Vous êtes dans : Accueil > Actualités > SIH et téléradiologie > Le service de radiologie de l'Hôpital Clinique Claude Bernard de Metz passe la cinquième

Le service de radiologie de l'Hôpital Clinique Claude Bernard de Metz passe la cinquième

JEUDI 13 SEPTEMBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Utilisateurs du PACS SYNAPSE (produit Fujifilm distribué par Softway Medical) depuis une dixaine d’années, les radiologues de l’hôpital clinique Claude Bernard sont les premiers à expérimenter la toute nouvelle version du PACS FUJIFILM (Picture Archiving and Communication System). Synapse 5 marque un tournant majeur, le passage d’un client lourd à full web. Le Docteur Saad Jaafar, radiologue associé, revient pour nous sur leur expérience en tant que site pilote.

Softway Medical

Thema Radiologie: Pouvez-vous nous présenter votre structure ?

Dr Saad Jaafar: Nous sommes un groupe de 12 associés, 11 radiologues et une échographiste, qui assurons la totalité des examens d’imagerie de la clinique privée de Claude Bernard à Metz. Nous réalisons toute la palette de l’imagerie médicale moderne : radiographie standard, échographie, sénologie, scanner, IRM et radiologie interventionnelle. Nous faisons donc de l’imagerie conventionnelle et de l’imagerie en coupe. Les patients hospitalisés et les patients externes sont pris en charge dans les mêmes locaux. La patientèle externe représente deux tiers de notre activité. Nous gérons également 2 autres structures hors établissement, acceuillant les patients externes ; les actes sontdédiées à l’imagerie de la femme et à la médecine du sport.

T.R.: Comment voyez-vous l’évolution de l’imagerie médicale au sein de votre structure ?

Dr S.J.: Notre activité a beaucoup évolué ces deux dernières années. Nous avons fortement développé la radiologie interventionnelle vasculaire et oncologique, qui est aujourd’hui assurée par 5 radiologues. La gestion de la pathologie osseuse évolue aussi de façon assez importante et nous assurons la cimentoplasie depuis quelques années. On peut également citer l’accroissement des traitements par radiofréquence de tumeur.

La place du radiologue dans la prise en charge du patient a également changé depuis la création des réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP). En oncologie, pour qu’un patient bénéficie du même niveau de prise en charge à travers le territoire, son cas doit être étudié au sein d’une commission composée de chirurgiens, oncologues, radiothérapeuthes et radiologues. Grâce au PACS, ce sont désormais les radiologues qui organisent et animent les RCP. Une relecture des images est souvent indispensable lors des RCP. L’historique des images pour voir l’évolution des lésions et donc l’utilisation du PACS, est primordiale.

T.R.: Vous êtes utilisateurs du PACS Synapse depuis près de 10 ans, en quoi sa nouvelle version, Synapse 5, vous accompagne dans l’évolution de votre métier ?

Dr S.J.: L’évolution majeure et fondamentale, c’est l’accès à notre PACS depuis n’importe quel navigateur web. Cette architecture change réellement notre quotidien. Nos services doivent être accessibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour permettre d’assurer l’astreinte radiologique. Pouvoir accéder au PACS par le biais du web, quel que soit l’endroit où l’on se trouve est très important. De plus, d’un point de vue sécurité, la technologie Zero Foot Print, autrement dit, le fait qu’aucune donnée ne soit stockée sur mon ordinateur, est une réelle avancée.

L’outil « chat » est également très important dans notre quotidien. Nous sommes 12 radiologues avec des surspécialités ; pouvoir demander son avis à un confrère, quel que soit l’endroit où nous nous trouvons, permet d’aboutir à un diagnostic d’autant plus fin. L’outil favorise la synergie entre nous pour une meilleure prise en charge des patients. De même, nous pouvons dialoguer en interne avec les cliniciens et leur montrer, à distance, l’image la plus pertinente de leur patient. Le PACS nous permet une complémentarité entre radiologues en temps réel qui se fait dans l’intérêt du patient. Avec un PACS installé en client serveur le diagnostic se faisait en décalé.

T.R.: Comment s'est déroulée la migration de vos données dans la nouvelle application ?

Dr S.J.: On est très satisfait. Le transfert de données s’est fait de manière transparente pour les utilisateurs. Nous n’avons eu aucune perte d’activité grâce à un important travail réalisé en amont par Softway Medical avec le soutien de notre équipe informatique (société INGECAP). L’équipe terrain connait très bien notre structure et tout avait été paramétré au plus juste avant le transfert des données. Chacun d’entre nous a ensuite été formé à la nouvelle interface logiciel pour régler quelques ajustements.

T.R.: Après quelques semaines d'utilisation, quels sont donc les apports de la version 5 de SYNAPSE dans votre quotidien/activité? Quels sont vos gains d’efficacité ?

Dr S.J.: Je suis personnellement sur Mac et l’utilisation de la version précédente était un peu complexe avant, car il ne pouvait fonctionner qu’avec un système windows. Son architecture web m’affranchit de ce type de contrainte et c’est une réelle souplesse dans mon quotidien. Par ailleurs, la version 5 du PACS Synapse améliore la fluidité avec le RIS. Le lien contextuel marche à merveille, les images s’affichent de manière quasi instantanée. Cela constitue une avancée importante dans notre workflow. Quand vous avez 30 ou 40 dossiers de patients hospitalisés, c’est un vrai gain de temps et de productivité pour nos vacations.

L’interface est beaucoup moins austère qu’avant. Il y a une amélioration très nette dans les onglets avec des personnalisations qu’on peut pousser très loin dans la gestion des dossiers patient. Les protocoles d'affichage sont également très utiles et nous avons tendance à nous passer du serveur constructeur pour les IRM en ostéo et corps entiers notamment. On voit aussi un gain de temps pour les comparaisons de deux examens en radio et en scanner. Nous avons des possibilités très intéressantes de scénarii d’affichage personnalisables.

Dans les nouveaux outils, l’affichage des images dans les trois plans est beaucoup plus simple qu’avant. on progresse plus facilement dans les 4 fenêtres simultanées et cette approche multiplanaire facilite l’analyse de certaines régions anatomiques ou l’extension des processus pathologiques.

Thema Radiologie avec Softway Medical


toshiba

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Communauté radiologique : une plateforme nationale ouvre le champ des possibles
01/10/2019 : La téléradiologie moderne fait appel à une collaboration tripartite, intellectuelle, industrielle et opérationnelle. Le groupe TMF se place dans ce contexte, avec des processus qualité poussés à l'extrême. Et il s'appuie sur une plateforme nationale de télémédecine qui ouvre le champ des possibles.

Permanence des soins : France Imageries Territoires et Téladiag se rapprochent
01/10/2019 : Afin de participer au mieux à la permanence des soins, le réseau France Imageries et Territoires vient d'annoncer un rapprochement avec le réseau de radiologues Télédiag.

Téléimagerie: la HAS élabore un guide de bonnes pratiques
26/06/2019 : La Haute Autorité de Santé vient de publier un guide de bonnes pratiques en téléimagerie. Inspiré de la Charte élaborée par le G4, ce document traite également de télémédecine nucléaire, pratique émergente pour assurer un maillage homogène sur le territoire.

Édito - Téléradiologie: des prérequis technologiques différents selon les applications
05/06/2019 : La téléradiologie est devenue un maillon essentiel du parcours de soins. Et suivant les applications qui en sont faites, le niveau technologique peut s'avérer plus ou moins complexe et coûteux. Revue de détails…

CGTR étend son service de téléradiologie à tout le GHT de la Vienne
30/05/2019 : Le site de Montmorillon du CHU de Poitiers ne dispose que d'une radiologue pour assurer la gestion des échographies, mammographies, radiologie conventionnelle et scanner. Éric David, cadre de santé du service, nous explique comment l'usage de la téléradiologie était nécessaire pour assurer la continuité de la prise en charge radiologique de ce bassin de population et pourquoi ce processus s'étend désormais à tout le GHT de la Vienne.

Des chercheurs réussissent à pirater des images de scanner ou d'IRM
16/04/2019 : Les images de scanner ou d'IRM en cours d'acquisition sont susceptibles d'être piratées depuis la salle 'attente du service. C'est ce qu'affirme une étude israélienne d'ingénierie de l'information et des systèmes.

Medasys devient Dedalus France
21/03/2019 : Medasys a, sous l’impulsion du Groupe Dedalus, renforcé sa stratégie, optimisé son offre, augmenté ses investissements en R&D depuis la modification de sa dénomination sociale, Dedalus France.

Marché public de téléradiologie: le Resah apporte des explications juridiques et déontologiques
18/02/2019 : Le Resah a souhaité apporter des précisions sur le marché de téléradiologie qu'il propose à ses adhérents depuis ce mois-ci. Il souhaite ainsi donner des explications juridiques et déontologiques aux critiques du G4.


Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
18/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Les dangers des injections de stéroïdes dans les articulations
18/10/2019 : Selon un article spécial publié dans la revue Radiology, les injections de corticostéroïdes utilisées pour traiter la douleur de l'arthrose à la hanche et au genou pourraient être plus dangereuses qu'on ne le pensait auparavant. Les chercheurs ont suggéré d'intégrer dans les formulaires de consentement les risques associés à ces injections.

Développement des compétences en matière de radioprotection
17/10/2019 : Note d’information n° DGOS/RH4/DGCS/4B/2019/160 du 8 juillet 2019 relative aux orientations retenues pour 2020 en matière de développement des compétences des établissements publics de santé parmi lesquelles la radioprotection des patients.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Esaote célèbre le nouveau MyLab X8 aux Journées Francophones de Radiologie (JFR)
09/10/2019 : En présentant, aux JFR 2019, sa nouvelle plateforme MyLab™X8, Esaote mettra une nouvelle fois en lumière son dynamisme en matière de d'innovation, de recherche et de développement. Ses fonctionnalités avancées, gages de workflow et de qualité d'image améliorés, seront dévoilées le 11 octobre sur le stand de la société internationale.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Radioprotection du patient: quelques modifications publiées dans un Arrêté
07/10/2019 : Les dispositions prises par l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) dans sa Décision du 11 juin 2019 viennent de faire l'objet d'un Arrêté su Ministère. La fréquence des formations à la radioprotection du patient, les professionnels concernés e les méthodes pédagogiques sont notamment concernés par ce document.

La communauté radiologique toujours mobilisée pour Octobre rose
07/10/2019 : La campagne de communication Octobre rose bat son plein en ce mois d'octobre. Et même si certains ne sont toujours pas convaincus par celle-ci, la communauté radiologique, FNMR en tête, continue de se mobiliser pour donner plus d'impact à cette action de Santé publique.

JFR 2019: le rendez-vous des grandes nouveautés Samsung Healthcare
07/10/2019 : À l’occasion de la prochaine édition des JFR (sous le thème « Le radiologue augmenté »), Samsung Healthcare vous invite à découvrir une nouvelle vision de l’expérience utilisateur, résolument tournée vers l’intelligence artificielle et les technologies avancées.


Une plateforme dédiée pour choisir un moteur d'IA pertinent
03/10/2019 : Acteur historique de l'informatique de Santé, Softway Medical propose une offre d'intelligence artificielle tout à fait originale. À partir d'un catalogue de moteurs d'IA, le radiologue pourra choisir celui qui répondra précisément à ses besoins. Rendez-vous aux JFR 2019 pour découvrir cette nouvelle offre.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

État des lieux de la radiothérapie en France
29/05/2017 : L’Observatoire de la radiothérapie propose, pour la période 2009-13, une photographie exhaustive de l’évolution de cette discipline. Si les traitements spécialisés de type RCMI augmentent significativement, le nombre de radiothérapeutes par service reste stable.

Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
18/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Les avantages du scanner spectral dans un service d'urgences
27/10/2017 : Le scanner spectral IQon de Philips a été installé pour la première fois en Europe à l'hôpital universitaire St-Luc de Bruxelles. Nous avons rencontré le Pr Emmanuel Coche, Chef du service de radiologie, pour un retour d'expérience sur les usages de cette technologie innovante.

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

DxPlanning DR coordonne la complexité des unités d'imagerie
14/10/2013 :   La solution DxPlanning DR de Medasys se présente comme un véritable tableau de service électronique, conçu pour l'organisation des unités d'imagerie et la coordination des équipes médicales. Élaborée avec le concours du Pr Pierre-Jean Valette aux Hospices Civils de Lyon, elle répond aux aspirations des gestionnaires de services, qui pourront l'évaluer lors des démonstrations proposées par Medasys aux JFR 2013