hiérarchiser les radiographies thoraciques pathologiques, réduisant potentiellement le délai de consultation des examens par les radiologues. Un système de détection des mots clés dans les comptes rendus a été utilisé dans cette étude. 

Des modèles informatiques pour améliorer les stratégies thérapeutiques
15/01/2019 : Les stratégies thérapeutiques pourraient être évaluées par des modèles informatiques. C'est ce que montre une étude publiée dans la Revue Radiology, qui voit en ces modèles des compléments d'information aux essais cliniques.  

Les trois lauréats du Myrian Studio Challenge sont connus
11/12/2018 : Intrasense a récompensé trois projets innovants en imagerie médicale en décernant les trois Prix "Myrian® Studio Challenge 2018" au dernier RSNA.  


Les modalités d'imagerie médicale sont toujours mal réparties en France
18/07/2019 : La nouvelle étude de la DREES sur les établissements de Santé français objective, pour 2017, la confirmation de la baisse du nombre d'installation de radiologie conventionnelle. Pour l'imagerie en coupe, ce document confirme les disparités territoriales en terme d'équipement.

La radiopédiatrie à l'honneur lors de l'ECR 2020
17/07/2019 : Le programme "Children in Focus" qui sera organisé à l'occasion de l'ECR 2020 traitera notamment de questions sociales autour de la prise en charge radiologique des enfants. Une séance plénière spéciale à ce thème clôturera le congrès.

ECR 2020: 5 jours dédiés aussi aux manipulateurs
16/07/2019 : L'ECR 2020 constitue un rendez-vous incontournable pour les radiologues européens. Mais les manipulateurs sont également concernés par cet événement, avec un espace dédié et des sessions scientifiques en anglais et en français.

Le CH de Soissons inaugure son nouveau service de radiothérapie
15/07/2019 : Le CH de Soissons vient d'inaugurer un nouveau service de radiothérapie dans ses locaux. Ce projet a fait l'objet de la constitution d'un GCS avec l'Institut Godinot de Reims.

Recherche en radioprotection: l'IRSN renforce sa contribution au niveau européen
11/07/2019 : L'IRSN participera à huit des treize projets Euratom H2020 retenus par la Commission européenne. La fluoroscopie et la radiothérapie cardiaque pédiatrique font partie des thèmes qui seront traités dans lesdits projets.

Un essai clinique valide la pertinence de NBTXR3 pour améliorer la radiothérapie des tissus mou
11/07/2019 : La pertinence de l'injection en intraveineux de NBTXR3 avant radiothérapie vient de faire l'objet d'un publication dans The Lancet Oncology. 179 patients ont bénéficié de cet essai.

Étude sur les facteurs de risques liés aux produits de contrastes gadolinés
09/07/2019 : Des réactions allergiques aigües ou physiologiques peuvent être provoquées par certains types de produits de contraste gadolinés. C'est ce que conclut une étude publiée dans la Revue Radiology qui évoque également le sexe des patients ou la région anatomique explorée parmi les facteurs de risques.

Le Groupe Vidi noue un partenariat avec Germitec pour la désinfection des sondes d'échographie
04/07/2019 : Le groupement de radiologues Vidi vient de conclure un partenariat avec Germitec® afin de proposer à ses membres une solution automatisée de désinfection des sondes d'échographie. Une méthode qui ne génère ni toxicité ni déchet.

Pratique de l'échographie: les autorités sanitaires britanniques s'inquiètent
04/07/2019 : La pratique de l'échographie au Royaume-Uni nécessite une mise à jour de sa réglementation. C'est ce que conclut un rapport de la Professional Standards Authority (PSA) dans un contexte où l'accès à cette discipline est possible par un curdsus de premier cycle.

ECR 2020: l'ESR lance la campagne de soumission de sujets
03/07/2019 : L'ECR 2020, c'est déjà demain ! Dans le cadre de la préparation de ce congrès, l'ECR engage les radiologues, les étudiants et les manipulateurs européens à envoyer leurs abstracts dès à présent.  


La reconnaissance vocale intégrée à un RIS français
04/06/2014 : EDL, éditeur français de solutions de gestion du parcours radiologique, a présenté lors des SSA 2014 la nouvelle fonctionnalité de son RIS Xplore dédiée à la reconnaissance vocale.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Étude sur les facteurs de risques liés aux produits de contrastes gadolinés
09/07/2019 : Des réactions allergiques aigües ou physiologiques peuvent être provoquées par certains types de produits de contraste gadolinés. C'est ce que conclut une étude publiée dans la Revue Radiology qui évoque également le sexe des patients ou la région anatomique explorée parmi les facteurs de risques.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

SBRT: pertinence confirmée par deux nouvelles études relatives au cancer de la prostate
04/10/2018 : Deux nouvelles études viennent confirmer la pertinence du Cyberknife dans le traitement par radiothérapie stéréotaxique appliquée au corps entier (SBRT) du cancer de la prostate.

Nouvelles collaborations entre HL7 et IHE au service de l'interopérabilité
23/06/2016 : Suite à une longue histoire de collaboration fructueuse, Health Level Seven International (HL7) et Integrating the Healthcare Enterprise (IHE) ont annoncé qu’ils renouvelaient leur accord de coopération pour faire avancer l'interopérabilité des systèmes d’information de santé.

Un nouvel espoir de procréer grâce à l'embolisation des fibromes utérins
13/06/2017 : L’embolisation partielle des fibromes utérins pourrait devenir le traitement de première intensifn pour les femmes qui souhaitent procréer. C’est ce qu’a montré une étude portugaise publiée dans la revue Radiology.

Excellents débuts pour DHUNE, le Centre dédié aux maladies neuro-dégénératives
16/10/2017 : Le Centre d'excellence DHUNE, dédié aux maladies neuro-dégénératives, a rempli 92% de ses objectifs en deux ans d'existence. Cette plateforme pluridisciplinaire dispose d'une reconnaissance scientifique internationale et a pour figure de proue la fameuse modalité d'IRM à 7T.

La désinfection des sondes d'échographie ne perturbe pas le workflow d'examens
21/11/2018 : Les sociétés savantes internationales recommandent la désinfection de haut niveau des sondes d'échographie entre chaque patient, notamment pour les examens endocavitaires et les interventions semi-critiques . Le système Antigermix AS1 est capable d'assurer une désinfection de ce type en 90 secondes selon un processus reproductible. Christophe Hammer, Directeur des Operations de Germitec nous en dit plus…

De nombreux radiologues libéraux mutualisent leurs moyens au sein de la CGIM
24/01/2017 : En créant la Compagnie Générale d’Imagerie Médicale (CGIM), quelques 200 radiologues français unissent leurs moyens humains et technologiques afin de préserver la qualité de leur exercice et rendre un service à haute valeur ajoutée dans un environnement économique contraint.