Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Radiopédiatrie > Les ravages de Zika sur le développement cérébral des fœtus

Les ravages de Zika sur le développement cérébral des fœtus

LUNDI 05 SEPTEMBRE 2016 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

Un rapport spécial publié dans la revue Radiology relate les multiples anomalies pouvant subvenir sur des fœtus infectés par le virus Zika. Une étude rétrospective brésilienne montre que la plupart des bébé présentent une ou plusieurs malformations cérébrales.

Malformation_Zika

La revue Radiology a publié un rapport spécial, détaillant le spectre des résultats d'imagerie chez les bébés et les fœtus infectés par le virus Zika.

Des infections plus dangereuses lors du premier trimestre de grossesse
"L'imagerie est essentielle pour identifier la présence et la sévérité des changements structurels induits par l'infection, en particulier dans le système nerveux central», a déclaré l'auteur principal du rapport, le Dr Fernanda Tovar-Moll, vice-président du de l'Or Institute for research and education et professeur à l'Université fédérale de Rio de Janeiro, Brésil. "La microcéphalie est juste une des multiples caractéristiques radiologiques." Zika semble être le plus dangereux lorsqu'ils est transmis d'une mère enceinte à son fœtus au cours du premier trimestre de la grossesse, ce qui augmente la probabilité de graves malformations cérébrales chez le bébé, y compris la microcéphalie. En cas de microcéphalie, la tête du bébé est exceptionnellement petite, en raison d'un cerveau sous-développé. Zika a également été lié à des anomalies occulaires, une déficience auditive, ainsi qu'un retard de croissance chez les bébés.

De multiples anomalies cérébrales possibles
"Le premier trimestre est la période où l'infection semble être la plus risquée pour la grossesse», a déclaré la co-auteure de l'étude, le Dr Deborah Levine, directeur dee ultrasons en obstetrique et en gynecologie au Beth Israel Deaconess Medical Center et professeur de radiologie à la Harvard Medical School de Boston. "Du point de vue de l'imagerie, les anomalies dans le cerveau sont très sévères par rapport aux autres infections congénitales». Bien que la préoccupation majeure des médias concernant les effets toxiques du virus Zika sont centrées sur la microcéphalie, les chercheurs ont noté qu'il existe une variété d'anomalies cérébrales différentes pouvant être trouvées chez les fœtus exposés au virus, y compris la perte de volume des substances grise et blanche, des anomalies du tronc cérébral, des calcifications, ainsi que la ventriculomégalie. Certains bébés infectés par Zika peuvent en effet ne pas avoir une petite tête si les ventricules restent excessivement élargie.

438 patients étudiés en un an au Nord du Brésil
Les chercheurs ont réalisé une étude rétrospective de résultats d'imagerie et d'autopsies associés à une infection congénitale par le virus Zika répertoriés au sein de l'Instituto de Pesquisa dans l'état Campina Grande Paraiba (IPESQ) dans le nord du Brésil, où l'infection a été sévère. De Juin 2015 à mai 2016, 438 patients ont été renvoyés à l'IPESQ en raison de l'apparition avérée ou suspectée d'anomalies du système nerveux central pendant la grossesse. De ce groupe, les chercheurs ont identifié 17 fœtus ou nouveau-nés de femmes qui avaient été explorées à l'IPESQ, dont l'infection Zika a été documentée dans le liquide ou les tissus ( «cohorte confirmée»), et 28 fœtus ou nouveau-nés présentant des signes suspects d'infection Zika et des calcifications intracrânienne ( «cohorte présumée»). Les examens par d'imagerie étaient l'IRM foetale, le scanner cérébral post-natal, l'IRM cérébrale postnatale et, dans certains cas, l'échographie prénatale longitudinale.

Anomalies du corps calleux et du développement cortical, clacifications intracrâniennes
Les anomalies cérébrales observées dans les groupes Zika confirmés et présumés étaient très semblables. Presque tous les bébés, dans chaque groupe, avait une ventriculomégalie. Bien que la plupart des foetus avaient au moins un examen montrant une circonférence crânienne anormale, les chercheurs ont découvert que la circonférence crânienne était normale chez trois foetus avec ventriculomégalie sévère. Quatre-vingt-quatre pour cent du groupe Zika confirmé et 79 pour cent du groupeZika présumé avaient des anomalies du corps calleux, celui-là même qui permet la communication entre les hémisphères gauche et droit du cerveau. Tous sauf un présentaient des anomalies migrationnelle corticales. Les calcifications intracrâniennes étaient présentes dans presque tous les nouveau-nés, le plus souvent positionnées à la jonction gris-blanc du cerveau. Tous les bébés présentaient un volume réduit des tissus cérébraux. Tous les patients présentaient différentes anomalies du développement cortical.

Une déformation caractéristique de la voûte crânienne
"La gravité de la malformation corticale et des modifications des tissus associés, et la localisation des calcifications à la jonction gris-blanc ont été les résultats les plus surprenants de notre recherche», a déclaré le Dr Tovar-Moll. Les crânes des bébés avaient souvent un aspect effondré, avec des sutures qui se chevauchaient et les plis de la peau redondants. Les chercheurs pensent que cela est du à des étapes de ventriculomégalie et d'atrophie au cours du développement du petit cerveau. Le Dr. Levine a noté que l'échographie pendant la grossesse peut montrer les anomalies associées à une infection congénitale Zika, mais qu'il peut se passer du temps avant que ces changements soient évidents. "Plus d'une échographie ou d'une IRM peuvent être nécessaires pendant la grossesse pour évaluer la croissance du cerveau et les anomalies de développement», dit-elle.

Des recommandations pour les femmes brésiliennes enceintes ou envisageant de le devenir
Zika est principalement transmis aux humains par la piqûre d'un moustique infecté. Les symptômes peuvent inclure de la fièvre, des éruptions cutanées, des douleurs articulaires ou musculaires, maux de tête et les yeux injectés de sang. Cependant, de nombreuses personnes infectées par Zika ne présentent aucun symptôme du tout. Bien que l'épidémie actuelle est centrée au Brésil, elle est étendue aux pays et territoires à travers le monde, y compris les États-Unis. Les femmes enceintes ou qui envisagent de le devenir devraient éviter les zones où les moustiques infectés sont présents. Toutefois, si les femmes vivent dans ces zones, la recommandation des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) est de porter des vêtements qui protègent contre les piqûres de moustiques, utiliser un insectifuge et de réaliser des tests appropriés, y compris les soins prénatals de routine et une échographie entre 18 et 20 semaines.

Dr. Tovar-Moll précise enfin que les chercheurs continuent d'étudier les changements du système nerveux central induits par l'infection congénitale du virus Zika pour mieux comprendre le spectre des changements qu'ils ont observé. "Nous sommes également intéressés pour étudier la façon dont l'infection congénitale par le virus Zika peut interférer sur la maturation des substances grise et blanche du cerveau en post-natal," conclut-elle.

Bruno Benque


toshiba

RADIO HEROS, plus qu'une application, un accompagnement de l'enfant in situ
25/03/2019 : RADIO HEROS, l'application destinée à préparer l'enfant avant un examen d'IRM, évolue avec de nouvelles fonctionnalités, notamment pour les parents. Mais ce concept fait l'objet d'un projet d'accompagnement de l'enfant dans un service d'IRM.

Un site d'information pour tranquilliser les enfants avant un examen
07/12/2018 : RadiologyInfo.org a lancé RadInfo 4 Kids, une nouvelle section du site Web grand public contenant des vidéos, des histoires, des jeux et des activités pour aider les enfants et leurs parents à se préparer aux examens d'imagerie médicale.

L'imagerie interventionnelle expliquée en vidéo aux jeunes patients
28/06/2017 : Afin de dédramatiser les examens de radiologie interventionnelle auprès des enfants et de leurs parents, le Service d’imagerie pédiatrique de la Timone, à l’AP-HM, leur propose de visionner de courtes vidéos réalisées en interne.

Radiopédiatrie: une information assimilée pour un enfant plus coopérant
09/05/2017 : En amont du prochain Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 22 et 23 septembre 2017 à Liège (Belgique), nous avons rencontré le Dr Bénédicte Minguet, Docteur en psychologie. Elle nous présente le projet qu'elle a mis en place et à propos duquel elle interviendra lors de cet événement, en faveur d'une meilleure appréhension de l'environnement radiologique des jeunes patients.

Pas de médecine fœtale sans la contribution de l'imagerie
07/11/2016 : L'imagerie médicale apporte une aide primordiale à la pratique de la Médecine fœtale. Nous avons rencontré le Dr Laurent Bidat, créateur et principal organisateur des 22èmes Journées de Médecine fœtale qui se tiendront en mars 2017 à Marseille. Il évoque l'importance de la pluridisciplinarité dans ce secteur et souligne l'importance des progrès de l'imagerie dans le diagnostic anténatal. 

La nécessité de développer l'élastographie en pédiatrie
02/11/2016 : Les techniques d’élastographie, bien que peu présentes dans la littérature scientifique, commencent à trouver des applications efficientes en pédiatrie. Le Congrès de la SFIPP a été l’occasion de montrer que ses performances diagnostiques sont désormais très bonnes, comparées à la biopsie, notamment dans les cas de fibrose hépatique.

Les ravages de Zika sur le développement cérébral des fœtus
05/09/2016 : Un rapport spécial publié dans la revue Radiology relate les multiples anomalies pouvant subvenir sur des fœtus infectés par le virus Zika. Une étude rétrospective brésilienne montre que la plupart des bébé présentent une ou plusieurs malformations cérébrales.

Les radiopédiatres jouent la carte de la pluridisciplinarité
16/08/2016 : En amont du prochain congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Prénatale (SFIPP), qui se tiendra les 23 et 24 septembre 2016 à Toulouse, la Secrétaire générale, le Dr Chantal Durand, nous a accordé une interview. Elle nous présente, entre autre, la table ronde qui sera organisée à cette occasion, sur le thème de la prise en charge pluridisciplinaire des malformations pulmonaires et évoque les contraintes actuelles de la radiopédiatrie.

Échographie de contraste : confort et sécurité pour les jeunes patients
27/06/2016 : À quelques semaines du Congrès de la Société Francophone d'Imagerie Pédiatrique et Périnatale (SFIPP), nous avons rencontré le Dr Marion Lenoir, qui pratique l'échographie de contraste sur ses jeunes patients. Elle communiquera sur ce thème lors de cet événement.  

SFIPP 2016: un congrès multidisciplinaire
26/04/2016 : Le Congrès 2016 de la SFIPP se déroulera cette année en septembre à Toulouse et comportera une première partie organisée conjointement avec la SFCP. Il s'articulera autour d'une séance scientifique et de communications libres. Les inscriptions sont ouvertes.


Des workflows améliorés grâce aux fonctionnalités du RIS/PACS nehs
12/12/2019 : Le RIS et le PACS commercialisés par nehs et utilisés par le groupe de radiologues IM2P permettent de mutualiser les données images et les interprétations des examens générés par le groupe. Le Dr Pierre-Yves Genson, radiologue IM2P et Samuel Gevrey, Responsable technique IM2P, nous parlent des améliorations apportées au workflow de patients, grâce notamment à la reconnaissance vocale intégrée ainsi qu’à la prise de rendez-vous à partir du RIS.

Le scanner spectral à comptage photonique confirme son potentiel clinique
11/12/2019 : Le scanner spectral à comptage photonique confirme son potentiel en tant que technologie de rupture en tomodensitométrie. En amont du prochain MDCT 2020, où il s’exprimera à ce sujet, nous avons rencontré le Pr Philippe Douek, l’un des pionniers dans ce domaine, qui fait un point sur la recherche fondamentale sur ce champ, mais également sur la recherche clinique qui engendre des protocoles très prometteurs.

Le JT du RSNA du 10 décembre 2019
11/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les outils d’IA d’Hologic et Intrasense les solutions de financement et de valorisation Verso Healthcare, ainsi qu’une interview du Dr Jean-Philippe Masson.

La diversité, une des conditions de l'innovation et de l'excellence en imagerie médicale
10/12/2019 : En collaborant à une étude sur la condition de la femme dans le domaine de la radiologie, des membres éminents de la communauté scientifique radiologique européens et nord-américains ont donné suite au programme « Women in focus » qui avait été organisé lors de l’ECR 2019. Il en résulte une prise de position en faveur de la diversité, une des conditions de l’innovation et de l'excellence.

Le JT du RSNA du 7 décembre 2019
09/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, un numéro particulier depuis le consulat de France à Chicago. Retour ensuite sur les stands pour des interviews au sujet d’Azmed, Casis, DMS Imaging ainsi que pour des solutions d’e-santé.

Installer une salle interventionnelle ou une hybride ? L'ANAP a étudié la question
06/12/2019 : L’ANAP vient de publier un guide d’aide à la décision pour les promoteurs de salle hybride interventionnelle en établissement de Santé. Ce document montre comment le projet médico-soignant du secteur impacte le choix du matériel et la réussite du processus d’installation.

Le JT du RSNA du 5 décembre 2019
06/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les nouveaux algorithmes Terrarecon et le système de reconstruction Sitech Neuton. Le Dr Novellas et le Dr Delemar concluent en évoquant le contenu scientifique du congrès.

Le JT du RSNA du 4 décembre 2019
05/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, un numéro spécial Philips de nouveautés en IRM, scanner et échographie notamment.

Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome
04/12/2019 : Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Le JT du RSNA du 3 décembre 2019
04/12/2019 : Suite de notre série de comptes rendus du RSNA 2019 en vidéo, en partenariat avec les Entretiens Médicaux d'Enghien. Aujourd’hui, les nouveautés EOS, l’intelligence artificielle selon GE Healthcare, la situation de Guerbet et les interventions du Dr Dominique NGuyen et du Dr Victor Delemar.


Une plateforme de télémédecine ouverte et autonome
04/12/2019 : Dans un contexte démographique médical tendu et pour répondre aux besoins de continuité de la prise en charge radiologique des populations, les projets de téléradiologie fleurissent. Nous avons rencontré le Dr Stéphane Carre qui est à l’origine d’une plateforme territoriale de téléradiologie et télé-expertise reposant sur un modèle économique innovant et autonome.

Le retour du modificateur Z officialisé dans un arrêté !
28/08/2019 : Le modificateur Z devrait bientôt faire son retour dans la nomenclature des actes de radiologie. C'est en tout cas ce qui annoncé dans l''Arrêté du 14 août 2019 paru au Journal Officiel.

LE GADOLINIUM EST-IL DANGEREUX A LONG TERME ?
05/05/2015 : Une série d'études récentes montre que le Gadolinium s'accumule de façon résiduelle dans le cerveau. Les dangers de ces résidus sont sans doute liées à la structure moléculaire de l'agent chimique qui accompagne le Gadolinium dans le corps des patients. Et les habitudes des radiologues sont appelées à changer, selon le Pr Emmanuel Kanal.

La diversité, une des conditions de l'innovation et de l'excellence en imagerie médicale
10/12/2019 : En collaborant à une étude sur la condition de la femme dans le domaine de la radiologie, des membres éminents de la communauté scientifique radiologique européens et nord-américains ont donné suite au programme « Women in focus » qui avait été organisé lors de l’ECR 2019. Il en résulte une prise de position en faveur de la diversité, une des conditions de l’innovation et de l'excellence.

COMMENT PRÉVENIR LA RÉCIDIVE D'ANÉVRISME INTRA-CÉRÉBRAL ?
10/06/2015 : Des protocoles de suivi à 10 ans par angio-IRM pourraient s'avérer nécessaire afin de prévenir les récidives d'anévrisme intracrânien. C'est ce qui ressort d'une étude publiée dans Radiology.

Le coroscanner comme alternative à la scintigraphie myocardique
23/02/2016 : Par son aptitude à fournir des données fonctionnelles en complément de l'exploration morphologique des artères coronaires, le coroscanner fait partie désormais des concurrents à la scintigraphie myocardique. C'est ce qu'a affirmé le Pr Philippe Douek lors du dernier Symposium Scanner Volumique.

Optimiser la cotation des actes grâce à un nouveau site web gratuit
03/09/2019 : Le catalogue CCAM est souvent mal employé par les radiologues, ce qui peut engendrer des erreurs de cotations. C'est pout leur venir en aide que le site web gratuit ccam-radiologie.fr a été conçu, afin d'optimiser la facturation de l'activité radiologique.

Protocoles de coopération : une prime mensuelle pour les manipulateurs impliqués !
09/09/2019 : Un décret paru au Journal Officiel du 8 septembre 2019 institue une prime pour les manipulateurs impliqués dans les protocoles de coopération. Cela constitue le premier acte de reconnaissance gouvernemental pour ces professionnels souhaitant étendre leur champ de compétences.

Installer une salle interventionnelle ou une hybride ? L'ANAP a étudié la question
06/12/2019 : L’ANAP vient de publier un guide d’aide à la décision pour les promoteurs de salle hybride interventionnelle en établissement de Santé. Ce document montre comment le projet médico-soignant du secteur impacte le choix du matériel et la réussite du processus d’installation.

Les PACS open source : une solution fiable et économique pour les professionnels de santé
25/05/2013 : “Toute image, n'importe quand, n'importe où, c'est le mantra », expliquait le professeur Ruben Mezrich, (théoricien des PACS à l’université de Baltimore),