Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie cardiovasculaire diagnostique > Pathologies cardiaques: privilégier l'approche non invasive

Pathologies cardiaques: privilégier l'approche non invasive

MARDI 14 MARS 2017 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

L'angioscanner et l'imagerie de perfusion peuvent aider à prédire quels patients sont susceptibles de souffrir d'une crise cardiaque ou autre pathologie cardiovasculaire, selon une nouvelle étude apparaissant en ligne dans la revue Radiologie. L'approche non invasive donne en effet des résultats équivalents à la coronarographie couplée au SPECT.

RSNA

Dans le traitement des maladies cardiovasculaires, le pontage ou la mise en place d'endoprothèse est souvent recommandé chez les personnes atteintes de rétrécissement coronarien ou de sténose, mais des études récentes ont montré que beaucoup des traitements médicaux peuvent suffire. Un facteur clé dans les décisions de traitement est le retentissement hémodynamique de la lésion, c'est-à-dire le degré auquel la lésion empêche le sang d'atteindre les régions distales du cœur.

Le tandem coronarographie/SPECT longtemps privilégié

« Des études antérieures montrent qu'une lésion est hémodynamiquement parlante s’il y a une baisse significative de la pression artérielle correspondant à une forte réduction du débit sanguin à travers la sténose", commente l'auteur d'une étude, publiée dans la revue Radiology, le Dr João AC Lima, du Johns Hopkins Hospital and School of Medicine à Baltimore (Md, USA). «Si la plaque a ces caractéristiques, le patient doit être ciblé pour l'intervention, par pose de stent ou pontage." Une combinaison de coronarographie (ICA) et d’épreuve d’effort avec imagerie myocardique par tomographie par émission de photons simple (SPECT) a été par le passé l'étalon-or pour effectuer cette évaluation, l'ICA montrant les obstacles et le SPECT les défauts de perfusion. Cependant, l'ICA exige l'utilisation d'une technique invasive.

Une approche invasive plus vraiment au goût du jour

« L’angiographie invasive est généralement sans danger, mais elle peut causer des problèmes vasculaires chez un nombre important de patients, le plus souvent au niveau du site de ponction, poursuit le Dr Lima. Dans de rares cas, il peut causer des accidents vasculaires cérébraux ou des crises cardiaques. Ces risques ne sont pas insignifiants. " L'approche ICA / SPECT peut aussi être coûteuse, car elle nécessite souvent une hospitalisation pour le patient. «L'approche traditionnelle avec le cathétérisme invasif exige que les patients soient hospitalisés, subissent une ponction de l’artère fémorale - ou radiale - et passent au SPECT un jour suivant», précise le Dr Marcus Chen, co-auteur de l'étude, du National Institutes of Health À Bethesda (Md, USA). «Maintenant, avec un seul examen non invasif, nous pouvons obtenir deux informations importantes mais différentes sur les artères coronaires.

Les apports de l’angioscanner combiné à l’imagerie de perfusion myocardique

Les chercheurs ont tenté de déterminer si l'angioscanner, (CTA) combiné à l'imagerie de perfusion de stress myocardique par scanner (CTP) pouvaient démontrer une capacité similaire ou supérieure au tandem ICA / SPECT dans la prédiction des événements indésirables futurs. Ils ont comparé les approches invasives et non invasives chez 379 patients qui ont subi des coronarographies de Novembre 2009 à Juillet 2011. Les chercheurs ont examiné la capacité des deux techniques à prédire si un futur événement cardiaque majeur (MACE), comme infarctus du myocarde, une revascularisation, une arythmie, voire une hospitalisation pour douleurs thoraciques ou insuffisance cardiaque congestive. Cinquante et un patients, soit 13,5%, ont présenté un ou plusieurs événements cardiaques indésirables majeurs, dont 49 revascularisations, cinq infarctus du myocarde, un décès, neuf hospitalisations pour douleur thoracique ou insuffisance cardiaque congestive et une arythmie.

Des résultats équivalents pour privilégier l’approche non invasive

Les deux techniques se sont révélées avoir des valeurs aussi élevées pour prédire un événement cardiaque majeur (MACE) à deux ans ainsi que la survie sans événement. Les taux de MACE pour l’angioscanner combiné au scanner de perfusion étaient de 94% négatifs pour l’absence de maladie coronarienne (CAD) contre 82% positifs pour la CAD. Ils étaient semblables aux résultats d’examens par ICA / SPECT (93% négatif et 77%positifs). «Le principal constat de notre étude est que les deux techniques sont efficaces pour identifier les patients qui vont avoir des problèmes», a déclaré le Dr Lima. «L'option non invasive devrait être une option privilégiée ou du moins fortement envisagée par les cardiologues et les radiologistes pour gérer ces patients, car il est plus sûr, mieux toléré par les patients et moins coûteux ».

Il reste des obstacles avant que l'approche non invasive puisse atteindre une utilisation plus répandue. Mais l'étude indique que la technique est relativement facile à intégrer dans les pratiques existantes.

Bruno Benque avec RSNA


toshiba

Pathologies cardiovasculaires : un travail de recherche explique pourquoi elles surviennent le plus souvent le matin
09/11/2017 : Un travail de recherche effectué par une équipe lilloise et publié dans The Lancet a mis à jour le rôle d'un récepteur nucléaire pour expliquer l'incidence des pathologies cardiovasculaires à une certaine période de la journée.

Pathologies cardiaques: privilégier l'approche non invasive
14/03/2017 : L'angioscanner et l'imagerie de perfusion peuvent aider à prédire quels patients sont susceptibles de souffrir d'une crise cardiaque ou autre pathologie cardiovasculaire, selon une nouvelle étude apparaissant en ligne dans la revue Radiologie. L'approche non invasive donne en effet des résultats équivalents à la coronarographie couplée au SPECT.

Un contraste iodé concentré à 350 pour un coroscanner de qualité
11/01/2017 : La qualité d’un coroscanner est désormais indépendante de la concentration de produit de contraste injecté pour cette procédure. C’est ce qui résulte d’une étude menée en Allemagne et publiée dans la revue European Radiology, où les produits concentrés à 350mg/ml ne sont pas inférieurs aux autres.

De nombreuses réponses au quizz du SRES
30/03/2016 : Les organisateurs du SRES ont sollicité les jeunes praticiens de façon originale, avec un quizz sur un cas clinique. Voici les résultats de cette consultation à laquelle ils ont été très nombreux à répondre.

SURE SUBSTRACTION, POUR SURMONTER LES DÉFIS CLINIQUES
29/09/2015 : Ne souhaiteriez-vous pas réduire le temps nécessaire au diagnostic des examens vasculaires tout en augmentant leur précision par la même occasion? Et si vous pouviez identifier précisément des lésions osseuses grâce au scanner, sans avoir recours à d'autres examens comme l'IRM ou la médecine nucléaire ? Seriez-vous plus confiant si vous interprétiez les résultats d'une angiographie pulmonaire à l'aide d'une carte de perfusion?

CORONAROGRAPHIE: LA VOIE EST LIBRE POUR LA FFR
27/04/2015 : La FFR, complément diagnostic à la coronarographie, a reçu un avis favorable de la HAS quant à son remboursement par les caisses d'assurance maladie. Elle est donc appelée à être mise en pratique plus souvent pour les lésions pluritronculaires et intermédiaires.

CONTROVERSE SUR L'IMAGERIE CARDIAQUE
10/03/2015 : Qui du scanner, du PET ou de l'IRM est-il le mieux à même d'étudier les maladies cardiaques ? C'est ce qu'ont tenté d'identifier les Prs Sami Kajander, Hatem Alkhadi et Marco Francone lors d'une session de l'ECR 2015.

Relations entre la santé cognitive et les plaques d'athérosclérose asymptomatiques
26/11/2014 : La présence de plaques d'athérosclérose dans toutes les régions du corps est annonciatrice de troubles cognitifs légers. C'est ce qui ressort d'une étude américaine, menée sur près de 2000 adultes texans asymptomatiques, montrant des relations entre la présence de plaques et l'hypersignal sur la substance blanche à l'IRM.

Journée de dépistage échographique de l’anévrisme de l’aorte abdominale
20/11/2013 : CHU NICE, le Jeudi 21 novembre 2013,  désignée journée de dépistage échographique de l’anévrisme de l’aorte abdominale, mobilisera les professionnels de santé autour «l’Opération Vésale 2013», vaste campagne de prévention à l’échelle nationale, visant à  sensibiliser les médecins généralistes et le grand public aux risques de dilatation silencieuse de la principale artère de leur corps. Un dépistage est organisé Hôpital St Roch, Service de chirurgie vasculaire du Pr Hassen-Kodja (consultations, rez-de-chaussée) - Jeudi 21 novembre 2013 de 8h30 à 17h30


Un processus qualité reconnu pour la fabrication de salles de radiologie
20/11/2017 : Pour la fabrication de ses salles de radiographie DR comme des numériseurs CR ou des reprographes, Agfa Healthcare peut compter sur un modèle de management de la qualité qui agit à toutes les étapes de la production. Nous sommes allés visiter l'usine de Peissenberg, au Sud de Munich, pour nous faire une idée des bienfaits de ces procédures.

Controverse sur les usages du scanner double énergie
20/11/2017 : Une controverse sur les usages du scanner en double énergie opposera le Pr G.Ferretti et le Pr M-P. Revel lors du prochain Symposium Scanner volumique. Nous avons rencontré cette dernière pour un entretien où elle fait le point sur les avantages et les inconvénients de cette technologie.

Orthopédie: décider d'une stratégie thérapeutique à distance
17/11/2017 : Grâce à un récent accord signé avec tlemedecine Clinic (TMC), Sectra pourra mettre à disposition de ses clients son service Sectra Implant Mouvement Analysis, par lequel les orthopédistes pourront suivre, à distance, l'état des prothèses de leurs patients.

Vidéo: Améliorer ses workflows avec les solutions SystemX
15/11/2017 : SYSTEMX est aujourd'hui un acteur reconnu dans l’édition de logiciels RIS/PACS. Nous avons rencontré Bruno Joseph, son Directeur, et le Docteur Ghassan Rachidi, utilisateur de la suite logicielle BACKBONE RIS-PACS.

Découvrez l'IRM Galan 3T en vidéo !
14/11/2017 : Suite de notre série de présentations en vidéo des modalités haut de gamme Toshiba Medical présentées lors des JFR 2017. Aujourd'hui, l'IRM Galan 3T.

Dépistage du cancer du sein: évolutions à venir d'un processus très formalisé
13/11/2017 : Le dépistage du cancer du sein fait appel à un processus très formalisé et des critères de compétences importants pour les radiologues impliqués. Mais il doit faire l'objet d'améliorations afin de recueillir l'approbation des derniers réfractaires. Retour sur deux présentations récentes de praticiens autour de l'actualité du dépistage organisé.

L'exposition des radiologues aux erreurs médicales
13/11/2017 : L'erreur médicale radiologique a des causes bien spécifiques et peuvent être imputables au praticien lui-même mais aussi à son environnement. C'es ce que déclare le Dr Robert Lavayssière dans une vidéo tournée à l'occasion des 16èmes Journées Francophone d'Imagerie Médicale (JFIM).

Bientôt 11 modalités d'IRM dans le Grand Duché du Luxembourg
10/11/2017 : La ministre de la Santé du Luxembourg a annoncé l'ouverture de quatre autorisations de modalités d'IRM pour les hôpitaux du Grand Duché. Elle n'exclut pas que les cabinets privés puissent bientôt en bénéficier eux aussi.

Pathologies cardiovasculaires : un travail de recherche explique pourquoi elles surviennent le plus souvent le matin
09/11/2017 : Un travail de recherche effectué par une équipe lilloise et publié dans The Lancet a mis à jour le rôle d'un récepteur nucléaire pour expliquer l'incidence des pathologies cardiovasculaires à une certaine période de la journée.

Retour sur la réforme du 3ème cycle de formation des radiologues
09/11/2017 : Le troisième cycle de la formation des radiologues a fait l'objet, en 2017, d'une évolution, tant sur le contenu du cursus que sur sa durée. Le Pr Benoit Schlemmer, grand ordonnateur de cette réforme pour le Ministère, était l'invité principal de la Conférence Antoine Béclère lors des JFR 2017. Retour sur les détails de cette réforme.


L'exposition des radiologues aux erreurs médicales
13/11/2017 : L'erreur médicale radiologique a des causes bien spécifiques et peuvent être imputables au praticien lui-même mais aussi à son environnement. C'es ce que déclare le Dr Robert Lavayssière dans une vidéo tournée à l'occasion des 16èmes Journées Francophone d'Imagerie Médicale (JFIM).

À quand un Big Bang du droit de l'imagerie médicale ?
04/10/2017 : Nesrine Benyahia est docteure en droit public spécialisée en analyse des systèmes de santé, en droit des nouvelles technologies et en droit de l’imagerie médicale et exerce aujourd’hui au sein du Cabinet Houdart & Associés. A l’occasion des JFR 2017, elle établit un bilan du cadre juridique et tarifaire de l’imagerie médicale afin d’alerter les pouvoirs publics sur la nécessité d’agir de façon structurelle sur ce secteur.

Imagerie médicale: la Cour des comptes préconise de nouvelles économies
13/05/2016 : Alors qu’un récent Rapport de la Cour des comptes reconnait la place centrale de l’imagerie médicale dans le diagnostic et le suivi thérapeutique de la population, la FNMR rejette les recommandations inscrites dans ce document visant à faire réaliser de nouvelles économies à ce secteur d’activité.

Controverse sur les usages du scanner double énergie
20/11/2017 : Une controverse sur les usages du scanner en double énergie opposera le Pr G.Ferretti et le Pr M-P. Revel lors du prochain Symposium Scanner volumique. Nous avons rencontré cette dernière pour un entretien où elle fait le point sur les avantages et les inconvénients de cette technologie.

Gadolinium: premières mesures de précaution des autorités européennes
13/03/2017 : Quatre produits de contraste à base de gadolinium linéaire viennent d’être épinglés par l’European Medicines Agency (EMA). Leur autorisation de mise sur le marché fait désormais l’objet d’une recommandation de suspension, les fabricants ayant la possibilité de demander un nouvel examen de la Commission ou de prouver la sécurité de leur produit.

Dépistage du cancer du sein: évolutions à venir d'un processus très formalisé
13/11/2017 : Le dépistage du cancer du sein fait appel à un processus très formalisé et des critères de compétences importants pour les radiologues impliqués. Mais il doit faire l'objet d'améliorations afin de recueillir l'approbation des derniers réfractaires. Retour sur deux présentations récentes de praticiens autour de l'actualité du dépistage organisé.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

De nombreux radiologues libéraux mutualisent leurs moyens au sein de la CGIM
24/01/2017 : En créant la Compagnie Générale d’Imagerie Médicale (CGIM), quelques 200 radiologues français unissent leurs moyens humains et technologiques afin de préserver la qualité de leur exercice et rendre un service à haute valeur ajoutée dans un environnement économique contraint.

Un processus qualité reconnu pour la fabrication de salles de radiologie
20/11/2017 : Pour la fabrication de ses salles de radiographie DR comme des numériseurs CR ou des reprographes, Agfa Healthcare peut compter sur un modèle de management de la qualité qui agit à toutes les étapes de la production. Nous sommes allés visiter l'usine de Peissenberg, au Sud de Munich, pour nous faire une idée des bienfaits de ces procédures.

Evolucare formalise l'ensemble de ses processus
03/10/2014 : Le groupe Evolucare Technologies a fait évoluer dernièrement, sa politique d'entreprise, son organisation, ainsi que ses méthodes de développement. Nous avons rencontré David Fortier, Responsable du développement de la division imagerie médicale, pour évoquer les changements opérés dans l'entreprise.