Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Imagerie de la femme > Biopsie sous tomosynthèse: confort des patientes et précision à l'Hôpital privé Mermoz

Biopsie sous tomosynthèse: confort des patientes et précision à l'Hôpital privé Mermoz

MARDI 25 OCTOBRE 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

La biopsie sous tomosynthèse est une technologie permettant d'accéder à toutes les informations relatives à une lésion mammaire, en une seule acquisition. Ce système, installé à l'Hôpital privé Mermoz de Lyon, limite l'irradiation de la patiente favorise sa sérénité lors de la réalisation de la ponction.

Biopsie tomosynthèse

L'unité de sénologie de l'Hôpital privé Mermoz à Lyon vient de se doter d'un système de biopsie mammaire sous tomosynthèse, le deuxième en France et le premier en Auvergne-Rhône-Alpes.

Toutes les informations nécessaires en une seule acquisition

Cette table de biopsie dédiée fabriquée par Hologic se différencie de l’ancienne par une ergonomie supérieure dans l’installation des patientes et par la possibilité d’un abord latéral des lésions, pour des biopsies pouvant être réalisées quelle que soit la localisation et le volume glandulaire. Le guidage par tomosynthèse donne accès, en une acquisition, à toutes les données volumiques nécessaires à la localisation lésionnelle. Cette modalité détermine précisément la topographie de la lésion, ses rapports par rapport à la peau, ainsi que les différents positionnements potentiels de l’aiguille de biopsie, notamment par rapport au foyer de microcalcifications. D'autre part, le quadrant horaire où se situe la cible permet de réaliser des biopsies beaucoup plus ciblées pour extraire le foyer.

Une dose totale d'irradiation à peine supérieure à celle d'une mammographie classique

La biopsie mammaire guidée par tomosynthèse favorise la réduction des temps de procédure car cette technologie fournit, en une acquisition, les informations délivées par 2 à 3 incidences de mammographie classique. Il en est de même pour les contrôles en cours de procédure. Et qui dit moins d'incidences, dit moins d'irradiation pour la patiente. Une procédure classique peut se réduire à une acquisition de ciblage, une de vérification du positionnement de l’aiguille, et une dernière de contrôle après biopsies. La dose totale est ainsi un peu supérieure à une mammographie classique, et en tout cas bien moindre qu’une procédure classique de stéréotaxie.

Identifier des lésions invisibles avec la mammographie 2D

L'autre intérêt majeur de ce système est la possibilité de biopsier des lésions spécifiques. Nous utilisons depuis 7 ans la tomosynthèse et avons l’expérience des petites lésions parfois cancéreuses que vous fait découvrir cette technologie, et qui sont totalement occultes sur les clichés 2D. Ces lésions, invisibles en stéréotaxie classique, ne sont parfois pas retrouvées en échographie et il ne reste que la biopsie sous IRM pour les caractériser, sous réserve que ces lésions soient retrouvées à l’IRM. Aujourd’hui, ces lésions pourront être gérées efficacement par biopsies guidées par tomosynthèse.

Un gage de sérénité pour la patiente devant subir une ponction

Ce système nécessite un investissement certes plus lourd qu'un appareil de guidage tomo fixé sur un mammmographe, comme il en existe quelques uns en France. Il nécessite, de plus, une pièce dédiée à ces procédures, ce qui n'a pas posé de problème puisque notre centre intégrait déjà une table dédiée, et donc les locaux adaptés.  Mais le positionnement en procubitus de la patiente en cours d'examen lui apporte un réel confort, partagé par le médecin. La patiente ne voit rien du déroulement de la procédure, notamment pas l’introduction de l’aiguille dans le sein, et est globalement plus détendue. Cette position favorise la décontraction de la patiente et une position plus stable, ce qui n’est pas négligeable pour les lésions d’abord difficile, ou pour des procédures avec ciblages multiples.  De plus, la survenue d’un éventuel malaise vagal n’est ainsi pas susceptible d'empêcher la poursuite de la procédure. 

Enfin le mammographe  n’est pas immobilisé durant l’examen et reste disponible pour une activité classique de mammographie.

Dr Christophe Tourasse


toshiba

La HAS étudie la pertinence de l'intégration de la tomosynthèse dans le dépistage
02/12/2019 : La tomosynthèse intégrée dans le dépistage organisé du cancer du sein chez les femmes à risque modéré fait l’objet d’une étude approfondie de la Haute Autorité de Santé (HAS). SA revue de la littérature internationale la pousse à aller plus loin dans son analyse pour éclaircir quelques points d’interrogation.

La communauté radiologique toujours mobilisée pour Octobre rose
07/10/2019 : La campagne de communication Octobre rose bat son plein en ce mois d'octobre. Et même si certains ne sont toujours pas convaincus par celle-ci, la communauté radiologique, FNMR en tête, continue de se mobiliser pour donner plus d'impact à cette action de Santé publique.

Une nouvelle formation sur l'imagerie du sein traité
25/09/2019 : Connaître les séquences pertinentes à réaliser en imagerie du sein traité et rédiger un compte rendu pertinent sont parmi les objectifs de la nouvelle formation Forcomed.

Sensibilité, spécificité, précision et rapidité : l'effet IA pour l'interprétation de la tomosynthèse
01/08/2019 : L'intelligence artificielle (IA) contribue à améliorer l'efficacité et la précision de l'imagerie du sein par tomosynthèse, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology: Artificial Intelligence. Le temps d'interprétation, ainsi que la sensibilité et la spécificité du diagnostic s'en trouvent également bonifiés.

L'IRM mammaire de surveillance post-cancer par toujours pertinente
04/06/2019 : Selon une vaste étude publiée dans la revue Radiology, l'ajout de l'IRM mammaire à la mammographie de surveillance pour les survivantes du cancer du sein entraîne des taux de détection du cancer plus élevés. Mais son utilité est discutable et il est important de prendre en compte des données multifactorielles avant d'y avoir recours.

Une nouvelle application d'analyse avancée des mammographies obtient le marquage CE
04/06/2019 : Une nouvelle application dédiée à la mammographie, Myrian® XP-Mammo, vient d'obtenir le marquage CE. Elle sera livrée à partir d'octobre 2019.

Optimiser sans remplacer, la vocation de Breast-Slim View
03/06/2019 : La plateforme d'aide au diagnostic des tomosynthèses Breast-Slim View sera présentée lors du congrès de la SIFEM le 14 juin 2019. Quatre ateliers seront organisés sur ce thème ainsi qu'un témoignage utilisateur.

Un modèle d'IA pour des dépistages plus personnalisés du cancer du sein
07/05/2019 : Des chercheurs de deux grandes institutions américaines ont mis au point un nouvel outil doté de méthodes avancées d’intelligence artificielle permettant de prédire le risque futur de cancer du sein chez une femme, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Radiology.

Quid de la mammographie de dépistage pour les femmes à risque très élevé ?
30/04/2019 : Afin de guider le radiologue dans sa pratique du dépistage en sénologie pour les femmes à risque très élevé, Forcomed lance un e-learning à la demande. Cette session est accessible immédiatement.

L'annonce du diagnostic en sénologie
04/04/2019 : L'annonce du diagnostic pour un examen de sénologie peut s'avérer difficile. Pour accompagner les radiologues dans cette épreuve et initier un parcours intégré de la patiente, Forcomed organise une formation spécifique.


Premières angioplasties coronaires assistées par la robotique en Allemagne
29/01/2020 : Les premières angioplasties coronaires utilisant la robotique en routine ont été réalisées récemment en Allemagne. Un pas de plus vers les changements de pratiques.

Lancement du nouveau Groupement d'Intérêt Économique de radiologues SERENICE
28/01/2020 : nehs vient d’annoncer le lancement de SERENICE, un GIE regroupant des radiologues hospitaliers et libéraux. Ces derniers pourront, entre autres, bénéficier de l’infrastructure de services de nehs.

La radiologie interventionnelle, une spécialité à part entière
27/01/2020 : Le Pr Afshin Gangi, Professeur de Radiologie Interventionnelle, passe une partie de son temps au King’s College de Londres. Cela ne l’empêche pas de piloter cette activité au CHRU de Strasbourg où il est chef de Service. À quelques semaines du Symposium MDCT 2020, nous l’avons rencontré pour une évocation passionnée de cette spécialité, ses atouts, ses besoins et son évolution à moyen terme.

Le thrombus, facteur de risque de rupture d'un anévrisme aortique ?
27/01/2020 : La présence d'un caillot de sang sur la paroi de l'aorte chez les personnes atteintes d'anévrismes de l'aorte abdominale est associée à une croissance plus rapide et potentiellement dangereuse de l'anévrisme, selon une étude majeure publiée dans la revue Radiology. Ces résultats pourraient aider à identifier les patients qui ont besoin d'un traitement plus agressif et d'une imagerie de suivi plus fréquente après leur diagnostic initial.

Un partenaire de choix pour l'optimisation de l'imagerie à l'Hôpital Foch
24/01/2020 : Dans la suite logique de leur partenariat qui a vu le jour en janvier 2019, l’Hôpital Foch à Suresnes (92) et Siemens Healthineers s’associent pour optimiser la performance imagerie de l’établissement.

Actualité du parc IRM français en janvier 2020
23/01/2020 : Dans le cadre de notre revue du parc d’IRM français, on nous signale des évolutions en Bretagne, à Pontivy et Vannes, ainsi qu’à Sarlat.

Gestion des risques liés aux champs magnétiques : bientôt une journée scientifique dédiée
23/01/2020 : La Société Française de Radioprotection (SFRP) organise, en mars, une journée scientifique dédiée à la gestion des risques d’exposition aux rayonnements non ionisants. Les acteurs de l’imagerie par IRM devraient y glaner des réponses à leurs questions.

Un radiotraceur de l'épilepsie visible au TEP
22/01/2020 : Un radiotraceur qui se lie spécifiquement à une classe de récepteurs cérébraux lorsqu'il est injecté à des rats et à des humains vivants vient d’être mis au point par une équipe japonaise. Visible lors d’un examen de TEP, ce composé pourrait améliorer le diagnostic et le traitement de l’épilepsie.

Injection iodée : un risque surestimé pour les insuffisants rénaux selon les sociétés savantes américaines
21/01/2020 : Le risque d'administrer des produits de contraste iodés intraveineux aux patients présentant une fonction rénale réduite a été surestimé, selon de nouvelles déclarations consensuelles de l'American College of Radiology (ACR) et de la National Kidney Foundation (NKF), publiées dans la revue Radiology. Elles recommandent de distinguer deux types de réactions.

Les manipulateurs reçus au Haut Conseil de Professions Paramédicales
21/01/2020 : Une délégation de manipulateurs a été reçue, en ce jour de grève, par le Haut Conseil des Professions Paramédicales. La déclaration liminaire ci-après.


Le nouvel Arrêté relatif aux PCR, OCR et conseiller en radioprotection est paru !
06/01/2020 : Un nouvel Arrêté vient d’encadrer les nouvelles dispositions relatives à la gestion du risque ionisant en milieu de Santé. Les notions de PCR, d’OCR ou de conseiller en radioprotection y sont expliqués.  

De la faute grave dans l'exécution d'un contrat d'exploitation d'un scanographe
12/02/2019 : Pour le premier volet de notre série d'articles juridiques, nous avons choisi de traiter le thème de la faute grave. Et le cas mis en lumière ne concerne pas les relations entre employeur et employé, mais un contrat d'exploitation d'un scanner en établissement privé.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Un partenaire de choix pour l'optimisation de l'imagerie à l'Hôpital Foch
24/01/2020 : Dans la suite logique de leur partenariat qui a vu le jour en janvier 2019, l’Hôpital Foch à Suresnes (92) et Siemens Healthineers s’associent pour optimiser la performance imagerie de l’établissement.

Le jeu des 7 erreurs de radioprotection au bloc opératoire
08/11/2019 : Afin d’améliorer la culture de prévention du risque ionisant dans les blocs opératoires, l’ASN a élaboré un document pour mettre en place un outil de simulation appelé « Bloc des erreurs ».

Les manipulateurs reçus au Haut Conseil de Professions Paramédicales
21/01/2020 : Une délégation de manipulateurs a été reçue, en ce jour de grève, par le Haut Conseil des Professions Paramédicales. La déclaration liminaire ci-après.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

La qualité de vie au cœur des préoccupations des étudiants en médecine
21/02/2017 : Interrogés, au cours d'une étude Apel Médical Search, sur leurs principales sources de motivation quant à leur avenir, les étudiants en médecine n’hésitent plus, désormais, à revendiquer leur ambition « d’avoir une qualité de vie satisfaisante ». 

Lancement du nouveau Groupement d'Intérêt Économique de radiologues SERENICE
28/01/2020 : nehs vient d’annoncer le lancement de SERENICE, un GIE regroupant des radiologues hospitaliers et libéraux. Ces derniers pourront, entre autres, bénéficier de l’infrastructure de services de nehs.

Injection iodée : un risque surestimé pour les insuffisants rénaux selon les sociétés savantes américaines
21/01/2020 : Le risque d'administrer des produits de contraste iodés intraveineux aux patients présentant une fonction rénale réduite a été surestimé, selon de nouvelles déclarations consensuelles de l'American College of Radiology (ACR) et de la National Kidney Foundation (NKF), publiées dans la revue Radiology. Elles recommandent de distinguer deux types de réactions.