Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > Des lésions cérébrales plus fréquentes chez les footballeuses jouant fréquemment de la tête

Des lésions cérébrales plus fréquentes chez les footballeuses jouant fréquemment de la tête

MARDI 31 JUILLET 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Une étude publiée dans la revue Radiology objective un risque accru pour les joueuses de football jouant fréquemment de la tête, par rapport aux hommes. Ces sportives présentent en effet des changements plus importants dans le tissu cérébral après des impacts répétés du ballon.

RSNA

Alors que la Coupe du monde de football vient de s'achever, la revue Radiology publie une étude sur ce sport au féminin. Le football est le sport de compétition le plus populaire au monde et la participation féminine dans ce sport est en hausse, à hauteur de 30 millions de joueuses dans le monde.

Une étude sur l'impact du jeu de tête sur les fonctions cérébrales des joueurs de football

Le jeu de tête est un élément clé de la performance dans ce sport. Néanmoins, les impacts liés à la tête des joueuses ont été associés à des anomalies dans la substance blanche de leur cerveau, similaires à celles observées chez les patients présentant une lésion cérébrale traumatique. Les conséquences à long terme d'une exposition répétée sont préoccupantes, car les blessures répétitives à la tête chez les athlètes ont été associées à un déclin cognitif et à des changements de comportement. "En général, les hommes jouent plus fréquemment de la tête que les femmes, mais nous voulions spécifiquement examiner si les hommes et les femmes se comportaient de manière similaire ou différente avec une exposition similaire aux impacts répétés sur la tête", précise l'auteur principal de l'étude, le Dr Michael L. Lipton, professeur de radiologie au Centre de recherche par résonance magnétique Gruss à l'Albert Einstein College of Medicine et directeur médical de l'IRM au Montefiore Medical Center à New York.

L'IRM par tenseur de diffusion pour évaluer l'anisotropie fractionnaire des joueurs

Le Dr Lipton et ses collègues ont utilisé l'imagerie IRM par tenseur de diffusion (DTI) pour évaluer les changements microscopiques de la substance blanche du cerveau chez 98 joueurs de football amateur - 49 hommes et 49 femmes - d'âge moyen 25,8 ans. Tous les participants avaient de nombreuses années de pratique du football et d'exposition aux impacts de tête, dont les 12 mois d'exposition fréquente menant à l'étude (en moyenne 487 têtes par an pour les hommes et 469 pour les femmes). Les participants n'avaient pas de différences significatives dans les facteurs démographiques. Le DTI produit une mesure, appelée anisotropie fractionnaire (FA), qui caractérise le mouvement des molécules d'eau dans le cerveau. Dans la substance blanche en bonne santé, la direction du mouvement de l'eau est assez uniforme et mesure une valeur élevée en FA. Lorsque le mouvement de l'eau est plus aléatoire, les valeurs de FA diminuent.

Les femmes présentent cinq fois plus d'anomalies microstructurales

"Un déclin de FA est un indicateur des changements dans la microstructure de la substance blanche qui peut être révélateur d'une inflammation ou d'une perte de neurones, par exemple", ajoute le Dr Lipton. Pour l'étude, les chercheurs ont comparé les valeurs de la FA dans la substance blanche parmi les joueurs de football masculins et féminins. L'analyse a révélé que même si les hommes et les femmes présentaient des valeurs de FA plus faibles associées à un effet plus répétitif, les femmes présentaient des taux de FA plus faibles dans un volume de tissu cérébral beaucoup plus important. "Dans les deux groupes, les changements que nous voyons dans la substance blanche du cerveau augmentent en proportion du nombre de têtes effectuées en jouant, poursuit le Dr Lipton. Mais les femmes présentent environ cinq fois plus d'anomalies microstructurales que les hommes, à fréquence d'impacts de têtes égale."

Des régions spécifiques de la substance blanche identifiées comme à risque

Les chercheurs ont également été en mesure d'identifier des régions spécifiques du cerveau où les épisodes de FA en baisse étaient associés à une fréquence plus élevée d'impacts de têtes, trois régions chez les hommes et huit chez les femmes. "Le message à retenir de ces résultats est qu'il y a des individus plus sensibles aux chocs de tête que d'autres, conclut le Dr Lipton. Notre étude fournit une base préliminaire indiquant que les femmes sont plus sensibles à ces types d'impacts de tête au niveau de la microstructure du tissu cérébral." Le Dr Lipton prévient que d'autres études sont à réaliser pour confirmer et mieux caractériser les différences entre les sexes dans la vulnérabilité aux lésions cérébrales dues aux impacts de tête.

Il est encore trop tôt pour établir des lignes directrices afin de protéger les joueurs. Mais en comprenant mieux les différences de sensibilité cérébrale, les chercheurs arriveront à déterminer le besoin de recommandations spécifiques liées au sexe des joueurs, pour un jeu de football plus sûr.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

L'IRM met à jour la tricherie de jeunes footballeurs béninois
13/09/2018 : Après un contrôle de leur âge osseux par IRM, 10 joueurs de l'équipe nationale de jeunes béninois ont été découverts quant à leur âge réel. L'équipe entière a été suspendue de la coupe d'Afrique des nations.

Une feuille de route pour une recherche internationale sur la rétention de gadolinium
12/09/2018 : La revue Radiology publie, ce 12 septembre 2018, la feuille de route du groupe de recherche international sur la sécurité et les vigilances concernant les produits de contraste à base de Gadolinium. Obtenir des informations cliniques précises, déterminer si la rétention affecte réellement les tissus et normaliser les méthodes de mesure sont parmi les axes de travail retenus.

Actualité du parc IRM francophone en septembre 2018
11/09/2018 : Dans notre série relative aux évolutions du parc IRM francophone, nous avons relevé cet été trois installations de machines à Ollioules, La Rochelle et Tunis.

Des lésions cérébrales plus fréquentes chez les footballeuses jouant fréquemment de la tête
31/07/2018 : Une étude publiée dans la revue Radiology objective un risque accru pour les joueuses de football jouant fréquemment de la tête, par rapport aux hommes. Ces sportives présentent en effet des changements plus importants dans le tissu cérébral après des impacts répétés du ballon.

La susceptibilité magnétique peut aider à prédire la progression de la SEP
16/07/2018 : La cartographie par susceptibilité magnétique étudie les niveaux de fer dans le cerveau des patients atteints de sclérose en plaques (SEP). L'IRM devient ainsi un prédicateur de développement d'un handicap physique ou cognitif, selon une étude publiée dans la revue Radiology.

Imagerie IRM de la pathologie maligne du pelvis féminin
12/07/2018 : Une nouvelle formation sur l'IRM pelvienne en pathologie tumorale féminine est lancée par FORCOMED en e-learning. Une session DPC avec ateliers pratiques est prévue en novembre 2018.

Actualités du parc IRM français en juin 2018
11/07/2018 : Dans le cadre de notre revue de l'évolution du parc IRM français, voici des nouvelles de Sarrebourg, de Montpellier et de Cahors.

Actualités du parc IRM français
28/06/2018 : En cette période estivale, deux projets d'installation d'IRM nous ont été signalés, l'un finalisé à Chateauroux, l'autre en projet à Castres.

L'IRM 7T favoriserait la libération du mercure contenu dans les amalgames dentaires
26/06/2018 : Du mercure contenu dans les amalgames dentaires peut être libéré dans la bouche du patient sous l'effet d'une exposition à l'IRM. Une étude parue dans la revue Radiology montre que l'IRM 7T accentue fortement ce phénomène.

Le marquage de spin pour explorer les variations de flux sanguin cérébral sans injection
12/06/2018 : Le marquage artériel de spin permet, sans injection de produit de contraste, d'évaluer les variations de débit sanguin cérébral responsables de troubles cognitifs chez les jeunes insuffisants rénaux chroniques. C'est ce que montre une étude publiée dans la revue Radiology.


Rendez-vous d'IRM: les délais d'attente sont toujours très longs !
17/10/2018 : L'étude commandée par le SNITEM et relative aux délais de rendez-vous d'IRM montre qu'il faut encore, en moyenne, attendre 32 jours. Elle objective également des inégalités régionales significatives.

Le métier de MERM expliqué en vidéo
16/10/2018 : Retour sur le sujet réalisé par le Magazine de la Santé et consacré à la présentation des manipulateurs d'électro-radiologie médicale. Une vidéo grand public qui démystifie cette profession de Santé.

L'UGAP choisit DMS Imaging pour son marché de salles de radiologie télécommandées
12/10/2018 : DMS Imaging vient d'être sélectionné par l'UGAP pour équiper les établissements publics hospitaliers de ses solutions de salles de radiologie télécommandées.

Une session de formation sur les aspects technologiques et juridiques de la téléradiologie
11/10/2018 : FORCOMED propose aux radiologues et aux manipulateurs impliqués dans les pratiques de la téléradiologie une session de formation centrée sur les aspects technologiques et réglementaires spécifiques. Début de la formation le 15 octobre 2018.

La reconnaissance vocale plus que jamais au cœur des pratiques efficientes des radiologues
11/10/2018 : Le manque de moyens humains en radiologie et l’augmentation du nombre de demandes d’examens (prévention, maladies chroniques, vieillissement…) contraignent les radiologues à trouver la meilleure organisation possible pour répondre à ces défis. La reconnaissance vocale de Nuance, basée sur l’IA, peut les y aider. Des solutions à découvrir lors des Journées Francophones de Radiologie du 12 au 15 octobre prochains, auprès des partenaires de Nuance.

Désinfecter les sondes d'échographie par rayons UV-C, gage de qualité et de traçabilité
10/10/2018 : Assurer une désinfection de haut niveau les sondes d'échographie est souvent difficile sans ralentir le workflows d'examens. Mais avec la technologie aux rayons UV-C de l'Antigermix AS1, Germitec propose une solution rapide, fiable et automatisée.

Une solution RIS/PACS répondant aux enjeux de la mutualisation
10/10/2018 : Habitué à fournir aux acteurs de l'imagerie médicale des outils de gestion intelligente des données patients, Medasys étend son offre avec des fonctionnalités adaptées au secteur, notamment avec une solution RIS/PACS répondant aux enjeux de mutualisation territoriale.

Canon Medical Systems intègre l'IA au cœur de ses solutions d'imagerie
10/10/2018 : Dès la fin 2018 Canon Medical Systems implantera son premier Scanner intégrant de l’intelligence artificielle (IA) au CHU de Dijon. Une solution de Deep Learning Reconstruction (DLR) embarquée permettra en effet d’augmenter la qualité et la précision des images et d’abaisser le niveau d’irradiation du patient.

INFINITT: one platform, Infinitt possibilities !
09/10/2018 : Avec sa plateforme IHP, INFINITT Healthcare met à disposition des acteurs de l'imagerie médicale une suite de modules aux fonctionnalités aussi diverses qu'un PACS lauréat du KLAS , un DACS, ainsi qu'un archivage VNA véritable centre d'un écosystème de soins.

Téléradiologie: le juste accompagnement médical, organisationnel et technique
09/10/2018 : La téléradiologie peut pallier le manque de praticiens radiologues sur les territoires, sous réserve d’une organisation adaptée. Son impact sur l’organisation des services d’imagerie est important. Ainsi, sa mise en œuvre doit être accompagnée sur le plan médical, organisationnel et technique.


Canon Medical Systems intègre l'IA au cœur de ses solutions d'imagerie
10/10/2018 : Dès la fin 2018 Canon Medical Systems implantera son premier Scanner intégrant de l’intelligence artificielle (IA) au CHU de Dijon. Une solution de Deep Learning Reconstruction (DLR) embarquée permettra en effet d’augmenter la qualité et la précision des images et d’abaisser le niveau d’irradiation du patient.

Radioprotection: ce qui devrait changer le 1er juillet 2018
30/03/2018 : L'Ordonnance instituant de nouvelles règles en matière de prévention du risque ionisant devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2018. Il n'y aura pas, d'après les informations que nous avons recueillies, de révolution. La gestion des professionnels multi-établissements devrait être revue, la fiche d'exposition devrait disparaître et les PCR externes sont appelés à faire place à des OCR certifiés ISO.

Imagerie et IA: un duo à réguler finement au bénéfice du patient
09/10/2018 : Nesrine Benyahia, Présidente de DrData, et Stéphane Boyer, Directeur Général d'Arterys, nous éclairent sur les véritables enjeux de l’intelligence artificielle en imagerie médicale par des regards croisés sur les plans du juridique, des politiques publiques et des applications pratiques.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

Radiothérapie hypofractionnée : le seuil d'autonomie des MERM est fixé par Arrêté
31/01/2017 : La DGOS a publié l’Arrêté du 12 janvier 2017 fixant le seuil à partir duquel, en radiothérapie hypofractionnée, le manipulateur doit bénéficier de la présence d’un médecin ou d’un physicien médical pour intervenir.

Édito - Doit-on craindre une pénurie de manipulateurs à moyen terme ?
03/10/2018 : Une pénurie de Manipulateurs d'Électro-Radiologie Médicale (MERM) semble s'annoncer à moyen terme, sous l'effet de plusieurs facteurs. Le processus de recrutement des étudiants et la réforme LMD figurent parmi les causes de ce phénomène.

Radioprotection des travailleurs: les premiers nouveaux décrets sont parus
05/06/2018 : Les décrets modifiant les règles de radioprotection des travailleurs sont parus ce 4 juin 2018. Parmi les évolutions majeures, l'avènement du Conseiller en radioprotection et la disparition de la fiche de poste.

Enterprise Imaging: plus qu'un PACS !
08/10/2018 : En faisant le choix d'Enterprise Imaging, le CHU de Nîmes a opté pour un outil qui va au-delà de la notion de PACS. Cette réflexion du Pr Jean-Paul Beregi, que nous avons rencontré, illustre la maturité de cette solution et la qualité de l'accompagnement Agfa HealthCare dans ce projet.

La radiologie française se dote d'un écosystème national en Intelligence artificielle
04/06/2018 : À l'occasion d'un séminaire sur l'Intelligence artificielle organisé le 2 juin 2018, le Dr Jean-Philippe Masson et le Pr Jean-François Meder ont annoncé la création, par le G4, d'un écosystème national dédié qui utilisera les quelques 500 millions de dossiers radiologiques qu'il traite au quotidien.

L'UGAP choisit DMS Imaging pour son marché de salles de radiologie télécommandées
12/10/2018 : DMS Imaging vient d'être sélectionné par l'UGAP pour équiper les établissements publics hospitaliers de ses solutions de salles de radiologie télécommandées.