Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Scanner > Les atouts du scanner spectral au sein d'un GHT

Les atouts du scanner spectral au sein d'un GHT

VENDREDI 09 NOVEMBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Le scanner IQON spectral CT Philips du CH de Charleville-Mézières sera, à terme, le pilier de la prise en charge radiologique du GHT N°1 du Grand-Est. Nous avons rencontré le Dr Philippe Cart, Chef du Service de radiologie de cet établissement, pour une évocation des avantages de la technologie spectrale pour la qualité des images produites et la prise en soins des patients, sans compter ses atouts économiques.

Philips

Le scanner spectral marque une rupture dans l'évolution de la tomodensitométrie, tant sur le plan technologique que sur le plan pratique.

Des rayons X décomposés selon leur niveau d'énergie

L’intelligence artificielle embarquée dans l’IQon garantit à chaque patient d’avoir un paramétrage adapté à sa morphologie afin de fournir la meilleure qualité image avec peu d’exposition aux rayons X, et d’éviter les examens inutiles ou inutilisables. L’IA améliore intelligemment le traitement et la transformation des informations en outils fonctionnels, comme la décomposition spectrale des rayons X et la reconstruction itérative des différentes énergies parfaitement dans l’espace des projections. Chaque élément de la matière répond ainsi de façon spécifique à une énergie donnée et, suivant le niveau de keV qui caractérise un rayonnement, il est ainsi possible d'étudier distinctement plusieurs matériaux comme le calcium pour les structures osseuses, ou encore l’iode injecté dans les vaisseaux, ou enfin dans des prises de contraste suspectes caractéristique d’une métastase par exemple.

Par une lisibilité accrue et immédiate, cette nouvelle imagerie apporte de la sérénité et de la confiance diagnostique. L’instantanéité du diagnostic, grâce à une résolution en contraste améliorée et sans bruit à n’importe quelle énergie, même pour les patients obèses, ou la suppression des artéfacts liés à la présence de prothèses métalliques notamment, améliore la prise en charge du patient.

Des arguments de poids pour convaincre l'ARS d'accéder à l'innovation

Lorsqu'ils ont réfléchi à l'acquisition d'une nouvelle modalité au sein de leur Service du Centre Hospitalier de Charleville-Mézières (CHCM) pour remplacer l'iCT Philips, le Dr Philippe Cart et ses proches collaborateurs, ont fait le choix de l'IQON spectral CTPhilips. Mais ce projet devait s'intégrer dans la politique territoriale d'équipement, cet établissement étant le support du GHT N°1 du Grand-Est. "Nous avons pris en compte la complémentarité des appareils de scanner au sein duterritoire, ainsi qu'une nouvelle autorisation destinée à l'Hôpital de Fumay, précise-t-il d'emblée. Il nous fallait donc convaincre l'ARS du bien fondé de ce choix technologique innovant, ce qui n'a pas été difficile tant cette machine favorise la pertinence et la qualité des soins d'une part, et par l'attractivité médicale qu'elle est susceptible de créer dans notre région frappée par la désertification médicale."

Des économies de produit de contraste et des patients moins irradiés

Mais il fallait également convaincre la Direction du CHCM, en particulier sur le volet financier. L'innovation a un coût qui rebute dans certains cas les détenteurs des cordons de la bourse. "Sur le plan financier, nous avons pu présenter deux arguments en cohérence avec les attentes de la Direction, poursuit le Dr Cart. Tout d'abord, sur les parcours de soins, nous avons mis en exergue la diminution des délais d'attente favorisée par un meilleur workflow offert avec l’arrivée de cette modalité et par la création de l'activité scanographique de Fumay. Nous avons ensuite démontré que la détectionspectrale permet de réduire sensiblement, à hauteur de 30%, la consommation de produit de contraste, ce qui est un facteur économique non négligeable."

Disparition des séries d'acquisition sans injection

Le scanner IQON spectral a la particularité, à une énergie donnée, de renforcer la densité de l'iode. Il est donc possible, pour obtenir une qualité d'image équivalente, de réduire la quantité de produite de contraste, voire sa concentration. "Cela donne des chances en plus aux patients, remarque à ce sujet le Dr Cart. Grâce à cette évolution, nous pouvons injecter quasiment tous les patients même si ceux-ci montrent des taux de créatinémie ou une clairance incompatibles avec une procédure d'injection classique. Deuxième avancée majeure sur ce thème, cettetechnologie spectrale nous permet de réaliser des séquences virtuelles en soustraction de contraste. Nous ne réalisons donc plus de séries sans injection pour l'ensemble des indications, ce qui réduit d’au moins de 30% l'irradiation des patients !"

Une modalité polyvalente qui donne sa pleine mesure pour les examens vasculaires

Les pratiques changent donc significativement dans le Service de radiologie du CHCM. Les manipulateurs injectent les patients d'emblée, ils ne se soucient plus de savoir si le protocole est en mode spectral ou pas et irradient moins les patients. "L'IQON Spectral CT a été rapidement adopté par les manipulateurs, remarque le Dr Cart. Ils ont mis très peu de temps à le maîtriser et à utiliser au mieux les cartes spectrales. Les médecins, quant à eux, ont le choix entre interpréter en mode classique ou en mode spectral. Certains utilisent les deux méthodes, mais la plupart regardent directement les images spectrales car elles sont faciles à appréhender et, au final, plus pertinentes."

Un pilier de la prise en charge radiologique territoriale du GHT N°1 du Grand-Est

"Nous utilisons cette modalité de façon polyvalente et programmée en journée, en thoracique, abdominal, ostéo-articulaire, pour la coloscopie virtuelle, mais sa valeur ajoutée se concrétise vraiment pour les séries vasculaires. Tout d'abord car la résolution de contraste est réellement améliorée, notamment pour le coroscanner, ensuite car les examens sont mieux supportés par les patients qui absorbent moins de produit de contraste, et enfin car les temps d’acquisitions sont très rapides, en particulier pour étudier les embolies pulmonaires sur des malades dyspnéiques."

Les urgences tomodensitométriques sont réalisées, la plupart du temps, sur le scanner spectral en horaires nocturnes, à partir de 18h. Sa simplicité de fonctionnement, alliée à une réduction de doses de rayons X et à une résolution de contraste améliorée, sont de nature à optimiser les diagnostics des examens non programmés. "Nous sommes désormais équipés, au sein du GHT, pour assurer une prise en charge scanographique pertinente, conclut le Dr Cart. Le 16 coupes de Fumay, le 64 coupes de Sedan et l'IQON spectral du CHCM nous permettent de quadriller le territoire avec efficience et qualité."

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

Le vapotage responsable d'images pathologiques pulmonaires ?
31/10/2019 : La Revue Radiology : Cardiothoracic Imaging a publié une étude dédiée lésions pulmonaires résultant de l'utilisation de cigarettes électroniques. Les auteurs souhaitent ainsi sensibiliser les radiologues et autres professionnels de santé sur la manière d’identifier les lésions pulmonaires associées au vapotage (EVALI).

Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
18/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Un registre permettant de prévenir les réactions aux produits de contraste iodés ?
27/09/2019 : Les patients ayant des antécédents familiaux et personnels de réactions allergiques aux produits de contraste iodés sont à risque de réactions futures, selon une vaste étude coréenne publiée dans la revue Radiology. Ce pourrait être le départ d'un registre ciblé pour la prévention à ces réactions.

Atelier Coloscopie virtuelle : réservez votre vendredi 22 novembre !
30/07/2019 : Forcomed, en partenariat avec la SFR, propose un atelierde formation dédié à la coloscopie virtuelle. Réservez-vite votre 22 novembre 2019 !

Prévention des fractures ostéoporotiques: évaluer la densité minérale osseuse par scanner spectral
17/06/2019 : Le scanner spectral peut devenir une méthode de référence pour évaluer la densité minérale osseuse dans la prévention des fractures ostéoporotiques. C'est ce que révèle une étude allemande publiée dans la Revue European Radiology.

Le scanner spectral à comptage photonique entre dans sa phase clinique
13/05/2019 : Le scanner spectral à comptage photonique entre dans sa phase clinique. Une modalité de ce type vient d'être installée aux Hospices Civils de Lyon (HCL).

Le quatrième scanner spectral français installé à Alençon
01/04/2019 : En faisant l'acquisition d'un scanner IQon spectral, le GIE Imagerie médicale d'Alençon améliore la continuité de la prise en charge radiologique personnalisée et de qualité dans le bassin de population.

Un algorithme de deep learning dédié à l'étude du rachis
28/03/2019 : Les ingénieurs logiciel GE HEalthcare de Buc ont conçu un algorithme de deep learning permettant de repérer et labelliser les vertèbres. Il s'agit d'un outil simple et efficient dans le cas, notamment, de l'identification des métastases osseuses rachidiennes.

NGI distribuera les scanner chinois Neusoft pour trois ans
18/03/2019 : NGI vient d'annoncer la signature, pour trois ans, d'un contrat de partenariat avec le constructeur chinois de scanners Neusoft Medical. Le contrat de distribution exclusif porte sur l’intégralité de la gamme de scanners Neuviz.  

Premier scanner avec IA embarquée installé au CHU de Dijon Bourgogne
22/02/2019 : Le CHU de Dijon Bourgogne vient d'annoncer l'installation d'un scanner Aquilion One Genesis doté d'une solution de deep learning. Au printemps, c'est le CHU de Nancy qui pourra profiter de cet outil d'intelligence artificielle pour son Aquilion Precision.


IVDr, ou l'étude métabolique des fluides biologiques par RMN
14/11/2019 : Le Laboratoire de chimie et biochimie pharmacologiques et toxicologiques se dote du premier IVDr en France, système d’analyse métabolique à haut débit des fluides biologiques chez l’Homme par résonance magnétique. Il sera inauguré le 3 décembre 2019 sur le Campus Saint-Germain-des-Prés.  

Un réseau de neurones profonds pour améliorer le diagnostic de cancer du poumon
13/11/2019 : Selon des recherches publiées dans la revue Radiology, les radiologues assistés par un logiciel basé sur le deep learning étaient plus en mesure de détecter les cancers du poumon malins sur radiographies du thorax.

L'intelligence artificielle au révélateur de l'imagerie oncologique
12/11/2019 : Dans notre série d’articles dédiés au prochain symposium Scanner volumique, nous allons à la rencontre des orateurs qui animeront cet événement. Aujourd’hui, le Pr Pierre-Jean Valette évoque pour nous l’intelligence artificielle appliquée à l’imagerie oncologique, un thème qu’il abordera lors du symposium.

Le jeu des 7 erreurs de radioprotection au bloc opératoire
08/11/2019 : Afin d’améliorer la culture de prévention du risque ionisant dans les blocs opératoires, l’ASN a élaboré un document pour mettre en place un outil de simulation appelé « Bloc des erreurs ».

Nouveau succès pour la web conférence sur l'imagerie hybride, moléculaire et translationnelle
08/11/2019 : L’ESR et l’ESHI publient un rapide bilan de la session CHILI organisée le 25 octobre 2019. Toutes les webconférences CHILI seront bientôt disponibles sur ESRConnect.

La journée internationale de la radiologie célébrée dans le monde entier
08/11/2019 : Pour célébrer l’anniversaire de la découverte de Wilhem Roentgen, l’ESR, la RSNA et l’ACR présentent, en ce 8 novembre, pour l'International Day of Radiology (IDoR), les plateformes web qu’ils proposent au grand public pour informer les populations à propos de l’imagerie médicale.

Le congrès Neuro IMC fête son neuvième anniversaire en janvier 2020
07/11/2019 : Le congrès Neuro IMC, la référence en neuroradiologie interventionnelle, fêtera sa neuvième édition à Madrid en janvier 2020. Les inscriptions sont ouvertes.

Le système CT-navigation va équiper son premier hôpital aux USA
06/11/2019 : L’UW Health, de l'Université du Wisconsin vient de faire l’acquisition du système CT-navigation d’Imactis. Il s’agit du premier client outre-Atlantique pour cette société française.

Prostate : ateliers pratiques d’IRM sur consoles
05/11/2019 : Forcomed propose une formation ciblée sur l’IRM prostatique multiparamétrique. Elle permet d’assurer notamment le classement PIRADS2 des lésions et d’effectuer un bilan d’extension.

Le diplôme européen de radiologie (EDiR) gagne du terrain
04/11/2019 : L’EDiR est désormais reconnu dans par une majorité de sociétés savantes nationales en radiologie. Il fait désormais l’objet d’un guide et d’une application dédiés pour faciliter le travail des candidats à l’examen.


L'intelligence artificielle au révélateur de l'imagerie oncologique
12/11/2019 : Dans notre série d’articles dédiés au prochain symposium Scanner volumique, nous allons à la rencontre des orateurs qui animeront cet événement. Aujourd’hui, le Pr Pierre-Jean Valette évoque pour nous l’intelligence artificielle appliquée à l’imagerie oncologique, un thème qu’il abordera lors du symposium.

Le vapotage responsable d'images pathologiques pulmonaires ?
31/10/2019 : La Revue Radiology : Cardiothoracic Imaging a publié une étude dédiée lésions pulmonaires résultant de l'utilisation de cigarettes électroniques. Les auteurs souhaitent ainsi sensibiliser les radiologues et autres professionnels de santé sur la manière d’identifier les lésions pulmonaires associées au vapotage (EVALI).

Le jeu des 7 erreurs de radioprotection au bloc opératoire
08/11/2019 : Afin d’améliorer la culture de prévention du risque ionisant dans les blocs opératoires, l’ASN a élaboré un document pour mettre en place un outil de simulation appelé « Bloc des erreurs ».

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

IVDr, ou l'étude métabolique des fluides biologiques par RMN
14/11/2019 : Le Laboratoire de chimie et biochimie pharmacologiques et toxicologiques se dote du premier IVDr en France, système d’analyse métabolique à haut débit des fluides biologiques chez l’Homme par résonance magnétique. Il sera inauguré le 3 décembre 2019 sur le Campus Saint-Germain-des-Prés.  

DxPlanning DR coordonne la complexité des unités d'imagerie
14/10/2013 :   La solution DxPlanning DR de Medasys se présente comme un véritable tableau de service électronique, conçu pour l'organisation des unités d'imagerie et la coordination des équipes médicales. Élaborée avec le concours du Pr Pierre-Jean Valette aux Hospices Civils de Lyon, elle répond aux aspirations des gestionnaires de services, qui pourront l'évaluer lors des démonstrations proposées par Medasys aux JFR 2013  

Un réseau de neurones profonds pour améliorer le diagnostic de cancer du poumon
13/11/2019 : Selon des recherches publiées dans la revue Radiology, les radiologues assistés par un logiciel basé sur le deep learning étaient plus en mesure de détecter les cancers du poumon malins sur radiographies du thorax.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

La journée internationale de la radiologie célébrée dans le monde entier
08/11/2019 : Pour célébrer l’anniversaire de la découverte de Wilhem Roentgen, l’ESR, la RSNA et l’ACR présentent, en ce 8 novembre, pour l'International Day of Radiology (IDoR), les plateformes web qu’ils proposent au grand public pour informer les populations à propos de l’imagerie médicale.

Les apports de l'IRM 7T dans le suivi de la SEP
12/04/2019 : Selon une étude parue dans la revue Radiology, le développement de lésions dans la substance grise corticale est un facteur prédictif d’incapacité neurologique chez les personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP). Les chercheurs ont montré pour l'occasion le rôle de l'IRM à ultra-haut champ (7T) dans l'évaluation de la progression de la SEP.