Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie médico-légale et forensique > L'Autopsie virtuelle améliore les explorations post-mortem

L'Autopsie virtuelle améliore les explorations post-mortem

MERCREDI 26 SEPTEMBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Une autopsie mini-invasive par tomodensitométrie et IRM est aussi efficace que l'autopsie conventionnelle dans la détection des causes de décès, selon une étude publiée dans la revue Radiology. Elle présente en outre l'avantage de générer plus de diagnostics et de fournir des informations ré-exploitables indéfiniment.

RSNA

Les autopsies conventionnelles permettent, dans certains cas, de mieux comprendre les nouvelles maladies et les effets secondaires provoqués par les médicaments, tout en fournissant des données pour les statistiques sanitaires et les études épidémiologiques.

L'autopsie conventionnelle fait l'objet d'une réticence grandissante de la part des familles

"Elles sont importantes pour l'enseignement de la pathologie dans les facultés de médecine et la formation de spécialistes médicaux ou répondre à des questions essentielles concernant la cause d'un décès, déclare le Dr J. Wolter Oosterhuis, du Département de pathologie du Centre universitaire Erasmus de Rotterdam (Pays-Bas). Comme dans environ 15% des cas, l'autopsie révèle une cause inattendue de décès, elle fournit des informations importantes aux cliniciens, au bénéfice de la recherche et des futurs patients". Mais ce taux rapidement diminué en raison notamment la réticence des proches en raison du caractère invasif de la procédure, selon les auteurs d'une étude qu'il a pilotée et qui vient d'être publiée dans la Revue Radiology.

Une étude comparative des apports de l'autopsie virtuelle vs conventionnelle

C'est l'une des raisons pour lesquelles d'autres méthodes d'autopsie non invasives ou peu invasives sont apparues, comme la tomodensitométrie post-mortem et l'IRM, qui permettent la visualisation du corps entier, ainsi que des biopsies tissulaires guidées par l'image, pour un examen plus approfondi. Le Dr Oosterhuis et ses collègues ont récemment comparé, dans une étude publiée dans la Revue Radiology, la performance de l'autopsie mini-invasive virtuelle à celle de l'autopsie conventionnelle chez 99 personnes décédées. La procédure d'autopsie mini-invasive combinait des biopsies guidées post-mortem par IRM et scanner des principaux organes ou des lésions pathologiques causées par une maladie ou un traumatisme. Les deux méthodes ont montré des performances similaires dans la détermination de la cause immédiate du décès. Les chercheurs ont trouvé une corrélation entre l’autopsie mini-invasive et l’autopsie conventionnelle pour la cause du décès dans 92% des cas. Il y a eu accord avec la cause consensuelle du décès dans 96 des 99 cas d'autopsie mini-invasive, contre 94 sur 99 pour l'autopsie conventionnelle.

Des résultats sensiblement équivalents

Le nombre total de diagnostics établis par autopsie mini-invasive était d'autre part supérieur à celui d'une autopsie conventionnelle. Les patients décédés présentaient un total de 288 diagnostics majeurs liés à la cause du décès par consensus et une autopsie peu invasive a permis d'en diagnostiquer 259, soit 90%, contre 78% pour l'autopsie conventionnelle. "Avec l'autopsie mini-invasive, le corps est examiné de haut en bas, alors qu'en général, avec la conventionnelle, seulement le torse et, si un parent proche consent, le cerveau sont examinés, poursuit-il. De plus, la tomodensitométrie post-mortem et l'IRM identifient des pathologies, en particulier du squelette et des tissus mous, que l'autopsie conventionnelle passe facilement sous silence."

L'autopsie virtuelle mieux acceptée et fournissant des informations ré-exploitables

Selon le Dr Oosterhuis, l'autopsie peu invasive représente donc une option potentiellement acceptée par les proches parents qui peuvent être réticents à approuver la procédure conventionnelle, notamment pour des raisons religieuses. Elle présente également l'avantage supplémentaire de fournir des informations pouvant être stockées pour une utilisation à long terme. "Il est très important de noter que l'autopsie conventionnelle ne peut pas être refaite et les éléments qui ont été négligés ou mal interprétés ne peuvent pas être corrigés, conclut-il. L'autopsie mini-invasive permet en outre un enregistrement permanent du corps entier qui peut être revu maintes fois et réexploité par des pathologistes, des radiologues, des cliniciens ou autres proches parents. Pour les scientifiques, cette base de données très fiable a un grand potentiel pour la recherche future."

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Le printemps de l'imagerie médicolégale et forensique
07/02/2019 : L'imagerie médicolégale et forensique fera l'objet de deux événements majeurs de formation au niveau européen au printemps 2019: le CAS Forensic imaging and Virtopsy Course et le 8th annual meeting of the International Society of Forensic Radiology and Imaging (ISFRI).

L'Autopsie virtuelle améliore les explorations post-mortem
26/09/2018 : Une autopsie mini-invasive par tomodensitométrie et IRM est aussi efficace que l'autopsie conventionnelle dans la détection des causes de décès, selon une étude publiée dans la revue Radiology. Elle présente en outre l'avantage de générer plus de diagnostics et de fournir des informations ré-exploitables indéfiniment.

L'angioscanner post-mortem comme alternative pertinente à l'autopsie
07/05/2018 : L'angioscanner s'avère être un complément utile à l'autopsie pour un meilleur diagnostic post-mortem, selon une étude publiée en ligne dans la revue Radiology. Les chercheurs pensent que ces résultats pourraient avoir des implications importantes pour les enquêtes criminelles et les efforts de contrôle de qualité hospitaliers.

Le futur de l'imagerie médico-légale en France, c'est la Suisse !
30/11/2017 : Soumise à une demande croissante de la part des institutions judiciaires, l'imagerie, et en particulier le scanner post-mortem, est appel à se développer en France. Le Pr Guillaume Gorincour, que nous avons rencontré, revient pour nous sur les évolutions attendues pour cette discipline. Il les présentera lors du VIIIème Symposium Scanner volumique.  

JFR 2017: une session dédiée à l'imagerie post-mortem
07/07/2017 : Le 14 octobre 2017, une session des JFR sera dédiée à l’imagerie post-mortem. Cette nouvelle discipline est de plus en plus reconnue par les instances juridiques.

Homicide par balle: impact significatif du scanner post-mortem devant la cour de justice
04/07/2017 : Le scanner post-mortem devrait être pratiqué en routine lors d’une autopsie après mort par arme à feu. C’est le résultat d’une étude parue dans le Journal de radiologie diagnostique et interventionnelle qui relate l’impact de la modélisation du corps d’une victime devant une cour de justice.

L'imagerie forensique, une discipline en pleine expansion
10/03/2017 : C’est à Odense, au Danemark, que se tiendra le 6ème Congrès de la Société Internationale d’imagerie Forensique. L’imagerie en période de terreur ou appliquée aux diagnostics de violences faites aux enfants sont deux des thèmes principaux qui seront développés lors de cet événement.

L'Autopsie Virtuelle, une jeune discipline en développement
14/04/2014 :   Alors que s'annonce le Congrès International sur l'Autopsie Virtuelle, du 15 au 17 mai 2014 à Marseille, nous avons rencontré le Pr Guillaume Gorincour, Président de l'International Society of Forensic Radiology and Imaging et principal organisateur de cet événement, où se rencontreront les meilleurs spécialistes mondiaux de la discipline.  

Le gratin de l'imagerie forensique mondiale a rendez-vous en France en mai 2014
13/01/2014 : Marseille accueilliera en mai 2014 le congrès international d'imagerie forensique, une discipline récente, qui ne cesse de grandir sous l'effet du développement technologique de l'imagerie. Ce sera l'occasion, pour des spécialistes du monde entier, radiologues, manipulateurs et médecins légistes, de mutualiser les expériences menées aux quatre coins du globe et de formaliser des pratiques de radiologie médico-légale encore dépendantes de leur contexte local.  

Un protocole européen d'angioscanner post-mortem en cours de validation
09/10/2013 :   Lors du troisième Congrès Francophone sur l'Autopsie Virtuelle (Virtopsie), qui s'est tenu à Marseille le 4 octobre 2013, une intervention remarquée du Dr Silke Grabherr, spécialiste mondialement reconnue de la discipline, a présenté un protocole d'angioscanner post-mortem recréant les conditions de la circulation in-vivo. Une étude multicentrique européenne est en cours, afin de valider les apports de cette technique dans les investigations de médecine légale classiques.  


Marché public de téléradiologie: le Resah apporte des explications juridiques et déontologiques
18/02/2019 : Le Resah a souhaité apporter des précisions sur le marché de téléradiologie qu'il propose à ses adhérents depuis ce mois-ci. Il souhaite ainsi donner des explications juridiques et déontologiques aux critiques du G4.

Dosimétrie patient: de nouvelles notions dans le projet de Décision ASN en cours d'élaboration
15/02/2019 : Un projet de décision de l'ASN est en cours de consultation entre experts pour faire évoluer les dispositifs d'évaluation des doses délivrées au patient en radiologie et médecine nucléaire, incluant les notions de NRI et de VGD.

Marché de téléradiologie du RESAH: le G4 évoque la charte de déontologie
15/02/2019 : Alors que le RESAH propose, depuis peu, un marché de téléradiologie aux établissements de Santé qui le souhaitent, le G4 conteste certaines pratiques relatives à cet accord qu'il trouve contraires à la charte de déontologie mise à jour en décembre 2018.

Téléradiologie: le RESAH opte pour un modèle conçu par les professionnels de l'imagerie
15/02/2019 : Pour concrétiser le premier marché de téléradiologie réalisé par une centrale d’achat, le RESAH a choisi le consortium Deeplink Medical/ Imadis pour les activités d’urgence. Cédric Munschy, Directeur commercial de Deeplink Medical et le Dr Vivien Thomson, Président d'Imadis, évoquent les atouts qui ont motivé ce choix, tant sur le plan technique que sur le professionnalisme médical.

L'assurance qualité devient systémique en imagerie médicale et médecine nucléaire
14/02/2019 : Le texte législatif relatif à la gestion du risque en imagerie médicale diagnostique qui vient d'être publié introduit une évolution systémique de la gestion du risque dans ce domaine. Parmi les dispositions remarquables, notons le programme d'actions d'amélioration ou la notion d'habilitation des utilisateurs.

MLCTO: un seul rendez-vous pour tous les acteurs du traitement de l'occlusion coronaire chronique
13/02/2019 : Fort du succès rencontré lors des précédentes éditions, le MLCTO 2019 sera encore cette année the place to be pour apprendre ou revoir les techniques de traitement percutané de l'occlusion coronaire chronique. Praticiens débutants et experts, ainsi que les paramédicaux, seront ainsi réunis en un lieu unique.

LE RESAH choisit ACETIAM pour son marché de plateforme de téléradiologie
13/02/2019 : Dans le cadre de son marché de " Plateforme de Téléradiologie et réalisation de prestations intellectuelles", le RESAH a fait le choix d'ACETIAM. L'éditeur accompagne ainsi les établissements au niveau technique et médico-organisationnel.

Une nouvelle technologie pour un diagnostic amélioré de la maladie cardiovasculaire
12/02/2019 : Une nouvelle technique non invasive d'exploration de l'artère carotide, la vMSOT est très prometteuse. Elle pourrait fournir une évaluation plus précoce et plus précise du risque de maladie cardiovasculaire, selon une étude publiée dans la revue Radiology.

De la faute grave dans l'exécution d'un contrat d'exploitation d'un scanographe
12/02/2019 : Pour le premier volet de notre série d'articles juridiques, nous avons choisi de traiter le thème de la faute grave. Et le cas mis en lumière ne concerne pas les relations entre employeur et employé, mais un contrat d'exploitation d'un scanner en établissement privé.

Parkinson: le région cérébrale du contrôle des impulsions identifiée
11/02/2019 : Pour étudier les mécanismes responsables de troubles du contrôle des impulsions pour les patients parkinsoniens, un programme DHUNE a utilisé le PETScan. Cela a permis de visualiser la région cérébrale impliquée.


L'assurance qualité devient systémique en imagerie médicale et médecine nucléaire
14/02/2019 : Le texte législatif relatif à la gestion du risque en imagerie médicale diagnostique qui vient d'être publié introduit une évolution systémique de la gestion du risque dans ce domaine. Parmi les dispositions remarquables, notons le programme d'actions d'amélioration ou la notion d'habilitation des utilisateurs.

Radioprotection: ce qui devrait changer le 1er juillet 2018
30/03/2018 : L'Ordonnance instituant de nouvelles règles en matière de prévention du risque ionisant devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2018. Il n'y aura pas, d'après les informations que nous avons recueillies, de révolution. La gestion des professionnels multi-établissements devrait être revue, la fiche d'exposition devrait disparaître et les PCR externes sont appelés à faire place à des OCR certifiés ISO.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

La CGIM devient le Groupe Vidi
18/10/2018 : La CGIM est devenue, lors de son Assemblée Générale du 12 octobre 2018, le Groupe VIDI. Cette marque identifie désormais le premier groupe national de radiologues mutualisant leurs ressources.

De la faute grave dans l'exécution d'un contrat d'exploitation d'un scanographe
12/02/2019 : Pour le premier volet de notre série d'articles juridiques, nous avons choisi de traiter le thème de la faute grave. Et le cas mis en lumière ne concerne pas les relations entre employeur et employé, mais un contrat d'exploitation d'un scanner en établissement privé.

Dosimétrie patient: de nouvelles notions dans le projet de Décision ASN en cours d'élaboration
15/02/2019 : Un projet de décision de l'ASN est en cours de consultation entre experts pour faire évoluer les dispositifs d'évaluation des doses délivrées au patient en radiologie et médecine nucléaire, incluant les notions de NRI et de VGD.

Marché de téléradiologie du RESAH: le G4 évoque la charte de déontologie
15/02/2019 : Alors que le RESAH propose, depuis peu, un marché de téléradiologie aux établissements de Santé qui le souhaitent, le G4 conteste certaines pratiques relatives à cet accord qu'il trouve contraires à la charte de déontologie mise à jour en décembre 2018.

Téléradiologie: le RESAH opte pour un modèle conçu par les professionnels de l'imagerie
15/02/2019 : Pour concrétiser le premier marché de téléradiologie réalisé par une centrale d’achat, le RESAH a choisi le consortium Deeplink Medical/ Imadis pour les activités d’urgence. Cédric Munschy, Directeur commercial de Deeplink Medical et le Dr Vivien Thomson, Président d'Imadis, évoquent les atouts qui ont motivé ce choix, tant sur le plan technique que sur le professionnalisme médical.

Incident de radioprotection de faible gravité au CH d'Avignon
08/02/2019 : Le CH d'Avignon a fait preuve de réactivité lorsqu'a été constatée une fuite dans le bac de recueil des effluents radioactifs provenant des sanitaires des patients de médecine nucléaire. L'ASN a classé cet événement au niveau 1 de l'échelle INES.

L'IRM révèle les niveaux de fonctionnalité cérébrale après arrêt cardiaque
20/10/2017 : Après un arrêt cardiaque, l'évaluation des capacités cérébrales fonctionnelles est assez aléatoire. Une étude publiée dans la revue Radiology montre que l'IRM fonctionnelle et le tenseur de diffusion peuvent prédire ces résultats et guider les traitements.