Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie interventionnelle > L’angio-CT, une réelle plus-value pour la qualité de la prise en charge radiologique

L’angio-CT, une réelle plus-value pour la qualité de la prise en charge radiologique

LUNDI 11 DéCEMBRE 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

À quelques semaines de l'ouverture du Symposium Scanner volumique qui se tiendra fin janvier à Nancy, nous avons rencontré le Pr Éric de Kerviler qui nous dévoile, en avant-première, quelques détails sur le contenu des interventions qu'il animera lors de ce congrès.

Symposium Scanner volumique

Thema Radiologie : Vous allez prendre une part significative dans l'animation du prochain Symposium Scanner volumique qui se tiendra à Nancy fin janvier 2018. Pourquoi appréciez-vous particulièrement cet événement ?

Pr Éric de Kerviler : Je trouve que, d'une session à l'autre, Alain Blum et Marc Zins arrivent à faire évoluer le contenu de manière qualitative, si bien que les présentations ne sont jamais répétitives. De plus, même si le contenu du Symposium est de haut niveau du point de vue scientifique, l'atmosphère générale est souvent détendue. Ce sera ma quatrième participation et j'y retourne à chaque fois avec plaisir.

"Au Japon, un Angio-CT peut rentrer dans 40 m2"

T.R. : Votre première intervention aura pour thème le scanner interventionnel. La radiologie interventionnelle (RI) est votre spécialité, je crois…

Pr É.de K. : Effectivement, je pratique cette discipline à l'Hôpital St-Louis, au sein de l'AP-HP, un établissement de 700 lits très impliqué dans l'oncologie et l'hématologie. L'angio CT fait partie de mes activités principales, c'est pourquoi Alain Blum m'a sollicité pour évoquer lors du Symposium les nouveaux appareils et les nouvelles indications de la RI. Les progrès technologiques récents, notamment l'avènement de ces salles hybrides associant un scanner et une table d’angiographie, ont permis à cette sur-spécialité de se développer et de prendre en charge des pathologies qui, jusqu'à présent, étaient du ressort des chirurgiens.

T.R. : Ces nouvelles salles nécessitent-elles des locaux de grande superficie au sein des blocs opératoires, pour contenir ces machines ?

Pr É.de K. : Les salles hybrides sont en général de bonne superficie. À l'hôpital St-Louis, nous avons installé une des toutes premières salles de ce type en Europe, qui comprend un scanner sur rails que l'on déplace à même la table d'opération, ainsi qu'une table d'angiographie et d'un échographe. Elle a une superficie de 55m2, ce qui nous permet d'évoluer avec un certain confort. Mais j'ai eu l'occasion de visiter des salles de ce type au Japon, où, comme on le sait, chaque mètre carré compte encore plus qu'à Paris. J'ai alors pu constater qu'il était possible de faire tenir une scanner mobile et une salle d’angiographie dans 40 m2.

"Les salles multimodales nous font gagner en qualité de prise en charge"

T.R. : Vous allez parler également, lors du Symposium, des nouvelles indications de RI. Quelles sont-elles ?

Pr É.de K. : IL faut savoir que l’activité de radiologie interventionelle connaissait une augmentation régulière de 7% par an. Mais depuis le début de 2017, c’est à dire depuis l’installation de l’angio-CT, notre activité a cru de 15%, ce qui laisse présager d'une croissance de 18% environ sur l'année entière. L'intérêt de la salle multimodale est, effectivement, que de nouvelles indications peuvent y être affectées, mais aussi que nous travaillons mieux, plus sereinement et plus qualitativement. On travaille plus vite et, pour chaque acte, on utilise le bon outil.

T.R. : Qu'est-ce qui change en pratique ?

Pr É.de K. :Parmi les nouvelles pathologies traitées, nous pouvons citer des interventions urologiques comme la mise en place de sondes double J autrefois réalisées au bloc chirurgical. Concrètement, pour cet acte, nous faisons un abord rénal sous contrôle échographique ou scannographique et descendons la sonde JJ avec un guidage radiologique. Nous avons donc une approche combinant 3 modalités différentes.

T.R. : En dehors de l’interventionnel urologique, quelles autres procédures ont bénéficié de votre nouvel équipement ?

Pr É.de K. : Lors d'une chimio-embolisation ou d'une radio-embolisation, nous pouvons réaliser des coupes TDM hépatiques afin de réaliser, au cours d'un même temps opératoire, un volume 3D de l'arbre artériel hépatique avec visualisation très précise des collatérales. Autre exemple possible, la transplantation d’ilôts de Languerans. Nous réalisons au préalable une cartographie scanner du tronc porte puis faisons une ponction du tronc porte sous contrôle échographique. Enfin, une portographie est réalisée juste avant la transplantation des ilôts. Toutes ces procédures bénéficient aux patients et à la qualité de leur prise en charge, puisque, auparavant, ils étaient obligés de passer d'un local à l'autre pour se soumettre à toutes ces techniques.

"Rendez-vous les 29 et 30 janvier à Nancy !"

T.R. : Vous allez modérer, enfin, lors de ce Symposium, des sessions mettant aux prises plusieurs fournisseurs de consoles ou présentant des controverses entre radiologues sur des technologies à utiliser dans des cas précis. Comment appréhendez-vous ces présentations ?

Pr É.de K. :Concernant les consoles de post-traitement, 5 fournisseurs sont appelés à s'exprimer sur la façon de traiter des dossiers cliniques précis à l'aide de leurs outils. Il s'agit de moments de haute technologie mais nous sommes là pour les challenger et pour les pousser dans leurs retranchements, mais de manière ludique, voire amusante. Il en est de même, d'ailleurs pour les sessions dites de controverses entre radiologues. Il s'agit, en fait, de terminer le congrès sur une note plus détendue mais non moins pointue scientifiquement. Je donne rendez-vous à tous les radiologues ou manipulateurs intéressés par l'évolution de leurs pratiques les 29 et 30 janvier 2018 à Nancy !

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

Le SRES 2020 aura bien lieu à la rentrée
26/05/2020 : Le SRES 2020 a été reporté à la rentrée et se déroulera, comme prévu, à Porto Vecchio. Consultez le programme de cette session ci-dessous.

Une check list internationale pour les services de radiologie interventionnelle en environnement COVID-19
09/04/2020 : Une check list vient d’être élaborée par les sociétés scientifiques européenne et asiatique pour la préparation des unités de radiologie et de cardiologie interventionnelle dans un environnement d’épidémie au COVID-19.

Comment les cardiologues interventionnels gèrent leurs patients pendant l'épidémie de COVID-19
08/04/2020 : Dans un webinar organisé le 3 avril 2020 par Incathlab, un parterre de cardiologues interventionnels font le point sur la gestion des maladies cardiaques durant l’épidémie de COVID-19. Une session didactique et très fournie.

Les ballons actifs obtiennent enfin le remboursement de l'Assurance maladie
07/04/2020 : Les ballons actifs, très utilisés pour les resténoses intra-stent coronaires, font enfin l’objet d’un remboursement de l’Assurance maladie. Deux arrêtés ont été publiés en ce sens récemment.

Save the date : Le SRES 2020 en mai à Porto Vecchio
05/03/2020 : Le Pr Philippe Piquet et le Pr Jean-Michel Bartoli co-organisent une nouvelle fois le Surgical & Radiological Endovascular Symposium (SRES). Ils nous le présentent cet événement pluridisciplinaire qui se tiendra à Porto Vecchio dans une vidéo.

La lithotripsie intravasculaire pour traiter les sténoses coronaires calcifiées
04/03/2020 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, nous vous présentons un webinar Incathlab qui présente une nouvelle procédure de traitement des sténoses très calcifiées, la lithotripsie intravasculaire.

Un catheter amégnétique pour les ablations cardiaques obtient le marquage CE
06/02/2020 : Le premier système d’ablation cardiaque en environnement soumis à un champ magnétique vient d’obtenir le marquage CE. Ceci est la promesse de nouvelles pratiques interventionnelles cardiaques guidées par l’IRM.

Radiologie interventionnelle infiltrative : de nouvelles indications et de nouvelles substances injectées
30/01/2020 : Les gestes de radiologie interventionnelle infiltrative connaissent de nouvelles indications et utilisent des substances variées. Le Dr Yvonne Maratos nous en donne les grandes lignes en vidéo.

Premières angioplasties coronaires assistées par la robotique en Allemagne
29/01/2020 : Les premières angioplasties coronaires utilisant la robotique en routine ont été réalisées récemment en Allemagne. Un pas de plus vers les changements de pratiques.

La radiologie interventionnelle, une spécialité à part entière
27/01/2020 : Le Pr Afshin Gangi, Professeur de Radiologie Interventionnelle, passe une partie de son temps au King’s College de Londres. Cela ne l’empêche pas de piloter cette activité au CHRU de Strasbourg où il est chef de Service. À quelques semaines du Symposium MDCT 2020, nous l’avons rencontré pour une évocation passionnée de cette spécialité, ses atouts, ses besoins et son évolution à moyen terme.


Les experts en imagerie urologique émettent des recommandations sur la qualité de l'IRM multiparamétrique de la prostate
04/06/2020 : Suite à leur travail sur la qualité des examens d’IRM multiparamétrique prostatique, des experts européens de la spécialité sont arrivés au consensus que les radiologues doivent être formés spécifiquement à la qualité de l’acquisition et du compte rendu. Cette étude a été publiée dans la Revue European Radiology.

Les JFR de printemps, c'est maintenant !
03/06/2020 : Le programme des JFR de printemps est annoncé. Cette session virtuelle proposera, les 4 et 5 juin 2020, des ateliers et des tables rondes sur des sujets d’actualité.

Un cas d'AVC pédiatrique imputable au COVID-19
03/06/2020 : La Revue Radiology rapporte le cas d’un enfant présentant une artériopathie focale cérébrale identifiée en IRM. La découverte d’une infection au COVID-19 a amené les chercheurs à imputer cet AVC au virus.

Un spectre de signes radiologiques multimodal pour le COVID-19
02/06/2020 : L’IRM, le TEPScan et l’échographie peuvent, chacun dans son domaine, apporter des informations pertinentes dans le diagnostic ou le suivi des pathologies dues au COVID-19. C’est ce qui ressort d’une étude publiée dans la Revue Radiology : Cardiothoracic imaging qui tente d’établir un spectre de signes radiologiques multimodal.

Le congrès RSNA 2020 se transforme en une web conférence intégrale
27/05/2020 : Le congrès RNA 2020 n’aura pas lieu, du moins sous sa forme habituelle. La Société savante vient d’annoncer en effet que l’édition 2020 sera entièrement proposée en ligne, du 31 novembre au 5 décembre 2020.

Le SRES 2020 aura bien lieu à la rentrée
26/05/2020 : Le SRES 2020 a été reporté à la rentrée et se déroulera, comme prévu, à Porto Vecchio. Consultez le programme de cette session ci-dessous.

Qualification de dispositif médical : quoi de nouveau sous le soleil ?
25/05/2020 : Deux récentes décisions des juridictions administratives retiennent l’attention en la matière. L'une concerne les activimètres servant à évaluer une dose de rayonnements ionisants, l'autre se penche sur un logiciel de compression d'images médicales.

Un suivi systématique à six mois serait préférable pour les lésions mammaires classées BI-RADS 3
20/05/2020 : Les femmes présentant des lésions mammaires classées BI-RADS 3 devraient systématiquement suivies à six mois. C’est ce que suggère une étude publiée dans la Revue Radiology en raison du risque faible mais non négligeable que ces lésions soient malignes.

La technologie Synchrony®, conçue par Accuray pour le système Radixact®, désignée « meilleure solution globale parmi les dispositifs médicaux » aux MedTech Breakthrough Awards 2020
19/05/2020 : L’organisme indépendant MedTech Breakthrough, récompensant au niveau mondial les entreprises et technologies pour leur excellence dans le domaine de la Santé et des technologies médicales, a sélectionné la technologie de suivi et de correction du mouvement en temps réel Synchrony®, conçue par Accuray pour le système Radixact®, comme gagnante du prix « meilleure solution globale parmi les dispositifs médicaux » lors de la quatrième édition annuelle du programme des MedTech Breakthrough Awards. « Nous sommes heureux de décerner le prix de la "meilleure solution globale parmi les dispositifs médicaux" à l’entreprise Accuray, pour sa technologie révolutionnaire qui vient renforcer et élargir l’éventail de solutions de lutte contre le cancer » a déclaré James Johnson, directeur général de MedTech Breakthrough.

Web conférence ECR 2020 : le programme scientifique est paru !
19/05/2020 : Le programme complet de l’ECR 2020, qui se tiendra sous la forme d’une web conférence, vient d’être publié. Vous pouvez télécharger le Book of Abstract ci-dessous pour vous en faire une idée.


Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Les JFR de printemps, c'est maintenant !
03/06/2020 : Le programme des JFR de printemps est annoncé. Cette session virtuelle proposera, les 4 et 5 juin 2020, des ateliers et des tables rondes sur des sujets d’actualité.

Le congrès RSNA 2020 se transforme en une web conférence intégrale
27/05/2020 : Le congrès RNA 2020 n’aura pas lieu, du moins sous sa forme habituelle. La Société savante vient d’annoncer en effet que l’édition 2020 sera entièrement proposée en ligne, du 31 novembre au 5 décembre 2020.

Qualification de dispositif médical : quoi de nouveau sous le soleil ?
25/05/2020 : Deux récentes décisions des juridictions administratives retiennent l’attention en la matière. L'une concerne les activimètres servant à évaluer une dose de rayonnements ionisants, l'autre se penche sur un logiciel de compression d'images médicales.

Les experts en imagerie urologique émettent des recommandations sur la qualité de l'IRM multiparamétrique de la prostate
04/06/2020 : Suite à leur travail sur la qualité des examens d’IRM multiparamétrique prostatique, des experts européens de la spécialité sont arrivés au consensus que les radiologues doivent être formés spécifiquement à la qualité de l’acquisition et du compte rendu. Cette étude a été publiée dans la Revue European Radiology.

Pourquoi les radiologues adoptent rapidement la reconnaissance vocale dans le Cloud de Nuance
14/05/2020 : Lancée en décembre dernier, Dragon Medical One, la solution de reconnaissance vocale de Nuance basée sur un Cloud, connaît un fort succès auprès des imageurs. Nuance a d’ailleurs créé pour eux, dans le contexte du COVID-19, des commandes spécifiques pour les TDM thoraciques. Un CHU est en train d’équiper ses radiologues, tandis que les partenaires de Nuance du domaine de la radiologie ont choisi eux aussi de proposer cette solution à leurs utilisateurs. Une adoption rapide par les radiologues qui tient à plusieurs facteurs. Explications avec Pierre Meyblum, Business Development Manager de la division Santé de Nuance Communications en France.

L'ISRRT publie un guide COVID-19 pour les MERM du monde entier
06/05/2020 : L’ISRRT, en collaboration avec l’EFRS, a publié un guide international de bonnes pratiques destiné aux manipulateurs radio en environnement COVID-19. Ce document couvre de nombreux domaines de compétences des manipulateurs.

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Prime COVID pour les soignants : des critères d'éligibilité incohérents
18/05/2020 : Comme il l’avait annoncé dernièrement, le Premier Ministre a décrété l’instauration d’une prime pour les soignants ayant œuvré dans la lutte contre le COVID-19. Si l’intention est louable, le périmètre d’éligibilité à cette prime semble trop étendu et quelque peu discriminant. Il ne reflète pas, en tout cas, le niveau de risque auquel ce sont exposés certains soignants, parmi lesquels beaucoup de manipulateurs radio.