Vous êtes dans : Accueil > Actualités > SIH et téléradiologie > Enterprise Imaging: plus qu'un PACS !

Enterprise Imaging: plus qu'un PACS !

LUNDI 08 OCTOBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

En faisant le choix d'Enterprise Imaging, le CHU de Nîmes a opté pour un outil qui va au-delà de la notion de PACS. Cette réflexion du Pr Jean-Paul Beregi, que nous avons rencontré, illustre la maturité de cette solution et la qualité de l'accompagnement Agfa HealthCare dans ce projet.

Agfa HealthCare

Le CHU de Nîmes a acquis, au mois de juin 2018, la solution Enterprise Imaging développée par Agfa HealthCare pour assurer l'archivage de tous les services d'imagerie, de médecine nucléaire et d'exploration fonctionnelle de l'établissement, ainsi que la partie publique de l'Institut de Cancérologie du Gard le (GIE public-privé) et la partie publique du GCS d’Arles avec le CH d’Arles.

Un niveau d'intégration PACS RIS et reconnaissance vocale significatif

Au cours du processus d'appel d'offres qui avait été lancé, quatre éditeurs ont été sélectionnés parmi les dix propositions reçues. "Notre choix s'est finalement tourné vers Enterprise Imaging, tout d'abord parce que cette solution a rencontré l'adhésion des médecins, déclare le Pr Jean-Paul Beregi. Elle apparaissait comme la meilleure pour optimiser leurs vacations, en radiologie conventionnelle, comme en imagerie en coupe. Elle était la seule, d'autre part, qui proposait un niveau d'intégration des fonctionnalités RIS avec reconnaissance vocale significative pour créer, par exemple, des comptes rendus types, un élément essentiel aujourd'hui pour mettre à disposition des patients et des prescripteurs les interprétations d'examens dans les meilleurs délais."

Une VNA interne suffisamment dimensionnée pour un archivage en local

Mais l'avis médical n'a pas été le seul à compter dans cette décision. Les responsables informatiques du CHU de Nîmes ont également entériné ce choix, convaincus que l'architecture de ce logiciel et les technologies développées dans ce projet rassemblaient toutes les garanties de fiabilité et d'évolutivité. "La question de la localisation du stockage des images s'est toutefois posée, lorsque nous avons lancé le projet, poursuit le Pr Beregi. Nous avions le choix entre une VNA externalisée, avec une facturation du service en mode SaaS, ou une VNA locale. Nous avons choisi de nous servir de notre infrastructure de stockage interne, qui est dimensionnées pour recevoir un grand volume de données de Santé."

Climat de confiance et volonté d'avancer vers de nouvelles fonctionnalités

Mais outre les aspects purement technologiques de ce projet, ce sont les aspects organisationnels d'un éditeur comme Agfa HealthCare qui ont fini de convaincre les décideurs. "On a senti qu'avec Enterprise Imaging nous pourrions disposer d'un outil technologique efficient, certes, mais aussi d'une équipe d'ingénieurs d'application et de développeurs ayant la volonté d'accompagner le CHU dans un processus d'optimisation de ses workflows, poursuit-il. Au cours de tout le processus de déploiement, depuis la vente jusqu'à l'installation en passant par les visites et les démonstrations, ils ont su instaurer un climat de confiance. Ils ont, de plus, la volonté d'avancer avec nous sur de nouvelles fonctionnalités dans les domaines de la recherche et de l'innovation, notamment en ouvrant vers l'Intelligence Artificielle. Ce domaine est évolutif et doit être pris en compte dans l’acquisition d’une solution informatique actuelle."

"La notion de PACS trop réductrice pour ce type de solution"

Le périmètre du PACS du CHU de Nîmes est donc aujourd'hui de niveau local, avec une connexion avec le CH d'Arles, distant de trente kilomètres, et où les radiologues nîmois vont assurer des vacations, sur site ou à distance. Mais il pourrait concerner l'ensemble du GHT du Gard, en accord avec les CH de Bagnols-sur-Cèze et d'Alès. Quant aux dispositifs de partage régional des images, ils ne sont pas d'actualité. "La question s'est posée au sein du GHT à un moment donné, précise de Pr Beregi. Mais il n'y a pas eu de possibilité de mutualiser nos données patients pour l'instant. Nous nous concentrons sur le potentiel d'Enterprise Imaging et sur les services que cette solution va nous rendre. L'appellation de PACS est, pour moi, assez réductrice, car il s'agit d'un outil puissant d'archivage et de diffusion d’images et de compte rendus bien sûr, mais de post-traitement multi-modalités, d’intégration de fonctionnalité RIS, de reconnaissance vocale, fournissant ainsi des informations plus reproductibles, plus sensibles, plus qualitatives en un mot."

Nul doute que la pratique quotidienne des radiologues, mais aussi des demandeurs d'examens au CHU de Nîmes, gagnera en efficience dans ce contexte nouveau. Au-delà des aspects techniques, la finalité d’un tel outil permet un meilleur service patient et une aide considérable pour les professionnels.

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

La sécurité des données de Santé bafouée dans le monde entier
14/01/2020 : Un média américain chiffre à plusieurs millions les cas de fuite de données de Santé librement accessibles sur internet dans le monde. Alors ce phénomène est connu depuis des années et que le risque d’utilisations malveillantes est majeur, le gouvernement a desserré l’étreinte juridique dans ce domaine. Heureusement en France, nous avons la certification HDS…

USA : un réseau d'échange d'images médicales au niveau national
07/01/2020 : Les plus hautes instances de la radiologie américaine sont impliquées dans la mise en place d’un réseau d’échange d’images médicales. Un guide a été publié afin de préciser les prérequis techniques et la norme IHE a été affinée afin d’améliorer l’interopérabilité et étendre le réseau sur tout le territoire.

Qualité d’image, low dose et ergonomie pour la table télécommandée distribuée par nehs
02/01/2020 : Le groupe nehs distribue la table télécommandée Platinium, fabriquée par DMS Imaging. Thomas Schrocke, manipulateur d’électroradiologie au CH de Hazebrouck, nous en présente les avantages, tant en termes de qualité d’image, de faible dosimétrie et d’ergonomie.

Des workflows améliorés grâce aux fonctionnalités du RIS/PACS nehs
12/12/2019 : Le RIS et le PACS commercialisés par nehs et utilisés par le groupe de radiologues IM2P permettent de mutualiser les données images et les interprétations des examens générés par le groupe. Le Dr Pierre-Yves Genson, radiologue IM2P et Samuel Gevrey, Responsable technique IM2P, nous parlent des améliorations apportées au workflow de patients, grâce notamment à la reconnaissance vocale intégrée ainsi qu’à la prise de rendez-vous à partir du RIS.

Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome
04/12/2019 : Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Guerbet et intersystems signent un partenariat stratégique
20/11/2019 : Guerbet et Intersystems ont annoncé la signature d’un partenariat pour assurer l’interopérabilité de Contrast&Care, la solution de traçabilité des produits de contraste.

Un accord majeur pour faire entrer l'IA dans les services d'urgences
22/10/2019 : Quand un leader de l'intelligence artificielle embarquée dans le cloud et un spécialiste de l'analyse et du tri des examens radiologiques par algorithme signent un accord de partenariat, on favorise l'entrée de l'IA dans les services d'Urgences. Arterys et Milvue ont concrétisé un tel accord de partenariat.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Communauté radiologique : une plateforme nationale ouvre le champ des possibles
01/10/2019 : La téléradiologie moderne fait appel à une collaboration tripartite, intellectuelle, industrielle et opérationnelle. Le groupe TMF se place dans ce contexte, avec des processus qualité poussés à l'extrême. Et il s'appuie sur une plateforme nationale de télémédecine qui ouvre le champ des possibles.


La radiologie interventionnelle, une spécialité à part entière
27/01/2020 : Le Pr Afshin Gangi, Professeur de Radiologie Interventionnelle, passe une partie de son temps au King’s College de Londres. Cela ne l’empêche pas de piloter cette activité au CHRU de Strasbourg où il est chef de Service. À quelques semaines du Symposium MDCT 2020, nous l’avons rencontré pour une évocation passionnée de cette spécialité, ses atouts, ses besoins et son évolution à moyen terme.

Le thrombus, facteur de risque de rupture d'un anévrisme aortique ?
27/01/2020 : La présence d'un caillot de sang sur la paroi de l'aorte chez les personnes atteintes d'anévrismes de l'aorte abdominale est associée à une croissance plus rapide et potentiellement dangereuse de l'anévrisme, selon une étude majeure publiée dans la revue Radiology. Ces résultats pourraient aider à identifier les patients qui ont besoin d'un traitement plus agressif et d'une imagerie de suivi plus fréquente après leur diagnostic initial.

Un partenaire de choix pour l'optimisation de l'imagerie à l'Hôpital Foch
24/01/2020 : Dans la suite logique de leur partenariat qui a vu le jour en janvier 2019, l’Hôpital Foch à Suresnes (92) et Siemens Healthineers s’associent pour optimiser la performance imagerie de l’établissement.

Actualité du parc IRM français en janvier 2020
23/01/2020 : Dans le cadre de notre revue du parc d’IRM français, on nous signale des évolutions en Bretagne, à Pontivy et Vannes, ainsi qu’à Sarlat.

Gestion des risques liés aux champs magnétiques : bientôt une journée scientifique dédiée
23/01/2020 : La Société Française de Radioprotection (SFRP) organise, en mars, une journée scientifique dédiée à la gestion des risques d’exposition aux rayonnements non ionisants. Les acteurs de l’imagerie par IRM devraient y glaner des réponses à leurs questions.

Un radiotraceur de l'épilepsie visible au TEP
22/01/2020 : Un radiotraceur qui se lie spécifiquement à une classe de récepteurs cérébraux lorsqu'il est injecté à des rats et à des humains vivants vient d’être mis au point par une équipe japonaise. Visible lors d’un examen de TEP, ce composé pourrait améliorer le diagnostic et le traitement de l’épilepsie.

Injection iodée : un risque surestimé pour les insuffisants rénaux selon les sociétés savantes américaines
21/01/2020 : Le risque d'administrer des produits de contraste iodés intraveineux aux patients présentant une fonction rénale réduite a été surestimé, selon de nouvelles déclarations consensuelles de l'American College of Radiology (ACR) et de la National Kidney Foundation (NKF), publiées dans la revue Radiology. Elles recommandent de distinguer deux types de réactions.

Les manipulateurs reçus au Haut Conseil de Professions Paramédicales
21/01/2020 : Une délégation de manipulateurs a été reçue, en ce jour de grève, par le Haut Conseil des Professions Paramédicales. La déclaration liminaire ci-après.

Un discours qui renforce la position de l'AFPPE
20/01/2020 : Les mouvements de contestation des manipulateurs en cette période de crise hospitalière ont généré quelques débordements sur les réseaux sociaux, notamment à l’encontre de l’AFPPE. Le Président Fabien Voix a souhaité faire une mise au point lors des dernières journées francophones de scanner afin de clarifier l’action de l’association et renforcer sa position au sein de la communauté radiologique.

Nouveau retour d'expérience ASN sur un incident mineur en radiothérapie
20/01/2020 : Un événement indésirable mineur concernant le kilovoltage d’un scanner de dosimétrie avant radiothérapie a été répertorié par l’ASN. Un document de retour d’expérience et de recommandations a été publié.


Les manipulateurs reçus au Haut Conseil de Professions Paramédicales
21/01/2020 : Une délégation de manipulateurs a été reçue, en ce jour de grève, par le Haut Conseil des Professions Paramédicales. La déclaration liminaire ci-après.

Le nouvel Arrêté relatif aux PCR, OCR et conseiller en radioprotection est paru !
06/01/2020 : Un nouvel Arrêté vient d’encadrer les nouvelles dispositions relatives à la gestion du risque ionisant en milieu de Santé. Les notions de PCR, d’OCR ou de conseiller en radioprotection y sont expliqués.  

Injection iodée : un risque surestimé pour les insuffisants rénaux selon les sociétés savantes américaines
21/01/2020 : Le risque d'administrer des produits de contraste iodés intraveineux aux patients présentant une fonction rénale réduite a été surestimé, selon de nouvelles déclarations consensuelles de l'American College of Radiology (ACR) et de la National Kidney Foundation (NKF), publiées dans la revue Radiology. Elles recommandent de distinguer deux types de réactions.

Le jeu des 7 erreurs de radioprotection au bloc opératoire
08/11/2019 : Afin d’améliorer la culture de prévention du risque ionisant dans les blocs opératoires, l’ASN a élaboré un document pour mettre en place un outil de simulation appelé « Bloc des erreurs ».

De la faute grave dans l'exécution d'un contrat d'exploitation d'un scanographe
12/02/2019 : Pour le premier volet de notre série d'articles juridiques, nous avons choisi de traiter le thème de la faute grave. Et le cas mis en lumière ne concerne pas les relations entre employeur et employé, mais un contrat d'exploitation d'un scanner en établissement privé.

Un partenaire de choix pour l'optimisation de l'imagerie à l'Hôpital Foch
24/01/2020 : Dans la suite logique de leur partenariat qui a vu le jour en janvier 2019, l’Hôpital Foch à Suresnes (92) et Siemens Healthineers s’associent pour optimiser la performance imagerie de l’établissement.

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

Bilan mitigé pour la radioprotection en secteur médical, selon l'ASN
28/04/2014 : A l'occasion de son bilan sur l'état de la radioprotection en France, l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) a fait le point sur l'utilisation des pratiques ionisantes dans le domaine médical. Si des améliorations sont constatées dans nombreux secteurs, des retards sont encore à déplorer dans le management de la qualité ou dans l'application de la réglementation, si bien que la radioprotection est de plus en plus présente dans le manuel de certification HAS.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Jour de grève pour les manipulateurs d'électroradiologie !
20/01/2020 : Ce mardi 21 janvier 2020 est jour de grève pour les manipulateurs d’électroradiologie. Pour faire entendre leur ras-le-bol, ils manifesteront partout en France et imposeront un service minimum dans les unités de radiologie des hôpitaux.