Vous êtes dans : Accueil > Actualités > SIH et téléradiologie > Le service de radiologie de l'Hôpital Clinique Claude Bernard de Metz passe la cinquième

Le service de radiologie de l'Hôpital Clinique Claude Bernard de Metz passe la cinquième

JEUDI 13 SEPTEMBRE 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Utilisateurs du PACS SYNAPSE (produit Fujifilm distribué par Softway Medical) depuis une dixaine d’années, les radiologues de l’hôpital clinique Claude Bernard sont les premiers à expérimenter la toute nouvelle version du PACS FUJIFILM (Picture Archiving and Communication System). Synapse 5 marque un tournant majeur, le passage d’un client lourd à full web. Le Docteur Saad Jaafar, radiologue associé, revient pour nous sur leur expérience en tant que site pilote.

Softway Medical

Thema Radiologie: Pouvez-vous nous présenter votre structure ?

Dr Saad Jaafar: Nous sommes un groupe de 12 associés, 11 radiologues et une échographiste, qui assurons la totalité des examens d’imagerie de la clinique privée de Claude Bernard à Metz. Nous réalisons toute la palette de l’imagerie médicale moderne : radiographie standard, échographie, sénologie, scanner, IRM et radiologie interventionnelle. Nous faisons donc de l’imagerie conventionnelle et de l’imagerie en coupe. Les patients hospitalisés et les patients externes sont pris en charge dans les mêmes locaux. La patientèle externe représente deux tiers de notre activité. Nous gérons également 2 autres structures hors établissement, acceuillant les patients externes ; les actes sontdédiées à l’imagerie de la femme et à la médecine du sport.

T.R.: Comment voyez-vous l’évolution de l’imagerie médicale au sein de votre structure ?

Dr S.J.: Notre activité a beaucoup évolué ces deux dernières années. Nous avons fortement développé la radiologie interventionnelle vasculaire et oncologique, qui est aujourd’hui assurée par 5 radiologues. La gestion de la pathologie osseuse évolue aussi de façon assez importante et nous assurons la cimentoplasie depuis quelques années. On peut également citer l’accroissement des traitements par radiofréquence de tumeur.

La place du radiologue dans la prise en charge du patient a également changé depuis la création des réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP). En oncologie, pour qu’un patient bénéficie du même niveau de prise en charge à travers le territoire, son cas doit être étudié au sein d’une commission composée de chirurgiens, oncologues, radiothérapeuthes et radiologues. Grâce au PACS, ce sont désormais les radiologues qui organisent et animent les RCP. Une relecture des images est souvent indispensable lors des RCP. L’historique des images pour voir l’évolution des lésions et donc l’utilisation du PACS, est primordiale.

T.R.: Vous êtes utilisateurs du PACS Synapse depuis près de 10 ans, en quoi sa nouvelle version, Synapse 5, vous accompagne dans l’évolution de votre métier ?

Dr S.J.: L’évolution majeure et fondamentale, c’est l’accès à notre PACS depuis n’importe quel navigateur web. Cette architecture change réellement notre quotidien. Nos services doivent être accessibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour permettre d’assurer l’astreinte radiologique. Pouvoir accéder au PACS par le biais du web, quel que soit l’endroit où l’on se trouve est très important. De plus, d’un point de vue sécurité, la technologie Zero Foot Print, autrement dit, le fait qu’aucune donnée ne soit stockée sur mon ordinateur, est une réelle avancée.

L’outil « chat » est également très important dans notre quotidien. Nous sommes 12 radiologues avec des surspécialités ; pouvoir demander son avis à un confrère, quel que soit l’endroit où nous nous trouvons, permet d’aboutir à un diagnostic d’autant plus fin. L’outil favorise la synergie entre nous pour une meilleure prise en charge des patients. De même, nous pouvons dialoguer en interne avec les cliniciens et leur montrer, à distance, l’image la plus pertinente de leur patient. Le PACS nous permet une complémentarité entre radiologues en temps réel qui se fait dans l’intérêt du patient. Avec un PACS installé en client serveur le diagnostic se faisait en décalé.

T.R.: Comment s'est déroulée la migration de vos données dans la nouvelle application ?

Dr S.J.: On est très satisfait. Le transfert de données s’est fait de manière transparente pour les utilisateurs. Nous n’avons eu aucune perte d’activité grâce à un important travail réalisé en amont par Softway Medical avec le soutien de notre équipe informatique (société INGECAP). L’équipe terrain connait très bien notre structure et tout avait été paramétré au plus juste avant le transfert des données. Chacun d’entre nous a ensuite été formé à la nouvelle interface logiciel pour régler quelques ajustements.

T.R.: Après quelques semaines d'utilisation, quels sont donc les apports de la version 5 de SYNAPSE dans votre quotidien/activité? Quels sont vos gains d’efficacité ?

Dr S.J.: Je suis personnellement sur Mac et l’utilisation de la version précédente était un peu complexe avant, car il ne pouvait fonctionner qu’avec un système windows. Son architecture web m’affranchit de ce type de contrainte et c’est une réelle souplesse dans mon quotidien. Par ailleurs, la version 5 du PACS Synapse améliore la fluidité avec le RIS. Le lien contextuel marche à merveille, les images s’affichent de manière quasi instantanée. Cela constitue une avancée importante dans notre workflow. Quand vous avez 30 ou 40 dossiers de patients hospitalisés, c’est un vrai gain de temps et de productivité pour nos vacations.

L’interface est beaucoup moins austère qu’avant. Il y a une amélioration très nette dans les onglets avec des personnalisations qu’on peut pousser très loin dans la gestion des dossiers patient. Les protocoles d'affichage sont également très utiles et nous avons tendance à nous passer du serveur constructeur pour les IRM en ostéo et corps entiers notamment. On voit aussi un gain de temps pour les comparaisons de deux examens en radio et en scanner. Nous avons des possibilités très intéressantes de scénarii d’affichage personnalisables.

Dans les nouveaux outils, l’affichage des images dans les trois plans est beaucoup plus simple qu’avant. on progresse plus facilement dans les 4 fenêtres simultanées et cette approche multiplanaire facilite l’analyse de certaines régions anatomiques ou l’extension des processus pathologiques.

Thema Radiologie avec Softway Medical


toshiba

Marché public de téléradiologie: le Resah apporte des explications juridiques et déontologiques
18/02/2019 : Le Resah a souhaité apporter des précisions sur le marché de téléradiologie qu'il propose à ses adhérents depuis ce mois-ci. Il souhaite ainsi donner des explications juridiques et déontologiques aux critiques du G4.

Marché de téléradiologie du RESAH: le G4 évoque la charte de déontologie
15/02/2019 : Alors que le RESAH propose, depuis peu, un marché de téléradiologie aux établissements de Santé qui le souhaitent, le G4 conteste certaines pratiques relatives à cet accord qu'il trouve contraires à la charte de déontologie mise à jour en décembre 2018.

Téléradiologie: le RESAH opte pour un modèle conçu par les professionnels de l'imagerie
15/02/2019 : Pour concrétiser le premier marché de téléradiologie réalisé par une centrale d’achat, le RESAH a choisi le consortium Deeplink Medical/ Imadis pour les activités d’urgence. Cédric Munschy, Directeur commercial de Deeplink Medical et le Dr Vivien Thomson, Président d'Imadis, évoquent les atouts qui ont motivé ce choix, tant sur le plan technique que sur le professionnalisme médical.

LE RESAH choisit ACETIAM pour son marché de plateforme de téléradiologie
13/02/2019 : Dans le cadre de son marché de " Plateforme de Téléradiologie et réalisation de prestations intellectuelles", le RESAH a fait le choix d'ACETIAM. L'éditeur accompagne ainsi les établissements au niveau technique et médico-organisationnel.

Le DPC intègre désormais une orientation Qualité et Sécurité en téléradiologie
05/02/2019 : Le DPC vient de se doter, par Arrêté ministériel, une nouvelle orientation relative à la qualité et à la sécurité des actes de télémédecine. Les professionnels de l'imagerie médicale devraient donc être impactés par cette disposition à court terme.

Un premier marché de téléradiologie attribué par le RESAH
29/01/2019 : Un groupement formé par Imadis et Deeplink Medical vient de se voir attribuer le marché de la téléradiologie par la plateforme d'achat RESAH pour les hôpitaux publics.

Les perspectives américaines d'un éditeur français
08/01/2019 : Des perspectives intéressantes s'ouvrent désormais pour Intrasense, qui vient de signer un accord de partenariat avec Apollo, l'éditeur américain d'archive neutre.

Imadis téléradiologie ouvre un second centre d'urgences
27/11/2018 : La société Imadis Téléradiologie vient d'ouvrir un second centre d'interprétation des examens d'urgences. Elle confirme son développement au service de la continuité de la prise en charge radiologique.

Le technologie d'impression LED, une innovation pour l'imagerie médicale
07/11/2018 : Les congressistes des JFR 2018 ont pu découvrir les solutions d'impression LED innovantes présentées par OKI Europe, spécialement conçues pour l'imagerie médicale et qui allient qualité d'image, économies et gain de temps.

Une session de formation sur les aspects technologiques et juridiques de la téléradiologie
11/10/2018 : FORCOMED propose aux radiologues et aux manipulateurs impliqués dans les pratiques de la téléradiologie une session de formation centrée sur les aspects technologiques et réglementaires spécifiques. Début de la formation le 15 octobre 2018.


Une IRM 7 Tesla à l'Université de Liège
20/02/2019 : Une IRM 7T vient d'être installée au sein du GIGA-CRC de l'Université de Liège. Elle sera entièrement dédiée à la recherche dans les pathologies cérébrales et en neurosciences cognitives.

Anticipez la mise en œuvre de l'Assurance Qualité en e-learning !
19/02/2019 : Afin de préparer les radiologues aux nouvelles obligations d'Assurance Qualité qui entreront en vigueur le 1er juillet 2019, FORCOMED organise un e-learning dédié à cette thématique.

Marché public de téléradiologie: le Resah apporte des explications juridiques et déontologiques
18/02/2019 : Le Resah a souhaité apporter des précisions sur le marché de téléradiologie qu'il propose à ses adhérents depuis ce mois-ci. Il souhaite ainsi donner des explications juridiques et déontologiques aux critiques du G4.

Dosimétrie patient: de nouvelles notions dans le projet de Décision ASN en cours d'élaboration
15/02/2019 : Un projet de décision de l'ASN est en cours de consultation entre experts pour faire évoluer les dispositifs d'évaluation des doses délivrées au patient en radiologie et médecine nucléaire, incluant les notions de NRI et de VGD.

Marché de téléradiologie du RESAH: le G4 évoque la charte de déontologie
15/02/2019 : Alors que le RESAH propose, depuis peu, un marché de téléradiologie aux établissements de Santé qui le souhaitent, le G4 conteste certaines pratiques relatives à cet accord qu'il trouve contraires à la charte de déontologie mise à jour en décembre 2018.

Téléradiologie: le RESAH opte pour un modèle conçu par les professionnels de l'imagerie
15/02/2019 : Pour concrétiser le premier marché de téléradiologie réalisé par une centrale d’achat, le RESAH a choisi le consortium Deeplink Medical/ Imadis pour les activités d’urgence. Cédric Munschy, Directeur commercial de Deeplink Medical et le Dr Vivien Thomson, Président d'Imadis, évoquent les atouts qui ont motivé ce choix, tant sur le plan technique que sur le professionnalisme médical.

L'assurance qualité devient systémique en imagerie médicale et médecine nucléaire
14/02/2019 : Le texte législatif relatif à la gestion du risque en imagerie médicale diagnostique qui vient d'être publié introduit une évolution systémique de la gestion du risque dans ce domaine. Parmi les dispositions remarquables, notons le programme d'actions d'amélioration ou la notion d'habilitation des utilisateurs.

MLCTO: un seul rendez-vous pour tous les acteurs du traitement de l'occlusion coronaire chronique
13/02/2019 : Fort du succès rencontré lors des précédentes éditions, le MLCTO 2019 sera encore cette année the place to be pour apprendre ou revoir les techniques de traitement percutané de l'occlusion coronaire chronique. Praticiens débutants et experts, ainsi que les paramédicaux, seront ainsi réunis en un lieu unique.

LE RESAH choisit ACETIAM pour son marché de plateforme de téléradiologie
13/02/2019 : Dans le cadre de son marché de " Plateforme de Téléradiologie et réalisation de prestations intellectuelles", le RESAH a fait le choix d'ACETIAM. L'éditeur accompagne ainsi les établissements au niveau technique et médico-organisationnel.

Une nouvelle technologie pour un diagnostic amélioré de la maladie cardiovasculaire
12/02/2019 : Une nouvelle technique non invasive d'exploration de l'artère carotide, la vMSOT est très prometteuse. Elle pourrait fournir une évaluation plus précoce et plus précise du risque de maladie cardiovasculaire, selon une étude publiée dans la revue Radiology.


L'assurance qualité devient systémique en imagerie médicale et médecine nucléaire
14/02/2019 : Le texte législatif relatif à la gestion du risque en imagerie médicale diagnostique qui vient d'être publié introduit une évolution systémique de la gestion du risque dans ce domaine. Parmi les dispositions remarquables, notons le programme d'actions d'amélioration ou la notion d'habilitation des utilisateurs.

Radioprotection: ce qui devrait changer le 1er juillet 2018
30/03/2018 : L'Ordonnance instituant de nouvelles règles en matière de prévention du risque ionisant devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2018. Il n'y aura pas, d'après les informations que nous avons recueillies, de révolution. La gestion des professionnels multi-établissements devrait être revue, la fiche d'exposition devrait disparaître et les PCR externes sont appelés à faire place à des OCR certifiés ISO.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Marché de téléradiologie du RESAH: le G4 évoque la charte de déontologie
15/02/2019 : Alors que le RESAH propose, depuis peu, un marché de téléradiologie aux établissements de Santé qui le souhaitent, le G4 conteste certaines pratiques relatives à cet accord qu'il trouve contraires à la charte de déontologie mise à jour en décembre 2018.

La CGIM devient le Groupe Vidi
18/10/2018 : La CGIM est devenue, lors de son Assemblée Générale du 12 octobre 2018, le Groupe VIDI. Cette marque identifie désormais le premier groupe national de radiologues mutualisant leurs ressources.

Marché public de téléradiologie: le Resah apporte des explications juridiques et déontologiques
18/02/2019 : Le Resah a souhaité apporter des précisions sur le marché de téléradiologie qu'il propose à ses adhérents depuis ce mois-ci. Il souhaite ainsi donner des explications juridiques et déontologiques aux critiques du G4.

Dosimétrie patient: de nouvelles notions dans le projet de Décision ASN en cours d'élaboration
15/02/2019 : Un projet de décision de l'ASN est en cours de consultation entre experts pour faire évoluer les dispositifs d'évaluation des doses délivrées au patient en radiologie et médecine nucléaire, incluant les notions de NRI et de VGD.

De la faute grave dans l'exécution d'un contrat d'exploitation d'un scanographe
12/02/2019 : Pour le premier volet de notre série d'articles juridiques, nous avons choisi de traiter le thème de la faute grave. Et le cas mis en lumière ne concerne pas les relations entre employeur et employé, mais un contrat d'exploitation d'un scanner en établissement privé.

C'est officiel : Toshiba Medical devient Canon Medical Systems Corporation
24/01/2018 : L'intégration de Toshiba Medical Systems au sein de Canon Inc. a été entérinée le 4 janvier 2018. Canon Medical Systems Corporation fera désormais profiter du réseau mondial de la maison mère aux acteurs de l'imagerie diagnostique et thérapeutique, ainsi que de sa philosophie: "Made for life".

L'IRM MIEUX QUE LA MAMMOGRAPHIE POUR QUALIFIER LES CANCERS AGRESSIFS
01/12/2015 : Les cancers du sein multicentriques ont des dimensions souvent plus importantes à l'IRM qu’à la mammographie. C’est ce que montre une étude italienne qui remarque que l’exploration par IRM est susceptible de faire changer de stratégie thérapeutique.