Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie médico-légale et forensique > L'Autopsie virtuelle améliore les explorations post-mortem

L'Autopsie virtuelle améliore les explorations post-mortem

MERCREDI 26 SEPTEMBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Une autopsie mini-invasive par tomodensitométrie et IRM est aussi efficace que l'autopsie conventionnelle dans la détection des causes de décès, selon une étude publiée dans la revue Radiology. Elle présente en outre l'avantage de générer plus de diagnostics et de fournir des informations ré-exploitables indéfiniment.

RSNA

Les autopsies conventionnelles permettent, dans certains cas, de mieux comprendre les nouvelles maladies et les effets secondaires provoqués par les médicaments, tout en fournissant des données pour les statistiques sanitaires et les études épidémiologiques.

L'autopsie conventionnelle fait l'objet d'une réticence grandissante de la part des familles

"Elles sont importantes pour l'enseignement de la pathologie dans les facultés de médecine et la formation de spécialistes médicaux ou répondre à des questions essentielles concernant la cause d'un décès, déclare le Dr J. Wolter Oosterhuis, du Département de pathologie du Centre universitaire Erasmus de Rotterdam (Pays-Bas). Comme dans environ 15% des cas, l'autopsie révèle une cause inattendue de décès, elle fournit des informations importantes aux cliniciens, au bénéfice de la recherche et des futurs patients". Mais ce taux rapidement diminué en raison notamment la réticence des proches en raison du caractère invasif de la procédure, selon les auteurs d'une étude qu'il a pilotée et qui vient d'être publiée dans la Revue Radiology.

Une étude comparative des apports de l'autopsie virtuelle vs conventionnelle

C'est l'une des raisons pour lesquelles d'autres méthodes d'autopsie non invasives ou peu invasives sont apparues, comme la tomodensitométrie post-mortem et l'IRM, qui permettent la visualisation du corps entier, ainsi que des biopsies tissulaires guidées par l'image, pour un examen plus approfondi. Le Dr Oosterhuis et ses collègues ont récemment comparé, dans une étude publiée dans la Revue Radiology, la performance de l'autopsie mini-invasive virtuelle à celle de l'autopsie conventionnelle chez 99 personnes décédées. La procédure d'autopsie mini-invasive combinait des biopsies guidées post-mortem par IRM et scanner des principaux organes ou des lésions pathologiques causées par une maladie ou un traumatisme. Les deux méthodes ont montré des performances similaires dans la détermination de la cause immédiate du décès. Les chercheurs ont trouvé une corrélation entre l’autopsie mini-invasive et l’autopsie conventionnelle pour la cause du décès dans 92% des cas. Il y a eu accord avec la cause consensuelle du décès dans 96 des 99 cas d'autopsie mini-invasive, contre 94 sur 99 pour l'autopsie conventionnelle.

Des résultats sensiblement équivalents

Le nombre total de diagnostics établis par autopsie mini-invasive était d'autre part supérieur à celui d'une autopsie conventionnelle. Les patients décédés présentaient un total de 288 diagnostics majeurs liés à la cause du décès par consensus et une autopsie peu invasive a permis d'en diagnostiquer 259, soit 90%, contre 78% pour l'autopsie conventionnelle. "Avec l'autopsie mini-invasive, le corps est examiné de haut en bas, alors qu'en général, avec la conventionnelle, seulement le torse et, si un parent proche consent, le cerveau sont examinés, poursuit-il. De plus, la tomodensitométrie post-mortem et l'IRM identifient des pathologies, en particulier du squelette et des tissus mous, que l'autopsie conventionnelle passe facilement sous silence."

L'autopsie virtuelle mieux acceptée et fournissant des informations ré-exploitables

Selon le Dr Oosterhuis, l'autopsie peu invasive représente donc une option potentiellement acceptée par les proches parents qui peuvent être réticents à approuver la procédure conventionnelle, notamment pour des raisons religieuses. Elle présente également l'avantage supplémentaire de fournir des informations pouvant être stockées pour une utilisation à long terme. "Il est très important de noter que l'autopsie conventionnelle ne peut pas être refaite et les éléments qui ont été négligés ou mal interprétés ne peuvent pas être corrigés, conclut-il. L'autopsie mini-invasive permet en outre un enregistrement permanent du corps entier qui peut être revu maintes fois et réexploité par des pathologistes, des radiologues, des cliniciens ou autres proches parents. Pour les scientifiques, cette base de données très fiable a un grand potentiel pour la recherche future."

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Médecine légale: le scanner, partenaire désormais incontournable
17/04/2019 : Dans la série des Dossiers THEMA RADIOLOGIE FOCUS, nous vous proposons une série d'articles sur les apports de l'imagerie pour la médecine légale. Sont abordés tout à tour les initiatives européennes en faveur de l'enseignement commun des radiologues et des médecins légistes pour cette discipline, une étude rétrospective marseillaise sur l'exploration des traumatismes balistiques par scanner, ainsi que le choix d'installer le scanner Fujifilm à l'Institut médicolégal du CHU de Tours pour améliorer les autopsies.

Le printemps de l'imagerie médicolégale et forensique
07/02/2019 : L'imagerie médicolégale et forensique fera l'objet de deux événements majeurs de formation au niveau européen au printemps 2019: le CAS Forensic imaging and Virtopsy Course et le 8th annual meeting of the International Society of Forensic Radiology and Imaging (ISFRI).

L'Autopsie virtuelle améliore les explorations post-mortem
26/09/2018 : Une autopsie mini-invasive par tomodensitométrie et IRM est aussi efficace que l'autopsie conventionnelle dans la détection des causes de décès, selon une étude publiée dans la revue Radiology. Elle présente en outre l'avantage de générer plus de diagnostics et de fournir des informations ré-exploitables indéfiniment.

L'angioscanner post-mortem comme alternative pertinente à l'autopsie
07/05/2018 : L'angioscanner s'avère être un complément utile à l'autopsie pour un meilleur diagnostic post-mortem, selon une étude publiée en ligne dans la revue Radiology. Les chercheurs pensent que ces résultats pourraient avoir des implications importantes pour les enquêtes criminelles et les efforts de contrôle de qualité hospitaliers.

Le futur de l'imagerie médico-légale en France, c'est la Suisse !
30/11/2017 : Soumise à une demande croissante de la part des institutions judiciaires, l'imagerie, et en particulier le scanner post-mortem, est appel à se développer en France. Le Pr Guillaume Gorincour, que nous avons rencontré, revient pour nous sur les évolutions attendues pour cette discipline. Il les présentera lors du VIIIème Symposium Scanner volumique.  

JFR 2017: une session dédiée à l'imagerie post-mortem
07/07/2017 : Le 14 octobre 2017, une session des JFR sera dédiée à l’imagerie post-mortem. Cette nouvelle discipline est de plus en plus reconnue par les instances juridiques.

Homicide par balle: impact significatif du scanner post-mortem devant la cour de justice
04/07/2017 : Le scanner post-mortem devrait être pratiqué en routine lors d’une autopsie après mort par arme à feu. C’est le résultat d’une étude parue dans le Journal de radiologie diagnostique et interventionnelle qui relate l’impact de la modélisation du corps d’une victime devant une cour de justice.

L'imagerie forensique, une discipline en pleine expansion
10/03/2017 : C’est à Odense, au Danemark, que se tiendra le 6ème Congrès de la Société Internationale d’imagerie Forensique. L’imagerie en période de terreur ou appliquée aux diagnostics de violences faites aux enfants sont deux des thèmes principaux qui seront développés lors de cet événement.

L'Autopsie Virtuelle, une jeune discipline en développement
14/04/2014 :   Alors que s'annonce le Congrès International sur l'Autopsie Virtuelle, du 15 au 17 mai 2014 à Marseille, nous avons rencontré le Pr Guillaume Gorincour, Président de l'International Society of Forensic Radiology and Imaging et principal organisateur de cet événement, où se rencontreront les meilleurs spécialistes mondiaux de la discipline.  

Le gratin de l'imagerie forensique mondiale a rendez-vous en France en mai 2014
13/01/2014 : Marseille accueilliera en mai 2014 le congrès international d'imagerie forensique, une discipline récente, qui ne cesse de grandir sous l'effet du développement technologique de l'imagerie. Ce sera l'occasion, pour des spécialistes du monde entier, radiologues, manipulateurs et médecins légistes, de mutualiser les expériences menées aux quatre coins du globe et de formaliser des pratiques de radiologie médico-légale encore dépendantes de leur contexte local.  


Ischémie critique de jambe: le congrès américain délocalisé en Europe
17/09/2019 : Le congrès mondial AMP, consacré à la prévention et au traitement de l'ischémie critique des membres, se délocalise pour la première fois en Europe en octobre prochain.

Exposition des travailleurs : un bilan 2018 plutôt satisfaisant
16/09/2019 : La situation des travailleurs du domaine médical exposés aux rayonnements ionisants reste globalement stable en France en 2018, selon la nouvelle étude annuelle de l'IRSN. Ce document épingle une nouvelle fois les acteurs de la radiologie interventionnelle pour leur exposition aux extrémités.

Hypertrophie du VG : signe avant coureur de maladie coronarienne
13/09/2019 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, l'hypertrophie ventriculaire gauche est un facteur prédictif de la mortalité et de l'insuffisance cardiaque liés à la maladie coronarienne. Dans ce cadre, l'IRM du VG serait plus prédictive que le coroscanner.

Médecine nucléaire: de nouvelles modalités au CHU de Bordeaux
11/09/2019 : Le Service de médecine nucléaire du CHU de Bordeaux améliore son parc de modalités afin d'améliorer le diagnostic et la recherche en oncologie, ainsi que la coopération des enfants. Il vienen effet de faire l'acquisition d'un TEP Scan Vereos et d'un Kitten scanner.

Interventionnel: Siemens Healthineers fait l'acquisition de Corindus
11/09/2019 : En faisant l'acquisition de la société Corindus, Siemens Healthineers complète son offre en faveur de l'imagerie interventionnelle avec les systèmes robotisés de contrôle à distance des sondes, des guides et des matériels de dilatation vasculaire.

Un patient bien informé pour un examen de qualité
10/09/2019 : Les informations concernant un examen d'IRM ou de scanner sont très importantes pour les patients. Ce constat a été validé par les résultats d'une enquête récente.

Des images médicales sans bruit grâce à l'imagerie quantique ?
10/09/2019 : Pour éliminer le bruit dans les images médicales, des chercheurs ont tenté de créer les conditions de l'imagerie quantique. Ils ont décrit leurs travaux dans la Revue Physical Review X.

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

Gadolinium et grossesse: des risques significatifs d'exposition fœtale
06/09/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un nombre limité mais préoccupant de femmes sont exposées à un produit de contraste au gadolinium au début de leur grossesse. Les chercheurs suggèrent de mener des mesures efficaces de dépistage de la grossesse afin de réduire l'exposition par inadvertance à ces agents de contraste en début de grossesse.

CHU de Rennes: présentation en vidéo de la nouvelle salle interventionnelle multimodale
06/09/2019 : Le CHU de Rennes vient d'installer une salle d'imagerie interventionnelle multimodale. Le Dr Emmanuel Quehen présente cette installation en vidéo.


Un nouveau modèle pour évaluer le risque cardiovasculaire à partir du coroscanner
25/06/2019 : Pour évaluer le risque cardiovasculaire d'une personne à partie du coroscanner, la méthode la plus appropriée aujourd'hui est le machine learning. C'est le résultat d'une étude publiée dans la Revue Radiology, qui montre que cette méthode est supérieure au score CAD-RADS par exemple.

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

Un patient bien informé pour un examen de qualité
10/09/2019 : Les informations concernant un examen d'IRM ou de scanner sont très importantes pour les patients. Ce constat a été validé par les résultats d'une enquête récente.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Le décret de compétences du manipulateur moderne est paru !
06/12/2016 : Le Ministère des Affaires sociales et de la Santé a publié, le 5 décembre 2016, le nouveau Décret de compétences des manipulateurs. Comme annoncé, il instaure trois niveaux d’autonomie pour ces professionnels de santé et élargit leur champ d’action.

Gadolinium et grossesse: des risques significatifs d'exposition fœtale
06/09/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un nombre limité mais préoccupant de femmes sont exposées à un produit de contraste au gadolinium au début de leur grossesse. Les chercheurs suggèrent de mener des mesures efficaces de dépistage de la grossesse afin de réduire l'exposition par inadvertance à ces agents de contraste en début de grossesse.

C'est officiel : Toshiba Medical devient Canon Medical Systems Corporation
24/01/2018 : L'intégration de Toshiba Medical Systems au sein de Canon Inc. a été entérinée le 4 janvier 2018. Canon Medical Systems Corporation fera désormais profiter du réseau mondial de la maison mère aux acteurs de l'imagerie diagnostique et thérapeutique, ainsi que de sa philosophie: "Made for life".

DxPlanning DR coordonne la complexité des unités d'imagerie
14/10/2013 :   La solution DxPlanning DR de Medasys se présente comme un véritable tableau de service électronique, conçu pour l'organisation des unités d'imagerie et la coordination des équipes médicales. Élaborée avec le concours du Pr Pierre-Jean Valette aux Hospices Civils de Lyon, elle répond aux aspirations des gestionnaires de services, qui pourront l'évaluer lors des démonstrations proposées par Medasys aux JFR 2013  

Ostéoradionécrose post-radiothérapie : l'IRSN lance in projet de recherche
22/08/2019 : L'IRSN vient de lancer XBONE, un nouveau projet visant à réparer les effets secondaires induits sur les os par des radiothérapies des cancers aéro-digestifs. Ce protocole de thérapie utilise les cellules stromales mésenchymateuses dans une matrice de biomatériau.

Des images médicales sans bruit grâce à l'imagerie quantique ?
10/09/2019 : Pour éliminer le bruit dans les images médicales, des chercheurs ont tenté de créer les conditions de l'imagerie quantique. Ils ont décrit leurs travaux dans la Revue Physical Review X.