Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > Des lésions cérébrales plus fréquentes chez les footballeuses jouant fréquemment de la tête

Des lésions cérébrales plus fréquentes chez les footballeuses jouant fréquemment de la tête

MARDI 31 JUILLET 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Une étude publiée dans la revue Radiology objective un risque accru pour les joueuses de football jouant fréquemment de la tête, par rapport aux hommes. Ces sportives présentent en effet des changements plus importants dans le tissu cérébral après des impacts répétés du ballon.

RSNA

Alors que la Coupe du monde de football vient de s'achever, la revue Radiology publie une étude sur ce sport au féminin. Le football est le sport de compétition le plus populaire au monde et la participation féminine dans ce sport est en hausse, à hauteur de 30 millions de joueuses dans le monde.

Une étude sur l'impact du jeu de tête sur les fonctions cérébrales des joueurs de football

Le jeu de tête est un élément clé de la performance dans ce sport. Néanmoins, les impacts liés à la tête des joueuses ont été associés à des anomalies dans la substance blanche de leur cerveau, similaires à celles observées chez les patients présentant une lésion cérébrale traumatique. Les conséquences à long terme d'une exposition répétée sont préoccupantes, car les blessures répétitives à la tête chez les athlètes ont été associées à un déclin cognitif et à des changements de comportement. "En général, les hommes jouent plus fréquemment de la tête que les femmes, mais nous voulions spécifiquement examiner si les hommes et les femmes se comportaient de manière similaire ou différente avec une exposition similaire aux impacts répétés sur la tête", précise l'auteur principal de l'étude, le Dr Michael L. Lipton, professeur de radiologie au Centre de recherche par résonance magnétique Gruss à l'Albert Einstein College of Medicine et directeur médical de l'IRM au Montefiore Medical Center à New York.

L'IRM par tenseur de diffusion pour évaluer l'anisotropie fractionnaire des joueurs

Le Dr Lipton et ses collègues ont utilisé l'imagerie IRM par tenseur de diffusion (DTI) pour évaluer les changements microscopiques de la substance blanche du cerveau chez 98 joueurs de football amateur - 49 hommes et 49 femmes - d'âge moyen 25,8 ans. Tous les participants avaient de nombreuses années de pratique du football et d'exposition aux impacts de tête, dont les 12 mois d'exposition fréquente menant à l'étude (en moyenne 487 têtes par an pour les hommes et 469 pour les femmes). Les participants n'avaient pas de différences significatives dans les facteurs démographiques. Le DTI produit une mesure, appelée anisotropie fractionnaire (FA), qui caractérise le mouvement des molécules d'eau dans le cerveau. Dans la substance blanche en bonne santé, la direction du mouvement de l'eau est assez uniforme et mesure une valeur élevée en FA. Lorsque le mouvement de l'eau est plus aléatoire, les valeurs de FA diminuent.

Les femmes présentent cinq fois plus d'anomalies microstructurales

"Un déclin de FA est un indicateur des changements dans la microstructure de la substance blanche qui peut être révélateur d'une inflammation ou d'une perte de neurones, par exemple", ajoute le Dr Lipton. Pour l'étude, les chercheurs ont comparé les valeurs de la FA dans la substance blanche parmi les joueurs de football masculins et féminins. L'analyse a révélé que même si les hommes et les femmes présentaient des valeurs de FA plus faibles associées à un effet plus répétitif, les femmes présentaient des taux de FA plus faibles dans un volume de tissu cérébral beaucoup plus important. "Dans les deux groupes, les changements que nous voyons dans la substance blanche du cerveau augmentent en proportion du nombre de têtes effectuées en jouant, poursuit le Dr Lipton. Mais les femmes présentent environ cinq fois plus d'anomalies microstructurales que les hommes, à fréquence d'impacts de têtes égale."

Des régions spécifiques de la substance blanche identifiées comme à risque

Les chercheurs ont également été en mesure d'identifier des régions spécifiques du cerveau où les épisodes de FA en baisse étaient associés à une fréquence plus élevée d'impacts de têtes, trois régions chez les hommes et huit chez les femmes. "Le message à retenir de ces résultats est qu'il y a des individus plus sensibles aux chocs de tête que d'autres, conclut le Dr Lipton. Notre étude fournit une base préliminaire indiquant que les femmes sont plus sensibles à ces types d'impacts de tête au niveau de la microstructure du tissu cérébral." Le Dr Lipton prévient que d'autres études sont à réaliser pour confirmer et mieux caractériser les différences entre les sexes dans la vulnérabilité aux lésions cérébrales dues aux impacts de tête.

Il est encore trop tôt pour établir des lignes directrices afin de protéger les joueurs. Mais en comprenant mieux les différences de sensibilité cérébrale, les chercheurs arriveront à déterminer le besoin de recommandations spécifiques liées au sexe des joueurs, pour un jeu de football plus sûr.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Formation à l'imagerie IRM du pelvis féminin
13/08/2019 : Forcomed propose des formations spécifiques à l'imagerie IRM des pathologies du pelvis féminin. Elles sont scindées en trois programmes distincts, dont un consacré au perfectionnement.

L'aimant du projet Yseult a atteint 11,7T !
23/07/2019 : Le champ magnétique maximal vient d'être atteint pour un aimant à vocation diagnostique IRM. Les équipes du projet Iseult du CEA ont atteint les 11,7T le 18 juillet 2019.

Étude sur les facteurs de risques liés aux produits de contrastes gadolinés
09/07/2019 : Des réactions allergiques aigües ou physiologiques peuvent être provoquées par certains types de produits de contraste gadolinés. C'est ce que conclut une étude publiée dans la Revue Radiology qui évoque également le sexe des patients ou la région anatomique explorée parmi les facteurs de risques.

Un laboratoire pluridisciplinaire exploitera l'IRM 7T du CHU de Poitiers
02/07/2019 : En attendant l'arrivée prochaine de la toute première modalité d'IRM 7T à visée clinique, le CHU de Poitiers, l'Université, Siemens Healthineers et le CNRS ont inauguré, le 28 juin 2019, le nouveau laboratoire de recherche commun I3M.

Abus de cocaïne : l'IRM pour identifier les lésions cardiaques aigües et chroniques induites
13/06/2019 : Selon un article publié dans la revue Radiology: Cardiothoracic Imaging, l'IRM cardiaque joue un rôle essentiel dans le diagnostic des maladies cardiovasculaires induites par la cocaïne. Elle permet en effet de distinguer les lésions aigües et chroniques liées à ce fléau.

Automatiser le diagnostic de l'infarctus du myocarde par ciné-IRM
28/05/2019 : L'évaluation par ciné-IRM sans injection de gadolinium des caractéristiques d'un infarctus du myocarde est souvent chronophage. Une étude publiée dans la Revue Radiology propose d'utiliser un algorithme de deep learning pour automatiser le diagnostic dans ce cadre.

SLA / Maladie de Charcot: la recherche avance
28/05/2019 : La recherche sur la SLA / Maladie de Charcot avance. Le programme DHUNE y est très actif et présentera bientôt les résultats de ses études en cours. Une interview du Pr Shahram Attarian et du Dr Annie Verschueren nous éclaire sur le sujet.

Fraude à la date de naissance: l'âge osseux par IRM pas toujours efficace
23/05/2019 : L'âge osseux par IRM auquel se soumettent les jeunes joueurs internationaux de football n'est pas toujours efficace en Afrique. Deux joueurs guinéens viennent en effet d'être suspendus pour fraude à la date de naissance.

Distorsion des volumes et segmentation pulmonaire à l'IRM: une étude pour les évaluer
16/05/2019 : La distorsion géométrique que l'on rencontre sur une IRM pulmonaire peut être quantifiée. C'est ce qi ressort d'une étude hollandaise publiée dans la Revue European Radiology.

SEP: les axes de recherche spécifiques du programme DHUNE
15/05/2019 : Les recherches sur la compréhension de la SEP avancent. Le Pr Jean Pelletier (AP-HM), revient pour nous sur les travaux du programme DHUNE pour expliquer la remyélénisation afin mieux réparer les lésions et pour tenter d'identifier la maladie plus en amont.


Hologic acquiert une partie de SuperSonic Imagine
14/08/2019 : SuperSonic Imagine vient de céder 46% de ses actions à Hologic. De quoi développer ses ventes à l'export.

Formation à l'imagerie IRM du pelvis féminin
13/08/2019 : Forcomed propose des formations spécifiques à l'imagerie IRM des pathologies du pelvis féminin. Elles sont scindées en trois programmes distincts, dont un consacré au perfectionnement.

La Data science en Santé se développe à l'Université
13/08/2019 : L'Intelligence artificielle en Santé fera l'objet de plusieurs cursus de formation dans les Universités françaises à la rentrée. C'est notamment le cas à l'Université Paris Descartes.

RSNA 2019 : 3 700 m2 dédiés à l'intelligence artificielle
09/08/2019 : Le RSNA 2019 AI Showcase proposera un plus grand espace dédié à l'intelligence artificielle. Des démonstrations et des salles de classe permettront aux fournisseurs de solutions et aux spécialistes de promouvoir les outils d'aide à la décision clinique ainsi que les bonnes pratiques de gestion des données.

UniHA élargit considérablement son offre dans le domaine des ultrasons
07/08/2019 : Le nouveau marché d'imagerie ultrasonore mis en place par UniHA proposera une offre complète de modalités, pour des usages classiques ou les plus spécifiques. Il comporte également des systèmes de télé-échographie et de désinfection des sondes.

Un patient reçoit double dose en radiothérapie stéréotaxique
02/08/2019 : Les périodes de surcharge de travail, on le sait, sont susceptibles d'entrainer des erreurs de pratique. Le service de radiothérapie du Centre François Baclesse de Caen en a fait l'expérience récemment avec un ESR de niveau 2.

Sensibilité, spécificité, précision et rapidité : l'effet IA pour l'interprétation de la tomosynthèse
01/08/2019 : L'intelligence artificielle (IA) contribue à améliorer l'efficacité et la précision de l'imagerie du sein par tomosynthèse, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology: Artificial Intelligence. Le temps d'interprétation, ainsi que la sensibilité et la spécificité du diagnostic s'en trouvent également bonifiés.

La Nouvelle Clinique Tours plus se dote d'un institut de cardiologie moderne
31/07/2019 : L'Institut du cœur Saint-Gatien vient d'accueillir ses premiers patients. Cet établissement moderne comporte 8 salles de bloc dédiées, dont une salle hybride neuve.

Fumeurs : persistance des malformations artérioveineuses pulmonaires après embolisation
31/07/2019 : Les malformations artério-veineuses pulmonaires embolisées par coils risquent fortement de récidiver chez les fumeurs. C'est ce que rapporte une étude publiée dans la Revue Radiology qui objective une réponse inflammatoire favorisant cette récidive.

Atelier Coloscopie virtuelle : réservez votre vendredi 22 novembre !
30/07/2019 : Forcomed, en partenariat avec la SFR, propose un atelierde formation dédié à la coloscopie virtuelle. Réservez-vite votre 22 novembre 2019 !


Les modalités d'imagerie médicale sont toujours mal réparties en France
18/07/2019 : La nouvelle étude de la DREES sur les établissements de Santé français objective, pour 2017, la confirmation de la baisse du nombre d'installation de radiologie conventionnelle. Pour l'imagerie en coupe, ce document confirme les disparités territoriales en terme d'équipement.

La Data science en Santé se développe à l'Université
13/08/2019 : L'Intelligence artificielle en Santé fera l'objet de plusieurs cursus de formation dans les Universités françaises à la rentrée. C'est notamment le cas à l'Université Paris Descartes.

Prévention des fractures ostéoporotiques: évaluer la densité minérale osseuse par scanner spectral
17/06/2019 : Le scanner spectral peut devenir une méthode de référence pour évaluer la densité minérale osseuse dans la prévention des fractures ostéoporotiques. C'est ce que révèle une étude allemande publiée dans la Revue European Radiology.

Save the date: SPIMED-IA, le congrès dédié à l'intelligence artificielle en imagerie médicale
26/07/2019 : Les nouvelles applications de l'intelligence artificielle en imagerie médicale sont nombreuses et prometteuses. Le congrès SPIMED sera consacré, en septembre prochain, à cette discipline, avec notamment des présentations sur les applications par pathologie d'organe.

Sensibilité, spécificité, précision et rapidité : l'effet IA pour l'interprétation de la tomosynthèse
01/08/2019 : L'intelligence artificielle (IA) contribue à améliorer l'efficacité et la précision de l'imagerie du sein par tomosynthèse, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology: Artificial Intelligence. Le temps d'interprétation, ainsi que la sensibilité et la spécificité du diagnostic s'en trouvent également bonifiés.

Un patient reçoit double dose en radiothérapie stéréotaxique
02/08/2019 : Les périodes de surcharge de travail, on le sait, sont susceptibles d'entrainer des erreurs de pratique. Le service de radiothérapie du Centre François Baclesse de Caen en a fait l'expérience récemment avec un ESR de niveau 2.

DxPlanning DR coordonne la complexité des unités d'imagerie
14/10/2013 :   La solution DxPlanning DR de Medasys se présente comme un véritable tableau de service électronique, conçu pour l'organisation des unités d'imagerie et la coordination des équipes médicales. Élaborée avec le concours du Pr Pierre-Jean Valette aux Hospices Civils de Lyon, elle répond aux aspirations des gestionnaires de services, qui pourront l'évaluer lors des démonstrations proposées par Medasys aux JFR 2013  

PIMM: Un système souple et adaptable pour répondre aux besoins territoriaux
12/02/2018 : Le PIMM semble la réponse appropriée du système de Santé pour assurer une permanence des Soins en imagerie médicale. C'est ce qui ressort du webinar, organisé par le Cabinet Houdart & Associés, qui y était consacré et auquel participait le Dr Pascal Béroud, du SRH.

Enterprise Imaging: plus qu'un PACS !
08/10/2018 : En faisant le choix d'Enterprise Imaging, le CHU de Nîmes a opté pour un outil qui va au-delà de la notion de PACS. Cette réflexion du Pr Jean-Paul Beregi, que nous avons rencontré, illustre la maturité de cette solution et la qualité de l'accompagnement Agfa HealthCare dans ce projet.

Le CH de Soissons inaugure son nouveau service de radiothérapie
15/07/2019 : Le CH de Soissons vient d'inaugurer un nouveau service de radiothérapie dans ses locaux. Ce projet a fait l'objet de la constitution d'un GCS avec l'Institut Godinot de Reims.