Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie interventionnelle > L’angio-CT, une réelle plus-value pour la qualité de la prise en charge radiologique

L’angio-CT, une réelle plus-value pour la qualité de la prise en charge radiologique

LUNDI 11 DéCEMBRE 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

À quelques semaines de l'ouverture du Symposium Scanner volumique qui se tiendra fin janvier à Nancy, nous avons rencontré le Pr Éric de Kerviler qui nous dévoile, en avant-première, quelques détails sur le contenu des interventions qu'il animera lors de ce congrès.

Symposium Scanner volumique

Thema Radiologie : Vous allez prendre une part significative dans l'animation du prochain Symposium Scanner volumique qui se tiendra à Nancy fin janvier 2018. Pourquoi appréciez-vous particulièrement cet événement ?

Pr Éric de Kerviler : Je trouve que, d'une session à l'autre, Alain Blum et Marc Zins arrivent à faire évoluer le contenu de manière qualitative, si bien que les présentations ne sont jamais répétitives. De plus, même si le contenu du Symposium est de haut niveau du point de vue scientifique, l'atmosphère générale est souvent détendue. Ce sera ma quatrième participation et j'y retourne à chaque fois avec plaisir.

"Au Japon, un Angio-CT peut rentrer dans 40 m2"

T.R. : Votre première intervention aura pour thème le scanner interventionnel. La radiologie interventionnelle (RI) est votre spécialité, je crois…

Pr É.de K. : Effectivement, je pratique cette discipline à l'Hôpital St-Louis, au sein de l'AP-HP, un établissement de 700 lits très impliqué dans l'oncologie et l'hématologie. L'angio CT fait partie de mes activités principales, c'est pourquoi Alain Blum m'a sollicité pour évoquer lors du Symposium les nouveaux appareils et les nouvelles indications de la RI. Les progrès technologiques récents, notamment l'avènement de ces salles hybrides associant un scanner et une table d’angiographie, ont permis à cette sur-spécialité de se développer et de prendre en charge des pathologies qui, jusqu'à présent, étaient du ressort des chirurgiens.

T.R. : Ces nouvelles salles nécessitent-elles des locaux de grande superficie au sein des blocs opératoires, pour contenir ces machines ?

Pr É.de K. : Les salles hybrides sont en général de bonne superficie. À l'hôpital St-Louis, nous avons installé une des toutes premières salles de ce type en Europe, qui comprend un scanner sur rails que l'on déplace à même la table d'opération, ainsi qu'une table d'angiographie et d'un échographe. Elle a une superficie de 55m2, ce qui nous permet d'évoluer avec un certain confort. Mais j'ai eu l'occasion de visiter des salles de ce type au Japon, où, comme on le sait, chaque mètre carré compte encore plus qu'à Paris. J'ai alors pu constater qu'il était possible de faire tenir une scanner mobile et une salle d’angiographie dans 40 m2.

"Les salles multimodales nous font gagner en qualité de prise en charge"

T.R. : Vous allez parler également, lors du Symposium, des nouvelles indications de RI. Quelles sont-elles ?

Pr É.de K. : IL faut savoir que l’activité de radiologie interventionelle connaissait une augmentation régulière de 7% par an. Mais depuis le début de 2017, c’est à dire depuis l’installation de l’angio-CT, notre activité a cru de 15%, ce qui laisse présager d'une croissance de 18% environ sur l'année entière. L'intérêt de la salle multimodale est, effectivement, que de nouvelles indications peuvent y être affectées, mais aussi que nous travaillons mieux, plus sereinement et plus qualitativement. On travaille plus vite et, pour chaque acte, on utilise le bon outil.

T.R. : Qu'est-ce qui change en pratique ?

Pr É.de K. :Parmi les nouvelles pathologies traitées, nous pouvons citer des interventions urologiques comme la mise en place de sondes double J autrefois réalisées au bloc chirurgical. Concrètement, pour cet acte, nous faisons un abord rénal sous contrôle échographique ou scannographique et descendons la sonde JJ avec un guidage radiologique. Nous avons donc une approche combinant 3 modalités différentes.

T.R. : En dehors de l’interventionnel urologique, quelles autres procédures ont bénéficié de votre nouvel équipement ?

Pr É.de K. : Lors d'une chimio-embolisation ou d'une radio-embolisation, nous pouvons réaliser des coupes TDM hépatiques afin de réaliser, au cours d'un même temps opératoire, un volume 3D de l'arbre artériel hépatique avec visualisation très précise des collatérales. Autre exemple possible, la transplantation d’ilôts de Languerans. Nous réalisons au préalable une cartographie scanner du tronc porte puis faisons une ponction du tronc porte sous contrôle échographique. Enfin, une portographie est réalisée juste avant la transplantation des ilôts. Toutes ces procédures bénéficient aux patients et à la qualité de leur prise en charge, puisque, auparavant, ils étaient obligés de passer d'un local à l'autre pour se soumettre à toutes ces techniques.

"Rendez-vous les 29 et 30 janvier à Nancy !"

T.R. : Vous allez modérer, enfin, lors de ce Symposium, des sessions mettant aux prises plusieurs fournisseurs de consoles ou présentant des controverses entre radiologues sur des technologies à utiliser dans des cas précis. Comment appréhendez-vous ces présentations ?

Pr É.de K. :Concernant les consoles de post-traitement, 5 fournisseurs sont appelés à s'exprimer sur la façon de traiter des dossiers cliniques précis à l'aide de leurs outils. Il s'agit de moments de haute technologie mais nous sommes là pour les challenger et pour les pousser dans leurs retranchements, mais de manière ludique, voire amusante. Il en est de même, d'ailleurs pour les sessions dites de controverses entre radiologues. Il s'agit, en fait, de terminer le congrès sur une note plus détendue mais non moins pointue scientifiquement. Je donne rendez-vous à tous les radiologues ou manipulateurs intéressés par l'évolution de leurs pratiques les 29 et 30 janvier 2018 à Nancy !

Propos recueillis par Bruno Benque


toshiba

Premiers succès pour l'angioplastie coronaire robotisée
24/09/2019 : Les premières angioplasties coronaires assistées par robotique ont été récemment réalisées avec succès sur l'homme. Une étude européenne est en cours pour évaluer la pertinence de ce dispositif.

Bloc opératoire : un guide ASN de formation IBODE qui crée une ambigüité
18/09/2019 : Dans un guide pratique à l'attention des IBODE, l'ASN a ouvert la porte à ces derniers pour les former à l'aide à la réalisation d'actes interventionnels. Mais ce texte comprend quelques dispositions ambigües quant à la nature effective de l'aide qu'ils pourront apporter.

Ischémie critique de jambe : le congrès américain délocalisé en Europe
17/09/2019 : Le congrès mondial AMP, consacré à la prévention et au traitement de l'ischémie critique des membres, se délocalise pour la première fois en Europe en octobre prochain.

Microcirculation coronaire : comment et pourquoi la mesurer ?
17/09/2019 : Dans notre série de procédures interventionnelles en vidéo, un webinar Incathlab sur la mesure de la microcirculation coronaire. Des live cases et des discutions expliquent le rôle de ces mesures dans la pratique.

Interventionnel: Siemens Healthineers fait l'acquisition de Corindus
11/09/2019 : En faisant l'acquisition de la société Corindus, Siemens Healthineers complète son offre en faveur de l'imagerie interventionnelle avec les systèmes robotisés de contrôle à distance des sondes, des guides et des matériels de dilatation vasculaire.

CHU de Rennes: présentation en vidéo de la nouvelle salle interventionnelle multimodale
06/09/2019 : Le CHU de Rennes vient d'installer une salle d'imagerie interventionnelle multimodale. Le Dr Emmanuel Quehen présente cette installation en vidéo.

La Nouvelle Clinique Tours plus se dote d'un institut de cardiologie moderne
31/07/2019 : L'Institut du cœur Saint-Gatien vient d'accueillir ses premiers patients. Cet établissement moderne comporte 8 salles de bloc dédiées, dont une salle hybride neuve.

Fumeurs : persistance des malformations artérioveineuses pulmonaires après embolisation
31/07/2019 : Les malformations artério-veineuses pulmonaires embolisées par coils risquent fortement de récidiver chez les fumeurs. C'est ce que rapporte une étude publiée dans la Revue Radiology qui objective une réponse inflammatoire favorisant cette récidive.

Webinar: occlusion de coronaire après pontage saphène
02/07/2019 : Dans notre série de procédures de cardiologie interventionelle en vidéo, incathlab présente un cas d'occlusion de coronaire après pontage par veine saphène.

Radiologie interventionnelle du rachis: quoi de neuf ?
19/06/2019 : Depuis le développement des salles opératoires hybrides, les procédures de radiologie interventionnelle ont évolué sous l'effet notamment du scanner. Le Dr Nicolas Amorettti fait le point en vidéo.


Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
18/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Les dangers des injections de stéroïdes dans les articulations
18/10/2019 : Selon un article spécial publié dans la revue Radiology, les injections de corticostéroïdes utilisées pour traiter la douleur de l'arthrose à la hanche et au genou pourraient être plus dangereuses qu'on ne le pensait auparavant. Les chercheurs ont suggéré d'intégrer dans les formulaires de consentement les risques associés à ces injections.

Développement des compétences en matière de radioprotection
17/10/2019 : Note d’information n° DGOS/RH4/DGCS/4B/2019/160 du 8 juillet 2019 relative aux orientations retenues pour 2020 en matière de développement des compétences des établissements publics de santé parmi lesquelles la radioprotection des patients.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

Esaote célèbre le nouveau MyLab X8 aux Journées Francophones de Radiologie (JFR)
09/10/2019 : En présentant, aux JFR 2019, sa nouvelle plateforme MyLab™X8, Esaote mettra une nouvelle fois en lumière son dynamisme en matière de d'innovation, de recherche et de développement. Ses fonctionnalités avancées, gages de workflow et de qualité d'image améliorés, seront dévoilées le 11 octobre sur le stand de la société internationale.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

Un intégrateur de technologies qui répond aux enjeux de télé-expertise et de collaboration
09/10/2019 : Présent depuis de nombreuses années auprès des établissements de santé, LAFI, intégrateur de technologies, participe pour la deuxième année consécutive aux JFR et vous donne rendez-vous sur son stand 216A pour échanger avec ses équipes et découvrir les dernières innovations technologiques au catalogue du fabricant HP Inc.

Radioprotection du patient: quelques modifications publiées dans un Arrêté
07/10/2019 : Les dispositions prises par l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) dans sa Décision du 11 juin 2019 viennent de faire l'objet d'un Arrêté su Ministère. La fréquence des formations à la radioprotection du patient, les professionnels concernés e les méthodes pédagogiques sont notamment concernés par ce document.

La communauté radiologique toujours mobilisée pour Octobre rose
07/10/2019 : La campagne de communication Octobre rose bat son plein en ce mois d'octobre. Et même si certains ne sont toujours pas convaincus par celle-ci, la communauté radiologique, FNMR en tête, continue de se mobiliser pour donner plus d'impact à cette action de Santé publique.

JFR 2019: le rendez-vous des grandes nouveautés Samsung Healthcare
07/10/2019 : À l’occasion de la prochaine édition des JFR (sous le thème « Le radiologue augmenté »), Samsung Healthcare vous invite à découvrir une nouvelle vision de l’expérience utilisateur, résolument tournée vers l’intelligence artificielle et les technologies avancées.


Une plateforme dédiée pour choisir un moteur d'IA pertinent
03/10/2019 : Acteur historique de l'informatique de Santé, Softway Medical propose une offre d'intelligence artificielle tout à fait originale. À partir d'un catalogue de moteurs d'IA, le radiologue pourra choisir celui qui répondra précisément à ses besoins. Rendez-vous aux JFR 2019 pour découvrir cette nouvelle offre.

Un scanner à l'Institut médico-légal pour une assistance aux autopsies haut de gamme
10/10/2019 : L'Institut médico-légal du CHU de Tours a fait l'acquisition, il y a un an, d'un scanner FCT Speedia de Fujifilm pour assister les médecins légistes dans leurs autopsies. Le PR Pauline Saint-Martin, Chef de ce service, revient pour nous sur les apports de cette modalité pour la qualité des examens réalisés et l'amélioration des workflows.  

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

État des lieux de la radiothérapie en France
29/05/2017 : L’Observatoire de la radiothérapie propose, pour la période 2009-13, une photographie exhaustive de l’évolution de cette discipline. Si les traitements spécialisés de type RCMI augmentent significativement, le nombre de radiothérapeutes par service reste stable.

Intelligence artificielle en routine: quelles perspectives ?
18/10/2019 : Le plateforme d'intelligence artificielle AiCE, embarquée depuis près d'un an dans certaines modalités de scanographie Canon Medical, est utilisée en routine dans plusieurs hôpitaux universitaires français. Une étude du CHU de Dijon sur l'apport d'AiCE en imagerie cardiaque sera présentée aux JFR 2019.

Les avantages du scanner spectral dans un service d'urgences
27/10/2017 : Le scanner spectral IQon de Philips a été installé pour la première fois en Europe à l'hôpital universitaire St-Luc de Bruxelles. Nous avons rencontré le Pr Emmanuel Coche, Chef du service de radiologie, pour un retour d'expérience sur les usages de cette technologie innovante.

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

La HAS retoque le scanner low-dose pour le dépistage du cancer du poumon
19/05/2016 : La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport dans lequel le dépistage du cancer du poumon par scanner low-dose est considéré comme non pertinent. Parmi les arguments avancés, les nombreux faux positifs et les risques de cancers radio-induits générés par la technique.

Téléradiologie : produire des comptes rendus irréprochables en un délai record
09/10/2019 : Dans un contexte de pénurie médicale et de désertification dans certains territoires, la continuité de la prise en charge en radiologie implique un développement significatif de la téléradiologie. Depuis la création du réseau CGTR, ce sont plus de 1.5 millions de patients qui ont été pris en charge par les télérédiologues de CGTR, avec une accélération constante de la demande : en 2019, CGTR a pris en charge en moyenne plus de 37 000 patients par mois en France au sein de son réseau, soit une projection sur l’année de plus de 444 000 prises en charge au minimum. En 2017, ce chiffre n'était que de 270 000 prises en charges, soit une croissance de 64,4 % en 2 ans !

DxPlanning DR coordonne la complexité des unités d'imagerie
14/10/2013 :   La solution DxPlanning DR de Medasys se présente comme un véritable tableau de service électronique, conçu pour l'organisation des unités d'imagerie et la coordination des équipes médicales. Élaborée avec le concours du Pr Pierre-Jean Valette aux Hospices Civils de Lyon, elle répond aux aspirations des gestionnaires de services, qui pourront l'évaluer lors des démonstrations proposées par Medasys aux JFR 2013