Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Scanner > Les atouts du scanner spectral au sein d'un GHT

Les atouts du scanner spectral au sein d'un GHT

VENDREDI 09 NOVEMBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le scanner IQON spectral CT Philips du CH de Charleville-Mézières sera, à terme, le pilier de la prise en charge radiologique du GHT N°1 du Grand-Est. Nous avons rencontré le Dr Philippe Cart, Chef du Service de radiologie de cet établissement, pour une évocation des avantages de la technologie spectrale pour la qualité des images produites et la prise en soins des patients, sans compter ses atouts économiques.

Philips

Le scanner spectral marque une rupture dans l'évolution de la tomodensitométrie, tant sur le plan technologique que sur le plan pratique.

Des rayons X décomposés selon leur niveau d'énergie

L’intelligence artificielle embarquée dans l’IQon garantit à chaque patient d’avoir un paramétrage adapté à sa morphologie afin de fournir la meilleure qualité image avec peu d’exposition aux rayons X, et d’éviter les examens inutiles ou inutilisables. L’IA améliore intelligemment le traitement et la transformation des informations en outils fonctionnels, comme la décomposition spectrale des rayons X et la reconstruction itérative des différentes énergies parfaitement dans l’espace des projections. Chaque élément de la matière répond ainsi de façon spécifique à une énergie donnée et, suivant le niveau de keV qui caractérise un rayonnement, il est ainsi possible d'étudier distinctement plusieurs matériaux comme le calcium pour les structures osseuses, ou encore l’iode injecté dans les vaisseaux, ou enfin dans des prises de contraste suspectes caractéristique d’une métastase par exemple.

Par une lisibilité accrue et immédiate, cette nouvelle imagerie apporte de la sérénité et de la confiance diagnostique. L’instantanéité du diagnostic, grâce à une résolution en contraste améliorée et sans bruit à n’importe quelle énergie, même pour les patients obèses, ou la suppression des artéfacts liés à la présence de prothèses métalliques notamment, améliore la prise en charge du patient.

Des arguments de poids pour convaincre l'ARS d'accéder à l'innovation

Lorsqu'ils ont réfléchi à l'acquisition d'une nouvelle modalité au sein de leur Service du Centre Hospitalier de Charleville-Mézières (CHCM) pour remplacer l'iCT Philips, le Dr Philippe Cart et ses proches collaborateurs, ont fait le choix de l'IQON spectral CTPhilips. Mais ce projet devait s'intégrer dans la politique territoriale d'équipement, cet établissement étant le support du GHT N°1 du Grand-Est. "Nous avons pris en compte la complémentarité des appareils de scanner au sein duterritoire, ainsi qu'une nouvelle autorisation destinée à l'Hôpital de Fumay, précise-t-il d'emblée. Il nous fallait donc convaincre l'ARS du bien fondé de ce choix technologique innovant, ce qui n'a pas été difficile tant cette machine favorise la pertinence et la qualité des soins d'une part, et par l'attractivité médicale qu'elle est susceptible de créer dans notre région frappée par la désertification médicale."

Des économies de produit de contraste et des patients moins irradiés

Mais il fallait également convaincre la Direction du CHCM, en particulier sur le volet financier. L'innovation a un coût qui rebute dans certains cas les détenteurs des cordons de la bourse. "Sur le plan financier, nous avons pu présenter deux arguments en cohérence avec les attentes de la Direction, poursuit le Dr Cart. Tout d'abord, sur les parcours de soins, nous avons mis en exergue la diminution des délais d'attente favorisée par un meilleur workflow offert avec l’arrivée de cette modalité et par la création de l'activité scanographique de Fumay. Nous avons ensuite démontré que la détectionspectrale permet de réduire sensiblement, à hauteur de 30%, la consommation de produit de contraste, ce qui est un facteur économique non négligeable."

Disparition des séries d'acquisition sans injection

Le scanner IQON spectral a la particularité, à une énergie donnée, de renforcer la densité de l'iode. Il est donc possible, pour obtenir une qualité d'image équivalente, de réduire la quantité de produite de contraste, voire sa concentration. "Cela donne des chances en plus aux patients, remarque à ce sujet le Dr Cart. Grâce à cette évolution, nous pouvons injecter quasiment tous les patients même si ceux-ci montrent des taux de créatinémie ou une clairance incompatibles avec une procédure d'injection classique. Deuxième avancée majeure sur ce thème, cettetechnologie spectrale nous permet de réaliser des séquences virtuelles en soustraction de contraste. Nous ne réalisons donc plus de séries sans injection pour l'ensemble des indications, ce qui réduit d’au moins de 30% l'irradiation des patients !"

Une modalité polyvalente qui donne sa pleine mesure pour les examens vasculaires

Les pratiques changent donc significativement dans le Service de radiologie du CHCM. Les manipulateurs injectent les patients d'emblée, ils ne se soucient plus de savoir si le protocole est en mode spectral ou pas et irradient moins les patients. "L'IQON Spectral CT a été rapidement adopté par les manipulateurs, remarque le Dr Cart. Ils ont mis très peu de temps à le maîtriser et à utiliser au mieux les cartes spectrales. Les médecins, quant à eux, ont le choix entre interpréter en mode classique ou en mode spectral. Certains utilisent les deux méthodes, mais la plupart regardent directement les images spectrales car elles sont faciles à appréhender et, au final, plus pertinentes."

Un pilier de la prise en charge radiologique territoriale du GHT N°1 du Grand-Est

"Nous utilisons cette modalité de façon polyvalente et programmée en journée, en thoracique, abdominal, ostéo-articulaire, pour la coloscopie virtuelle, mais sa valeur ajoutée se concrétise vraiment pour les séries vasculaires. Tout d'abord car la résolution de contraste est réellement améliorée, notamment pour le coroscanner, ensuite car les examens sont mieux supportés par les patients qui absorbent moins de produit de contraste, et enfin car les temps d’acquisitions sont très rapides, en particulier pour étudier les embolies pulmonaires sur des malades dyspnéiques."

Les urgences tomodensitométriques sont réalisées, la plupart du temps, sur le scanner spectral en horaires nocturnes, à partir de 18h. Sa simplicité de fonctionnement, alliée à une réduction de doses de rayons X et à une résolution de contraste améliorée, sont de nature à optimiser les diagnostics des examens non programmés. "Nous sommes désormais équipés, au sein du GHT, pour assurer une prise en charge scanographique pertinente, conclut le Dr Cart. Le 16 coupes de Fumay, le 64 coupes de Sedan et l'IQON spectral du CHCM nous permettent de quadriller le territoire avec efficience et qualité."

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

Retour sur l'étude NELSON en faveur du dépistage scanographique du cancer du poumon
12/11/2018 : La deuxième plus importante étude dans le monde traitant du dépistage du cancer du poumon par scanner low dose, baptisée NELSON, marque une avancée significative dans la valeur prédictive de ce type de campagne. Cette étude a été présentée lors de la 19ème World Conference on Lung Cancer (WCLC).  

Les atouts du scanner spectral au sein d'un GHT
09/11/2018 : Le scanner IQON spectral CT Philips du CH de Charleville-Mézières sera, à terme, le pilier de la prise en charge radiologique du GHT N°1 du Grand-Est. Nous avons rencontré le Dr Philippe Cart, Chef du Service de radiologie de cet établissement, pour une évocation des avantages de la technologie spectrale pour la qualité des images produites et la prise en soins des patients, sans compter ses atouts économiques.

Les apports du scanner double énergie dans la prise en charge post-AVC
30/10/2018 : Une hémorragie intracérébrale post-AVC doit être recherchée afin d'appliquer au patient un traitement antiagrégant. Une étude récente publiée dans la revue European Radiology démontre les apports du scanner double énergie dans ce contexte.

La mesure de calcification aortique par scanner comme outil de prévention des maladies cardio-vasculaires
02/10/2018 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, les mesures des calcifications aortiques abdominales par tomodensitométrie (TDM) sont de puissants prédicteurs de crises cardiaques et autres événements cardiovasculaires indésirables. La TDM aurait un potentiel plus élevé, dans ce cadre, que le score de risque de Framingham.

Du nouveau dans les critères de rémunération des actes de scanographie
24/09/2018 : La classification des modalités de scanographie vient de faire l'objet d'un léger lifting. Une Décision récente de l'UNCAM a établi de nouveaux critères de classification pour ces appareils.

Coronaropathie: l'imagerie hybride par scanner et SPECT pour une évaluation à long terme
03/07/2018 : L'imagerie cardiaque hybride par coroscanner et SPECT est un excellent prédicteur à long terme des événements cardiaques indésirables comme les crises cardiaques chez les patients évalués pour coronaropathie, selon une étude publiée dans la revue Radiology.  

Des calcifications cérébrales liées au tabagisme et au diabète
15/06/2018 : Selon une nouvelle étude publiée en ligne dans la revue Radiology, les fumeurs et les diabétiques peuvent présenter un risque accru de calcifications dans une région du cerveau cruciale pour la mémoire. Les reconstructions multiplanaires d'images scanner rendent possible ce progrès.

Coloscanner: une vraie alternative à la coloscopie selon les indications
08/03/2018 : Le coloscanner a acquis, depuis quelques années, une certaine maturité. Le Dr Andrea Laghi a décrit, lors du MDCT 2018, comment la préparation des patients, l'irradiation provoquée ou les indications de cet examen font de cette technique un examen de choix pour certaines indications.

Au plus profond des déterminants physiques de l'image scanographique
15/02/2018 : C'est une session d'un haut niveau scientifique qui nous a été proposée pour évoquer les nouvelles formes de reconstruction itérative nécessaires à une amélioration sensible des images scanographiques, à l'occasion du MDCT 2018. Le Pr Régent, le Pr Bricault et le Dr Pasquier ont exploré pour nous les déterminants physiques d'obtention d'une image de qualité.

Bientôt de la perfusion quantitative et de l'imagerie moléculaire froide par scanner
07/02/2018 : Parmi les sujets présentés lors du MDCT 2018, le scanner spectral a été l'un des plus suivis. Les applications que cette technologie désormais mature peut encore faire émerger devraient faire évoluer significativement les pratiques radiologiques, selon le Pr Philippe Douek.


Un nouveau traceur pour la détection du mélanome
18/01/2019 : Une nouvelle procédure de médecine nucléaire pour la détection du mélanome malin, a été testée avec succès pour la première fois chez l'homme et pourrait améliorer la détection du mélanome primaire et métastatique. 

Nouvel essai clinique autorisé par l'ANSM sur le champ des ultrasons thérapeutiques
17/01/2019 : Un essai clinique mettant en jeu le dispositif SonoCloud-9 vient d'obtenir l'autorisation de l'ANSM. Une nouvelle étape est franchie dans les techniques thérapeutiques par ultrasons de faible intensité.

Radiopédiatrie: l'exposition aux rayonnements ionisants baisse significativement depuis 2010
16/01/2019 : L’IRSN a publié, le 15 janvier 2019, un rapport relatif à l'irradiation médicale diagnostique pour les enfants de moins de 16 ans. Cette exposition a très sensiblement diminué entre 2010 et 2015 en France.

L'AFPPE fête ses 60èmes Journées Scientifiques en Mars 2019
16/01/2019 : L'AFPPE fêtera, les 22 et 23 mars 2019, ses 60èmes Journées scientifiques. L'occasion pour les manipulateurs francophones d'apprécier l'évolution de ce métier au fil du temps, mais aussi de découvrir les pratiques innovantes de la profession.

Des modèles informatiques pour améliorer les stratégies thérapeutiques
15/01/2019 : Les stratégies thérapeutiques pourraient être évaluées par des modèles informatiques. C'est ce que montre une étude publiée dans la Revue Radiology, qui voit en ces modèles des compléments d'information aux essais cliniques.  

Focus sur l'imagerie de l'œil par OCT
15/01/2019 : L'imagerie de l'œil fait la par belle aujourd'hui à la Tomographie par Cohérence Optique (OCT). Un focus sera fait sur cette technologie lors du prochain congrès de la Société française d'Ophtalmologie.

Comprendre les hallucinations grâce à l'IRM fonctionnelle
14/01/2019 : L'IRM fonctionnelle peut aider à comprendre comment apparaissent les épisodes hallucinatoires. C'est ce qu'explique le Pr Renaud Jardri dans une vidéo publiée par les JFIM.  

La phase clinique de la vaccination intratumorale se développe
11/01/2019 : La vaccination intratumorale poursuit son développement en phase clinique. Nanobiotix vient en effet d'anoncer une collaboration dans ce sens avec le MD Anderson Cancer Center de Houston.

Traitement percutané d'occlusion fémorale en vidéo
10/01/2019 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, nous vous présentons aujourd'hui une procédure complexe d'angioplastie d'artère fémorale.

Gestes d'urgence en radiologie: deux sessions de formation en 2019
09/01/2019 : L'identification d'une urgence vitale ou la composition d'un chariot d'urgence, constituent deux thématiques phares des sessions Forcomed organisées en 2019 sur la prise en charge de l'arrêt cardio-respiratoire.


Radioprotection: ce qui devrait changer le 1er juillet 2018
30/03/2018 : L'Ordonnance instituant de nouvelles règles en matière de prévention du risque ionisant devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2018. Il n'y aura pas, d'après les informations que nous avons recueillies, de révolution. La gestion des professionnels multi-établissements devrait être revue, la fiche d'exposition devrait disparaître et les PCR externes sont appelés à faire place à des OCR certifiés ISO.

Halcyon, une nouvelle étape pour une radiothérapie plus rentable à l'échelle mondiale
11/05/2017 : Avec Halcyon, Varian Médical Systems propose une nouvelle modalité d’IRMT centrée sur l’humain et la convivialité, qui automatise et rationalise toutes les composantes d’un traitement de radiothérapie.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Vidéo: présentation du scanner Aquilion Prime SP de Toshiba Medical
29/11/2017 : Suite de notre série de présentations en vidéo des modalités haut de gamme Toshiba Medical présentées lors des JFR 2017. Aujourd'hui, le scanner Aquilion Prime SP.

Nouvel essai clinique autorisé par l'ANSM sur le champ des ultrasons thérapeutiques
17/01/2019 : Un essai clinique mettant en jeu le dispositif SonoCloud-9 vient d'obtenir l'autorisation de l'ANSM. Une nouvelle étape est franchie dans les techniques thérapeutiques par ultrasons de faible intensité.

Focus sur l'imagerie de l'œil par OCT
15/01/2019 : L'imagerie de l'œil fait la par belle aujourd'hui à la Tomographie par Cohérence Optique (OCT). Un focus sera fait sur cette technologie lors du prochain congrès de la Société française d'Ophtalmologie.

Radiopédiatrie: l'exposition aux rayonnements ionisants baisse significativement depuis 2010
16/01/2019 : L’IRSN a publié, le 15 janvier 2019, un rapport relatif à l'irradiation médicale diagnostique pour les enfants de moins de 16 ans. Cette exposition a très sensiblement diminué entre 2010 et 2015 en France.

La radiologie française se dote d'un écosystème national en Intelligence artificielle
04/06/2018 : À l'occasion d'un séminaire sur l'Intelligence artificielle organisé le 2 juin 2018, le Dr Jean-Philippe Masson et le Pr Jean-François Meder ont annoncé la création, par le G4, d'un écosystème national dédié qui utilisera les quelques 500 millions de dossiers radiologiques qu'il traite au quotidien.

Les précautions liées au gadolinium se durcissent aux États-Unis
20/12/2017 : Alors qu'elle avait, jusqu'ici, rechigné à s'aligner sur les mesures de précaution prises en Europe sur le thème de la nocivité de certains produits de contraste au gadolinium, la FDA américaine vient de durcir sa position. Elle l'a annoncé le 19 décembre 2017.

Radioprotection des travailleurs: les premiers nouveaux décrets sont parus
05/06/2018 : Les décrets modifiant les règles de radioprotection des travailleurs sont parus ce 4 juin 2018. Parmi les évolutions majeures, l'avènement du Conseiller en radioprotection et la disparition de la fiche de poste.