Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiologie générale diagnostique > L'importance de l'imagerie médicale lors des jeux olympiques de Rio

L'importance de l'imagerie médicale lors des jeux olympiques de Rio

LUNDI 26 FéVRIER 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Plus de mille examens d'imagerie ont été pratiqués sur les 11 000 athlètes qui ont participé aux Jeux olympiques de Rio en 2016, dont 60% d'IRM. Ce sont, entre autres, les résultats d'une étude publiée en ligne dans la revue Radiology, qui permettra d'anticiper l'organisation médicale des prochaines éditions.

RSNA

Les Jeux Olympiques comportent, pour les athlètes, un risque de blessure important. Lorsque des blessures surviennent, il est essentiel qu'elles soient évaluées rapidement.

Des risques de blessure accrus pour les athlètes de haut niveau

Selon une nouvelle étude publiée en ligne dans la revue Radiology, les services d'imagerie sur place jouent un rôle important dans la gestion des athlètes olympiques souffrant de blessures et de troubles liés au sport. "Les Jeux Olympiques d'été sont considérés comme l'événement sportif le plus important au monde. Les athlètes en compétition sont au sommet de leur carrière et s'entraînent depuis des années pour pouvoir participer aux jeux à un haut niveau, remarque l'auteur principal le Pr Ali Guermazi, vice-président du département de radiologie à la Boston University School of Medicine, Massachusetts, et radiologue ostéo-articulaire au Boston Medical Center. Malheureusement, ces athlètes d'élite sont à risque de blessures et les équipes médicales sur place font tout pour assurer un retour rapide à la compétition ou amorcer les traitements appropriés pour les traumatismes plus graves."

Identifier le taux d'utilisation de l'activité d'imagerie médicale lors des jeux olympiques

Les Jeux olympiques d'été de Rio de Janeiro 2016 ont attiré plus de 11 000 athlètes de 206 pays différents. Pendant les jeux, quelques 1 015 examens radiologiques ont été effectués sur les athlètes participants. "L'imagerie est primordiale pour déterminer si un athlète blessé est capable de revenir à la compétition, poursuit le Pr Guermazi. Les absences anticipées pour la compétition ou les entrainements sont souvent basées sur des résultats d'imagerie. En cas de blessure grave, l'imagerie aidera à déterminer la meilleure approche thérapeutique. "

Le Dr Guermazi et ses collègues ont entrepris de décrire la survenue de microtraumatismes, de fractures et de troubles musculaires et tendineux liés à l'imagerie, et de documenter l'utilisation de l'imagerie aux rayons X, aux ultrasons et à l'IRM. "Nous voulions aller plus loin sur l'explication des types de blessures que subissent les athlètes, à partir des examens d'imagerie, et aussi mettre l'accent sur les taux d'utilisation des services d'imagerie pendant les Jeux Olympiques", déclare-t-il. Les chercheurs ont collecté et analysé les données relatives aux examens d'imagerie et les ont classées en fonction du sexe, de l'âge, du pays participant, du type de sport et de la partie du corps.

60% des examens réalisés lors des compétitions sont des IRM

Les résultats ont montré que 1 101 blessures sont survenues chez 718 des 11 274 athlètes. Sur les 1 015 examens d'imagerie effectués, 304 (30%) étaient des radiographies, 104 (10,2%) des échographies et 607 (59,8%) des IRM. "La pertinence de l'imagerie est renforcée par le fait qu'un grand nombre d'examens d'imagerie avancés ont été demandés, l'IRM représentant près de 60% de toutes les images réalisées pour le diagnostic de blessures liées au sport», précise le Pr Guermazi.

Les athlètes d'Europe ont subi le plus d'examens avec 103 radiographies, 39 échographies et 254 IRM, mais les athlètes africains ont eu le taux d'utilisation le plus élevé (14,8%). Parmi les sports, la gymnastique (artistique) avait le pourcentage le plus élevé d'athlètes qui utilisaient l'imagerie (15,5%), suivi par le Taekwondo (14,2%) et le beach-volley (13,5%). L'athlétisme a quant à lui motivé le plus d'examens (293, dont 53 radiographies, 50 échographies et 190 IRM). "Dans certains sports, comme le beach-volley ou le Taekwondo, le taux d'utilisation élevé était quelque peu inattendu, a poursuit-il. Ces chiffres peuvent aider à anticiper l'organisation médicale des événements futurs et aidera également à analyser pourquoi certains sports sont à risque plus élevé de blessures et comment ces blessures peuvent éventuellement être évitées."

Des résultats qui permettront d'anticiper l'organisation médicale des prochaines éditions

Le membre inférieur a été le plus exploré par l'imagerie dans ce cadre, suivi du membre supérieur. Parmi les lésions musculaires, 83,9% ont affecté les muscles des membres inférieurs. Les sports les plus sujets aux blessures musculaires étaient l'athlétisme, le football et l'haltérophilie. L'athlétisme représentait également 34,6% de toutes les blessures aux tendons. 84% des micro-traumatismes ont été observés dans les membres inférieurs, le plus souvent observées en athlétisme, volleyball, gymnastique artistique et escrime. Les fractures étaient plus fréquentes en athlétisme, en hockey et en cyclisme. Près de la moitié étaient des fractures des membres supérieurs.

"Deux pics d'utilisation de l'imagerie ont été observés, les cinquième et douzième jours des jeux, conclut le Pr Guermazi. Cela correspond probablement au calendrier des épreuves de judo et d'athlétisme, les deux sports montrant des taux d'utilisation proportionnellement élevés. Ces résultats aideront à planifier une disponibilité accrue des services d'imagerie pendant les pics attendus. L'imagerie continue d'être cruciale pour établir des diagnostics rapides et pertinents qui aident à la prise de décision médicale lors de ces événements".

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Optimiser l’accueil du patient : 3 programmes de formation au choix et ultraciblés pour les équipes de secrétariat
03/12/2019 : A partir de janvier 2020, Forcomed lance 3 nouveaux programmes spécialement conçus pour les équipes d’accueil et de secrétariat de centres d'imagerie médicale, deux en présentiel et une en e-learning.

Le diplôme européen de radiologie (EDiR) gagne du terrain
04/11/2019 : L’EDiR est désormais reconnu dans par une majorité de sociétés savantes nationales en radiologie. Il fait désormais l’objet d’un guide et d’une application dédiés pour faciliter le travail des candidats à l’examen.

Les dangers des injections de stéroïdes dans les articulations
18/10/2019 : Selon un article spécial publié dans la revue Radiology, les injections de corticostéroïdes utilisées pour traiter la douleur de l'arthrose à la hanche et au genou pourraient être plus dangereuses qu'on ne le pensait auparavant. Les chercheurs ont suggéré d'intégrer dans les formulaires de consentement les risques associés à ces injections.

Améliorer le dépistage du très redouté cancer du sein masculin
04/10/2019 : Selon une étude parue dans la Revue Radiology, le dépistage du cancer du sein masculin peut permettre une détection précoce de la maladie. Elle peut s'avérée très utile chez les hommes présentant un risque élevé de contracter la maladie.

La FNMR soutient les biologistes en grève
24/09/2019 : Les biologistes médicaux sont en grève pour protester contre les baisses tarifaires souhaitées par l'Assurance Maladie. La FNMR, qui a été confrontée à une épisode similaire dernièrement, soutient ce mouvement.

Un patient bien informé pour un examen de qualité
10/09/2019 : Les informations concernant un examen d'IRM ou de scanner sont très importantes pour les patients. Ce constat a été validé par les résultats d'une enquête récente.

Du nouveau sur les mécanismes d'activation du choc anaphylactique
04/09/2019 : Des chercheurs de plusieurs institutions scientifiques et hospitalières françaises ont identifié un nouveau type d'anticorps pouvant provoquer un choc anaphylactique. Ils tentent désormais le moyen de les bloquer.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Autorisations de matériels lourds : comment faire ?
03/09/2019 : Pour les praticiens souhaitant étendre l'activité de leur centre, Forcomed organise une formation dédiée aux autorisations de matériels lourds. Elle se tiendra le 20 septembre 2019.

Pénurie de médecins radiologues en Algérie
29/08/2019 : L'Hôpital public de Thénia (Algérie) ne produit plus d'examens radiologiques, malgré un parc de modalités suffisant. Cette situation est due à un manque de médecin radiologue.


Des workflows améliorés grâce aux fonctionnalités du RIS/PACS nehs
12/12/2019 : Le RIS et le PACS commercialisés par nehs et utilisés par le groupe de radiologues IM2P permettent de mutualiser les données images et les interprétations des examens générés par le groupe. Le Dr Pierre-Yves Genson, radiologue IM2P et Samuel Gevrey, Responsable technique IM2P, nous parlent des améliorations apportées au workflow de patients, grâce notamment à la reconnaissance vocale intégrée ainsi qu’à la prise de rendez-vous à partir du RIS.

Le scanner spectral à comptage photonique confirme son potentiel clinique
11/12/2019 : Le scanner spectral à comptage photonique confirme son potentiel en tant que technologie de rupture en tomodensitométrie. En amont du prochain MDCT 2020, où il s’exprimera à ce sujet, nous avons rencontré le Pr Philippe Douek, l’un des pionniers dans ce domaine, qui fait un point sur la recherche fondamentale sur ce champ, mais également sur la recherche clinique qui engendre des protocoles très prometteurs.

Le JT du RSNA du 10 décembre 2019
11/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les outils d’IA d’Hologic et Intrasense les solutions de financement et de valorisation Verso Healthcare, ainsi qu’une interview du Dr Jean-Philippe Masson.

La diversité, une des conditions de l'innovation et de l'excellence en imagerie médicale
10/12/2019 : En collaborant à une étude sur la condition de la femme dans le domaine de la radiologie, des membres éminents de la communauté scientifique radiologique européens et nord-américains ont donné suite au programme « Women in focus » qui avait été organisé lors de l’ECR 2019. Il en résulte une prise de position en faveur de la diversité, une des conditions de l’innovation et de l'excellence.

Le JT du RSNA du 7 décembre 2019
09/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, un numéro particulier depuis le consulat de France à Chicago. Retour ensuite sur les stands pour des interviews au sujet d’Azmed, Casis, DMS Imaging ainsi que pour des solutions d’e-santé.

Installer une salle interventionnelle ou une hybride ? L'ANAP a étudié la question
06/12/2019 : L’ANAP vient de publier un guide d’aide à la décision pour les promoteurs de salle hybride interventionnelle en établissement de Santé. Ce document montre comment le projet médico-soignant du secteur impacte le choix du matériel et la réussite du processus d’installation.

Le JT du RSNA du 5 décembre 2019
06/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les nouveaux algorithmes Terrarecon et le système de reconstruction Sitech Neuton. Le Dr Novellas et le Dr Delemar concluent en évoquant le contenu scientifique du congrès.

Le JT du RSNA du 4 décembre 2019
05/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, un numéro spécial Philips de nouveautés en IRM, scanner et échographie notamment.

Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome
04/12/2019 : Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Le JT du RSNA du 3 décembre 2019
04/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les nouveautés EOS, l’intelligence artificielle selon GE Healthcare, la situation de Guerbet et les interventions du Dr Dominique NGuyen et du Dr Victor Delemar.


Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome
04/12/2019 : Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Le retour du modificateur Z officialisé dans un arrêté !
28/08/2019 : Le modificateur Z devrait bientôt faire son retour dans la nomenclature des actes de radiologie. C'est en tout cas ce qui annoncé dans l''Arrêté du 14 août 2019 paru au Journal Officiel.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

La diversité, une des conditions de l'innovation et de l'excellence en imagerie médicale
10/12/2019 : En collaborant à une étude sur la condition de la femme dans le domaine de la radiologie, des membres éminents de la communauté scientifique radiologique européens et nord-américains ont donné suite au programme « Women in focus » qui avait été organisé lors de l’ECR 2019. Il en résulte une prise de position en faveur de la diversité, une des conditions de l’innovation et de l'excellence.

COMMENT PRÉVENIR LA RÉCIDIVE D'ANÉVRISME INTRA-CÉRÉBRAL ?
10/06/2015 : Des protocoles de suivi à 10 ans par angio-IRM pourraient s'avérer nécessaire afin de prévenir les récidives d'anévrisme intracrânien. C'est ce qui ressort d'une étude publiée dans Radiology.

Le coroscanner comme alternative à la scintigraphie myocardique
23/02/2016 : Par son aptitude à fournir des données fonctionnelles en complément de l'exploration morphologique des artères coronaires, le coroscanner fait partie désormais des concurrents à la scintigraphie myocardique. C'est ce qu'a affirmé le Pr Philippe Douek lors du dernier Symposium Scanner Volumique.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

Installer une salle interventionnelle ou une hybride ? L'ANAP a étudié la question
06/12/2019 : L’ANAP vient de publier un guide d’aide à la décision pour les promoteurs de salle hybride interventionnelle en établissement de Santé. Ce document montre comment le projet médico-soignant du secteur impacte le choix du matériel et la réussite du processus d’installation.

Les PACS open source : une solution fiable et économique pour les professionnels de santé
25/05/2013 : “Toute image, n'importe quand, n'importe où, c'est le mantra », expliquait le professeur Ruben Mezrich, (théoricien des PACS à l’université de Baltimore),