Vous êtes dans : Accueil > Actualités > IRM > L'IRM révèle les niveaux de fonctionnalité cérébrale après arrêt cardiaque

L'IRM révèle les niveaux de fonctionnalité cérébrale après arrêt cardiaque

VENDREDI 20 OCTOBRE 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Après un arrêt cardiaque, l'évaluation des capacités cérébrales fonctionnelles est assez aléatoire. Une étude publiée dans la revue Radiology montre que l'IRM fonctionnelle et le tenseur de diffusion peuvent prédire ces résultats et guider les traitements.

RSNA

L'IRM fonctionnelle et la méthode de tenseur de diffusion pourraient aider à prédire le rétablissement à long terme chez les patients qui souffrent d'un handicap neurologique après un arrêt cardiaque, selon une étude publiée en ligne dans la revue Radiology. L'arrêt cardiaque affecte des centaines de milliers de personnes chaque année aux États-Unis seulement, selon l'American Heart Association. De nombreux patients qui y survivent font souvent l'objet de graves incapacités neurologiques, car la perte temporaire de flux sanguin oxygéné vers le cerveau peut entraîner une mort cellulaire neuronale généralisée.

Étudier l'intégration fonctionnelle du cerveau par l'IRM

"Les méthodes actuelles d'évaluation des fonctions cérébrales futures de ces survivants ont une précision limitée, déclare l'auteur principal de l'étude, le Dr Robert D. Stevens, de la Johns Hopkins University School of Medicine à Baltimore. Nous avons besoin d'outils mieux appropriés pour aider les cliniciens à comprendre l'ampleur de ces blessures et faire des prédictions plus précises sur le rétablissement, permettant ainsi une prise de décision plus éclairée." Pour cette étude, le Dr Stevens et ses collègues ont utilisé des techniques avancées d'IRM comme l'imagerie du tenseur de diffusion et l'IRM fonctionnelle au repos (IRMf) afin de se concentrer sur l'intégration fonctionnelle à grande échelle du cerveau. Ce «réseau de réseaux», ou connectome, représente l'ensemble des différentes populations neuronales dans le cerveau qui travaillent ensemble pour effectuer des tâches.

Une connectivité fonctionnelle supérieure chez les patients les plus autonomes

Les chercheurs ont évalué la connectivité fonctionnelle du cerveau chez 46 patients qui étaient dans le coma à la suite d'un arrêt cardiaque. L'imagerie, réalisée dans les deux semaines suivant l'accident, comprenait des études de la structure et de la fonction cérébrale. L'imagerie fonctionnelle s'est concentrée sur quatre réseaux bien caractérisés dans le cerveau, dont le réseau du mode par défaut, qui est actif lorsqu'une personne n'est pas engagée dans une tâche spécifique, et le réseau de saillance, un ensemble de régions cérébrales qui sélectionnent les stimuli méritant notre attention. Un an après les arrêts cardiaques des patients, les chercheurs ont observé les patients à l'aide de la Cerebral Performance Category Scale, une échelle couramment utilisée pour ce type d'évaluation. Onze patients ont eu des résultats favorables. La connectivité fonctionnelle à un an était plus forte chez ceux qui atteignaient un niveau d'indépendance supérieur par rapport à ceux qui étaient fortement dépendants. Les changements dans la connectivité fonctionnelle entre les réseaux ont prédit les résultats avec plus de précision que n'importe quelle autre mesure structurale IRM testée. 

L'interaction entre le mode cérébral par défaut et l'activité du réseau de saillance

"Ces informations changent la donne sur ce qui se passe dans le cerveau des personnes qui souffrent d'un arrêt cardiaque, poursuit le Dr Stevens. Nous réalisons que les architectures de réseau peuvent être sélectivement perturbées dans ce contexte." Un prédicteur clé des résultats était l'interaction entre le mode par défaut du cerveau et les réseaux de saillance. Ces deux réseaux sont normalement anti-corrélés, ce qui signifie que lorsque le réseau de mode par défaut devient plus actif, l'activité est réduite dans le réseau de saillance, et vice versa. Lorsque les chercheurs ont comparé les résultats de l'imagerie cérébrale de patients ayant eu des résultats favorables avec ceux qui n'en avaient pas, ils ont remarqué une différence significative.

Un fort potentiel de prédiction de résultats et de guidance thérapeutique

"L'anti-corrélation a été préservée chez les patients qui ont récupéré et a disparu chez les autres, remarque le Dr Stevens. La conservation relative de cette anti-corrélation était le signal notoired'un résultat favorable." Les résultats indiquent que les mesures de connectivité pourraient être des marqueurs précoces du potentiel de rétablissement à long terme chez les patients présentant des lésions cérébrales liées à l'arrêt cardiaque, selon les chercheurs. Bien que ces derniers ne s'attendent pas à ce que l'examen IRM soit la solution miracle pour prédire les résultats, celui-ci pourrait accroître la confiance des cliniciens dans la communication avec les familles des patients à la suite d'un arrêt cardiaque. De plus, l'IRMf pourrait aider au développement d'interventions thérapeutiques pour les patients neurologiquement handicapés.

"Les études de Connectome ont un fort potentiel pour, non seulement prédire les résultats, mais aussi guider le traitement", conclut le Dr Stevens.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Évaluer les métastases hépatiques colorectales grâce à l'élastographie par résonance magnétique
23/06/2020 : L’élastographie par IRM est susceptible de donner des informations sur l’évolution de métastases hépatiques colorectales après chimioembolisation. Les différences d’élasticité et de taille des lésions peuvent ainsi être évaluées.

COVID-19 : une étude française recueille les signes cérébraux fréquents à l'IRM
18/06/2020 : Une nouvelle étude multi-institutionnelle française publiée dans la revue Radiology identifie les tendances des résultats anormaux d’IRM cérébrale chez les patients atteints de COVID-19. Des anomalies temporales et des lésions hémorragiques sont souvent constatées.

Les experts en imagerie urologique émettent des recommandations sur la qualité de l'IRM multiparamétrique de la prostate
04/06/2020 : Suite à leur travail sur la qualité des examens d’IRM multiparamétrique prostatique, des experts européens de la spécialité sont arrivés au consensus que les radiologues doivent être formés spécifiquement à la qualité de l’acquisition et du compte rendu. Cette étude a été publiée dans la Revue European Radiology.

Un cas d'AVC pédiatrique imputable au COVID-19
03/06/2020 : La Revue Radiology rapporte le cas d’un enfant présentant une artériopathie focale cérébrale identifiée en IRM. La découverte d’une infection au COVID-19 a amené les chercheurs à imputer cet AVC au virus.

Manifestation cérébrale du COVID-19 : envoyez vos images à la SFNR !
20/04/2020 : La SFR appelle les radiologues français à inclure dans un fichier centralisé les images IRM montrant des pathologies cérébrales dues au COVID-19. La SFNR fait figure de Conseil scientifique en vue d’une ou plusieurs publications.  

L'IRM identifie des changements de volumes cérébraux chez les astronautes
14/04/2020 : Les périodes prolongées dans l'espace sont connues depuis longtemps pour causer des problèmes de vision chez les astronautes. Une nouvelle étude publiée dans la Revue Radiology suggère que l'impact des voyages spatiaux de longue durée est plus étendu, provoquant potentiellement des changements de volume cérébral et une déformation de l’hypophyse.

Premier cas de lésions cérébrales dues au COVID-19 à l'IRM
01/04/2020 : Le premier cas d’encéphalopathie due au COVID-19 vient d’être décrit dans la Revue Radiology. Bien que le l’angioscanner ne montre pas d’anomalie, l’IRM objective des signes d’hémorragie dans les coupes de susceptibilité magnétique.

Actualité du parc IRM français en janvier 2020
23/01/2020 : Dans le cadre de notre revue du parc d’IRM français, on nous signale des évolutions en Bretagne, à Pontivy et Vannes, ainsi qu’à Sarlat.

Gestion des risques liés aux champs magnétiques : bientôt une journée scientifique dédiée
23/01/2020 : La Société Française de Radioprotection (SFRP) organise, en mars, une journée scientifique dédiée à la gestion des risques d’exposition aux rayonnements non ionisants. Les acteurs de l’imagerie par IRM devraient y glaner des réponses à leurs questions.

Explorer les pathologies hépatiques avec la spectroscopie par résonance magnétique
13/01/2020 : L’exploration des pathologies hépatiques a désormais un nouvel outil en préparation : la spectroscopie par résonnance magnétique. Cette technologie permet d’obtenir des données qualitatives et quantitatives à partir de la localisation de la fréquence d’un composé par rapport à celle de l’eau.  


Un impact factor croissant pour les revues de l'ESR
06/07/2020 : L’European Society of Radiology (ESR) vient d'annoncer les résultats de la récente publication d'Impact Factor 2019 pour ses revues scientifiques. L'ascension de la Revue European Radiology, au-delà de la barre des 4.0, ainsi que la première fulgurante d'Insights into Imaging directement dans le tiers supérieur du classement, soulignent l'excellence des revues ESR et leur rôle important au niveau européen, mais également mondial, de la radiologie.

Un DU de recherche clinique dédié aux manipulateurs d'électroradiologie médicale
02/07/2020 : Les manipulateurs disposent désormais d’un DU de recherche clinique adapté à leur pratique. C’est la Faculté de médecine de Montpellier, soutenue par le CERF, qui vient de créer ce cursus.

Pôle imagerie de l'AP-HM : les fournisseurs d'équipements sont connus pour les douze prochaines années
01/07/2020 : Les attributaires du projet IAM-APHM sont désormais connus. Ils assureront le renouvellement du parc d’imagerie médicale et de médecine nucléaire de l’AP-HM durant les douze prochaines années.

Un nouveau modèle de signes radiologiques pour le MIS-C pédiatrique
29/06/2020 : Au cours des dernières semaines, une affection hyperinflammatoire multisystémique est apparue chez les enfants en association avec une exposition ou une infection antérieure au SRAS-CoV-2. Une nouvelle série de cas publiée dans la revue Radiology examine le spectre des résultats d'imagerie chez les enfants atteints de l'inflammation post-COVID-19 connue aux États-Unis comme syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants (MIS-C).

La plateforme Odys Téléradiologie couvre désormais tout le Grand Est
24/06/2020 : Dans le prolongement de la plateforme historique T-Lor, Odys téléradiologie assure désormais la continuité de la prise en charge radiologique dans le Grand Est. Vingt-trois établissements, publics et privés, collaborent à ce projet et l’utilisent au quotidien.

Une étude teste un marqueur de récidive du CHC au scanner
24/06/2020 : Un biomarqueur non invasif de la fibrose hépatique à partir d’images tomodensitométriques devrait permettre d’éviter la biopsie pour évaluer le degré de récidive du CHC. C’est ce que montre une étude lancée par Median Technologies.

Save the date : le CTO Live Aid World Tour
23/06/2020 : Les acteurs de la prise en charge de l’occlusion chronique coronaire percutanée se retrouveront bientôt pour un événement caritatif en ligne. À cette occasion, 13 procédures seront diffusées en direct en 14h de temps.

Évaluer les métastases hépatiques colorectales grâce à l'élastographie par résonance magnétique
23/06/2020 : L’élastographie par IRM est susceptible de donner des informations sur l’évolution de métastases hépatiques colorectales après chimioembolisation. Les différences d’élasticité et de taille des lésions peuvent ainsi être évaluées.

Le cortex visuel étudié par imagerie ultrasonore ultrarapide
22/06/2020 : Un travail de recherche pluridisciplinaire sur l’imagerie ultrasonore ultrarapide a montré l’aptitude de cette technologie à visualiser des structures fonctionnelles cérébrales profondes du cortex visuel. Un nouveau champ d’investigation s’ouvre pour la compréhension du cerveau.

Un groupe de travail HAS pour évaluer l'intérêt l'angiomammogramme
22/06/2020 : La HAS lance un appel à candidature pour participer au groupe de travail d’évaluation de l’intérêt de l’angiomamogramme. La clôture des candidatures est fixée au 26 juin 2020.


Scanner thoracique du COVID-19 : différentier les images des autres pathologies virales
16/03/2020 : Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology, des chercheurs chinois et américains ont distingué des différences entre les images du COVID-19 et les autres pneumonies virales au scanner.

Pôle imagerie de l'AP-HM : les fournisseurs d'équipements sont connus pour les douze prochaines années
01/07/2020 : Les attributaires du projet IAM-APHM sont désormais connus. Ils assureront le renouvellement du parc d’imagerie médicale et de médecine nucléaire de l’AP-HM durant les douze prochaines années.

Les images pulmonaires caractéristiques du coronavirus au scanner
05/02/2020 : Dans un rapport spécial publié le 4 février 2020 dans la revue Radiology, des chercheurs décrivent les caractéristiques scanographiques qui facilitent la détection et le diagnostic précoces du coronavirus de Wuhan.

Un impact factor croissant pour les revues de l'ESR
06/07/2020 : L’European Society of Radiology (ESR) vient d'annoncer les résultats de la récente publication d'Impact Factor 2019 pour ses revues scientifiques. L'ascension de la Revue European Radiology, au-delà de la barre des 4.0, ainsi que la première fulgurante d'Insights into Imaging directement dans le tiers supérieur du classement, soulignent l'excellence des revues ESR et leur rôle important au niveau européen, mais également mondial, de la radiologie.

Un DU de recherche clinique dédié aux manipulateurs d'électroradiologie médicale
02/07/2020 : Les manipulateurs disposent désormais d’un DU de recherche clinique adapté à leur pratique. C’est la Faculté de médecine de Montpellier, soutenue par le CERF, qui vient de créer ce cursus.

L'IRM MIEUX QUE LA MAMMOGRAPHIE POUR QUALIFIER LES CANCERS AGRESSIFS
01/12/2015 : Les cancers du sein multicentriques ont des dimensions souvent plus importantes à l'IRM qu’à la mammographie. C’est ce que montre une étude italienne qui remarque que l’exploration par IRM est susceptible de faire changer de stratégie thérapeutique.    

Les apports de la radiographie thoracique dans la détection du COVID-19
30/03/2020 : Une étude publiée dans la Revue radiologie stipule que les images de détection de la pneumonie au COVID-19 obtenues par radiographie pulmonaire sont sensiblement équivalentes à celles du scanner. Cependant, des différences sont à signaler, notamment pour le suivi des lésions.

Le scanner nouvel étalon pour le dépistage précoce du Coronavirus
27/02/2020 : Dans une étude de plus de 1000 patients, publiée dans la revue Radiology, la tomodensitométrie thoracique a surpassé les tests de laboratoire dans le diagnostic de coronavirus 2019 (COVID-19). Les chercheurs ont conclu que la tomodensitométrie devrait être utilisée comme principal outil de dépistage du COVID-19.

MAGNETOM Vida© : l'IRM (presque) aussi facile que le scanner
09/03/2017 : L’IRM MAGNETOM Vida 3T présentée lors de l’ECR 2017 propose à la fois l’amélioration du confort du patient, l’ergonomie d’utilisation pour le manipulateur ainsi que de nouveaux outils d’intelligence artificielle facilitant le diagnostic et le suivi des patients.

Un modèle de deep learning pour identifier le COVID-19 au scanner
08/04/2020 : Dans une étude publiée dans la Revue Radiology, un modèle de deep learning semble capable de réaliser un diagnostic différentiel de COVID-19 sur les examens de tomodensitométrie. Ce travail montre surtout que la spécificité du scanner semble améliorée comparativement aux autres études publiées sur ce thème.