Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > Ultrasons ou résonance magnétique: faites votre choix pour l'élastographie hépatique !

Ultrasons ou résonance magnétique: faites votre choix pour l'élastographie hépatique !

MARDI 20 MARS 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

L'élastographie par résonance magnétique se place comme un examen de référence pour l'évaluation de la fibrose hépatique. Une enquête publiée dans la revue Radiology se propose de la comparer avec l'élastographie échographique.

RSNA

Les maladies chroniques du foie comme les hépatites B et C, la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) et secondaire à l'abus d'alcool peuvent entraîner une fibrose hépatique, qui est le résultat d'une lésion hépatique chronique.

Le stade final de la fibrose hépatique est la cirrhose, qui peut entrainer des complications telles l'hypertension portale, l'insuffisance hépatique et le carcinome hépatocellulaire (CHC). Il existe des preuves que lorsque la cause sous-jacente est éliminée, la fibrose hépatique peut régresser ou se stabiliser. Une étude parue dans la revue Radiology se propose de faire une revue des méthodes alternatives non invasives d'évaluation tissulaire du foie que sont, avec les marqueurs sériques, l'élastographie échographique (US) ou par résonance magnétique (MR).

De nombreuses techniques de mesure de l'élasticité du foie par échographie

L'élastographie décrit les propriétés mécaniques des tissus, notamment leur élasticité, et les contraintes qui leur sont appliquées. Dans les méthodes d'élastographie quantitative, une onde de cisaillement est générée de manière transitoire, par une seule impulsion mécanique, ou dynamiquement, par l'application continue d'ondes acoustiques. Les méthodes quantitatives d'élastographie US comprennent des techniques d'élastographie transitoire (TE) et de force de rayonnement acoustique (ARFI) telles que l'élastographie par ondes de cisaillement ponctuelles (pSWE) et l'élastographie par ondes de cisaillement bidimensionnelles (2DSWE).

Le système FibroScan délivre quant à lui une impulsion mécanique de 50 Hz à la surface de la peau et mesure ensuite la vitesse de l'onde de cisaillement générée. Les techniques d'élastographie ARFI utilisent des impulsions «poussées» américaines concentrées pour déformer le tissu interne et générer des ondes de cisaillement. La nomenclature de l'élastographie ARFI dans la littérature n'est pas standardisée. Bien que pSWE et 2D SWE utilisent tous les deux ARFI pour générer des ondes de cisaillement, pSWE est souvent appelé élastographie ARFI dans des études publiées. Initialement disponibles cliniquement avec les systèmes Siemens (pSWE, Virtual Touch Quantification) et Supersonic Imagine (2D SWE), les méthodes ARFI sont maintenant intégrées dans les systèmes cliniques par d'autres grands fournisseurs tels que Philips, GE, Hitachi, Canon, Esaote et Samsung.

Une exploration par résonance magnétique disponible chez de nombreux constructeurs

Contrairement aux systèmes échographiques, qui génèrent des ondes de cisaillement et les reproduisent avec la même sonde, l'élastographie MR nécessite un matériel externe pour générer des ondes de cisaillement dans le tissu d'intérêt. Les propriétés mécaniques tissulaires sont quantifiées par l'inversion du «champ d'ondes» visualisé dans une carte du paramètre mécanique d'intérêt. Initialement introduite avec les systèmes GE, cette technique est désormais disponible avec les systèmes Siemens et Philips. Des précautions doivent être prises lors de la comparaison des résultats entre l'élastographie US et MR en raison des différents paramètres de sortie du signal.

La fibrose hépatique entraîne une augmentation de la rigidité. Comme les ondes de cisaillement traversent un tissu, leur vitesse dépend de la rigidité des tissus. Dans les tissus plus rigides, la vitesse de l'onde de cisaillement est plus grande.

Les bons résultats de l'IRM dans les études comparatives

Quelques études comparatives sur l'exactitude diagnostique des méthodes d'élastographie MR et d'élastographie échographique ont été publiées. Bien que l'élastographie MR ait été généralement considérée comme supérieure à TE pour diagnostiquer la fibrose dans les cohortes mixtes et les patients NAFLD, d'autres études ont trouvé que les deux techniques étaient similaires. Une méta-analyse évaluant l'exactitude diagnostique du pSWE (15 études, 2128 patients) et de l'élastographie MR (11 études, 982 patients) a montré que l'élastographie MR est plus précise que pSWE, en particulier pour diagnostiquer les stades précoces de fibrose. L'élastographie MR a également été comparée à la SWE 2D dans une cohorte d'étiologie mixte, avec une précision diagnostique comparable pour les deux techniques pour évaluer le stade d'avancement de la fibrose. Une étude récente a utilisé l'élastographie MR comme étalon de référence et a trouvé que les mesures d'élastographie SWE 2D et MR étaient bien corrélées.

Une méta-analyse de 13 études incluant 1163 patients a montré que pSWE avait une valeur prédictive similaire à celle de TE pour la fibrose avancée et la cirrhose, tandis que des études comparant TE à pSWE et 2D SWE ont trouvé des méthodes ARFI pour fournir des performances de diagnostic similaires ou supérieures à TE. Dans les comparaisons des trois méthodes, pSWE, SWE 2D et TE, SWE 2D était la méthode légèrement supérieure pour l'évolution de la fibrose, avec une fiabilité variable par rapport à pSWE.

Les limites de l'élastographie MR

Bien que considérée comme une technique très précise, l'élastographie MR du foie a quelques limites, notamment la sensibilité de la séquence GRE 2D au dépôt de fer. Le temps T2 * court du foie affecté par le dépôt de fer signifie que le rapport signal sur bruit d'une séquence GRE standard est trop faible, et donc incapable de restituer la propagation des ondes. Ceci a été résolu par l'introduction de séquences de spin-écho, qui sont principalement sensibles à la relaxation T2 et fournissent ainsi un rapport signal sur bruit plus élevé même dans des temps d'écho légèrement plus longs. Il existe, d'autre part, des preuves contradictoires sur l'effet de l'indice de masse corporelle (IMC) sur les mesures d'élastographie MR. Une étude récente a montré que l'IMC n'était pas un facteur contributif d'échec, mais le tour de taille était un facteur important d'échec. En revanche, une récente étude rétrospective portant sur la cause de l'échec de l'élastographie MR utilisant une séquence GRE 2D a montré que l'indice de masse corporelle, le dépôt de fer, l'ascite massive et l'utilisation du 3 T étaient associés. Le taux d'échec global était faible (3,5%) à 1,5 T, bien qu'il ait augmenté à 15,3% à 3 T, probablement en raison de la relaxation accrue de T2 * à un champ plus élevé.

La disponibilité et le coût d'examen comme frein majeur au développement de l'élastographie MR

Les techniques élastographiques US et MR sont désormais des méthodes précises pour le diagnostic quantitatif non invasif de la fibrose hépatique dans un large éventail d'étiologies. L'élastographie MR a donc une précision diagnostique légèrement supérieure à celle des méthodes TE et ARFI, tout en fournissant une mesure de la rigidité sur une plus grande surface du foie. Cependant, la technique nécessite une validation plus large et le coût plus élevé et la disponibilité limitée peuvent limiter son adoption dans le monde entier.

Le poids des données publiées sur TE a permis l'établissement de seuils de mesure pour la plupart des étiologies. Les méthodes ARFI ont montré une capacité de diagnostic similaire à TE, et il est raisonnable de supposer qu'une fois que suffisamment de données auront été acquises pour valider pleinement les méthodes ARFI, ils deviendront également un outil de mesure non invasive recommandé pour la stadification de la fibrose hépatique. L'émergence de techniques avancées telles que l'élastographie MR tridimensionnelle et la mesure des paramètres d'atténuation contrôlés en échographie peut augmenter la précision de la stadification de la fibrose et de la stéatose dans les maladies hépatiques, bien que davantage de données soient nécessaires.

Ref.: https://doi.org/10.1148/radiol.2018170601

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Actualité du parc IRM français en janvier 2020
23/01/2020 : Dans le cadre de notre revue du parc d’IRM français, on nous signale des évolutions en Bretagne, à Pontivy et Vannes, ainsi qu’à Sarlat.

Gestion des risques liés aux champs magnétiques : bientôt une journée scientifique dédiée
23/01/2020 : La Société Française de Radioprotection (SFRP) organise, en mars, une journée scientifique dédiée à la gestion des risques d’exposition aux rayonnements non ionisants. Les acteurs de l’imagerie par IRM devraient y glaner des réponses à leurs questions.

Explorer les pathologies hépatiques avec la spectroscopie par résonance magnétique
13/01/2020 : L’exploration des pathologies hépatiques a désormais un nouvel outil en préparation : la spectroscopie par résonnance magnétique. Cette technologie permet d’obtenir des données qualitatives et quantitatives à partir de la localisation de la fréquence d’un composé par rapport à celle de l’eau.  

L'IRM 4D pour l'évaluation des flux sanguins intracardiaques
06/01/2020 : En utilisant des cœurs de porcs activés dans une CEC, des chercheurs hollandais ont pu valider une méthode d’évaluation du débit sanguin intracardiaque ou le taux de régurgitation après remplacement de la valve aortique.

LE CH de Valenciennes se dote d'une IRM 3T
26/11/2019 : Le CH de Valenciennes vient de réaliser un renouvellement conséquent de son plateau technique. Une IRM 3T et un cockpit d’imagerie font partie des solutions acquises dans ce cadre.

Le CHU de Poitiers se dote de la première IRM 7T clinique de France
20/11/2019 : La première modalité IRM 7T à vocation clinique de France vient d’être inaugurée au CHU de Poitiers. Un investissement important a été mobilisé pour cette installation qui a fait l’objet de la construction d’un bâtiment spécifique et d’une salle d’examen surdimensionnée en dimensions et en blindage.

Comment explorer le pied de Charcot ?
20/11/2019 : Dans une revue des images médicales pour le diagnostic et la classification du pied de Charcot, une étude suisse identifie la radiographie conventionnelle et l’IRM comme moyens d’exploration privilégiés.

IVDr, ou l'étude métabolique des fluides biologiques par RMN
14/11/2019 : Le Laboratoire de chimie et biochimie pharmacologiques et toxicologiques se dote du premier IVDr en France, système d’analyse métabolique à haut débit des fluides biologiques chez l’Homme par résonance magnétique. Il sera inauguré le 3 décembre 2019 sur le Campus Saint-Germain-des-Prés.  

Prostate : ateliers pratiques d’IRM sur consoles
05/11/2019 : Forcomed propose une formation ciblée sur l’IRM prostatique multiparamétrique. Elle permet d’assurer notamment le classement PIRADS2 des lésions et d’effectuer un bilan d’extension.

Une session e-learning consacrée à la pathologie maligne du pelvis en IRM
22/10/2019 : Afin de parfaire leur formation en imagerie pelvienne oncologique et d'acquérir les clés pour participer à une RCP d'oncologie pelvienne, Forcomed propose aux radiologues une formation en e-learning sur l'IRM de la pathologie maligne du pelvis.


Le futur de la médecine nucléaire au prochain congrès ISI NucMed
24/02/2020 : Afin de préparer les acteurs de la médecine nucléaire à l’évolution future de cette spécialité, Arronax Nantes organise en juin prochain l’ISI NucMed, un congrès pluridisciplinaire traitant de production de nucléides, d’intelligence artificielle appliquée et de l’approche théranostique.

Coronavirus au scanner : des images différentes selon le stade d'évolution
21/02/2020 : Dans une nouvelle recherche publiée le 20 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs du Mount Sinai Health System de New York ont démontré que les images scanographiques dans les cas de coronavirus 19 (COVID-19) sont liées à l'évolution de l'infection.

Le Pôle Imagerie Médicale de l’AP-HM surfe sur la dynamique créée par le projet Imagerie Avenir Marseille (IAM-APHM)
14/02/2020 : Alors qu’il arrive à son terme, le projet de renouvellement des modalités d’imagerie du Pôle Imagerie Médicale (PIM) de l’AP-HM suscite bien des espoirs. La dynamique créée par la forte implication des équipes médicales, paramédicales, techniques, biomédicales et administratives et le dialogue constructif qu’il a favorisé permettront d’améliorer la cohésion et la montée en compétences de tous les acteurs du pôle et des directions concernées.

Découvrez les images du coronavirus mises à jour dans Spectrum of imaging
13/02/2020 : « Radiology of Coronavirus : Spectrum of imaging », édité par la Revue Radiology, est une page web mise à jour continuellement. Elle fournit aux radiologues un panel de cas cliniques pour les assister dans leur décision.

Une évocation de l'imagerie médicale de demain au MDCT 2020
12/02/2020 : Le scanner spectral, la radiologie interventionnelle et l’intelligence artificielle ont constitué les thématiques majeures développées lors du 9ème Symposium Scanner volumique. Un événement qui a laissé entrevoir ce que pourrait être l’imagerie médicale diagnostique et thérapeutique à moyen terme.

Dépistage du cancer du poumon : la FNMR interpelle à nouveau les pouvoirs publics
11/02/2020 : Suite aux bons résultats de la récente étude NELSON, la FNMR vient réitérer, par communiqué, sa demande auprès des pouvoirs publics d’étudier la mise en place du dépistage du cancer du poumon par scanner low dose.

De nouvelles données pour identifier le coronavirus 2019-nCoV au scanner
11/02/2020 : Les signes détaillés du coronavirus 2019-nCoV viennent de faire l’objet d’une nouvelle étude parue dans la Revue Radiology. Des images en verre dépoli majoritairement périphériques et postérieures sont caractéristiques au scanner.

France Imageries Territoires, un vent de jeunesse dans la communauté
11/02/2020 : Le réseau de radiologues France Imageries Territoires compte désormais 270 praticiens. Les activités du groupe attirent de plus en plus de jeunes radiologues, les moins de 45 ans formant la majorité des adhérents.

L'étude NELSON promeut le dépistage du cancer du poumon par scanner
10/02/2020 : Le New England Journal of Medicine a publié, dernièrement les résultats de l’étude NELSON sur le dépistage du cancer du poumon chez les fumeurs. Il semble que le scanner low dose puisse significativement réduire le taux de mortalité de ces populations.

Deux nouvelles études en faveur de la tomothérapie pour le cancer du rectum
07/02/2020 : Deux nouvelles études internationales apportent une nouvelle fois la preuve des bénéfices apportés par la tomothérapie dans la prise en charge du cancer avancé du rectum. Combinée à la chimiothérapie et à la chirurgie, cette méthode apporte des résultats très satisfaisants.


Coronavirus au scanner : des images différentes selon le stade d'évolution
21/02/2020 : Dans une nouvelle recherche publiée le 20 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs du Mount Sinai Health System de New York ont démontré que les images scanographiques dans les cas de coronavirus 19 (COVID-19) sont liées à l'évolution de l'infection.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Une évocation de l'imagerie médicale de demain au MDCT 2020
12/02/2020 : Le scanner spectral, la radiologie interventionnelle et l’intelligence artificielle ont constitué les thématiques majeures développées lors du 9ème Symposium Scanner volumique. Un événement qui a laissé entrevoir ce que pourrait être l’imagerie médicale diagnostique et thérapeutique à moyen terme.

Réglementation concernant les appareils mobiles des cabinets dentaires
17/05/2016 : Les appareils mobiles ou portables générant des rayons X au sein des cabinets dentaires font désormais l’objet d’une surveillance identique à un poste fixe. C’est ce qu’a rappelé l’ASN dans une note datée du 2 mai 2016.

Le futur de la médecine nucléaire au prochain congrès ISI NucMed
24/02/2020 : Afin de préparer les acteurs de la médecine nucléaire à l’évolution future de cette spécialité, Arronax Nantes organise en juin prochain l’ISI NucMed, un congrès pluridisciplinaire traitant de production de nucléides, d’intelligence artificielle appliquée et de l’approche théranostique.

Le retour du modificateur Z officialisé dans un arrêté !
28/08/2019 : Le modificateur Z devrait bientôt faire son retour dans la nomenclature des actes de radiologie. C'est en tout cas ce qui annoncé dans l''Arrêté du 14 août 2019 paru au Journal Officiel.

La recherche sur l'IA en imagerie avance avec le Data Challenge
25/10/2019 : Le Pr Nathalie Lassau, Professeur de Radiologie à l'Université Paris Sud et Co-Directrice du laboratoire d Imagerie IR4M (UPSUD/ CNRS) à l'Institut Gustave Roussy, est la responsable du Data Challenge dont la première édition a été organisée aux JFR 2018. Nous l'avons rencontrée pour une évocation des améliorations apportées, en 2019, à cette compétition.

De nouvelles données pour identifier le coronavirus 2019-nCoV au scanner
11/02/2020 : Les signes détaillés du coronavirus 2019-nCoV viennent de faire l’objet d’une nouvelle étude parue dans la Revue Radiology. Des images en verre dépoli majoritairement périphériques et postérieures sont caractéristiques au scanner.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.