Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > Ultrasons ou résonance magnétique: faites votre choix pour l'élastographie hépatique !

Ultrasons ou résonance magnétique: faites votre choix pour l'élastographie hépatique !

MARDI 20 MARS 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

L'élastographie par résonance magnétique se place comme un examen de référence pour l'évaluation de la fibrose hépatique. Une enquête publiée dans la revue Radiology se propose de la comparer avec l'élastographie échographique.

RSNA

Les maladies chroniques du foie comme les hépatites B et C, la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) et secondaire à l'abus d'alcool peuvent entraîner une fibrose hépatique, qui est le résultat d'une lésion hépatique chronique.

Le stade final de la fibrose hépatique est la cirrhose, qui peut entrainer des complications telles l'hypertension portale, l'insuffisance hépatique et le carcinome hépatocellulaire (CHC). Il existe des preuves que lorsque la cause sous-jacente est éliminée, la fibrose hépatique peut régresser ou se stabiliser. Une étude parue dans la revue Radiology se propose de faire une revue des méthodes alternatives non invasives d'évaluation tissulaire du foie que sont, avec les marqueurs sériques, l'élastographie échographique (US) ou par résonance magnétique (MR).

De nombreuses techniques de mesure de l'élasticité du foie par échographie

L'élastographie décrit les propriétés mécaniques des tissus, notamment leur élasticité, et les contraintes qui leur sont appliquées. Dans les méthodes d'élastographie quantitative, une onde de cisaillement est générée de manière transitoire, par une seule impulsion mécanique, ou dynamiquement, par l'application continue d'ondes acoustiques. Les méthodes quantitatives d'élastographie US comprennent des techniques d'élastographie transitoire (TE) et de force de rayonnement acoustique (ARFI) telles que l'élastographie par ondes de cisaillement ponctuelles (pSWE) et l'élastographie par ondes de cisaillement bidimensionnelles (2DSWE).

Le système FibroScan délivre quant à lui une impulsion mécanique de 50 Hz à la surface de la peau et mesure ensuite la vitesse de l'onde de cisaillement générée. Les techniques d'élastographie ARFI utilisent des impulsions «poussées» américaines concentrées pour déformer le tissu interne et générer des ondes de cisaillement. La nomenclature de l'élastographie ARFI dans la littérature n'est pas standardisée. Bien que pSWE et 2D SWE utilisent tous les deux ARFI pour générer des ondes de cisaillement, pSWE est souvent appelé élastographie ARFI dans des études publiées. Initialement disponibles cliniquement avec les systèmes Siemens (pSWE, Virtual Touch Quantification) et Supersonic Imagine (2D SWE), les méthodes ARFI sont maintenant intégrées dans les systèmes cliniques par d'autres grands fournisseurs tels que Philips, GE, Hitachi, Canon, Esaote et Samsung.

Une exploration par résonance magnétique disponible chez de nombreux constructeurs

Contrairement aux systèmes échographiques, qui génèrent des ondes de cisaillement et les reproduisent avec la même sonde, l'élastographie MR nécessite un matériel externe pour générer des ondes de cisaillement dans le tissu d'intérêt. Les propriétés mécaniques tissulaires sont quantifiées par l'inversion du «champ d'ondes» visualisé dans une carte du paramètre mécanique d'intérêt. Initialement introduite avec les systèmes GE, cette technique est désormais disponible avec les systèmes Siemens et Philips. Des précautions doivent être prises lors de la comparaison des résultats entre l'élastographie US et MR en raison des différents paramètres de sortie du signal.

La fibrose hépatique entraîne une augmentation de la rigidité. Comme les ondes de cisaillement traversent un tissu, leur vitesse dépend de la rigidité des tissus. Dans les tissus plus rigides, la vitesse de l'onde de cisaillement est plus grande.

Les bons résultats de l'IRM dans les études comparatives

Quelques études comparatives sur l'exactitude diagnostique des méthodes d'élastographie MR et d'élastographie échographique ont été publiées. Bien que l'élastographie MR ait été généralement considérée comme supérieure à TE pour diagnostiquer la fibrose dans les cohortes mixtes et les patients NAFLD, d'autres études ont trouvé que les deux techniques étaient similaires. Une méta-analyse évaluant l'exactitude diagnostique du pSWE (15 études, 2128 patients) et de l'élastographie MR (11 études, 982 patients) a montré que l'élastographie MR est plus précise que pSWE, en particulier pour diagnostiquer les stades précoces de fibrose. L'élastographie MR a également été comparée à la SWE 2D dans une cohorte d'étiologie mixte, avec une précision diagnostique comparable pour les deux techniques pour évaluer le stade d'avancement de la fibrose. Une étude récente a utilisé l'élastographie MR comme étalon de référence et a trouvé que les mesures d'élastographie SWE 2D et MR étaient bien corrélées.

Une méta-analyse de 13 études incluant 1163 patients a montré que pSWE avait une valeur prédictive similaire à celle de TE pour la fibrose avancée et la cirrhose, tandis que des études comparant TE à pSWE et 2D SWE ont trouvé des méthodes ARFI pour fournir des performances de diagnostic similaires ou supérieures à TE. Dans les comparaisons des trois méthodes, pSWE, SWE 2D et TE, SWE 2D était la méthode légèrement supérieure pour l'évolution de la fibrose, avec une fiabilité variable par rapport à pSWE.

Les limites de l'élastographie MR

Bien que considérée comme une technique très précise, l'élastographie MR du foie a quelques limites, notamment la sensibilité de la séquence GRE 2D au dépôt de fer. Le temps T2 * court du foie affecté par le dépôt de fer signifie que le rapport signal sur bruit d'une séquence GRE standard est trop faible, et donc incapable de restituer la propagation des ondes. Ceci a été résolu par l'introduction de séquences de spin-écho, qui sont principalement sensibles à la relaxation T2 et fournissent ainsi un rapport signal sur bruit plus élevé même dans des temps d'écho légèrement plus longs. Il existe, d'autre part, des preuves contradictoires sur l'effet de l'indice de masse corporelle (IMC) sur les mesures d'élastographie MR. Une étude récente a montré que l'IMC n'était pas un facteur contributif d'échec, mais le tour de taille était un facteur important d'échec. En revanche, une récente étude rétrospective portant sur la cause de l'échec de l'élastographie MR utilisant une séquence GRE 2D a montré que l'indice de masse corporelle, le dépôt de fer, l'ascite massive et l'utilisation du 3 T étaient associés. Le taux d'échec global était faible (3,5%) à 1,5 T, bien qu'il ait augmenté à 15,3% à 3 T, probablement en raison de la relaxation accrue de T2 * à un champ plus élevé.

La disponibilité et le coût d'examen comme frein majeur au développement de l'élastographie MR

Les techniques élastographiques US et MR sont désormais des méthodes précises pour le diagnostic quantitatif non invasif de la fibrose hépatique dans un large éventail d'étiologies. L'élastographie MR a donc une précision diagnostique légèrement supérieure à celle des méthodes TE et ARFI, tout en fournissant une mesure de la rigidité sur une plus grande surface du foie. Cependant, la technique nécessite une validation plus large et le coût plus élevé et la disponibilité limitée peuvent limiter son adoption dans le monde entier.

Le poids des données publiées sur TE a permis l'établissement de seuils de mesure pour la plupart des étiologies. Les méthodes ARFI ont montré une capacité de diagnostic similaire à TE, et il est raisonnable de supposer qu'une fois que suffisamment de données auront été acquises pour valider pleinement les méthodes ARFI, ils deviendront également un outil de mesure non invasive recommandé pour la stadification de la fibrose hépatique. L'émergence de techniques avancées telles que l'élastographie MR tridimensionnelle et la mesure des paramètres d'atténuation contrôlés en échographie peut augmenter la précision de la stadification de la fibrose et de la stéatose dans les maladies hépatiques, bien que davantage de données soient nécessaires.

Ref.: https://doi.org/10.1148/radiol.2018170601

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

La cartographie T2 comme biomarqueur de dégénérescence méniscale
20/09/2019 : Le temps de relaxation T2 pourrait servir de biomarqueur de dégénérescence méniscale. C'est ce que montre une étude hollandaise publiée dans la Revue European Radiology.

Hypertrophie du VG : signe avant coureur de maladie coronarienne
13/09/2019 : Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, l'hypertrophie ventriculaire gauche est un facteur prédictif de la mortalité et de l'insuffisance cardiaque liés à la maladie coronarienne. Dans ce cadre, l'IRM du VG serait plus prédictive que le coroscanner.

Gadolinium et grossesse: des risques significatifs d'exposition fœtale
06/09/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un nombre limité mais préoccupant de femmes sont exposées à un produit de contraste au gadolinium au début de leur grossesse. Les chercheurs suggèrent de mener des mesures efficaces de dépistage de la grossesse afin de réduire l'exposition par inadvertance à ces agents de contraste en début de grossesse.

Actualité du parc IRM français...et limitrophe
05/09/2019 : En cet été 2019, plusieurs modalités d'IRM ont été installées, notamment à Guéret, sur la Côte fleurie et à la Chaux-de-Fonds notamment.

Les dangers du vapotage étudiés par l'IRM fonctionnelle
04/09/2019 : Le vapotage se développe depuis quelques années, notamment pour ceux qui souhaitent arrêter de fumer. Mais il a un effet immédiat sur la fonction vasculaire, même lorsque la solution ne contient pas de nicotine, selon les résultats d'une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology.

Le chant du criquet qui attaque le cerveau
23/08/2019 : Le "Syndrome du criquet de l'ambassade des USA à Cuba" semble avoir trouvé une explication scientifique. C'est ce que montre une étude utilisant l'IRM fonctionnelle parue dans le Journal of the American Medical Association.

Traitement de la TDAH : des effets nocifs pour la substance blanche des jeunes enfants
19/08/2019 : Selon une étude publiée dans la revue Radiology, un médicament utilisé pour traiter le trouble déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) semble affecter le développement de la substance blanche chez les enfants atteints de ce trouble. Les mêmes effets n'ont pas été observés chez les adultes atteints de cette pathologie.

Formation à l'imagerie IRM du pelvis féminin
13/08/2019 : Forcomed propose des formations spécifiques à l'imagerie IRM des pathologies du pelvis féminin. Elles sont scindées en trois programmes distincts, dont un consacré au perfectionnement.

L'aimant du projet Yseult a atteint 11,7T !
23/07/2019 : Le champ magnétique maximal vient d'être atteint pour un aimant à vocation diagnostique IRM. Les équipes du projet Iseult du CEA ont atteint les 11,7T le 18 juillet 2019.

Étude sur les facteurs de risques liés aux produits de contrastes gadolinés
09/07/2019 : Des réactions allergiques aigües ou physiologiques peuvent être provoquées par certains types de produits de contraste gadolinés. C'est ce que conclut une étude publiée dans la Revue Radiology qui évoque également le sexe des patients ou la région anatomique explorée parmi les facteurs de risques.


Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
18/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Les dangers des injections de stéroïdes dans les articulations
18/10/2019 : Selon un article spécial publié dans la revue Radiology, les injections de corticostéroïdes utilisées pour traiter la douleur de l'arthrose à la hanche et au genou pourraient être plus dangereuses qu'on ne le pensait auparavant. Les chercheurs ont suggéré d'intégrer dans les formulaires de consentement les risques associés à ces injections.

Développement des compétences en matière de radioprotection
17/10/2019 : Note d’information n° DGOS/RH4/DGCS/4B/2019/160 du 8 juillet 2019 relative aux orientations retenues pour 2020 en matière de développement des compétences des établissements publics de santé parmi lesquelles la radioprotection des patients.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Esaote célèbre le nouveau MyLab X8 aux Journées Francophones de Radiologie (JFR)
09/10/2019 : En présentant, aux JFR 2019, sa nouvelle plateforme MyLab™X8, Esaote mettra une nouvelle fois en lumière son dynamisme en matière de d'innovation, de recherche et de développement. Ses fonctionnalités avancées, gages de workflow et de qualité d'image améliorés, seront dévoilées le 11 octobre sur le stand de la société internationale.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Radioprotection du patient: quelques modifications publiées dans un Arrêté
07/10/2019 : Les dispositions prises par l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) dans sa Décision du 11 juin 2019 viennent de faire l'objet d'un Arrêté su Ministère. La fréquence des formations à la radioprotection du patient, les professionnels concernés e les méthodes pédagogiques sont notamment concernés par ce document.

La communauté radiologique toujours mobilisée pour Octobre rose
07/10/2019 : La campagne de communication Octobre rose bat son plein en ce mois d'octobre. Et même si certains ne sont toujours pas convaincus par celle-ci, la communauté radiologique, FNMR en tête, continue de se mobiliser pour donner plus d'impact à cette action de Santé publique.

JFR 2019: le rendez-vous des grandes nouveautés Samsung Healthcare
07/10/2019 : À l’occasion de la prochaine édition des JFR (sous le thème « Le radiologue augmenté »), Samsung Healthcare vous invite à découvrir une nouvelle vision de l’expérience utilisateur, résolument tournée vers l’intelligence artificielle et les technologies avancées.


Une plateforme dédiée pour choisir un moteur d'IA pertinent
03/10/2019 : Acteur historique de l'informatique de Santé, Softway Medical propose une offre d'intelligence artificielle tout à fait originale. À partir d'un catalogue de moteurs d'IA, le radiologue pourra choisir celui qui répondra précisément à ses besoins. Rendez-vous aux JFR 2019 pour découvrir cette nouvelle offre.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

État des lieux de la radiothérapie en France
29/05/2017 : L’Observatoire de la radiothérapie propose, pour la période 2009-13, une photographie exhaustive de l’évolution de cette discipline. Si les traitements spécialisés de type RCMI augmentent significativement, le nombre de radiothérapeutes par service reste stable.

Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
18/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Les avantages du scanner spectral dans un service d'urgences
27/10/2017 : Le scanner spectral IQon de Philips a été installé pour la première fois en Europe à l'hôpital universitaire St-Luc de Bruxelles. Nous avons rencontré le Pr Emmanuel Coche, Chef du service de radiologie, pour un retour d'expérience sur les usages de cette technologie innovante.

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

DxPlanning DR coordonne la complexité des unités d'imagerie
14/10/2013 :   La solution DxPlanning DR de Medasys se présente comme un véritable tableau de service électronique, conçu pour l'organisation des unités d'imagerie et la coordination des équipes médicales. Élaborée avec le concours du Pr Pierre-Jean Valette aux Hospices Civils de Lyon, elle répond aux aspirations des gestionnaires de services, qui pourront l'évaluer lors des démonstrations proposées par Medasys aux JFR 2013