Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > Étude multicentrique sur un protocole rapide d'IRM mammaire

Étude multicentrique sur un protocole rapide d'IRM mammaire

MARDI 13 FéVRIER 2018 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

En décembre 2017, le Dr Guillaume Oldrini, praticien spécialiste à l’Institut de Cancérologie de Lorraine, a obtenu un Programme Hospitalier de Recherche Clinique national pour l’étude « Breast01, Validation de l’utilisation du protocole abrégé en IRM mammaire ». Cette étude multicentrique sur 1 400 patientes vise à optimiser l'occupation des unités d'IRM mammaire tout en préservant les capacités diagnostiques de l’examen.

IRM mammaire

Si l'on se réfère aux recommandations de bonnes pratiques de la Société européenne des spécialistes du cancer du sein (EUSOMA), les examens d'IRM mammaire durent 30 minutes.

Un protocole FAST d'IRM mammaire préservant la sensibilité et la spécificité de l’examen

Ainsi, l'IRM mammaire a des coûts directs et indirects élevés qui limitent son utilisation plus large, d'autant plus que les protocoles actuels d'IRM mammaire nécessitent un temps considérable pour l'acquisition et l'interprétation. En outre, comme c'est particulièrement le cas dans certains pays européens comme la France, le nombre d’IRM est actuellement insuffisant pour répondre à ses indications croissantes. Kuhl et al. ont été les premiers à montrer que l'utilisation d'un protocole abrégé (le protocole "FAST") est réalisable sans compromettre la sensibilité et la spécificité par rapport au protocole conventionnel (le protocole "FULL"), dans une population de femmes dépistées par IRM.

Des temps d'acquisition divisés par cinq

Le protocole "FAST" correspond au protocole "FULL" qui s'arrête après la première série après injection. Alors que le protocole "FULL" comprend plusieurs acquisitions pondérées T2 et T1 avant injection et 3D tardives qui nécessitent 12 min 49 secondes d'acquisition, le protocole ‘FAST’ est limité au masque 3DT1 avant injection et à un 3DT1 après injection qui permet de diminuer fortement le temps d'acquisition à 2 min 52 secondes. L'utilisation d'un protocole "FAST" permet non seulement un temps d'examen plus court, mais aussi une interprétation plus rapide par le radiologue. Il promet d'avoir un impact considérable sur l'interprétation et peut devenir le standard pour le dépistage du cancer du sein dans un proche avenir.

Une étude par suivi systématique pour éviter les biais de sélection

Plusieurs publications concernant cette question importante ont souligné la capacité d'un protocole abrégé à détecter les cancers dans certaines indications particulières comme le bilan local de cancer, la discordance mammo-échographique ou le dépistage des patientes à haut risque. Il y a peu d'études sur le protocole abrégé pour les indications d'IRM mammaire habituelles. En outre, dans les études publiées rétrospectivement, le gold-standard est basé uniquement sur les lésions prouvées histologiquement, ce qui conduit à un biais de sélection. Le suivi systématique prospectif évitera un tel biais. Cette étude faisant l'objet d'un Programme Hospitalier de Recherche Clinique national (PHRC-K 2017), va tenter de démontrer une non-infériorité de la sensibilité du protocole "FAST" par rapport au protocole "FULL". Les reproductibilités intra et inter-lecteurs seront évaluées pour les deux protocoles.

Des praticiens confirmés dans chaque centre pour comparer les protocoles FAST et FULL

Il s'agit d'une étude multicentrique prospective sur 1400 patientes dans les centres spécialisés français d'IRM mammaire. Chaque centre est un centre expert en France en IRM mammaire et les radiologues sont membres de la société française d'imagerie de la femme (SIFEM). Chaque IRM sera effectuée dans chaque centre selon le protocole "FULL". Les soins aux patientes ne seront pas modifiés par l'étude puisque la lecture de l’IRM mammaire, pour l'étude, se fera en dehors des soins standard. Les patientes seront surveillées selon la pratique clinique habituelle. La lecture des deux protocoles "FULL" et "FAST" sera effectuée dans chaque centre par un radiologue expérimenté, de manière indépendante et dans un ordre aléatoire avec au moins un délai de deux mois entre les deux lectures. Toutes les patientes seront contactées par téléphone à 12 et 24 mois après la réalisation de l’IRM par une infirmière de recherche clinique pour déterminer si les patientes ont réalisé d’autre(s) imagerie(s) mammaire(s), quels en étaient les résultats et si elles présentent des pathologies mammaires.

Composante médico-économique et évaluation de l'augmentation du workflow

Une composante médico-économique évaluera les avantages d'un protocole abrégé s’il était appliqué dans la pratique réelle. Un modèle d'événements discrets sera également développé pour évaluer l'augmentation du workflow d'IRM due au protocole "FAST" dans les centres de cancérologie. Les informations recueillies seront également utiles pour effectuer un calcul des coûts du protocole ‘FAST’ par rapport à l'IRM classique. Cette étude clinique doit débuter courant 2018, avec une durée d’inclusion de 18 mois. Elle fait suite à une thèse de Doctorat de l’Université de Lorraine obtenue par le Docteur Guillaume Oldrini en décembre 2017 après 3 ans de recherches sur le dépistage en IRM mammaire au sein du CRAN (Centre de Recherche en Automatique de Lorraine, CNRS UMR 7039). Financée par l’INCa et la Direction Générale de l’Offre de Soins, l’étude est également soutenue par la Société Française d’Imagerie de la Femme.

Dr Guillaume Oldrini


toshiba

Des lésions cérébrales plus fréquentes chez les footballeuses jouant fréquemment de la tête
31/07/2018 : Une étude publiée dans la revue Radiology objective un risque accru pour les joueuses de football jouant fréquemment de la tête, par rapport aux hommes. Ces sportives présentent en effet des changements plus importants dans le tissu cérébral après des impacts répétés du ballon.

La susceptibilité magnétique peut aider à prédire la progression de la SEP
16/07/2018 : La cartographie par susceptibilité magnétique étudie les niveaux de fer dans le cerveau des patients atteints de sclérose en plaques (SEP). L'IRM devient ainsi un prédicateur de développement d'un handicap physique ou cognitif, selon une étude publiée dans la revue Radiology.

Imagerie IRM de la pathologie maligne du pelvis féminin
12/07/2018 : Une nouvelle formation sur l'IRM pelvienne en pathologie tumorale féminine est lancée par FORCOMED en e-learning. Une session DPC avec ateliers pratiques est prévue en novembre 2018.

Actualités du parc IRM français en juin 2018
11/07/2018 : Dans le cadre de notre revue de l'évolution du parc IRM français, voici des nouvelles de Sarrebourg, de Montpellier et de Cahors.

Actualités du parc IRM français
28/06/2018 : En cette période estivale, deux projets d'installation d'IRM nous ont été signalés, l'un finalisé à Chateauroux, l'autre en projet à Castres.

L'IRM 7T favoriserait la libération du mercure contenu dans les amalgames dentaires
26/06/2018 : Du mercure contenu dans les amalgames dentaires peut être libéré dans la bouche du patient sous l'effet d'une exposition à l'IRM. Une étude parue dans la revue Radiology montre que l'IRM 7T accentue fortement ce phénomène.

Le marquage de spin pour explorer les variations de flux sanguin cérébral sans injection
12/06/2018 : Le marquage artériel de spin permet, sans injection de produit de contraste, d'évaluer les variations de débit sanguin cérébral responsables de troubles cognitifs chez les jeunes insuffisants rénaux chroniques. C'est ce que montre une étude publiée dans la revue Radiology.

L'IRM, outil de choix pour la stratégie thérapeutique de l'arthrite psoriasique
28/05/2018 : Le Journal of Clinical Rheumatology a publié une série d'articles relatifs à l'arthrite psoriasique (PsA). Parmi ces études figure un travail d'une équipe canadienne dont l'objectif est de décrire les indications et les caractéristiques de l'IRM pour cette pathologie et d'examiner l'influence des résultats de l'IRM sur la pratique clinique.

Une méthode européenne pour atténuer la distorsion du champ magnétique en IRM
23/05/2018 : Des chercheurs de l'Université médicale de Vienne ont développé une méthode pour améliorer l'IRM fonctionnelle avec la nouvelle génération d'IRM 7T. Cette méthode peut créer des cartes précises du cerveau, en atténuant les distorsions du champ magnétique.

AVC sous-cortical: les mécanismes induisant l'altération de l'attention
18/05/2018 : Une étude publiée en ligne dans la revue Radiology, se propose d'identifier les mécanismes d'altération de l'attention chez des patients ayant fait l'objet d'un AVC sous-cortical. Les chercheurs espèrent que leurs résultats peuvent fournir une mesure afin de sélectionner les patients appropriés pour les interventions précoces visant à réduire le déclin cognitif après un AVC.


La nouvelle revue Imaging Cancer a son rédacteur en chef
13/08/2018 : La RSNA vient de nommer le Rédacteur en chef de la prochaine revue spécialisée: Radiology: Imaging cancer". Voici quelques éléments biographiques de ce radiologue renommé.

La parité, un sujet d'actualité au sein de la société internationale d'IRM
09/08/2018 : Dans son discours de clôture du congrès de l'ISMRM, la nouvelle Présidente Pia C. Maly Sundgren assuré vouloir agir dans la continuité de l'ancien bureau. Elle compte ainsi prendre très au sérieux le problème de la parité au sein de cette société.

L'ASN formalise ses attentes relatives à la justification et à l'optimisation des expositions
09/08/2018 : En publiant l'Avis du 24 juillet 2018, l'ASN valide son deuxième plan pour la maîtrise des doses patients. Information des prescripteurs, nouvelle stratégie de formation des acteurs ou interopérabilité des PACS et des DACS sont les thèmes phares de ce document.

Échographie fœtale: le Conseil d'État préserve la Santé publique
07/08/2018 : Une société pratiquant l'échographie fœtale pour raisons non médicales a engagé une procédure pour interdire les textes législatifs qui régissent cette pratique. Elle a été déboutée par le Conseil d'État.  

JFR 2018: l'ASN communiquera sur les évolutions réglementaires
03/08/2018 : Alors que le contexte réglementaire a évolué significativement ces derniers mois en matière de gestion du risque ionisant, l'ASN organisera des mini-conférences d'information et des échanges, à l'occasion des JFR 2018.

JFR 2018: la Présidente Anne Cotten évoque les thèmes phares en vidéo
03/08/2018 : Le Pr Anne Cotten présente, en vidéo, les Journées Francophones de Radiologie 2018 qu'elle présidera, du 11 au 15 octobre 2018. Elle évoque les thématiques phares de cette session, notamment le thème central: "L'imagerie juste pour un traitement ciblé et personnalisé".

Des lésions cérébrales plus fréquentes chez les footballeuses jouant fréquemment de la tête
31/07/2018 : Une étude publiée dans la revue Radiology objective un risque accru pour les joueuses de football jouant fréquemment de la tête, par rapport aux hommes. Ces sportives présentent en effet des changements plus importants dans le tissu cérébral après des impacts répétés du ballon.

Tout sur la santé et sécurité au travail ou la gestion des risques en e-learning ou présentiel
25/07/2018 : Les contraintes réglementaires relatives au salarié compétent en santé et sécurité au travail nécessitent d'en maîtriser les applications. Forcomed organise une session de e-learning dédié ainsi qu'une initiation à la gestion des risques en imagerie médicale.

Des avancées significatives pour l'aide au diagnostic en sénologie et coloscopie virtuelle
25/07/2018 : Une nouvelle version de Myrian® vient d'être lancée. Elle comprend des applications avancées pour le diagnostic du sein et la coloscopie virtuelle.

Une crème pour lutter contre la contamination cutanée radioactive
24/07/2018 : Les professionnels qui manipulent des sources non scellées pourront désormais compter sur la crème Cevidra® Calixarene en cas de contamination de la peau. Il s'agit du seul dispositif médical de ce type breveté dans le monde.


Une crème pour lutter contre la contamination cutanée radioactive
24/07/2018 : Les professionnels qui manipulent des sources non scellées pourront désormais compter sur la crème Cevidra® Calixarene en cas de contamination de la peau. Il s'agit du seul dispositif médical de ce type breveté dans le monde.

Radioprotection des travailleurs: les premiers nouveaux décrets sont parus
05/06/2018 : Les décrets modifiant les règles de radioprotection des travailleurs sont parus ce 4 juin 2018. Parmi les évolutions majeures, l'avènement du Conseiller en radioprotection et la disparition de la fiche de poste.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

L'ASN formalise ses attentes relatives à la justification et à l'optimisation des expositions
09/08/2018 : En publiant l'Avis du 24 juillet 2018, l'ASN valide son deuxième plan pour la maîtrise des doses patients. Information des prescripteurs, nouvelle stratégie de formation des acteurs ou interopérabilité des PACS et des DACS sont les thèmes phares de ce document.

Un nouvel espoir de procréer grâce à l'embolisation des fibromes utérins
13/06/2017 : L’embolisation partielle des fibromes utérins pourrait devenir le traitement de première intensifn pour les femmes qui souhaitent procréer. C’est ce qu’a montré une étude portugaise publiée dans la revue Radiology.

Échographie fœtale: le Conseil d'État préserve la Santé publique
07/08/2018 : Une société pratiquant l'échographie fœtale pour raisons non médicales a engagé une procédure pour interdire les textes législatifs qui régissent cette pratique. Elle a été déboutée par le Conseil d'État.  

LE CARCINOME CANALAIRE IN SITU PLUS FRÉQUENT CHEZ LES SUJETS ÂGÉS
26/10/2015 : Une étude allemande publiée dans la revue Radiology montre que la fréquence de survenue d'un carcinome canalaire in situ augmente avec l'âge. La stratégie thérapeutique pour cette pathologie nécessite donc d'être plus précise. 

2016, année record pour Factum Healthcare
26/01/2017 : Factum Healthcare annonce avoir atteint une croissance de plus de 40% en 2016. Ce bon résultat est dû notamment à une consolidation de sa position en imagerie en coupe et à quelques opérations d'envergure en radiothérapie. La société se place désormais comme un conseil auprès des responsables des achats de dispositifs médicaux.

Vendredi 28 avril: c'est la fin du modificateur Z pour les actes de radiologie
28/04/2017 : À partir du 28 avril 2017, les factures d'actes d'imagerie comportant le modificateur Z seront systématiquement rejetées. C'est le message qu'a fait passer la CNAM aux cabinets et établissements de santé dans son communiqué les informant que la CCAM v46 était prête.

Radioprotection: ce qui devrait changer le 1er juillet 2018
30/03/2018 : L'Ordonnance instituant de nouvelles règles en matière de prévention du risque ionisant devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2018. Il n'y aura pas, d'après les informations que nous avons recueillies, de révolution. La gestion des professionnels multi-établissements devrait être revue, la fiche d'exposition devrait disparaître et les PCR externes sont appelés à faire place à des OCR certifiés ISO.